Actu musique

13 octobre 2018

RTV 95.7 Podcast : From Deep House To Progressive

Avec Tour-Maubourg - Franck fonema - Archie Hamilton - Jimpster - Youen - City Soul Project - Jovonn - Ian Pooley - Ovidio - David Harness - Demarkus Lewis - Leigh D'Oliver - The Journey Men - Phil Weeks

S'abonner gratuitement

U2 : manger sainement et l'expérience de Bono avec la mort imminente (Part 2)

Interview exclusive avec la formation rock irlandaise U2 par Chrissy Iley

Photo : AUSTIN HARGRAVE pour le SUNDAY TIMES MAGAZINE

JPEG - 51.3 ko

Bono avait collaboré étroitement avec Harvey Weinstein sur le film sorti en 2013 sur Mandela, Long Walk to Freedom, remportant un Golden Globe pour la chanson l'accompagnant Ordinary Love. “Il a fait du bon boulot pour U2. Mes filles sont très impitoyables là dessus. Chaque fois que je commence à philosopher, elles me disent : ce n'est pas à toi d'en parler.'”

Je ne sais dire si c'est de la tristesse que je vois dans ses yeux ou simplement de la fatigue. Dans les lignes d'introduction de Songs of Experience, Bono révélait qu'à l'hiver 2016, il s'était “frotté à la mortalité”. “Ca a été un électrochoc,” écrit-il. “Un choc qui m'a fait m'accrocher à ma propre vie. Ca a été une expérience saisissante. Je ne souhaite pas m'étendre dessus. Je ne souhaite pas la nommer.”

L'an passé, il a été plus loin, lors d'une interview, la décrivant comme “une manifestation de l'extinction” de nature “physique”. Alors, que s'est-il passé ? “Je ne veux pas en parler”, me dit-il. “Mais j'ai eu un moment majeur dans ma vie récente où j'ai presque cessé d'exister. Je m'en suis totalement remis, je suis plus fort que jamais.”

Il parle comme s'il avait eu une décision à prendre en conséquence. “Non, pas du tout. Il ne s'agissait pas d'une décision. C'était plutôt sérieux. Je vais bien à présent, mais je ne l'était vraiment presque pas.”

Cela aide à mieux comprendre nombre des chansons figurant sur les deux derniers albums — certaines sont des lettes à ses infants et à son épouse, des réflexions, des conversations avec un lui-même plus jeune sur comment les choses auraient pu être.

“C'est marrant non j'ai déjà parcouru la route de l'écriture sur la mortalité. Ca a toujours été en arrière-plan.”

Comment en serait-il autrement ? Il avait 14 ans lorsque sa mère, Iris, est décédée. Elle a succombé des suites d'un anévrisme quatre jours après les funérailles de son père. Il a toujours aimé souligner combien de dieux du rock ont perdu leur mère très tôt — John Lennon, par exemple. A l'origine Larry et lui ont té unis par le décès de leur mère. Ca a toujours été en arrière-plan. “Et, puis, c'est passé au premier plan.”

A-t-il eu le pressentiment qu'i allait se frotter à la mort ? “Non, mais j'ai eu droit à pas mal de signaux. Une bonne part de coups au cours de ces dernières années.”

Comme sa chute en vélo en 2014, résultant sur un bras cassé en six endroits et un orbite amoché ? Il est passé par une opération de plus de 5 heures après cela. “Ca n'en a été qu'un parmi tant d'autres. J'aurais dû prêter plus attention à ce qui m'était chuchoté à l'oreille, sérieusement. The Edge dit que je considère mon corps comme une gêne et c'est vrai. J'aime vraiment être en vie et je suis plutôt bon pour ça, ce que je veux dire est que j'aime avoir le meilleur de n'importe quel jour. C'était la première fois que j'appuyais mon épaule sur la porte et qu'elle ne s'ouvrait pas. J'avais l'impression que Dieu me murmurait : la prochaine fois, frappe à la porte ou tourne la poignée tout simplement. N'utilise pas ton épaule sinon tu la briseras.' ”

Cela a-t-il eu un impact sur des choses d'ordre plus pratiques, comme tourner ?

“Oui. Et je ne peux plus en faire autant qu'avant. Sur les précédentes tournées, je pouvais rencontrer des centaines de législateurs entre deux concerts et aujourd'hui, je ne peux plus le faire. Cette tournée est particulièrement épuisante. Que vous soyez confronté à votre propre mortalité ou à celle d'un proche, vous arriverez à un stade de votre existence où vous vous interrogerez sur où vous allez.”

Cela signifie-t-il qu'il n'y aura pas d'autre tournée de U2 après celle-ci ? “Je ne sais pas. Je ne prends rien pour acquis.” Bono a toujours vécu dans la peur de voir son groupe devenir patrimoine national connu pour tourner avec ses plus gros succès. L'an dernier la formation rock irlandaise avait pris la route pour jouer entièrement son album Joshua Tree, sorti en 1987.

“Cela ne pose pas de problème que de reconnaître une oeuvre faite et la respecter, mais c'est le mieux que l'on puisse faire, puis nous n'allons pas en faire une affaire d'état”, souligne-t-il. Son plus jeune soi serait-il déçu par le plus vieux ?

“Je ne suis pas certain que mon plus jeune moi aurait approuvé où j'en suis arrivé, mais j'aime à croire qu'il a fini de me filer des coups dans la figure, il errait que je suis resté fidèle à mes croyances. J'appartiens toujours à un groupe qui partage tout. Je ne me contente pas d'attirer l'attention sur des situations problématiques, mais essaie de faire quelque chose pour les résoudre. J'ai toujours la foi, je suis toujours amoureux et j'appartiens toujours à un groupe. Est-ce que ton plus jeune toi peut en dire autant ?”

