Actu musique

21 décembre 2017

Orelsan et Nekfeu en concert commun le 12 juillet 2018 à Nancy

Une bonne nouvelle pour les amateurs de rap français et les Lorrains : les deux poids lourds de l'année, Orelsan et Nekfeu, vont faire concert commun le 12 juillet au Zénith de Nancy (ampithéâtre).

Orelsan sera en pleine énorme tournée (une quarantaine de dates, inclus la plupart des festivals de l'été) pour défendre sur scène son album La Fête est finie. Tournée plus courte, d'une poignée de dates pour l'instant, pour Nekfeu, qui figurait sur un morceau du dernier album d'Orelsan.Un peu plus tôt cette année, Nekfeu avait croisé le verbe avec Orelsan lors d'un freestyle avec les Casseurs Flowters (à revoir ci-dessous).

Avec les deux sur scène le même soir au même endroit, la fête ne risque pas d'être finie.

Les billets pour le concert de Nancy sont en vente le vendredi 22 décembre à partir de 10 h (sous ce lien), et ils devraient partir assez vite.

Les Inrocks - musique

Cécile McLorin Salvant et Aaron Diehl Trio en concert à Cenon (33)

Cécile McLorin Salvant Dans le cadre de "À toutes voix", le 21 janvier le Rocher de Palmer reçoit la sublime chanteuse.

rss

Au programme du prochain MGMT : Ariel Pink, Connan Mockasin et du LSD

On le sait, le prochain album album de MGMT, intitulé Little Dark Age, sortira courant février 2018. Et il s'annonce très bon. Alors que deux excellents titres (qui s'écoutent ci-dessous) sont déjà sortis, le duo s'est confié dans un article paru dans le magazine britannique Q Magazine. On y apprend de de drôles d’anecdotes sur la composition de l'album tant attendu et les chouettes collaborations qu'il comportera.

Le désir de se connecter à d'autres artistes

Le premier a rentrer en scène, c'est Patrick Wimberly, musicien et guitariste du groupe Chairlift, engagé comme médiateur chargé de rallier les deux énergies de Ben Goldwasser et Andrew VanWyngarden, qui partent parfois dans les sens, et qui a également coproduit l'album aux côtés de Dave Fridmann. C'est lui qui aurait donc encouragé les deux zinzins à faire appel à des collaborateurs extérieurs. Deux autres artistes dans un délire tout aussi psyché ont donc rejoint l'aventure, à savoir Connan Mockasin et le californien Ariel Pink, qui a écrit une partie du titre When You Die, dont on vous conseille de regarder le clip assez fou, ci-dessous :

Un album plutôt léger 

Alors que le clip signé Mike Burakoff et Hallie Cooper-Novack met en scène un délire morbide prenant des airs de récit sous acide, c'est pourtant un autre titre, James, qui a été inspiré par une réelle expérience sous psychotrope hallucinogène. Alors que Patrick Wimberly et Andrew cherchaient un moyen de booster leur créativité, les deux prennent alors "ce qu'on appelle une micro dose d'acide", ce qui s’avérera plutôt être - surprise - une macro dose, tandis qu'Andrew confie avoir passé des heures à "hurler à plein poumons sur le Pakistan".

L'expérience, alors pas franchement productive, le devient lorsque soudain Ben Goldwasser lance une boucle aux synthés, qui se transforme en une grande session de création sonore, d'où résultera la chanson.

Un peu plus loin dans l'article, Ben et Andrew parlent de leur affection commune pour la synthpop européene, expliquant qu'en dépit du titre sombrement évocateur de Little Dark Age, l'album est en fait plutôt léger.

MGMT sera en concert le 5 février prochain à La Cigale.

Les Inrocks - musique

Les cordes hérissées de Moon Gogo

Moon Gogo - JOYL’improbable duo franco-coréen dévoile "Joy", premier extrait d’un nouvel album attendu l’an prochain.

rss

King Krule, Björk, Orelsan, Tyler, The Creator… Un casting de fou pour We Love Green 2018

Chaque année, ce festival place la barre encore plus haut. Déjà, pour la cuvée 2017 – dont on vous racontait les meilleurs moments –, le We Love Green avait réuni des artistes comme Action Bronson, Justice, Nicolas Jaar ou encore le maître de l’écurie Brainfeeder, Flying Lotus. Et pour cette tant attendue 7e édition, les stars internationales affluent encore. Après avoir annoncé la participation d’Orelsan et de Björk (pour sa seule date prévue pour le moment en France), qui se produiront respectivement le 2 et le 3 juin, le festival se dévoile un peu plus en envoyant une liste de quatorze nouveaux noms.

