Actu musique

14 octobre 2018

U2 : manger sainement et l'expérience de Bono avec la mort imminente (Fin)

Interview exclusive avec la formation rock irlandaise U2 par Chrissy Iley

Photo : U2 dans la maison louée à Notting Hill, en 1979, avant la sortie de son premier album, Boy - MARTYN GODDARD/REX

JPEG - 90.5 ko

Ils s'apprécient toujours autant ?

“Oui, je continue de penser que Bono, Larry et Edge sont les personnes les plus fascinantes dans ma vie. Ils me surprennent constamment en termes de point de vue, développement et intelligence. Quand on trouve de telles personnes, on ne peut que s'accrocher à elles.”

Le groupe emmène avec lui sur la route, un chef, afin de s'assurer qu'il mange sainement. “Je suis devenu végétarien. J'ai entendu tellement de choses sur la façon dont ils traitent la viande que je n'ai plus confiance en rien. J'ai des niveaux très élevés de mercure dans mon sang, c'est pourquoi je ne mange pas de poisson. Je ne bois plus depuis plus de 20 ans et c'est une manière de vivre totalement différente, mas j'ai remarqué que d'autres personnes s'orientaient vers cela. Il y a une théorie aujourd'hui qui dit que même un verre peut être dommageable. Je pense que c'est un peu extrême et la rumeur prétend que l'alcool pourrait être la cause de cancers.”

Pas très rock'n'roll, n'est-ce pas ? Mais si le vieux rock'n'roll était de vivre dans l'instant, son nouveau défi est la longévité et ne pas perdre sa pertinence.

Fini les tournées ?

Larry Mullen est le fondateur du groupe et en est toujours le pouls. Rien n'arrive sans lui. Il y a aussi un côté Dorian Gray chez lui. Il a toujours paru bien plus jeune que ses 56 ans. Il est toujours musclé et j'ai toujours aimé ses bras de batteur. Comme nous bavardons avant le concert, il me confie que ces jours ci ces bras ne sont pas faciles à entretenir pas plus que la batterie.

Les tournées constantes ont été dures pour Mullen. Dans les années 1990, après une tournée colossale, il a tout envoyé bouler, a enfourché sa moto et a disparu. Une sorte de réaction contre le groupe et aussi son incapacité à accepter le fait d'être chez lui, mais cela fait bien longtemps qu'il a trouvé un remède à cela. Il avait des ambitions pour ce qui est de sa carrière d'acteur. “On va terminer cette tournée et ensuite il sera temps de décider ce que nous voulons faire après. J'aimerai prendre de très longues vacances.”

Il y a quelque chose dans la manière dont il le dit, pas seulement de la fatigue, ce qui me laisse à penser que peut-être que c'est vraiment cela. “On ne sait jamais. Je suppose qu'il y aura un autre album. Je ne sais pas s'il y a besoin d'avoir un nouvel album de U2 ou une tournée dans l'immédiat. Ce serait bien si les gens faisaient une pause pour ce qui est de nous et vice versa.”

Essaiera-t-il d'être à nouveau acteur ? “J'aimerais bien, mais je dois tout mettre entre parenthèses. Le problème est que s'il y a des modifications dans la tournée, si l'album sort à un autre moment, ça change totalement la donne. Mon agent me dit : ‘Je ne peux pas faire ça car tu n'es pas disponible', aussi, je pense que je vais réembaucher cet agent et lui dire que je ne ferais rien de tel pendant deux ou trois ans. J'aimerais faire tout autre chose.”

Est-ce que cet agent n'aurait pas dû le garder dans son carnet d'adresses ? “Pour être jute, c'était difficile. Je ne répondais pas au téléphone.”

Les pièges du privilège

Le lendemain, nous nous rendons tous de Boston à New York avec Amtrak pour les trois concerts du Madison Square Garden. U2 a réservé un compartiment entier pour la distribution et l'équipe. The Edge, accompagné de son épouse et de leur fille Sian, est le seul membre du groupe à bord du train — les autres sont tous partis après le concert hier soir pour retrouver leur famille. Hier, c'était son 16e anniversaire de mariage. A-t-il offert un cadeau à Morleigh ?

“On a droit à une dispense particulière quand on est en tournée — elle est avec moi et c'est le plus beau cadeau.”

Il est vraiment tout sourire lorsqu'il parle famille et tout autant quand on aborde le sujet des guitares. Utilise-t-il vraiment les 33 chaque soir ? “C'est possible.” A ses débuts, il n'en utilisait qu'une. A la même époque Bono pouvait monter très haut dans les notes. “Aujourd'hui, nous essayons préserver sa voix. Il possède un bel éventail. Sa plus haute note, serait aujourd'hui un B (Si), mais avant il pouvait monter jusqu'à C (Do), ce qui serait ce qu'un ténor au top de son art atteindrait, et il monte très, très haut. Un chanteur d'opéra pourrait y parvenir peut-être une fois par soir.”

