Actu musique

16 décembre 2017

Club Jazzafip du samedi 16 décembre

Photo by Yuri_Arcurs/Getty Images De 19h à 20h, ça jazz à fip ! Jane Villenet (du lundi au jeudi) et Charlotte Bibring (du vendredi au dimanche) reçoivent chaque soir un programmateur pour une émission où s’entremêlent tous les jazz, des grands standards aux artistes émergents.

rss

[Vidéo] Le concert mythique de David Bowie, offrant un "best of" de sa carrière, en 2003

C'était à Dublin, en 2003. David Bowie offrait un best-of complètement dingue de sa carrière, reprenant même trois morceaux de "Ziggy Stardust" qu’il n’avait plus interprétés en concert depuis 1978. Arte propose ce concert paroxystique en replay jusqu'au 23 décembre. Une trentaine de chansons, de "Rebel Rebel" à "Changes", qui vous plongeront dans une autre dimension…

Les Inrocks - musique

Pourquoi la B.O de “Star Wars” est finalement le personnage principal de la saga

Il a beau ne pas maîtriser la Force, Olivier Desbrosses est capable de pressentir certains éléments du nouveau Star Wars, Les Derniers Jedi, sorti ce mercredi, sans l’avoir jamais vu. "J’ai compris par exemple qu’il devait y avoir une scène de retrouvailles entre Luke et Leia ou encore la présence d’un nouveau personnage et que ce dernier se trouvait au centre d’une scène d’action…", dévoile le rédacteur en chef du webzine spécialisé Underscores, après une seule écoute de la bande originale. Même si tout au long des neuf films, l’action se déroule sur plus d’un demi-siècle, visitant plus d’une dizaine de planètes, la BO de l’épisode VIII, comme les précédentes, reprend certaines musiques bien connues des fans, pour créer une unité entre les époques et les personnages. "La BO de cet épisode est remarquable dans sa capacité à tisser cette toile", ajoute Olivier Desbrosses.

A contre courant de son époque

Dès la sortie du premier épisode du space opera en 1977, la musique occupe une place centrale dans Star Wars. De même que le "je suis ton père" prononcé quelques années plus tard par Darth Vader à la fin de L’Empire contre attaque, certains thèmes entièrement originaux composés par John Williams ont acquis un statut qui va bien au-delà du simple cercle des fans de science-fiction.

La BO jouée par un orchestre symphonique du premier Star Wars, rebaptisé depuis Un Nouvel Espoir, est presque une anomalie à sa sortie.

«Le cinéma de science-fiction n’avait jusqu’alors jamais intégré de partition de ce type", indique Laurent Atkin dans son livre Star Wars, une Saga, un Mythe.

Au milieu des années 1970, le cinéma s’ouvre à la musique pop et aux bidouillages électroniques. Mais George Lucas a une autre idée en tête pour son film. Sur les conseils de Steven Spielberg, il recrute Williams, auteur classique et déjà oscarisé pour les Dents de la mer (1976).

«Si le film de Lucas se déroule dans une galaxie éloignée de notre propre univers, les personnages connaissent pourtant des destins proches de ceux des protagonistes des grandes tragédies classiques ou des mythes, analyse Laurent Atkin. Pour Lucas, la musique de la saga devait ainsi rendre audibles ces sentiments quasi-universaux, archétypaux, ancrer ces émotions humaines dans le récit.»

Des indices sur le passé et le futur des personnages

Tirant son inspiration notamment de Wagner, John Williams imagine une bande originale sous la forme de leitmotivs, des "associations de thèmes rapidement mémorisables à des personnages ou à des concepts (La Force, la République…)", indique Laurent Jullier dans Star Wars, Anatomie d’une saga. "Ce système permet de faire apparaître un personnage ou un concept dans le récit sans montrer son référent", poursuit l’auteur – et ainsi de créer un effet de double narration.

"John Williams est un exceptionnel raconteur, explique Olivier Desbrosses. Avec ses partitions, le compositeur narre à sa manière ce qu’il se passe à l’écran tout en enrichissant les images d’indices sonores sur le futur ou le passé des personnages." Ainsi, dès La Menace Fantôme, le thème du jeune Anakin Skywalker reprend certains motifs musicaux de la Marche impériale, qui accompagnera le personnage une fois sa transformation en Darth Vader terminée.

Plus fort – parce que tout le monde était au courant du funeste destin de l’enfant blond de Tatooine – l’introduction du personnage de Rey, Jedi in progress de la nouvelle trilogie, se fait par la seule musique dans l’épisode 7, Le Réveil de la Force. Si elle ne dit rien pendant ses cinq premières minutes à l’écran, le thème que lui a réservé le compositeur fait écho à celui de Luke. Il apporte au spectateur son lot d’informations sur l’importance à venir de la jeune femme. Au fil des épisodes, il apparaît évident que l’œuvre du compositeur américain représente l’énergie qui contrôle chaque élément, qui apporte à la saga son équilibre : la Force.

Théories du complot

Avec la nouvelle trilogie, la BO Star Wars dépasse d’ailleurs largement le cadre des seuls films et déborde sur internet, où de nombreuses théories ont vu le jour entre les épisodes 7 et 8. L’une des plus diffusée est alimentée par une poignée de notes composées par Williams. Certains fans qui voudraient que Snoke soit Darth Plageis – le maître supposé de l’Empereur de la première trilogie - auraient reconnu des similitudes entre le thème du Leader Suprême du Premier Ordre et un morceau diffusé lors de la seule évocation de l’obscure Sith, dans l’épisode III…

"Au départ, ce n’était pas prévu que cette musique ait ce rôle d’unifier la saga, rappelle Olivier Desbrosses. Mais avec le temps, les BO des Star Wars sont devenues d’une grande importance pour Williams. Il voulait faire les 7 et les 8, et a même dû refuser un film de Spielberg pour ce nouvel épisode." Et ainsi relier les nouveaux héros à l’œuvre de George Lucas. Dans cette saga devenue franchise Disney, seule une personne pouvait apporter la paix et l’équilibre dans la galaxie : John Williams, ou le dernier Jedi.

Les Inrocks - musique

« Les dernières news

Décembre 2017
LMMJVSD
3