Actu musique

12 janvier 2018

Club Jazzafip du vendredi 12 janvier 2018

Photo par Leon Morris Redferns De 19h à 20h, ça jazz à fip ! Jane Villenet (du lundi au jeudi) et Charlotte Bibring (du vendredi au dimanche) reçoivent chaque soir un programmateur pour une émission où s’entremêlent tous les jazz, des grands standards aux artistes émergents.

rss

Exclu : Pop et grandeur pour The Herbaliser

Ollie Teeba et de Jake Wherry et leurs compagnons de studio | Matt Humphrey Le duo londonien dévoile aujourd’hui «Seize The Day», premier extrait majestueux d’un nouvel album attendu le mois prochain.

rss

N'ayez pas peur, entrez dans le “Semicircle“ des génies de The Go! Team

Depuis déjà quatorze ans, le cerveau de l’Anglais Ian Parton constitue un fascinant cabinet de curiosités dont sont sortis d’improbables cadavres exquis sous l’entraînant blaze The Go! Team. Héritier dévoyé du big beat de son voisin de Brighton Fatboy Slim, Parton jongle depuis quatre albums avec les mélodies primeurs du Brill Building, le hip-hop old school, la Northern soul, les chorales des collèges british, les BO bollywoodiennes et tout ce qui passe dans sa centrifugeuse à haute teneur en vitamines.

Il y a trois ans, c’est en autarcie complète qu’il avait toutefois choisi de fabriquer l’enthousiasmant The Scene Between, calmant (légèrement) sa frénésie syncrétique pour se concentrer sur le songwriting.

Les Inrocks - musique

Avec le synthétique "The House", Porches s'éloigne de l'indie rock des débuts

Accoudé à la fenêtre de son appartement new-yorkais, Aaron Maine, sweatshirt à capuche et cheveux en bataille, nous offre depuis son smartphone une vue imprenable sur Eldridge Street et son brouhaha matinal. Une petite rotation sur la droite et Maine braque alors la caméra sur un home-studio rudimentaire, constitué d’un ordinateur et de quelques boîtes à rythmes : “C’est ici que j’ai enregistré mon disque”, nous prévient-il, avant de s’enfoncer dans un canapé moelleux que l’on imagine confortable.

Anything U Want, le titre qui vient clôturer le troisième album de Porches, s’achève d’ailleurs sur une longue nappe progressive à laquelle succède le bruit lointain de la rue, qui semble nous parvenir d’une fenêtre entrouverte.

Les Inrocks - musique

"Sans dire adieu" : un modèle de langue française à la façon de Lonepsi

Si ce jeune homme lettré, né de parents argentins, parle comme il écrit, tout en mesure et en articulant chaque mot, c’est que sa langue française lui est chère. Fils de psy et biberonné par une bibliothèque familiale classique, Lonepsi n’a pas le profil type d’un rappeur du 9-3.

Les Inrocks - musique

"Shadow People" : l'histoire de la rencontre entre The Limiñanas et la tête pensante de The Brian Jonestown Massacre

“On est arrivés à Berlin en pleine nuit, il faisait un froid de canard. C’était un peu avant Noël, en 2016. On a débarqué chez Anton Newcombe en taco aux alentours de minuit. Une nana qui s’appelle Andrea Wright, ingénieur du son, nous a ouvert. Je pensais qu’on allait boire un coup et filer au pieu, mais pas du tout, on a commencé tout de suite à monter quelques bouts de demos.” Depuis son fief de Cabestany, Lionel Limiñana nous raconte l’enregistrement de Shadow People en Allemagne, avec toute la verve d’une vieille chronique d’Alain Pacadis et l’enthousiasme de l’adolescent sommeillant en lui qui aurait croisé le fantôme de Ian Curtis.

