Actu musique

11 septembre 2017

U2, 10 septembre, Lucas Oil Stadium, Indianapolis, Indiana

Premiere partie : Beck

Setlist

1 Sunday Bloody Sunday, The Magnificent Seven (snippet)
2 New Year's Day
3 Bad, America (Simon and Garfunkel) (snippet)
4 Pride
5 Where The Streets Have No Name, California (There Is No End To Love) (snippet)
6 I Still Haven't Found What I'm Looking For
7 With Or Without You
8 Bullet The Blue Sky, War (snippet), America (Stephen Sondheim) (snippet)
9 Running To Stand Still
10 Red Hill Mining Town
11 In God's Country
12 Trip Through Your Wires
13 One Tree Hill
14 Exit, Eeny, Meeny, Miny, Moe (snippet)
15 Mothers Of The Disappeared

Rappel

16 Beautiful Day, Starman (snippet)
17 Elevation
18 Vertigo, It's Only Rock And Roll (But I Like It) (snippet)
19 You're The Best Thing About Me (video)
20 Ultraviolet (Light My Way)
21 One, Drowning Man (snippet)

Source des commentaires : U2Gigs (traduction en cours)

Today U2 performed in Indianapolis. It's been a long time between drinks for Indiana : the last U2 show anywhere in the state was on 10 October 2001 (the only Elevation Tour show not opened by Elevation, and to not feature Bullet the Blue Sky). The Elevation Tour is the only U2 tour to feature two concerts in Indiana : exactly five months before playing South Bend, they hit Indianapolis for Bono's 41st birthday.

The only time before today that U2 have performed a stadium show in Indiana was on 1 November 1987 on the original Joshua Tree Tour. That night featured the debut of the Dalton Brothers before U2's actual set. Today's show is just U2's fifth concert in the state, and when you add the Daltons it is the sixth separate performance.

During Trip Through Your Wires, Bono recalled the Daltons' performance, and at the end he sarcastically asked an audience member who was there : "were you changed by the experience of the Dalton Brothers ? We were." Later he quipped that those who don't know about the Daltons aren't missing anything, "but we looked great ! Especially Betty Dalton [Adam]."

Reports from soundcheck indicate that U2 rehearsed new single You're the Best Thing About Me at least four times. This was a harbinger of its tour debut, and only its second performance ever after it was played on Fallon's TV show last Thursday. It was performed in the setlist spot occupied at recent shows by Mysterious Ways. Bono introduced it as being about a nightmare where he had left his wife and kids, and how when he told his wife about it, she laughed at him and said that even if he tried to leave he wouldn't be able to find the door.

The show ended with a snippet of Drowning Man at the end of One. It was even longer than when it was first snippeted this tour in Buffalo. The song still has not yet been performed in full live.

U2 France

En Angleterre, la dernière tendance consiste à se foutre à poil pendant les concerts

Capture d'écran clip : "Gentle Storm - Elbow“

Le 2 septembre dernier, pendant le festival The Downs à Bristol, le groupe Elbow a accueilli sur scène un membre supplémentaire vêtu du plus simple appareil. Guy Garvey, le chanteur de ce groupe de Manchester, n’avait eu le temps d’interpréter que deux titres, lorsqu’ un homme a fait irruption sur les planches, alors que le groupe en commeçait un troisième, The Bones Of You (comprendre “Tes os“). Un moment bien choisi qui a donné lieu à une situation pour le moins comique.

Elbow, en toute maîtrise

Alors que la sécurité essayait de se saisir de ce “streaker“ pour le sortir de scène, Guy Garvey a eu une tout autre idée. Le groupe s’est mis à danser avec le trublion, collés, serrés. Quelques acrobaties plus tard, et, après lui avoir posé une main sur la fesse, le chanteur de Elbow a demandé au public de l’ovationner, avant de gentiment lui indiquer la sortie – qu’il a gagné  escorté par quelques vigiles.

