Actu musique

11 janvier 2018

Lhasa de Sela en Live à Fip

Lhasa de Sela Ce jeudi 11 janvier 2018, revivez le concert de Lhasa de Sela enregistré en 2009 à Reykjavik.

rss

Club Jazzafip du jeudi 11 janvier 2018

Charles Mingus De 19h à 20h, ça jazz à fip ! Jane Villenet (du lundi au jeudi) et Charlotte Bibring (du vendredi au dimanche) reçoivent chaque soir un programmateur pour une émission où s’entremêlent tous les jazz, des grands standards aux artistes émergents.

rss

Etienne Blanchot abandonne la programmation de Villette Sonique : "Plutôt partir que trahir"

Le message qu'il vient de publier commence par "Plutôt partir que trahir…" Ce n'est sans doute pas le cœur léger qu'Etienne Blanchot a annoncé son départ de Villette Sonique, le festival parisien pointu, défricheur, exigeant et néanmoins successful, dont il assurait la programmation depuis sa création en 2006.

"En désaccord profond avec la Direction de la Villette (organisatrice de Villette Sonique), quand au futur et à l'identité de Villette Sonique, j'ai décidé de ne pas renouveler mon contrat pour 2018", écrit-il. Et plus loin : "On ne peut pas tous les ans assumer une impasse aussi ubuesque que celle de l’épisode du plein-air périphérique l’année dernière". En effet, pour l'édition 2017, une partie du festival avait été repoussée aux confins du site de la Villette, du côté de la Halle aux Cuirs, quasiment sous le périphérique. "Par mesure de sécurité", le festival ayant débuté trois jours après l'attentat dans une salle de concerts de Manchester.

(La Colonie de vacances à Villette Sonique en 2017 : musique de la périphérie, et presque sous le périph')

"Je n’assurerai pas non plus jusqu’au bout la programmation de la prochaine édition, pour laquelle j’avais déjà confirmé Marquis de Sade, John Maus, Deerhunter, Flat Worms, Kate NV, Tzusing ou Midnight Sister", indique aussi Etienne Blanchot.

On le remercie pour ces infos, et pour l'ensemble de son œuvre à Villette Sonique.

Les Inrocks - musique

Un nouveau morceau de Karen O (Yeah Yeah Yeahs) pour la campagne mode de Kenzo

Le morceau, YO! MY SAINT, en featuring avec le chanteur britannique Michael Kiwanuka apparaît dans le mini-film pour la campagne de pub de Kenzo pour la collection Printemps/Eté 2018 (qui se regarde en fin d'article). "La chanson raconte l'histoire d'amour d'un photographe qui crée des icônes en traitant ses modèles comme des œuvres d'art. Il a créé sa muse et l'a guidée vers le succès. Mais qui est-elle vraiment?" déclare Karen O sur son site web.

Comme le rapporte Pitchfork, la chanteuse aurait déclaré «Pour la musique, j'ai tout de suite voulu faire du mélodrame et du romantisme, avec beaucoup de désir et d'enjeux - tout ce qu'il y a de bon dans n'importe quel feuilleton coréen», une ambiance qui transparaît complètement à l'écoute du morceau et dans l'intensité de sa voix singulière.

À la réalisation du mini-film de promotion on retrouve Ana Lily Amirpour (A Girl Walks Home Alone at Night) et Alex Zhang Hungtai  (de Dirty Beaches) dans le rôle d'un photographe de mode qui tombe amoureux de deux modèles Jessica Henwick et Kiko Mizuhara.  Le thème de la collection de Kenzo s'inspire du compositeur japonais Ryuichi Sakamoto et de la célèbre modèle et muse Sayoko Yamaguchi.

Yeah Yeah Yeahs est dors et déjà annoncé au festival Governors Ball à New York cet été.

