Actu musique

30 novembre 2017

Kaaris s'ambiance avec Sofiane et Kalash Criminel dans l'avion d'Escobar

Quand Kaaris prend l'avion, c'est pour retrouver ses potes Fianso et Kalash Criminel autour d'un jus de tomate. Sur "Bling Bling", titre extrait de son nouvel album "Dozo", le rappeur de Sevran s'ambiance entre deux coupes de champagne avec des punchlines pleines d'humour. Jugez plutôt : "Tant mieux si t'as un trop gros boule, j'ai le permis camion". 

Les Inrocks - musique

Avec Roméo Elvis, Camélia Jordana et Caballero en invités, Lomepal a enflammé la Gaité Lyrique

Quelques jours après la 30è édition du Festival des Inrocks à la Gaité Lyrique, d’autres amateurs de musique se sont donné rendez-vous mercredi soir pour voir leur champion : le Parisien Lomepal. Avant lui, un Belge (et il y en aura d’autres), Isha qui, pour réchauffer la salle, dégoupille des premiers bangers dont son tube Oh Putain (avec l’accent du sud). A 21 h, les lumières se tamisent et le public s’agite. “Salut Paris !!” : cris. “Je suis sûr que vous m’avez pris pour Antoine, euh, Lomepal. Il n’aime pas qu’on l’appelle comme ça ” lance un magicien, dont la mission consiste à “chauffer la salle”. Deux tours de magie – plutôt réussis et marrants - et une dizaine de minutes plus tard, le job est fait, les gens sont prêts pour la suite.

Entrée en matière

“Pal Pal”… Pal Pal”… Chanson d’ouverture de l’album (Flip), et du concert. Lomepal gagne la scène en même temps qu’il démarre le premier couplet. La foule est plus dense et danse, et s’improvise – souvent avec les rappeurs – backeur. “Ça fait du bien d’être à Paris ” balance l’artiste. Et comme à chaque fois, ça fonctionne bien. Sur une scène dénudée de tout habillage, mais pas de jeux de lumière, Lomepal enchaîne avec Ray Liotta, un titre plus chanté. Un exercice que le rappeur apprécie, tout comme la foule qui, entre ses dandinements un peu timides, reprend en chœur le refrain.

En parlant de chanter, justement, la première surprise du show s’apprête à rejoindre le MC et son backer (à la sympathique casquette blanche). Son identité, LOST, aka Camélia Jordana, débarque sur les planches et associe sa voix à celle du rappeur sur Danse ; collé serré, c’est d’ailleurs ce qu’ils font. Un câlin chaleureux plus tard, Camélia s’en va sous un tonnerre d’applaudissements. Coup sur coup, 70 et le tout neuf Club (qui figure dans la réédition de Flip à paraître le 1er décembre et dont le clip est sorti hier) résonnent.

Incroyable concert de @antoinelomepal à la @gaitelyrique - avec en guest @cjjordana et @elvis.romeo . . #lomepal #flip #gaitelyrique #rap #paris

Une publication partagée par ⎮ Lyly Sicard ⎮ (@lylyz) le 30 Nov. 2017 à 0h11 PST

Entre sueur et yeux mouillés

En concert, et particulièrement pour ceux de rap, il y a certains trucs qui marchent à chaque fois : les bangers, ou encore, de crier “nique le système”. Et pour le coup, c’est exactement la formule de Lucy. Comme attendu, moment de liesse : le sol de la grande salle tremble au rythme des sautillements de la foule – nombreuse –, et les oreilles vibrent à l’entente des “Nique le sy-sy-système” répétés à tue-tête ; et même prolongés un peu. Très efficace, plein d’énergie.

On le sait, Lomepal vient du milieu du skate. Un amour qui a toujours été présent dans la vie du jeune homme, comme il le rappelle entre deux chansons, en introduction de la suivante. “J’fais du skate depuis que je suis né et de la musique depuis trois jours !”, balance-t-il a une foule qui a déjà deviné le titre suivant, Bryan Herman. Un morceau à la gloire du skateur professionnel américain du même nom, l'une de ses idoles. Ce côté casse-cou le pousse à se percher sur un escabeau au beau milieu du public pour interpréter la chanson suivante, Oyasumi. La foule, compacte autour de lui, dégaine ses téléphones pour mieux le cerner de lumière ; original et agréable.