#downsfestival #elbow #streaker Beautifully “handled” @Guy_Garvey pic.twitter.com/TDBbzS3aa3

— Richard Lawson (@RichardLawson69) 3 septembre 2017

Les utilisateurs de Twitter n’ont pas tardé à célébrer sur le chanteur pour sé réaction et sa maîtrise de la situation, n’oubliant pas de saluer non plus la mini performance de l’incon-nu. En voici un petit florilège :

Streaker on stage at Elbow #DownsFestival #Bristol
Had a dance with Guy Garvey
Legend – but who is he?
Anyone know? pls RT pic.twitter.com/ah3Xhbmmhv

— Tristan Cork BPost (@TristanCorkPost) 2 septembre 2017

A touching moment between @Guy_Garvey and an enthusiastic fan at the #downsfestival in #Bristol last night. @Elbow #streaker pic.twitter.com/KA1lAePGS5

— Thomas David Parker (@tomofbristol) 3 septembre 2017

Streaker on stage for @Elbow during The Bones. GENIUS! Well handled @guygarvey

— Matt Pugh (@MattYamYam) 2 septembre 2017

Un coup de publicité qui tombe à pic, alors que le groupe vient tout juste d’annoncer une tournée de quelques stades du Royaume-Uni, dès mars 2018. Les places sont disponibles à la vente depuis le 9 septembre. Vous pouvez vous les procurer ici. Aucune information sur le dress code cependant.

Les Inrocks - musique

Les 6 albums à écouter d’urgence cette semaine

Tony Allen – The Source

Enregistré entièrement en analogique, le douzième album du batteur Tony Allen est à la fois un véritable chef d’oeuvre et une prouesse technique. Imaginez des bandes magnétiques traverser la Manche en Ferry afin d’envoyer les pistes de l’album enregistré à Paris pour un mixage à Londres (évitant ainsi les scanners de l’aéroport). Un vrai parcours du combattant !  Le co-inventeur de l’afro-beat de 77 ans, s’entoure ici de pointures – dont le saxophoniste Yann Jankielewiscz qui co-compose et arrange les 11 morceaux et rend ainsi hommage au jazz moderne. A savourer en live le 20 septembre à Montpellier, le 20 octobre à Tourcoing, le 14 novembre à Tours et le 7 décembre à Angoulême.

En écoute sur Apple Music

The National – Sleep Well Beast

Succédant à Trouble With Find Me, ce septième album des cinq Américains se lance à coeur perdu dans un registre poignant et beaucoup plus oppressant que son prédécesseur, définitivement en phase avec son époque minée par la crise et autres joyeuseries. Produit par Aaron Dessner (guitare, clavier) et enregistré principalement dans son studio situé dans l’état de New-York, on y retrouve la voix inconsolable de Matt Berninger et les mélancoliques cordes de Bryce Dessner, toujours accompagnés des frangins Devendorf : Bryan et Scott, respectivement à la batterie et à la basse. Nous tenant en haleine de bout en bout, on ressort un peu rincé de cette odyssée rock marquée par l’optimisme inconditionnel de Day I Die ou encore I’ll Still Destroy You. Et si leurs paroles restent souvent cryptiques, la citation de Karl Rove (conseiller pour George W. Bush) sur Walk it Back risque elle de vous glacer le sang en ravivant l’art de l’esbroufe politique. En concert le 2 novembre à Paris pour le festival Pitchfork.

En écoute sur Apple Music

Mount Kimbie – Love What Survives

Le duo de producteur, Dominic Maker et Kai Campos, fait son retour après quatre année de silence, et on peut dire qu’ils ne se sont pas tournés les pouces, Love What Survives leur ayant coûté trois années de travail… Sans compter leurs tournées épuisantes et des collaborations prestigieuses comme celle de Dominic sur le dernier 4:44 de Jay Z. Pour ce troisième album, le duo multiplie les collaborations (presque la moitié du disque) et y invite des poids lourds anglais tels que James Blake, Micachu et King Krule. A seulement 30 ans (chacun), le duo n’a pas hésité à se remettre en question comme le précise Dominic : “On a voulu explorer de nouvelles zones musicales. Nos méthodes de travail ont changé. En fait, on a tout repris à zéro.” Mission réussie avec cet album qui transpire l’amour et déploie une force vive, comme prêt à tout pour garder la tête hors de l’eau.