Au début du mois, Bono a perdu sa voix sur scène à Berlin, et le concert a dû être annulé. Il était de retour sur scène, trois jours plus tard. Je sens une forte inquiétude pour lui.

“Il a un comportement très ambigüe pour ce qui est de son physique. Il ne prend pas naturellement ses responsabilités pour tout ce qui touché à son bien-être physique. Ce qui ne porte pas à conséquence quand on a la vingtaine, mais il arrive un moment… C'est un virage difficile pour lui. Si on passe trop de temps à se dire qu'on est trop vieux et dépassé, probablement qu'on ne peut plus le faire.”

Nous voyons des passagers sur les quais qui essaient de voir à l'intérieur. Peut-être qu'on peut voir une place libre dans notre compartiment et qu'ils se demandent pourquoi ils ne peuvent pas monter. Être avec le groupe c'est comme être dans un cocon. On se sent à part, pas très loin d'être unique.

“Je ne me fais pas d'illusion qu'à un certain point, nous ne sommes pas enfermés en étant des membres de U2”, souligne-t-il. “Comment ne pas l'être ?”

Sian est très intelligente et captivante. Elle figure dans les visuels du concert et sur la pochette du dernier album avec le fils de Bono, âgé de 19 ans, Eli Hewson. Hier soir, dans un bar, nous nous sommes liés en parlant de la dyslexie.

“Je suis un peu dyslexique lorsqu'il s'agit de musique”, m'explique the Edge. “J'y vais complètement à l'instinct. J'utilise mon oreille et je ne suis pas doué techniquement parlant.”

L'autre soir, sur scène, il semblait perplexe lorsque Bono disait qu'il avait déraillé. Quand est-ce arrivé ? Il se marre, sachant pertinemment que ça n'a jamais eu lieu. Il hausse les sourcils alors qu'il réfléchit brièvement à combien cela aurait pu être dévastateur, pas simplement pour lui mais pour le reste du groupe, si tel avait été le cas.

“J'ai été plutôt table tout au long de ces années. Je suis certain qu'on a tous eu notre période et perdu tout sens de la relativité et que nous avons commencé à croire à tout un tas de conneries. C'est ce qui est le plus dur, pouvoir relativiser. La règle générale est que quiconque impliqué dans une entreprise surestime toujours sa propre importance tout en dévaluant les autres en même temps ; une fois que tu as compris ça, tu peux commencer à retrouver les pieds sur terre à nouveau.”

Je lui confie que j'ai dû revenir à la réalité le second soir à l'hôtel, lorsqu'il n'a été accordé qu'une partie du bar à l'équipe de U2 au lieu de la totalité de celui-ci comme ça avait été le cas la veille. Comme avais-je pu devenir aussi arrogante en l'espace de deux jours ?

“Bonne question. Nous avons tous tendance à apprécier être le centre de l'univers. Ce que décrit parfaitement Seamus Heaney : ‘privilège insidieux' — il faut faire gaffe car ça peut faire de vous un monstre ou quelqu'un qui a besoin d'aide, une victime. Et on ne veut pas en arriver là.” Il rit de son rire sage.

“C'est ce qu'il y a bien à faire partie d'un groupe, on voit toujours quand l'autre a tendance à dérailler. Nous sommes pairs et égaux. Les artistes solo n'ont ni pairs ni égaux.”

En fait, se critiquent-ils entre eux ? “Généralement, cela va sans dire, ç'est l'évidence même. C'est la nature de la culture de notre groupe, on s'aperçoit des choses. Il n'y a que vraiment très peu d'occasions où nous avons dû faire ce qu'on appelle une intervention. C'est à cela que servent les amis, car c'est ce que nous sommes une bande d'amis.”

C'est leur premier manager, Paul McGuinness, qui s'est occupé du groupe pendant 35 ans, qui avait suggéré, très tôt que le groupe devrait tout partager équitablement entre ses membres. Ce nivellement semble les avoir maintenu ensemble. Un grand nombre de groupes se sépare en raison d'ego mania et de rivalité.

“C'était vraiment de la sagesse pure. Il nous a fallu moins de trois minutes pour y penser et dire : 'Oui, c'est une bonne idée.' ”

Lorsque le train marque l'arrêt à Penn station, nous nous séparons et partons dans des directions opposées. Je suis vraiment triste de quitter le cocon, ma famille rock'n'roll. Et si c'était vraiment la fin ?

U2 jouera à la Manchester Arena les 19 et 20 octobre et à l'O2 de Londres, les 23 et 24

Lire le début de l'interview

Lire la suite de l'interview

Voir en ligne : The Times

U2 France

RTV 95.7 Podcast : L'Accordéon Club

Emission du dimanche 14 octobre

S'abonner gratuitement

« Les dernières news

Octobre 2018
LMMJVSD
1256
910
161718192021
22232425262728
293031