#lomepal ????ps - cherche écharpe beige perdue dans les pogos…

Une publication partagée par Manon Chomski (@manonchomski) le 29 Nov. 2017 à 16h00 PST


Une fin électrique au casting XXL

Lomepal enchaîne. Rapidement, un autre invité fait son apparition, son entrée bien accompagnée par les fans qui s’égosillent. C’est Roméo Elvis ! Ensemble, ils jouent Billets, ce qui déclenche la formation de grands cercles, qui se transforment rapidement en pogo. Le souffle à peine récupéré, le public lève la tête et voit un nouveau guest, - encore un Belge ! – Caballero ! Re-pogo. Une partie des rappeurs les plus en vogue de Belgique est désormais réunie sur la scène. Ils entonnent en chœur Bruxelles Arrive, véritable tube. Lomepal en profite pour remercier ses invités, Caballero, qu’il connaît “depuis 2011”, et bien sûr, Roméo Elvis.

Avant que tout le monde ne s’échappe, tous (Isha et sa team comprise) se rejoignent sur les planches pour une l’ultime chanson. Un énorme cercle se forme au milieu de la fosse qui, une fois les premières basses de Pommade lâchées, s’unifie d’une traite. C’est le feu, c’est la fête ! Un joyeux bordel de quasi cinq minutes, qui se conclue par de brûlantes acclamations.

BONUS @gaitelyrique BRUXELLES ARRIVE ???????????? #aboutlastnight #gaitelyrique #lomepal #caballero #romeoelvis

Une publication partagée par Alexia Lacour (@iamalexialacour) le 30 Nov. 2017 à 4h56 PST

Mes amis appellent ça le frémont #lomepal #flip #pommade #concert #lagaitelyrique

Une publication partagée par Romane (@bmocsbo) le 30 Nov. 2017 à 0h10 PST

Le dernier titre est réservé à Lomepal, maintenant seul en lumière. La foule est toute proche de la scène, en totale communion avec le skateur. C’est la fin, elle le rappelle, il revient pour une chanson supplémentaire. Ça sera la dernière ; bravo. On a hâte de le retrouver en décembre en Belgique pour la prochaine soirée FiftyFifty !

Jolie soirée @antoinelomepal #photography #photographie #picoftheday #picsart #music #concert #streetart #streetphotography #blackandwhite #lomepal #gaietelyrique

Une publication partagée par Virginie Rose (@virginie.m.rose) le 30 Nov. 2017 à 5h53 PST

Flip est disponible sur Apple Music.

La réédition l'est aussi en précommande.

Toutes les dates du Flip Tour sont à retrouver ici.

Les Inrocks - musique

Jay-Z confirme bien avoir enregistré un album commun avec sa femme Beyoncé

La rumeur ne date pas d'hier. En février 2015, le magazine Billboard annonce déjà un album collaboratif entre Beyoncé et son mari Jay-Z. Le producteur de Queen B, Noel Fisher (dit 'Detail'), avait notamment déclaré :"je travaille sur plusieurs nouveaux projets que je ne veux pas encore dévoiler, et cette année, Beyoncé, Jay-Z et moi, nous sommes en train de faire un truc ensemble." Une annonce aussi fracassante que le silence qui a suivi. Aucun disque commun ne pointe son nez et les fans restent à l'époque sur le carreau.

Acte I. Scène II. En mai 2016, après la sortie fracassante de l'album de Beyoncé, Lemonade, c'est le magazine Page Six qui alimente à son tour la rumeur, en prédisant la sortie imminente de l'album "surprise" entre Jay-Z et sa femme, sur la plateforme de streaming Tidal. Mais là-encore, un an et demi plus tard, aucun album entre les deux titans de la musique ne secoue les charts…

Jay-Z ravive l'espoir d'un album collaboratif

Dans une interview récente pour New-York magazine, Jay Z vient enfin de révéler quelques indices précieux sur cet album commun, et faire renaître l'espoir chez ses fans. Voici un extrait de son entretien avec le journaliste Dean Baquet :

Jay-Z : "On a utilisé notre art comme une séance thérapeutique. Et on a commencé à faire de la musique ensemble. Et puis la musique qu'elle était en train de produire à l'époque a pris le pas. Ainsi, plutôt que l'album commun sur lequel on était en train de travailler, c'est son album [Lemonade] qui est sorti. Il nous reste encore pas mal de cette musique. Et voilà ce que c'est devenu. On n'est jamais arrivé à un point où on s'est dit "je fais cet album". J'étais présent tout le temps."