En écoute sur Apple Music

Alex Cameron – Forced Witness

Invité au prochain festival des inRocKs (25 novembre à la Gaîté lyrique), l’Australien nous régale d’un second album, succédant à son fameux Jumping The Shark (réédité par Secretly Canadian l’an passé, et paru initialement en 2013). Après avoir roulé sa bosse sur les routes en compagnie de son fidèle saxophoniste Roy Molloy, le crooner revient avec un ouvrage composé en meute et qui sera défendu en live avec un vrai groupe live pour enflammer le coeur de ses fans. Enregistré entre Berlin, Los Angeles et Las Vegas, Alex Cameron s’entoure ici des conseils avisés de Jonathan Rado de Foxygen, Brandon Flowers des Killers, et s’offre même un duo avec la belle Angel Olsen (Stranger’s Kiss) : “la différence entre Jumping The Shark et Forced Witness, c’est que le premier est né alors que j’étais très isolé. Le deuxième, c’est tout le contraire. On est une vraie communauté.” Autre grande nouveauté : Alex délaisse ses synthés chéris et choisit de composer presque exclusivement sur son laptop. On se retrouve ainsi projeté dans un exercice de style pop très années 80 et plutôt jouissif. Son talent se révèle aussi dans sa croustillante narration, chaque chanson prenant pour héros un type différent : du plouc de la campagne de Country Figs, à la call girl d’internet de True Lies, en passant par la douce mais pas commode Candy May.

En écoute sur Apple Music

Zola Jesus – Okovi 

Délaissant les feux sacrés de Los Angeles, Nika Roza Danilova, alias Zola Jesus retrouve les “bois du Wisconsin de son enfance” pour composer son sixième album Okovi. Né de ce retour aux sources et d’autres traumatismes personnels, elle baptise son disque Okovi, signifiant “chaînes” en slave et précise son choix : “cet album est un portrait très personnel de la perte, de la réconciliation et de la sympathie pour les chaines qui nous retiennent toutes aux lois impitoyables de la nature.” Écartelés entre cette pulsion de vie et de mort, et animés d’une tension permantente, ces onze morceaux sont dans la digne lignée de la pop gothique à laquelle Zola Jesus nous a habituée. Une oeuvre cathartique mais non moins sublime.

En écoute sur Apple Music.

Iron & Wine – Beast Epic

Le songwriter Sam Bean signe avec ce sixième album un ouvrage folk rempli de balades soyeuses et de doux refrains à consommer sans modération pour affronter la chute de température. Quatre ans après Ghost on Ghost, l’Américain de 43 ans nous offre 11 morceaux arrangés avec élégance et simplicité (aucun ne dépassant les 4 minutes). En concert au Café de la Danse (Paris) le 11 février prochain.

En écoute sur Apple Music.

Les Inrocks - musique

Tout ce que vous devez savoir sur le prochain album de King Krule

Capture d'écran King Krule @ Primavera Sound ©Pitchfork Live

Confirmant nos prédictions de cet été,  le New York Times vient d’annoncer le grand retour du compositeur et producteur anglais aux mille allias, King Krule (Archy Marshal de son nom civil). Ce dernier sortira son nouvel album The Ooz, le 13 octobre prochain via True Panther Sounds et XL Recordings. C’est la première fois depuis 2013 et 6 Feet Beneath the Moon, que “King Krule“ revient avec un long projet – sans pour autant être resté silencieux sous ses autres pseudos.

Ce nouvel album s’inscrit dans une démarche qu’Archy Marshall a entamée quelques mois plus tôt. D’abord, avec la sortie de deux clips ; un, avec ses homologues de Mount Kimbie (Blue Train Line), l’autre, Czech One, où on le retrouve en solo, dans un chouette clip à revoir ci-dessous :

Quelques autres indices

Bien en amont de la publication de Czech One, le “roi“ avait déjà soufflé qu’un nouvel album était en préparation, lors du festival Primavera Sound de Barcelone qui se déroulait du 30 mai au 3 juin dernier. Alors qu’il se produisait sur l’une des scènes, le chanteur lâchait un titre inédit, The Locomotive, tout en précisant que ce dernier ferait partie de la tracklist de ce prochain long format, comme le rapporte Pitchfork.