Les Inrocks - musique

Le duo électro Essaie Pas sur les traces de Philip K. Dick

Venu directement des caves canadiennes, le duo expérimental Essaie Pas est une perle de la bouillonnante scène montréalaise. Sur fond de synthés glaçants et spoken-word hypnotiques, le duo composé de Marie Davidson (aussi connue pour embrasser une carrière en solo) et Pierre Guerineau, auparavant signé chez Teenage Menopause, sortira son quatrième album New Path le 16 mars sur DFA, le label electro de James Murphy.

Second extrait de cette prochaine galette avec Complet brouillé, un titre qui joue sur les effets des drogues dissociatives, directement inspiré du roman culte de Philip K. Dick, Substance Mort et du personnage de Fred, un flic infiltré dans le monde des stupéfiants qui cache son identité sous un «complet brouillé» lui permettant de passer incognito.

"C'est aussi une chanson inspirée par les effets des drogues dissociatives, qui en déformant les perceptions de la vue et du son, produisent des sentiments de détachement de l'environnement et de soi" explique Marie Davidson dans une interview accordée à Noisey. "C'est l'un de mes morceaux préférés sur cet album, nous en avons eu l'idée à 5 h du matin sur un dancefloor, nous voulions avoir une track planantemais sexy qui joue avec les perceptions", complète Pierre Guerineau.

Complet brouillé s'écoute ci-dessous :

Dépendance, perte et vitesse des médias

Rédigé en 1977, Substance Mort narre une plongée schizophrénique dans le milieu de la drogue dans une Amérique onirique, entre effacement progressif des singularités, tension et paranoïa technologique. Le roman dystopique, auquel le duo a souhaité rendre hommage, trouve encore son écho et sa pertinence aujourd'hui. On retrouve donc sur New Path plusieurs titres en référence explicite tels que Les agents des stups, ou Substance M. Un premier aperçu était sorti en novembre dernier avec le titre Futur Parlé, en écoute ci- dessous :

New Path sortira le 16 mars, et il est en pré-commande ici.

Les Inrocks - musique

La Femme, Juliette Armanet, FAIRE, Baxter Dury dans la BO du film "AMI-AMI"

Mercredi prochain sortira AMI-AMI, le premier film de Victor Saint Macary. Après avoir travaillé comme scénariste sur le film Le Brio d'Yvan Attal, le tout juste promu réalisateur propose une toute nouvelle histoire : celle de deux meilleurs amis (les rôles de William Lebghil et Margot Bancilhon) au cœur brisé et devenus colocataires, qui se sont promis de ne plus jamais tomber amoureux. Un engagement qui s’envolera bien rapidement, si l’on en croit la bande-annonce :

La jeune garde française à l’honneur dans la bande originale

Pour mettre en musique cette amourette farfelue et bien marrante, il faut l’avouer, le réalisateur a fait appel à Victor le Masne. Vous connaissez sûrement cet homme, si vous avez suivit les haletantes aventures electro-pop du duo Housse de Racket (qu’il forme avec Pierre Leroux), dont la dernière péripétie, The Tourist, remonte à fin 2015 – vous pouvez en regarder deux clips, ici et là.

En plus des sept compositions originales qui construisent cette bande originale, neuf autres titres viennent l’étoffer. Tous, ou presque, ont été réservés à cette jeune garde (si emballante) d’artistes français. Se sont donc greffé au casting : La Femme, Juliette Armanet, ou encore le groupe de rock FAIRE, sur qui nous misons pour la suite. Si vous voulez écouter la bande originale du film et découvrir la tracklist complète, il vous suffit de cliquer sur ce lien.