Dean Baquet : "Et quel a été sa réaction à votre album [4:44 en juin 2017] et votre réaction au sien [Lemonade, avril 2016] ? ça a dû vous faire de la peine mutuellement, n'est-ce pas ?"

Jay-Z : "Bien entendu. On était très mal à l'aise, les deux. Mais […] vous savez le meilleur endroit dans un ouragan, c'est en son oeil… Et c'était là où on était assis. Et c'était gênant. Et on avait toutes ces discussions. Vous savez,  [j'étais] vraiment fier de la musique qu'elle faisait, et elle était vraiment fière de l'ouvrage que j'ai sorti. Et vous savez, à la fin de la journée, on a vraiment un respect mutuel pour notre travail. Je la trouve épatante."

A moins d'un mois des fêtes de fin d'année, on peut encore rêver et espérer que si "il reste encore pas mal de cette musique" composée ensemble, Jay-Z et Beyoncé finiront bien un jour par la recycler… en un véritable album.

Les Inrocks - musique

Un nouveau morceau pour la folkeuse californienne Alela Diane, qui promet un retour éblouissant

Son premier album date d'il y a (déjà) dix ans, et le dernier était sorti en 2013. Depuis, les nouvelles d'Alela Diane se faisaient rares, et on se languissait de sa voix de sirène californienne. On savait quand même qu'elle avait eu un bébé, puis un second, et c'est sans doute le cadet de la famille qu'on voit dans la vidéo d'Emigré, le nouveau morceau qu'elle vient de partager. Une chanson qui commence comme la routine folk (avec quand même une voix toujours aussi puissante), mais va crescendo et se termine dans un océan déchaîné de cordes et de choeurs. Un avant-goût grave et sensuel, et surtout très convaincant, de son prochain album titré Cusp, qui devrait sortir en février 2018.

Quelques dates de concert en France sont déjà programmées : le 24 avril à Tourcoing, le 25 à Nantes et le 26 à Paris (La Cigale).

Les Inrocks - musique

Roméo Elvis en braqueur du dimanche dans le dernier clip de Therapie Taxi : "Hit Sale"

Révélé aux Transmusicales de Rennes 2016, le groupe Therapie Taxi s'offre un featuring réussi avec le rappeur belge Roméo Elvis sur le titre Hit Sale. Fidèles à leurs punchlines crues et canailles, les Parisiens débridés signent un nouveau single qui a le mérite de rester en tête !

Réalisé par Original Kids, le clip révèle un nouvel extrait du premier album de Thérapie Taxi (après Coma Idyllique) qui sortira le 2 février prochain chez Panenka (Wagram). Disponible en précommande sur Apple Music.

En concert le 25 janvier à la Maroquinerie (Paris).

Les Inrocks - musique

The Limiñanas invite Emmanuelle Seigner pour un clip planant "Shadow People"

Après nous avoir offert une fabuleuse session acoustique au début de l'année, le groupe de Perpignan est de retour avec un clip qui sent bon les fêtes de fin d'année. La vidéo met en scène les musiciens en pleine session dans un appartement décoré de petites loupiotes et de boules de Noël. Quant à l'actrice Emmanuelle Seigner, elle semble profiter des derniers rayons du soleil de décembre dans une langoureuse danse improvisée… qui se marie à merveille avec cette balade rock envoûtante.

En invitant la voix sensuelle d'Emmanuelle Seigner (non sans rappeler celle de l'iconique Nico), The Limiñanas  nous offre un extrait de Shadow People, leur nouvel album prévu début 2018.

>>> A lire aussi : The Limiñanas, un garage rock acide teinté de flegme méditerranéen

Les Inrocks - musique

Exclu : Ryder The Eagle sort un nouveau clip tout en auto-dérision pour "Crush Your Head On The Floor"

Actuellement en tournée européenne, Ryder The Eagle aka Adrien Cassignol (ancien Las Aves et The Dodoz) sort le clip de Crush Your Head on the Floor, un titre présent sur son EP The Ride Of Love sorti en octobre dernier.