Derrière Hypnodisc ou Edgar The Beatmaker… King Krule nous fait patienter

Le 19 avril dernier et une nouvelle fois en compagnie de Mount Kimbie – via leur émission de radio sur NTS, Archy Marshall proposait deux nouveaux titres : l’un sous couverture (encore) d’un nouvel alias, Hypnodisc (nom du projet collaboratif avec son frère Jack Marshall) ; l’autre, When and Why, via le surnom Edgar the Beatmaker – qu’il avait joué dans un set lors d’une Boiler Room de 2016. Pour patienter jusqu’au 13 octobre, vous pouvez (ré)écouter l’émission de Mount Kimbie sur NTS, et donc, les deux titres de King Krule, via le lecteur ci-dessous :

Les Inrocks - musique

Arca reprend Ryuichi Sakamoto et c’est magnifique

source : Youtube. Extrait du tube "Anoche"

Le vénézuélien Arca (aka Alejandro Ghersi), vient de partager le remix du morceau sync composé par le japonais Ryuichi Sakamoto. En écoute ci-dessous :

Async est le titre de la chanson et d’un album du légendaire compositeur japonais Sakamoto. Paru en 2017, c’est le premier depuis 8 ans, après une pause obligatoire suite à un cancer.

D’après Pitchfork, ce remix figurera sur un album connexe à sync, dont la sortie est prévue cet automne sur Milan Records. On y retrouvera des remixes de Cornelius, Motion Graphics, Electric Youth, Jóhann Jóhannsson mais aussi la version d’Andata par Oneohtrix Point Never.

Arca a également co-produit le prochain album de Björk, dont on vous parlait ici.

Les Inrocks - musique

Tout ce que l’on sait sur le nouvel album de Björk

source : wikimedia. crédit : A.maldon

La semaine passée, l’artiste islandaise a annoncé sur ses réseaux sociaux la sortie d’un nouveau single, The Gate, prévu pour le 18 septembre prochain. En profitant pour nous offrir un avant-goût de sa nouvelle ravissante pochette, entre féerie et science fiction, elle a livré dans la foulée quelques informations précieuses, via Dazed :

The Gate est essentiellement une chanson d’amour, mais quand je dit ‘amour’ j’entends dans un sens plus transcendant. Vulnicura faisait mention d’une perte très personnelle, et je pense que ce nouvel album parle d’un amour qui est encore plus grand. On y redécouvre l’amour, mais d’une manière spirituelle cette fois, faute d’un mot plus juste.”

new single the gate – out digitally september 18 & on single-sided 12” vinyl on september 22
pre-order here: https://t.co/OBEtVwV7He pic.twitter.com/yjVFUrXIAt

— björk (@bjork) September 5, 2017

Un nouvel album prévu pour novembre

Cette annonce fait suite à celle de son prochain album, annoncé au début du mois d’août. Succédant au très beau Vulnicura (2105), ce disque devrait sortir courant novembre chez One Little Indian, si on en croit le récent article du The New York Time. Le média précise que ce disque est une pleine collaboration avec son co-producteur Arca, musicien vénézuélien. Le producteur ayant déjà travaillé sur son précédent album.

https://t.co/UZPxrmnTXY pic.twitter.com/C6Nn15cVRE

— björk (@bjork) August 2, 2017

“Ceci est mon album Tinder”

Toujours pour le magazine Dazed, l’artiste Björk a développé le thème de ce 10ème album studio – dont le lien de précommande est disponible ici : “Ceci est mon album Tinder” avant de préciser qu’elle y expose l’idée “d’être amoureux. De passer du temps avec la personne qu’on apprécie à tout niveau, c’est carrément utopique. Je veux dire, c’est vrai. Comme quand un rêve devient réalité”. On peut donc s’attendre à une oeuvre bien plus personnelle, et radicalement différente de son prédécesseur Vulnicura, accouché plutôt dans la douleur suite à la séparation avec son mari Matthew Barney (avec qui elle partageait sa vie depuis 13 ans).