Précisons ici que le disque sortira en physique et en digital via la très chouette maison Microqlima, lieu de résidence de Isaac Delusion, L’Impératrice, Pépite…

Les Inrocks - musique

Mort de "Fast" Eddie Clarke, le dernier Motörhead originel

"Fast" Eddie Clarke est décédé hier à l'hôpital des suites d'une pneumonie, à l'âge de 67 ans. Il est mort "paisiblement", précise l'annonce (sur la page Facebook officielle de Motörhead). Ce qui va contraster avec le souvenir que l'homme laisse aux fans de rock. Eddie Clarke fut guitariste et co-compositeur de Motörhead entre 1976 et 1982, soit la période bénie des albums Motörhead, Overkill, Bomber, Ace Of Spades et Iron Fist (qu'Eddie Clarke avait produit, avant de quitter le groupe, puis d'aller fonder le groupe Fastway).

Après les décès en 2015 (et à quelques semaines d'intervalle) du batteur Phil Taylor et du patron Lemmy Kilmister, "Fast" Eddie Clarke était le dernier membre vivant de l'infernal line-up classique de Motörhead. Les voici réunis, avec en bonus leur regretté fan Christophe Servel, disparu lui aussi il y a quelques jours.

Les Inrocks - musique

La soul androgyne de Nicolas Ly est idéale pour s'évader

Dans nos radars depuis un bon moment, et définitivement échappé du groupe Applause (depuis 2015), Nicolas Ly continu son chemin en solo. Après un premier et sublime extrait, Breathin, sorti au beau milieu de l’été 2017, le chanteur à la voix envoûtante est de retour avec la vidéo toute neuve de son titre Dream Out Loud. Ancien mannequin passé par les Beaux-Arts, Nicolas creuse encore le trouble androgyne sur ce nouveau morceau.

Ce dernier clip, réalisé par Elisa Baudoin, met en scène Nicolas Ly au milieu de grands et magnifiques paysages : un moyen parfait pour s’évader du quotidien des grandes villes, et s’abandonner pleinement à la puissante voix soul de cet homme, à la fois auteur compositeur et interprète.

Les Inrocks - musique

L'œuvre solo du bassiste de Can Holger Czukay coffrée au printemps

Le 23 mars 2018 verra la sortie d’un coffret de cinq disques (vinyle ou CD) couvrant la carrière solo du musicien allemand Holger Czukay qui fut le bassiste du légendaire groupe de Cologne, Can. Cette date avait été minutieusement choisie par le label Grönland (également à l’origine de rééditions haut de gamme consacrées à Neu ! et Harmonia) puisqu'elle tombait la veille de ses 80 ans. Czukay, qui a été retrouvé mort dans son studio le 5 septembre dernier, n’aura pas la chance, hélas, de savourer cette consécration en forme de rétrospective intitulée Cinema.

Movie star

Pourquoi Cinema ? Parce que l’influence du 7e art fut déterminante tout au long de sa longue carrière. Parmi les souvenirs d’enfance qu’il présentait comme fondateurs dans sa vocation, il citait souvent la projection du film Traumereï inspiré de la vie amoureuse de Robert et Clara Schumann. Musique et cinéma furent dès lors indissociable dans la féconde caboche de ce prussien passé à l’ouest avec ses parents après la Seconde guerre mondiale. Autre symbole de son attachement au grand écran, son premier album solo après avoir quitté Can en 1980 s’intitulait Movies (le premier album de Can s’appelant quant à lui Monster Movie). Enfin, détail d’importance, dès 1971 Czukay investira un ancien cinéma, le Weilerwist dans la banlieue de Cologne, qu’il transformera en studio, le fameux Inner Space. C’est là que furent enregistrés les disques les plus marquants de Can comme Tago Mago ou Ege Bamyasi où, associé au batteur Jaki Liebezeit, également décédé en 2017, Czukay constituait la section rythmique la plus puissante de toute l’Europe continentale.

Blues papal

Elève du compositeur Karlheinz Stockhausen, Czukay se consacra après Can à ouvrir de nouvelles routes musicales à l’aide de techniques apprises auprès du maître de l’avant garde allemande. Précurseur aussi inventif que scrupuleux de ce qui serait bientôt appelé « sono mondiale », il réussira ainsi de passionnantes hybridations sonores, associant par exemple un chœur d’église à des chants vietnamiens, ou plongeant sans bouée dans les vertiges de la musique classique iranienne. On lui doit aussi des grands moments d’anthologies loufoques comme celui où il adossera une homélie papale de Jean Paul II à un groupe de blues.