Dans cette vidéo réalisée par Lisa Boostani et Fiona Torre, le Ryder interprète un personnage passablement agité dans une caravane un peu pétée, mais avec une belle Merco vintage. On y retrouve ses classiques : une bonne dose d'auto-dérision dans le déhanché, mais aussi lorsqu'il part en boitant vers une mare à canards, qu'il danse dans des sapinettes ou qu'il lance - petit point d'orgue du kitch - un kiss à l'attention de la caméra au volant de sa voiture. Le dandy continue de brouiller les pistes sur la même brèche ironique, entre mini-film noir et frivolité déconcertante, comme il nous l'expliquait lors de notre rencontre le mois dernier:

"J'aime bien que le clip soit parlant par l’interprétation qui est faite dedans ; Souvent je ne prépare pas et j’interprète le morceau, je danse, je fais n’importe quoi. Tu te mets en danger et tu ne laisses pas des clichés de scénarios pourrir le propos, tu restes dans quelque chose d’assez simple. J’aime me mettre dans une situation d’animal en cage, sans personne à qui parler et sans personne sur qui me reposer. Je choisis des décors ou des tenues qui m’ont marqué dans des films de cinéma. J'essaie aussi de trouver des endroits où l'on peut se demander où l'on est, ça jette le doute, on ne peux pas identifier directement l'endroit."

>>> A relire: En écoute : adoubé par Adam Green, le crooner Ryder The Eagle dévoile un premier ep bluffant

Ryder The Eagle sera de passage à Paris pour une date au Pop du Label lundi 4 décembre avant d’enchaîner avec la suite de sa tournée en Angleterre.

Les Inrocks - musique

"I'm not racist", la confrontation glaçante entre un Pro-Trump et un afro-américain fait le buzz

Le rappeur du Massachusetts Joyner Lucas vient de jeter un pavé dans la mare avec son dernier clip I'm Not a racist. Il y met en scène deux citoyens américains : un blanc pro-Trump (avec une casquette affichant son slogan de campagne Make America Great Again) et un afro-américain démocrate avec des dreadlocks. Si la vidéo cumule déjà plus de 2 millions de vues en seulement deux jours, c'est qu'elle traduit une réalité consternante et une atmosphère plus que tendue.

Dans cette confrontation verbale, chacun présente à son voisin et à tour de rôle, sa vision du pays et balance aussi pas mal de stéréotypes. Sans faire dans la dentelle, chacun vide son sac. Le premier vociférant qu'il "travaille comme un malade et qu'il paye ses impôts, pour quoi ? Pour que tu puisses vivre grâce à l'aide gouvernementale ?". Puis tirant à boulet rouge sur les migrants mexicains : "on devrait peut-être construire un mur pour repousser les Mexicains. Ou on devrait les envoyer tous dans un ghetto." Un concentré de propos racistes, tout en soutenant des arguments tout aussi odieux "Je ne suis pas raciste, le petit copain de ma sœur est noir".

Puis vient le second couplet et la réponse toute aussi franche de son voisin, "éreinté" par la haine ambiante, par les inégalités ("c'est dur de se faire une place dans un pays qui est tenu par les blancs") - évoquant notamment les violences policières ("tu ne sais pas ce que c'est que de se faire arrêter par la police et de ne pas savoir si tu vas mourir ou non") ou encore le chômage :  "j'essaye de trouver un travail mais personne ne m'a rappelé pour l'instant. Je dois vendre de la drogue pour nourrir mon foyer".

La vidéo se termine avec ce message glaçant : "nous sommes tous des êtres humains, jusqu'à ce que les races, les religions et la politique nous séparent, et que la richesse nous hiérarchisent."

Les deux discours sont disponibles en anglais et en intégralité sur Genius.

Les Inrocks - musique

Une nouvelle vidéo, une tournée en février prochain et un album dans la foulée : c'est le retour de Kepa

Sa chanson Carlita, enregistrée live en studio, nous avait fait l'été. Kepa donne des nouvelles, et elles vont nous aider à passer l'hiver. Une nouvelle chanson arrive, Mommy, filmée en concert le 17 novembre au Krakatoa à Bordeaux. Comme sa copine Carlita, Mommy est une sorte de chanson blues-folk qui s'avère vite obsédante, libérée des lieux communs du genre. Avec son petit hoquet et sa guitare en métal, Kepa convoque les fantômes du rock-a-billy et du blues, de Charlie Feathers à Bukka White, sans les singer.