Une histoire qui commence par un tweet – “ou un message sur Facebook, je ne suis pas très réseaux sociaux” – d’Anton Newcombe, leader de The Brian Jonestown Massacre,

Les Inrocks - musique

Lauren Auder, Penguin Cafe Orchestra, B. Fleischmann... en accéléré

Lauren Auder est né en Angleterre puis a grandi dans le sud-ouest de la France. Mais à mesure que nous parviennent ses chansons, on sait où il a principalement vécu : dans sa tête. Comment expliquer autrement cet univers si formé, intime et personnel ? Surtout que, signé par la prestigieuse écurie américaine True Panther Sounds (Tobias Jesso Jr., Abra, King Krule…), le jeune homme a à sa disposition les moyens de sa démesure. L’écriture, le chant ou la science compulsive des arrangements : tous les éléments semblent ici avancer de front de manière immodérée. The Baptist a beau simuler le minimalisme éthéré, on sent bien par quelle maniaquerie, par quels choix drastiques sont passés ces orchestrations savantes, ce chant dandy de crooner des tréfonds. A 19 ans, on peut parler de prodige, non ?

Les Inrocks - musique

Le cultissime album "Fleetwood Mac" se paye une seconde jeunesse et une version deluxe

Fondé en 1967 à Londres autour du guitariste de blues Peter Green, Fleetwood Mac se retrouve sept ans et neuf albums plus tard dans une impasse. Green n’est plus là depuis longtemps, la valse des guitaristes et les flottements internes ont donné lieu à des disques qui peinent à trouver leur style, et c’est sous le soleil de Los Angeles que les survivants tentent leur va-tout.

Après Heroes Are Hard to Find, album de transition enregistré à L. A. et sorti fin 1974, Mick Fleetwood, John McVie et sa jeune épouse Christine vont finalement résoudre l’impossible équation en tombant sur un couple miraculeux de beauté, qui pose tels Adam et Eve sur la pochette de son premier album baptisé de leurs deux noms : Buckingham Nicks.

Les Inrocks - musique

“C'est La Squale ma gueule !"

Le 5 janvier, en guise de vœux de bonne année, Moha La Squale lâchait pour la première fois l’ensemble de ses titres, soit dix-sept morceaux, sur les plates-formes de streaming. Un détail pour certains, qui veut dire beaucoup pour d’autres puisqu’il résume le décollage express de La Squale, encore inconnu en juillet dernier, désormais reconnu par les Deezer, Apple, Spotify and co. Pour ceux qui auraient loupé un épisode : Moha La Squale – Mohammed de son prénom – est un jeune rappeur issu du quartier de La Banane (Paris XXe) qui s’est fait connaître en postant des freestyles sur sa page Facebook, bien vite téléchargés sur YouTube par ses fans.

Une histoire d’internet donc, de bouche à oreille. Une histoire de succès éclair, d’artiste adoubé, élevé par son (jeune) public et non par une maison de disques. L’histoire d’un jeune dealer de shit déscolarisé à 15 ans, passé par la case prison, repéré par le réalisateur Barney Frydman qui lui conseille de s’inscrire au Cours Florent. Le voici qui poursuit une formation de comédien, joue dans le court métrage La Graine diffusé sur Arte en 2015, se passionne pour la littérature, s’éprend de Shakespeare.

Quand il ne joue pas, Moha La Squale écrit ses propres textes, qu’il balance façon fulgurance dans des freestyles un peu fucked up, un peu ovni, qui parlent de son quotidien d’avant, de maintenant, d’après, de la “rue Duris”, de son quartier natal, de “coco”, de violence, de sommet, de vertige, d’amis. Sur le dernier, le bien nommé Pour la dernière, le rappeur contemple le chemin parcouru “depuis Fleury”, remercie ses fans de leur soutien, lui “qui servait avenue Marceau”, et promet que l’album “arrive”. “2018 j’veux tout l’gâteau”, lâche-t-il en refrain. Moha La Squale a signé chez Elektra, un label de Warner Music, et promet un retour en grande pompe le 4 février. Bravo morray.

Tous les titres de Moha La Squale sont disponibles sur Apple Music. Pour revoir ses freestyle, on vous invite à cliquer sur ce lien (compte YouTube).