>> Aussi à lire : Avec “La fête est finie” Orelsan prend le pouvoir sur la chanson française, au sens large <<

Migos, Jamie XX, Lomepal, King Krule…

Parmi eux, on aura une flopée d’artistes hip-hop, représenté par des personnages hauts en couleur comme le rappeur skateur Lomepal, le cerbère américain Migos ou encore la tête pensante du crew Odd Future, Tyler, The Creator. Côté musique électronique, le line-up se veut une fois encore très pointu. Sont donc attendus, le Canadien Daphni (aussi connu sous le pseudo Caribou), Jamie XX, le boss de la techno allemande Moritz Von Oswald, ou bien le prodige de la maison Dekmantel, Young Marco. N’oublions pas, et c’est l’un de nos chouchous, King Krule, les sœurs d’Ibeyi, Beck, et Father John Misty. Du beau monde on vous dit !

On ne peut que vous conseiller de foncer sur la billetterie, déjà ouverte. Les places risquent de partir comme des petits pains.

Voici tous les noms jusqu’ici dévoilés :

Samedi 2 Juin

MIGOS / JAMIE XX / ORELSAN /BECK / LOMEPAL / IBEYI / JORJA SMITH / HONEY DIJON

Dimanche 3 Juin

BJÖRK / TYLER, THE CREATOR / KING KRULE / THE INTERNET / DAPHNI / FATHER JOHN MISTY/ YOUNG MARCO / MORITZ VON OSWALD

Les Inrocks - musique

Les 10 albums de jazz français de 2017

Thomas de Pourquery Supersonic, Sons of Love

Jubilatoire, extatique, puissant et désordonné comme un rêve torpide ou une équipée cosmique qui aurait rompu les amarres avec la maison-mère, Sons of Love a confirmé combien l’exubérance de Thomas de Pourquery était contagieuse et ravissante. A la tête d’un Supersonic parfaitement déréglé, l’altiste nous convie dans ce disque à une sorte de grand-messe libératrice, un splendide ballet de comètes et de pulsions débridées, source de grande joie.

Endless, Lost Lake

Endless (« sans fin »), comme l’émotion qui saisit à chaque écoute de ce disque, saison après saison. Quelque chose d’essentiel est inscrit là, dont on ne cherchera pas à percer le mystère. Comme un doux renoncement à la retenue des sentiments, un appel aussi discret qu’impérieux à s’abandonner aux mélancolies lumineuses de David Haudrechy (saxophone soprano), aux innocences poétiques de Grégoire Aguilar (piano) et aux enfantements si libres, si beaux, produits par leur rencontre.

Sylvain Rifflet, Refocus

A elle seule, la démarche attire l'attention : dans ce disque, Sylvain Rifflet s'inspire du célèbre Focus de Stan Getz, tentative aboutie de fusion entre jazz et écriture classique, mais sans en reproduire directement les thèmes ou tomber dans le pastiche. Servi par les arrangements précis et précieux de Fred Pallem, l'altiste évolue entre envolées vertigineuses et ballades au romantisme vénéneux rappelant Bernard Herrmann, ensorcelant l'auditeur par sa sonorité feutrée et sa concision mélodique.

David Enhco, Horizons

On avait déjà aimé ses relectures malignes de Pierre et le loup et du Carnaval des animaux, on a tout autant apprécié le Django Extended qu'il a sorti cette année, toujours en compagnie de l'Amazing Keystone Big Band qu'il codirige avec le pianiste Fred Nardin. En quartet, David Enhco s'est aventuré vers davantage de noirceur et de tensions et cela lui a réussi : les compositions que le jeune trompettiste présente dans From the Horizon délivrent une impénétrabilité et une étrangeté très séduisantes.