Le Français joue à domicile (dans le sud-ouest) le 1er décembre à Cognac, et le 16 à Mont-de-Marsan. Pour début 2018, il est aussi programmé au festival itinérant Les Nuits de l'Alligator, dont il est une des révélations annoncées : le 11 février à Paris (la Maroquinerie), le 13 à Clermont-Ferrand (la Coopérative de Mai), le 14 à Rouen (le 106), le 15 à Nantes (Stéréolux) et le 16 à La Rochelle (la Sirène). Bon tour de chauffe pour son nouvel nouvel album, dont la sortie est prévue au printemps.

Les Inrocks - musique

U2 dégaine Songs Of Experience

Alors que "Songs Of Innocence" était une biographie du groupe racontant sa propre génèse et ses premières années, "Songs of Experience" aborde des préoccupations bien plus adultes. Une collection de treize nouveaux morceaux - ou presque nouveaux, on y reviendra plus tard -, que Bono avait annoncé comme un recueil de lettres destinées à sa famille, aux fans, et à l'Amérique.

Une inspiration puisée dans ses préoccupations actuelles : l'amour, le changement politique, les réfugiés, mais aussi et cela est plus récent, son questionnement face à sa propre mort et l'image qui restera de lui. Une vulnérabilité, dit-on liée à un souci de santé récent, dépeinte dans "Lights Of Home" (Shouldn't be here 'cause I should be dead, I can see the lights in front of me), groove au riff de guitare très seventies qui ouvre les hostilités après un morceau d'introduction d'album très atmosphérique. "Love Is All We Left" constitue en effet une entrée en matière inédite et réussie, à mi-chemin entre "Zooropa " et "Passengers " : un style peu souvent exploré et qu'on était habitué à voir relégué sur les toutes fins d'albums.

Car pour son quatorzième opus, le groupe a voulu casser ses propres codes, en livrant un mélange très hétérogène dénué de fil conducteur. On y trouve malheureusement des mélodies pop formattées pour la radio, typiques du U2 des années 2000 ("Best Thing", "Own Way" et le très hasardeux "Showman") aux côtés de morceaux beaucoup plus dignes d'interêt, à l'image de ce "Red Flag Day" sorti tout droit de "War" et précédé de "Summer Of Love", qui sous une apparente légèreté, cache en fait des paroles beaucoup plus sombres sur le conflit en Syrie. Reste à savoir si les morceaux plus complexes comme "Love Is Bigger Than Anything" ou "Landlady" passeront le cap des 5 concerts sur la prochaine tournée ou tomberont dans l'oubli avant même d'avoir eu la chance de faire leur preuve sur scène. Autant la chronologie des "Songs Of Innocence" a déterminé et figé l'ordre des morceaux joués du I+E tour, autant l'exercice risque d'être plus difficile sur la tournée à venir. A l'image des singles livrés en pature depuis le mois de mai lors des concert du Joshua Tree 2017 ou via des releases officielles, il est bien difficile de trouver le fil rouge de ce joyeux fourre-tout.

Notons également une idée aussi inédite que saugrenue qui à poussé nos irlandais à s'autosampler eux-même, en proposant sur les treize pistes que comporte ce nouvel album deux titres outrageusement dérivés de deux précédents morceaux. Un gros loupé que les détracteurs associeront à un manque d'inspiration. Autre choix discutable, avoir relégué "Book Of Heart" au rang de bonus de l'édition DeLuxe, tristement perdue entre un nouveau remix du sempiternel "Ordinary Love" et d'une version orchestre de "Lights Of Home". De quoi diviser les fans, à l'image des premiers retours et commentaires butinés sur la toile. Alors… SOE album génial ou l'album de trop ? Le plus simple est de l'écouter et de vous faire votre propre avis.

Songs Of Experience - Sortie le 1er Décembre.

U2 France

« Les dernières news

Novembre 2017
LMMJVSD
1112
2526