Les Inrocks - musique

On y était : Alt-J en concert à Bercy

Alt-J en concert à l'AccorHotels Arena, cet énorme complexe de plus de 10 000 places, l'annonce avait suscité la surprise. Pourtant, venu y présenter son quatrième album Relaxer, le trio anglais en a facilement rempli les 3/4. Autant dire que le sol a vibré à leur arrivée sur scène. Les trois musiciens s'installent chacun à leur place, chaque membre étant séparé par des sortes de barreaux en néons, empêchant une liberté de mouvements et de complicité entre eux. Ce manque cruel de spontanéité sera comblée par l'accent mis sur la scénographie et des effets de lumières hallucinants.

Aucune insolation n'a put barrer mon chemin ce soir ! #altj #bercy

A post shared by margot ✨???? (@togram____) on Jan 11, 2018 at 3:08pm PST

Et la sauce prend vite. Après Dead Crush en guise d'introduction, puis Fitzpleasure, un de leur gros tubes, le public en fosse est déjà surexcité, tandis que le groupe enchaîne sur Something good. Cette entrée en matière illustrera les 90 minutes de concert qui suivront : un titre du nouvel album, deux tubes.

Volutes clandestines

Installée sur les gradins gauche de l'arène, l'aura du groupe ne m'atteint pas, et pas moyen non plus de profiter réellement du show et de ces effets visuels faits pour être pris de face. Frustrée, je me déplace vers les hauteurs des gradins en plein milieu de l’arène, où j'y trouve une petite communauté de fans exaltés se tenant debout, bières en main en mode danses décomplexées, d'autant plus chavirés par la dimension de cette vue imprenable. Sous nos yeux, des milliers d'individus fourmillent dans l'attente des prochaines notes de guitares de Joe Newman. Le concert prend une toute autre dimension, tandis qu'à mes côtés se dégagent d'agréables volutes de fumées clandestines.

Night vices #altj#live#paris#music#concert @unrealaltj @iancr

A post shared by RameshNair makes @Moynat Paris (@nair348) on Jan 11, 2018 at 2:55pm PST

.

Après avoir écumé 90% des classiques (dont évidemment Mathilda, en dédicace à leur pote Roger, LE moment pour dégainer son portable et allumer son briquet) qui peuplent son répertoire, le groupe fait mine d'un rappel. Galvanisé par plus d'une heure de show, personne ne compte en rester là. Une fille à coté de moi est carrément en train de faire des bonds de plus d'un mètre en tapant frénétiquement sur le sol.

Les anglais reviendront calmer tout le monde et la soirée se clôturera sur le très très attendu Breezeblocks et ses paroles cultes « Please dont’t go I love you so I love you so ».

Les Inrocks - musique

Her partage l'envoûtant clip “We Choose”, et c’est très beau !

Il y a des groupes, comme ça, dont on ne se lassera jamais de dire du bien. Her est de ceux-là. Après avoir dévoilé We Choose, il partage (enfin) la vidéo qui accompagne ce tube soul en puissance. Comme pour la chanson, les images sont sobres et puissantes, presque autant que la voix envoûtante de Michael Declerck.

We Choose est un extrait du tout premier album, simplement nommé Her, à paraître le 30 mars prochain. Un peu après cette sortie, en mai, une minisérie de 5 épisodes, elle aussi appelée We Choose, verra le jour.

Pour une expérience live, il faudra attendre jusqu’au 15 mars, moment choisi par Her pour amorcer une tournée qui les baladera dans toute l’Europe, et, bien sûr à Paris pour un concert événement à l’Olympia. Toutes les dates sont à retrouver en cliquant sur ce lien.

Les Inrocks - musique

Quand Future et Young Thug vont à la rencontre des jeunes d'Atlanta

L'année dernière, Future et Young Thug ont publié un album commun, Super Slimey. Dessus, il y a All da Smoke, morceau sec et sombre qui se paye désormais un clip tourné à Atlanta, ville d'où viennent les deux rappeurs. Sur fond de réalisme social et de gestuelle poseuse, ils essayent de voir à travers la fumée - littéralement - qui semble embrouiller l'esprit d'une jeunesse un peu perdue. Un clip plutôt sérieux, donc, parce qu'il n'y a pas que l'ego trip dans la vie.