Cinema contient également l’essentiel des nombreuses collaborations qu’il a scellées au gré de rencontres fortuites ou d’affinités fructueuses, avec Jah Wobble, Brian Eno ou encore The Edge. Ultime preuve de son empreinte novatrice, le coffret inclue un "vinyl Video" selon un procédé qui permet de stocker des séquences vidéo sur vinyle (sans qu'on ait bien compris comment regarder des vidéos sur une platine vinyle). L’objet contient notamment le clip de son titre emblématique Cool In The Pool tiré de l’album Movies de 1979.

Les Inrocks - musique

Jazz à l'Etage #9

Jazz à l'Etage #9 FIP présente le Festival Jazz à l’Etage du 3 au 24 mars 2018 à Rennes métropole & Saint-Malo

rss

Les Nuits de l’Alligator

Les Nuits de l'Alligator 2018 France, USA, Australie, Niger, Turquie, Belgique

rss

Concrete Knives lâche le premier morceau extrait de leur prochain album

Cinq ans après leur premier album Be Your Own King, l'indie pop du groupe caennais Concrete Knives est officiellement de retour ! On les retrouve dans leur style, brut, simple et direct, pour ce premier single The Light qui annonce toute la fraîcheur que devrait nous réserver Our Hearts, leur second album qui sortira le 23 février. Dans ce clip dirigé par Renaud Jaillette et Concrete Knives eux-mêmes, on retrouve deux membres du groupe, Nicolas Delahaye et Morgane Colas, pour une plongée dans les bois tantôt inquiétante, tantôt exaltante, mais toujours dansante. Le groupe a annoncé une série de trois concerts en format showcase à Londres, Paris et Caen les 18, 19 et 20 janvier, et sera en vrai concert le 20 mars au Point Éphémère.

Les Inrocks - musique

Hot Chip au travail sur un nouveau disque ?

Comme souvent, dès qu’un artiste (ou plus généralement une personnalité publique) lâche un post à minima mystérieux sur ses réseaux, l’internet se réveille et les spéculations en tout genre ne tardent pas à fuser. C’est une nouvelle fois ce qu’il s’est passé, après qu’Alexis Taylor, le frontman de Hot Chip, a publié une courte vidéo sur son compte Instagram.

Dans cette dernière, on aperçoit AL Doyle (membre de Hot Chip et de LCD Soundsystem) en train de gratter une guitare dans ce qui semble être un studio. Il n’en fallait pas plus (ou moins) pour que la communauté des fans de Hot Chip s’emballe, et suppose un nouvel album à paraître – suffit de jeter un œil aux commentaires :

A post shared by Alexis Taylor (@alexishotchip) on Jan 9, 2018 at 3:37pm PST

Plus de disque de Hot Chip depuis 2015

Pour être honnête, imaginer la formation anglaise en train de préparer un nouvel album ne nous laisse pas indifférents, bien au contraire. La dernière fois que la bande d’Alexis Taylor proposait de la nouvelle musique commence à dater un peu : c’était en 2015 avec le très bon et riche Why Make Sense?.

Depuis, Alexis Taylor et Joe Goddard (le cerveau du groupe en studio) se sont illustrés en solo, proposant chacun de chouette disque : Piano (2016) pour le premier ; Electric Lines (2017) pour le second – une interview est à (re)lire ici. Les dernières traces de leur collaboration remontent à l’année passée. Leurs noms apparaissaient côte à côte dans les crédits du morceau Into Me You See ; un titre du dernier album de… Katy Perry !

Why Make Sense? est toujours disponible sur Apple Music.