Roberto Negro Dadada, Saison 3

Pianiste fantasque, toujours prêt à déconcerter l’oreille de son auditeur par une harmonie heurtée ou une pirouette mélodique inattendue, Roberto Negro a sorti cette année deux albums en trio, le féroce Garibaldi Plop, et ce Saison 3 de Dadada où officient Emile Parisien et Michele Rabbia. Avec de tels compagnons, Negro lâche la bride à sa malice, inventant un jazz sans queue ni tête, diablement excitant jusque dans ses roulés-boulés ricaneurs et ses inquiétantes opacités.

Théo Girard Trio, 30YearsFrom

Avant d’enregistrer cet album, son premier en tant que leader, Théo Girard a planté sa contrebasse dans de nombreuses formations, notamment G!rafe, qui a rendu cette année un bel hommage au chanteur réunionnais Alain Péters. En formation réduite (Antoine Berjeaut à la trompette, Seb Rochford à la batterie), il délivre un jazz nerveux, de bourdonnements et de piqûres, de frénésie et de moiteur, servi par un groove en provenance direct de l’estomac. La réussite est à la hauteur de la prise de risque, et si chacun y participe, c'est le colossal instrument de Girard qui retient le plus l'attention avec ses grondements sourds et ses nobles rugissements.

Pan-g, Futurlude

Il est toujours réjouissant de constater qu'un genre musical peut encore séduire, 100 ans après sa naissance, des furieux, des hirsutes, des irrespectueux. Pan-G, tentet conduit par Aloïs Benoit (euphonium et trombone) restitue la dimension jouissive et ludique ainsi que la folie de boucan que le jazz a toujours suscité depuis ses premiers pas à la Nouvelle-Orléans jusqu'aux avant-gardes des années 60 et 70. Sans concession, ce Furlude enregistré au Petit Faucheux de Tours mérite qu'on s'attarde à ses pétarades en fanfare, ses bastons de rythmes et grands éclats d'invention.

Adrien Chicot, Playing in the Dark

Rares sont les albums aussi achevés, dont il semble que pas une note ne soit à ôter. Venu tout seul au piano durant l'enfance, Adrien Chicot a sans doute conservé un rapport d'enchantement avec son instrument tant tout paraît d'affect dans cette relation, hors des principes de l'école. Il en résulte une merveilleuse clarté dans le discours, une splendeur mélodique qui ne s'affadit pas à mesure que se déroule ce deuxième album enregistré en trio.

François Poitou, Funambule

Deux violons, un alto, une guitare et une clarinette basse parfois troquée pour un saxophone soprano, pour son premier album sous son nom, le contrebassiste et compositeur François Poitou a choisi l'écrin délicat de timbres classiquement dédiés à la chambre plutôt qu'au club. C'était sans doute répondre à une exigence créatrice, tant forme et fond paraissent indissociables dans cette musique de l'intime, cristalline et fuyante, d'une grande beauté triste par instants, et qui ne se dépare jamais de son élégance.

Paul Lay, The Party

Avant de fêter ses 33 ans, Paul Lay, pianiste adoubé par Martial Solal et récompensé en 2016 par le prix Django Reinhardt, a sorti cette année deux albums avec deux trios différents, Alcazar Memories et The Party. Il y démontre un jeu assuré, limpide et aéré, appuyé sur un swing qui n'a rien de forcé. Conçu comme une suite de séquences qui se déroulerait lors d'une fête étrange, The Party allie particulièrement classe, finesse et humour, autant de qualités par lesquelles se distingue un authentique gentleman du jazz.

Les Inrocks - musique

Leïla Martial en concert à Saint-Nazaire

Leïla Martial Le 13 janvier, la vocaliste sera au Théâtre de St Nazaire avec son nouveau trio Baa box.

rss

Katerine, Roméo Elvis, Lomepal et Alkpote s'offrent un freestyle d'anthologie

"Olalala" a été notre première réaction face à ce freestyle que l'on peut qualifier d'ores et déjà "d'anthologie" sans se voir accuser de délirer complètement. Car oui, il s'agit bien d'un freestyle réunissant Roméo Elvis, Lomepal, Alkpote, pleins d'autres mecs, et, cerise sur le gâteau du n'importe quoi : Philippe Katerine, décidément très en forme actuellement.