Les Inrocks - musique

Clara Luciani dégoupille le clip de “La grenade”, extrait d’un album à paraître

Après un premier EP (Monstre d'amour) remarqué et remarquable, Clara Luciani signe son retour avec un titre explosif, doté d’une vidéo, La grenade ; extrait d’un tout premier album à paraître au printemps.

Dans ce clip réalisé par Christian Beuchet, la lauréate du concours de découvertes inRocKs lab 2016, qu’on vous présentait aussi comme la digne héritière de Barbara, nous offre un mini-concert privé, cadencé par ce songwritting qu’est le sien. Pour teaser ce nouveau morceau, la madone avait lancé un défi tout simple, se filmer en train de réciter les paroles du refrain “Sous mon sein, la grenade”. Le résultat (où l’on aperçoit quelques têtes connues) est à voir en cliquant ici.

Clara Luciani sera en concert à la Gaité de Lyrique de Paris le 11 octobre prochain.

Les Inrocks - musique

Dominique A : un nouveau titre et un clip magnifiques

Comme on vous le disait ici, Dominique A va sortir deux albums en 2018, le premier ayant pour titre Toute latitude, à paraître le 9 mars. C'est la chanson-titre de ce disque passionnant que l'on dévoile aujourd'hui, accompagnée d'un clip formidable signé Sébastien Laudenbach, dont le film d'animation La jeune fille sans main a reçu le Prix du jury du festival international du film d'animation d'Annecy en 2016. Ce clip est le premier d'une série de quatre, qui formeront un ensemble au moment de la sortie de l'album. L'univers onirique de Laudenbach, qui a choisi d'illustrer la chanson par une forêt sensuelle emplie de sirènes, de centaures et de fées, ainsi que par une constellation d'atomes qui se lient les uns aux autres, correspond à merveille à l'éternel questionnement de Dominique A sur les possibles et les désirs de l'enfance.

Les Inrocks - musique

Ce week end, apprenez à danser avec Bagarre

Si vous ne compreniez rien à Bagarre, leur nouveau morceau ne va rien arranger. Il s'appelle Danser seul (ne suffit pas) et se situe dans une zone étrange des musiques électroniques, comme toujours avec le groupe. Le clip du morceau est un peu comme ça aussi. Tourné dans un club (le Badaboum, à Paris), réalisé par Grégoire Dyer feat. Image Group (collab habituelle sur l'image de Bagarre), il met en scène Master Clap dans une société nocturne idéale, diversifiée, où danser ensemble est mieux que danser seul.

Danser seul (ne suffit pas) est le deuxième extrait du premier album de Bagarre, qui paraîtra le 23 février sous le titre Club 12345. Il fait suite à Béton armé, publié en novembre pour annoncer le retour du groupe, deux ans déjà après le petit buzz de leur ep Musique de Club.

Les Inrocks - musique

Soirée karaoké avec le nouveau clip de Majid Jordan

Avec Majid Jordan, ce duo canadien signé sur le label OVO Sound du sacro-saint Drake, la formule est souvent la même, et elle fait souvent mouche. Aujourd’hui, Majid Al Maskati et Jordan Ullman sont de retour avec le clip tout plein de love de Gave Your Love Away extrait de leur dernier album The Space Between.

Dans cette vidéo réalisée par Common Good, on retrouve donc tous les ingrédients de cette fameuse formule évoquée plus haut : les deux amis en mode beaux gosses en train de charmer tout ce qui bouge avec leur voix de velours, sur des instrus planantes, lascives. Petite nouveauté pour ce clip, la scène est en fait un karaoké et vous pouvez donc essayer de chanter comme eux. Rien ne dit que si vous y arrivez, vous pourrez aussi bien vous entourer qu’eux !

The Space Between est disponible sur Apple Music.

Les Inrocks - musique

A gagner : 2 places pour le Live à Fip au Marseille Jazz des Cinq Continents avec Melanie de Biasio et Raphaël Imbert

Photo by Peter Van Breukelen/Redferns via Getty Images Jouez et gagnez vos places pour ce Live à Fip exceptionnel le 23 janvier prochain

rss

« Les dernières news

Janvier 2018
LMMJVSD
2425262728
293031