Les Inrocks - musique

Charlotte Gainsbourg dévoile les premières dates d’une tournée mondiale

Hier, on vous partageait le tout dernier clip de Charlotte Gainsbourg, I'm a lie, une vidéo que la chanteuse publiait comme un ultime teaser à l’annonce de sa tournée. Peu de temps après la mise en ligne de cette dernière, initiales C.G. annonce donc les premières dates du Charlotte Gainsbourg Live. La défense de son dernier et très bel album Rest, commencera le 17 février à Genève, sur l’une des scènes du festival Antigel.

Dans la foulée, elle s’envolera pour l'Allemagne, la Hollande, l’Angleterre et même le Japon. Charlotte Gainsbourg sera évidemment de passage à Paris. Le rendez-vous est prévu à La Cigale, le 28 mars prochain. Les places seront mises en vente dès le vendredi 12 janvier. Pour être à jour, et si vous ne l’avez pas encore fait, on vous propose de (re)lire la chronique de son premier disque véritablement gainsbourien.

En course pour un “prestigieux” prix

Comme on le comprend en lisant son post Facebook, de nouvelles dates devraient bientôt être annoncées. Pourquoi pas une tournée française ? En parallèle de ça, rappelons que Charlotte Gainsbourg est nommée dans la catégorie “Artiste féminine” des Victoires de la musique. Pour obtenir ce précieux sésame (si si…), elle sera opposée à Louane, et à Catherine Ringer.

>> Aussi à lire : Charlotte Gainsbourg et Sebastian, l'interview exclusive à deux voix <<

Rest est toujours disponible sur Apple Music.

Les Inrocks - musique

Owlle est de retour et prête à tout enflammer dans son nouveau clip &quot;In The Dark&quot;

Après un premier album France en 2014 aux sonorités synthétiques et rêveuses, Owlle a prit un virage résolument plus pop. De retour avec un second album enregistré à Los Angeles avec Dan Levy, moitié de The Dø, la lauréate des inRocKs lab de 2011 semble prête à tout enflammer. C'est en tout cas le refrain et le pitch du premier single qu'elle nous fait découvrir, In The Dark, dont le clip a été réalisé par Thibaut Grevet. On y retrouve la cannoise de 31 ans, désormais blonde, seule dans sa chambre d’hôtel avec une vue imprenable face au monde en train de s'embraser, avant que ne prenne feu tout ce qui se trouve autour d'elle. Le ton est donné, son second album sortira courant 2018.

Les Inrocks - musique

Un gros problème Mécanique

Pendant dix ans, la Méca a été un point de rendez-vous incontournable de la scène rock parisienne. Avec une programmation allant du punk au garage, en passant par le shoegaze, le psychédélisme et le blues (entre beaucoup d'autres), le bar du 11è arrondissement a défendu "au gré des difficultés, et sans concession depuis 2007, sa passion pour le rock et le roll", comme l'annonce son site. Le couperet est pourtant tristement tombé en début de semaine, puisque le bar-concert a annoncé l'annulation de toutes ses dates et la suspension de ses concerts, après une décision de justice. On a donc décidé d'aller poser quelques questions à Antoine Gicquel, le programmateur du lieu, pour en savoir plus. Rendez-vous à Bastille, forcément, pour se remémorer quelques chouettes souvenirs de la salle, et essayer de comprendre le pourquoi du comment de ce point (presque) final.

Dans le vif du sujet, tu peux m’expliquer ce qui s’est passé ?

Wow c’est long… Tu veux que je commence où ? A cette fermeture ? Vu qu’on avait aussi dû interrompre notre programmation en 2010 et en 2015 pour nuisances sonores…

Oui, allons-y pour cette année.

Alors en gros, avant Noël on m’a demandé d’annuler ma programmation. On est loin d’être les seuls à s’être pris des coups sur les doigts, et ça part du fait que la Mairie de Paris, depuis le récent drame de Rouen, veut renforcer la sécurité dans les salles. Certains mauvais esprits supposent que si tout ça arrive maintenant, c’est qu’il y a une volonté d’envoyer les lieux de fête en banlieue… Mais je ne rentrerai pas dans ce débat là.