Une projection en avant-première de The Gate dans les rues de Londres

Enfin, pour les plus impatients, rendez-vous à Londres le weekend prochain, les 16 et 17 septembre, pour une projection unique et gratuite à The Store Studios. L’artiste y présentera une oeuvre vidéo, baptisée The Gate (comme son single à venir), co-réalisée par ses soins, mais aussi par Andrew Thomas Huang et James Merry (artiste spécialisé en broderie). Sans oublier le directeur artistique de Gucci : Alessandro Michele, bien connu pour son audace et son esthétique fantastique.

pic.twitter.com/QiarrSFztz

— björk (@bjork) 6 septembre 2017

Les Inrocks - musique

Yelle de retour

crédit : Jules Faure.

Annoncé dans Ouest France ce weekend, le retour de la Briochine Yelle est imminent !

Après nous avoir dévoilé son duo sensuel avec Olivier pour Heterotopia, le 30 août dernier (à écouter ci-dessous), elle s’apprête à dévoiler un nouveau titre inédit : Roméo le 22 septembre. Julie Budet (de son vrai nom) et son binôme Jean-François Perrier sont restés assez mystérieux quant au résultat : “Surprise. Tout ce que l’on peut dire c’est qu’il a un côté été indien, coucher de soleil. Un truc mélancolique de fin d’été mais très dansant.”

Ce titre pourrait bien figurer sur leur prochain album. Le duo prévoit en effet de se mettre à bosser dessus d’ici 2018, succédant ainsi à Complémentent Fou (2014), Safari Disco Club (2011) et Pop Up (2007) :

“Nous n’avons pas de cap précis, mais il y a toujours ce défi de se renouveler sans changer profondément notre musique mais plutôt la façon de la créer”.

En parallèle de ce quatrième album dans les tuyaux, nous aurons la chance de découvrir Yelle dans un duo au sommet, notamment aux côtés de Joseph Mount, chanteur de Metronomy, mais aussi reprenant Raconte-Toi du grand Yves Simon. En effet, un album hommage, Génération(s) éperdue(s) est en préparation chez Because Music et devrait sortir en janvier prochain.

Succédant aux singles Interpassion (2017) et Ici & Maintenant (2016),  d’autres surprises pourraient bien tomber du camion à en croire Julie, s’exprimant toujours au micro de Ouest France :

“Nous nous sommes posés en rentrant d’une grosse tournée il y a deux ans. Une période que nous avons mise à profit pour nous ressourcer, mais aussi pour composer et écrire de nouveaux morceaux.”

Une tournée aux US et un soirée très spéciale à Saint-Brieuc

Après une tournée éreintante en Asie au printemps dernier, Yelle entamera dans quelques semaines une nouvelle série de dates aux Etats-Unis cette fois. Mais avant cela, elle compte bien jouer sur ses terres natales, le vendredi 15 septembre à Saint-Brieuc, pour inaugurer la première date de la saison de la salle locale : La Citrouille. Avec une thématique clubbing très rose bonbon, la soirée accueillera une flopée d’invités : Bagarre, Voyov , Victor Deleage (DJ du collectif rennais Crabe Cake) : “La soirée sera déclinée autour de la thématique de la barbe à papa avec des lumières plutôt roses, de la fumée lourde au sol et même des odeurs de confiserie.” De quoi se mettre en jambe pour attaquer la rentrée de bonne humeur !

Retour sur le petit écran

Après son apparition dans le long métrage La stratégie de la poussette en 2013 (mais aussi quelques courts métrages), la belle nous réserve “des nouvelles fraîches” côté ciné. Ainsi, elle tiendra un rôle dans deux épisodes de la mini-série J’ai deux amours, diffusée prochainement sur Arte et réalisée par Clément Michel. Soyez patients !

Les Inrocks - musique

« Les dernières news

Septembre 2017
LMMJVSD
3
10