Mon plus jeune moi dirait que j'ai foutu ma vie en l'air, que je suis fichue côté cœur, que j'ai été mauvaise et destructive, mais hé, je suis dans un appart-terrasse avec Bono. Mon plus jeune moi dirait : “Ouais, tu as réussi !”

En se marrant, Bono se tourne vers moi et lâche : “Tu devrais être le chanteur de ce groupe.”

Nu avec Adam Clayton

Je suis de retour dans la salle du Boston Garden. Dans les entrailles sinueuses du bâtiment, l'équipe de production de U2 slalome sans heurt. Ils le font au quotient et certains le font même depuis des années avec une loyauté sans faille. La majeure partie de l'équipe est composée de femmes, des femmes qui font en sorte que tout se passe sans encombre. Elles avancent à pas feutrés en jeans sombre et Converse.

La première fois que je m'étais aventurée en coulisses avec U2 remonte à une vingtaine d'années. L'uniforme était différent alors — des robes flottantes super longues et des chaussures hautes compensées, et les femmes couraient, sans tomber, perchées sur des talons d'une hauteur vertigineuse dans les stades.

Je retrouve Adam Clayton dans l'abri guitares sous la scène. J'ai droit à une visite guidée. Le technicien de The Edge, Dallas Schoo, passe en revue amoureusement ses 33 guitares. Les basses de Clayton sont moins nombreuses — environ 18 — mais elles compensent par leur éclat. Il les a baptisées : une lilas à paillettes avec une large sangle cloutée du nom de Phil Lynott, le leader de Thin Lizzy et une autre avec une sangle plus gothique du nom de Cure.

Clayton arbore un T-shirt Vivienne Westwood et des effluves de bois de santal. Son corps est musclé, c'est impressionnant. Il aime la muscu.

Nous tirons des rideaux de fortune pour notre interview qui a lieu là même où il aura sa séance de physio. Le voilà presque nu, avec seulement une serviette. Le physiothérapeute tourne avec le groupe et Clayton a droit à une séance avant chaque concert.

“Je fais beaucoup d'exercice. Je cours et fais des altères le matin, ça me renforce un peu, et pendant le concert, je porte la basse, il y a d'autres excentricités professionnelles qui affectent le corps. Je dois m'assurer qu'elles ne vont pas se transformer en vrais problèmes. Ca m'a un peu choqué d'apprendre que ce qui peut arriver lorsqu'on a la vingtaine ou trentaine en terme de bassiste et les conséquences lorsqu'on arrive à la quarantaine ou cinquantaine, des claquages ou élongations répétitives.”

Parle-t-il du canal carpien ? Il est bassiste et ses doigts ne bougent plus ?

“Exactement. Mais en fait, pour moi, le problème et l'impact que cela a eu sur mes hanches et le bas de mon dos, les épaules et le cou. C'es tellement tendu qu'on ne peut se tourner ou bouger.”

Hagen, le physiothérapeute, est allemand et il pale avec un accent germano-irlandais. Ses mains sont solides et semblent savoir ce qu'elles font. L'observer masser quelqu'un est plutôt méditatif. “Ca l'est. Il faut s'assurer que les canaux sont ouverts quand on est sur scène”, d'expliquer Clayton. “On ne peut laisser des pensées bizarres traverser son esprit.”

Il y a bien eu une époque, à la fin des années 1990, où il était plein de pensées bizarres et d'excès aussi incohérents. Le gentleman poli était sorti des clous. Il était tombé amoureux de Naomi Campbell. Son anatomie masculine figurait sur la pochette de Achtung Baby, sa timidité inhérente avait laissé la place à un exhibitionnisme effréné. Que de chemin parcouru depuis. Il a épousé Mariana Teixeira de Carvalho, ancienne avocate des droits de l'homme au Brésil, avec laquelle il a eu un fille, Alba. A présent, ses addictions aboutissent à de l'exercice et aux T-shirts de designers.

“Lorsque nous avons débuté en 1976 et par la suite, le son d'un groupe punk était la chose la plus puissante qu'un ado pouvait entendre, et tous les bassistes étaient des stars. C'était bien plus cool que d'être un simple guitariste. Nous sommes aussi un petit peu plus mystérieux, dans le fond. De nos jours, la plupart des enregistrements modernes sont des basses et batteries programmées et de synthèse. Ce n'est pas réel.”

Il pense que le prix à payer, le fait de jouer et les conséquences pour son corps, n'est rien en comparaison de celui que paie Larry Mullen.

“Il lui faut une séance de physio une heure avant et une heure après chaque concert. Il souffre et ses muscles ont besoin de fonctionner. La batterie est le truc le plus affaiblissant que l'on puisse imaginer. C'est un peu comme une carrière de sportif, où l'on devrait s'arrêter passé 35 ans, mais personne ne le savait lorsque le rock'n'roll a déboulé. Personne ne se doutait que cela déboucherait sur une longue carrière.”

Trois tournées consécutives ont eu un impact cumulé et Clayton a hâte d'être en vacances “avec le reste du groupe dans le sud de la France”. Ils ont tous une maison les uns près des autres sur la côte d'Azur. C'est incroyable que non seulement ils bossent ensemble mais en plus veulent passer leurs vacances ensemble. “Oui, c'est pervers. Nous avons tous des enfants et un groupe d'amis qui nous entoure, aussi c'est un peu comme une communauté et c'est sympa de passer du temps ensemble.”

A suivre

Première partie

Voir en ligne : The Times

U2 France

« Les dernières news

Octobre 2018
LMMJVSD
1256
910
161718192021
22232425262728
293031