C'est Lomepal qui est à l'initiative du délire, rameutant une bonne dizaine de personnes pour son Planète Rap sur Skyrock. 13 minutes de pure génie. Merci !

===>>> A (re)lire : Notre reportage chez Jimmy Fallon à New-York avec Philippe Katerine. 

Les Inrocks - musique

Avec Birds On A Wire, une reprise de Leonard Cohen tout en douceur

Sorti au printemps 2014, le premier album du projet Birds On A Wire continue de faire son chemin. Pour rappel, c'est le délicat duo de reprises formé par la chanteuse Rosemary Standley et la violoncelliste Dom La Nena. Birds On A Wire a beaucoup tourné depuis la sortie de l'album. En prélude à une nouvelle grosse tournée début 2018 avec de nouvelles chansons, le duo présente une vidéo pour Blessed is the Memory, la reprise de Leonard Cohen (millésime 1967) qui ouvrait leur album. C'est la guerre, c'est sépia, mais c'est aussi très doux et légèrement surréaliste. La musique et la vidéo idéales pour aborder le week-end d'avant Noël.

Et pour les prochains concerts, c'est les 18 et 19 janvier à  Thionville, le 26 à Angers, le 4 février à Lyon, le 6 à Saint-Cloud, le 9 à Cherbourg, le 15 à Fouesnant-les-Glénan, les 16 et 17 à Saint-Brieuc, le 18 à Rennes, le 23 à Arras et le 30 juin à Noirlac.

Les Inrocks - musique

Chaplin / Mario Schröder - Strasbourg

Chaplin - Photo de Martin Popelář La Pièce pour 32 danseurs se joue du 11 au 15 janvier à l'Opéra national du Rhin

rss

La Route du rock hiver annonce ses premiers noms : Baxter Dury, Lee Ranaldo, Chain &amp; The Gang...

Organisée depuis 1991 par l'association Rock Tympans, La Route du Rock est devenue une véritable institution au sein du paysage hexagonal du rock. Mêlant têtes d'affiches et petit groupes dénichés aux quatre coins du globe, le festival de Saint-Malo (et Rennes) risque bien de réchauffer cette fin de mois de février. En tout cas, la programmation est encore une fois bouillonnante.

Le programme

Quelques grands noms comme le dandy britannique Baxter Dury qui sortait cet automne son excellent Prince Of Tears, les Belges de Girls In Hawaii ou encore Lee Ranaldo, le cofondateur de Sonic Youth.

Mais aussi le retour de l'indie pop des grands de Concrete Knives et The Go! Team, le side-project du guitariste de Fat White Family Insecure Men, le leader américain charismatique Ian Svenonius qui évolue avec son groupe de rock expérimental et minimal Chain & The Gang, l'Autrichien Fennesz, et également Kelley Stoltz, Montero, Cotillon, Park Hotel, ou encore Bryan’s Magic Tears.

La billetterie est ouverte : https://t.co/TIILCLeakC #RDR2018 pic.twitter.com/YxCcWWPOfy

— La Route du Rock (@laroutedurock) December 6, 2017

D'autres noms devraient encore s'ajouter. Plus d'informations sur l’événement facebook, et le site, à retrouver ici.

Les Inrocks - musique

Migos vient de lâcher un titre produit par Pharrell Williams

Le trio d'Atlanta Migos vient de dévoiler Stir Fry, un nouveau morceau produit par Pharrell Williams.

Un nouvel aperçu de Culture II, successeur du désormais culte Culture, leur deuxième album qui avait changé la face du monde (bon pas totalement mais quasi) à sa sortie en janvier dernier. Il y a quelques jours, c'est MotorSport, premier extrait de cet album à venir, qui nous retournait avec une Cardi B et une Nicki Minaj au pic de leur forme.

Revenons un instant à Stir Fry, qui porte effectivement la marque de Pharrell Williams, mélange d'efficacité et de légère innovation : le titre est classique, le synthé et le sifflet en arrière-plan beaucoup moins s'agissant des Migos.

Rappelons au passage que Pharrell vient de sortir l'excellebt No_One Ever Really Dies avec N.E.R.D. ---->>>> A (re)lire : notre interview exclusive avec ce génie de la production. 

Les Inrocks - musique

« Les dernières news

Décembre 2017
LMMJVSD
3