Et du coup, plus précisément c’est quoi les normes de sécurité ?

Pour faire clair et simple on nous a demandé de créer une deuxième issue de secours, sauf que le propriétaire de l’immeuble n’est pas forcément partant pour payer. On a fait venir un architecte etc.., mais les autorités nous ont dit qu’il il fallait arrêter de jouer avec ça. Le gérant veut être en bons termes avec eux, ce qui est compréhensible, donc en attendant d’être aux normes, fin des concerts et fin de l’aventure pour moi. Du coté du bar, le gérant continuera avec les DJ Sets.

Je sais que tu n’as pas envie de rentrer dans ce débat mais tu crois vraiment que la mairie veut exporter les lieux de fête en banlieue ?

Très sincèrement, moi ce qui m’intéresse avant tout c’est mon lieu. Rien d’autre. Après, je connais aussi d’autres personnes qui travaillent dans le même genre d’endroit et il y a un alignement des planètes qui fait que se poser la question est légitime. Mais bon, je ne suis pas en mode complotiste à dire que tout le monde se ligue contre ces bars-concerts, hein… En tout cas, ce qui est clair et net c’est qu’il y a une question qui va se poser quant à la défense de la musique underground. Personne ne veut qu’il n’y ait de drame, ça va de soi, mais les problèmes de normes, les caves biscornues, c’est aussi ce qui fait le cachet de ces endroits. Et il va falloir se demander si on ne veut vraiment que des salles lisses et uniformisées. Ensuite, est-ce que c’est cette vague là qui a permis l’éclosion de lieux en périphérie, comme L’Aérosol ou La Station, je ne sais pas. Moi pour l’instant je suis dans mon truc, dans l’action… Et ce qui est aussi important à notifier, c’est que les déclarations de soutien nous ont énormément touché.

Certains ont proposé des cagnottes, vous y avez pensé ?

Alors pour être franc moi je gère l’artistique et la communication avec mes collègues, c’est tout. Ensuite je n’ai pas envie d’engager ma responsabilité, on attend encore le budget chiffré de l’architecte par exemple. Ce n’est pas une fierté mal placée, tout ça est hyper touchant, mais on n’a pas non plus envie de devoir quelque chose à des gens.

Vous étiez combien à travailler sur le lieu ?

Sept, en comptant ceux qui travaillent au bar. Du coup justement, il y a aussi un enjeu économique. Tu me demandais s’il y avait une volonté municipale de faire chier les bars de Paris, mais le problème qui se pose aussi, c’est l’emploi. Je ne suis pas juriste et encore une fois je sais que les normes de sécurité sont essentielles, mais il y a des applications strictes de la loi qui ne sont peut-être pas forcément adaptées aux petits lieux.

Et ça s’est bien passé d’ailleurs au niveau des remplacements de programmation, des annulations ?

Oui, très bien. Il y a tellement d’endroits à Paris, qu’on s’est bien débrouillés. Et il y a eu une super entraide, du Gibus à L’Espace B, en passant par L’Olympic… Non, ça pour le coup c’était chouette.

Au niveau de la prog justement, vous étiez libres de faire ce que vous vouliez ?

Ah oui très clairement. Pendant dix ans, on a eu une liberté totale. Parfois c’était le bordel, mais on invitait un groupe, on découvrait un collectif, un label, on se mettait en relation… Et on a fait passer des trucs archi importants à Paris.

Oui, j’ai vu des trucs assez mémorables chez vous.

Si tu es déjà venu à des concerts chez nous tu sais donc qu’on aime bien les choses qui envoient un peu. Et se pose donc aussi le souci des décibels, vu qu’aujourd’hui on nous impose une limite de 102 décibels, contre 105 auparavant.

Ah oui, c’est peu…

Oui, et ça va finir par poser un vrai problème. Bientôt les concerts au casque !

(The Fleshtones le 16 janvier 2009, un moment historique dans l'histoire de la Méca, alors toute jeune)

Histoire de chercher du positif là-dedans, c’est quoi tes meilleurs souvenirs de concerts ?

Y’en a plein… C’est compliqué de choisir, mais ça va des Growlers à A Place To Bury Strangers, en passant par Beak, King Khan & The Shrines… Enfin, on fait vingt dates par mois depuis 10 ans, donc c’est vraiment impossible d’en mettre en lumière. Il y a eu plein de groupes, qui jouaient ensuite dans de plus grosses salles et qui revenaient à la Méca parce qu’au final, on rigolait bien… Ah si j’oubliais, il y a eu Frustration aussi, à leurs débuts ! Grand concert, le bar était plein à craquer, il y avait une atmosphère de dingue. Et puis il y a aussi des personnalités archi marquantes qui sont passées à la Méca.

Par exemple ?

Je me souviens surtout de Reverend Beat Man qui, pour une interview à Trax, s’est mis à bénir tous les journalistes. Le mec était complètement fou. Il y a eu un bluesman à l’article de la mort qu’on a dû porter pour le descendre sur scène, des Australiens, Six Ft Hick, qui s’éclataient des pintes de bière sur la gueule… C’étaient des karatékas hein, ils maitrisaient (rires). Enfin voilà, c’est pour ça que ta question est compliquée, c’est pratiquement impossible de choisir des gens parmi tous ceux qui sont passés chez nous.

Oui je comprends.

Ah, si, en fait, autre grand souvenir : Willis Earl Bill, un mec qui mélange hip hop et soul, et qui joue avec des cassettes. La salle est pleine, il n’est pas là, tout le monde le cherche et on finit par le trouver au fond, adossé à un mur en train d’écouter son walkman pour se concentrer… Le personnage était totalement atypique, il nous a ensuite raconté qu’il chassait des lapins pour se nourrir. Et puis on a aussi reçu Geoff Barrow, de Portishead. Il était venu avec Beak, et j’ai beau ne pas croire en Dieu j’ai vécu un vrai moment christique. Enfin voilà, après encore une fois c’est super dur de choisir. Mais pour résumer, même s’il y a eu beaucoup beaucoup d’emmerdes, on s’est bien marrés.

La Mécanique Ondulatoire, 8 passage Thieré, Paris.

Les Inrocks - musique

Deux nouveaux morceaux de Jack White en écoute

En préambule à son troisième album solo Boarding House Reach, Jack White vient de dévoiler deux nouveaux morceaux, Connected By Love et Respect Commander. Tous deux sont disponibles en digital et sur un 45t, dont voici la pochette :

Comme d'habitude avec Jack White, le 45t jouira d'une édition limitée tricolore, qui sera vendue uniquement le samedi 13 janvier dans les boutiques Third Man Records de Nashville et Detroit. Est-ce que ça vaut le coup de prendre un billet d'avion en urgence ? A vous de vous décider, en écoutant les deux morceaux ci-dessous, avec la vidéo de Connected By Love, et la piste audio de Respect Commander. Pour sûr, ces deux nouveaux morceaux annoncent une métamorphose pour la musique de Jack White, avec des sons synthétiques inhabituels chez lui.

Connected By Love :

Respect Commander :

La date de sortie de l'album Boarding House Reach n'est pas encore connue.

Les Inrocks - musique

Jack White dévoile "Connected By Love" et sa face B

Jack White - Connected By LoveLe rocker sort son troisième album solo "Boarding House Reach" courant 2018 et nous offre un clip superbe accompagné du titre "Respect Commander".

rss

A gagner : 50 ans de Rolling Stone, le livre

50 ans de Rolling Stone le livre Pour fêter son cinquantenaire, le magazine Rolling Stone se décline en livre

rss

« Les dernières news

Janvier 2018
LMMJVSD
2425262728
293031