Actu musique

2 août 2017

Moderat annonce sa séparation

Capture d'écran Youtube du clip "Bad Kingdom" de Moderat.

Trois albums et puis s’en vont. Les trois musiciens allemands du groupe Moderat ont choisi de raccrocher pour se consacrer à leurs projets parallèles. C’est l’un des membres, Gernot Bronsert, qui a confié la nouvelle en interview à Mixmag lors des Eurockéennes de Belfort, le vendredi 7 juillet.

"the end of a chapter" https://t.co/i9jMsDrCgS?amp=1 pic.twitter.com/UVBhEFkyTY

— moderat (@ModeratOfficial) August 2, 2017

Comme l’explique Mixmag, le magazine allemand LOLA a officialisé cette déclaration. Grengort Bronsert a déclaré :

“Maintenant, nous devons nous remettre de Moderat. Nous nous sommes tous mis d’accord sur cette pause qui ne va pas tarder à débuter. Nous n’avons pas déterminé pour quelle durée, nous ignorons encore si nous continuerons Moderat, nous ne pouvons affirmer que cela arrivera un jour. Ce concert à Berlin marquera la fin d’une époque.”

L’aventure Moderat prendra fin le 2 septembre prochain à l’occasion d’un ultime concert dans l’amphithéâtre Kindl-Bühne Wuhlheide en plein air de Berlin, rapporte Mixmag.

Pour Grengort Bronsert, cette pause lui permettra d’accorder plus de temps à son duo Modeselektor, avec Sebastian Szary dernier membre de Moderat, de même pour Sascha Ring qui œuvrera derrière le projet Apparat.

Les Inrocks - musique

Surprise : Björk annonce la sortie imminente d’un nouvel album

(c) Wikipédia Commons

Surprise ! Via son compte Twitter, Björk vient tout juste d’annoncer la sortie imminente de son prochain album. En plus d’un lien pour le pré-commander, la chanteuse islandaise a rédigé un petit mot : “Je suis heureuse de vous annoncer que mon nouvel album sortira très prochainement.”, puis elle adresse ses pensées chaleureuses à son public.

https://t.co/UZPxrmnTXY pic.twitter.com/C6Nn15cVRE

— björk (@bjork) 2 août 2017

Deux ans après le très réussi Vulnicura, l’artiste est donc bel et bien de retour, et le moins que l’on puisse dire, c’est que ses fans l’attendent avec impatience compte tenu des réponses présentes sous ce tweet. Ce prochain disque sera le dixième de la chanteuse, qui fêtera par la même occasion ses quarante ans de carrière.

>> A lira aussi : Pourquoi Björk reste encore l’une des artistes les modernes de notre époque

Les Inrocks - musique

L’hommage émouvant de Patti Smith à Sam Shepard

Patti Smith et Sam Shepard(c) Wikipédia Commons

Décédé il y a quelques jours à l’âge de 73 ans, l’écrivain et acteur Sam Shepard a laissé une trace indélébile dans les mémoires, aussi bien de son public que de ses proches. Aujourd’hui, c’est au tour de la chanteuse Patti Smith de lui rendre un touchant hommage, publié dans The New Yorker hier.

Dans cette tribune, Patti Smith se souvient des moments partagés avec Shepard (“Il m’appelait tard le soir lorsqu’il était sur la route, d’une ville paumée du Texas, d’une aire de repos près de Pittsburg ou de Santa Fe, lorsqu’il s’arrêtait au milieu du désert pour écouter les coyotes.”), de leur relation passée ou présente, et de jolis détails (elle évoque notamment un tatouage en commun représentant leurs jeunes années).

En couple dans les années 1970, les deux artistes ont vécu une histoire assez courte mais visiblement marquante, puisque Patti Smith lui a dédié son livre M Train en 2015. Ensemble, ils écriront la pièce de théâtre Cowboy Mouth, reprendront Smell Like Teen Spirit de Nirvana (elle au chant, lui au banjo), laissant ainsi une trace commune dans de nombreux domaines artistiques.

Les Inrocks - musique

Les vrais tubes de l’été 2017

Muddy Monk, Myth Syzer, Ichon et Bonnie Banane vous cuisinent le barbecue de l'été

1 – MYTH SYZER, BONNIE BANANE, ICHON, MUDDY MONK – LE CODE

Sur ce morceau romantique à souhait qui ouvre la porte à un nouveau projet, Myth Syzer abandonne un temps ses habits de beatmaker pour chanter la torpeur des amours plurielles. Pour l’occasion, il invite ses potes Bonnie Banane, Ichon et Muddy Monk dans un plan à quatre qui détourne gracieusement les clichés des clips des années 2000 : un lévrier afghan remplace les rottweilers, la séance de car-wash semble tournée à l’éléphant bleu de Montreuil et le barbecue final grille sur l’aileron de la voiture prêtée par tonton. L’ambiance et les textures du code rappellent le parfum du bonbon à la menthe partagé par Bonnie et Syzer en 2014, sans oublier le road-trip psyché de Muddy Monk et Ichon, déjà embarqués dans une virée de très bon goût l’an dernier. En attendant de découvrir le bon digicode dans une suite avec Loveni, cet épisode 3 en version all-star game n’annonce que du bon pour la rentrée. Bisous, le prochain EP de Myth Syzer arrive pour cet automne.

Meilleur commentaire sur YouTube : A36B.

2 –  DAMSO – MACARENA

En 1993, Damso vient tout juste de fêter son premier anniversaire quand les déconneurs de Los Del Río enregistrent le tube inesquivable des années 90. Il faudra attendre trois ans pour que la ritournelle infernale s’impose comme le tube de l’été 96. A l’époque, personne ne s’inquiète de voir deux vieux briscards en costards de maquereaux chanter leur fantasme d’un plan à trois sordide avec une jeune Vénézuélienne.. Tous les gamins sont en transe, Charly et Lulu se chargent d’enclumer l’effet de mode… et le truc devient même l’une des musiques choisies par Bill Clinton pour animer sa campagne présidentielle. Une grosse vingtaine d’années plus tard, le même titre domine le second album de Damso, en même temps que les charts dématérialisés de la France de 2017. Aucune histoire de sample pirate cette fois-ci : le nouveau patron du rap francophone n’échantillonne que l’intention de la Macarena version bêta, pour y plaquer une histoire d’amour à moitié biographique qui tangue entre rapports charnels, tromperies assumées et sentiments voilés. Six ans après Booba, Damso tient son Scarface. Et YouTube ne semble pas mieux armé que Charly et Lulu pour décoder la représentation des rapports hommes/femmes dans la musique populaire. Dommage, “Cheval Passion” et “Le Grand Dieu Spaghetti Volant” étaient bien chauds pour reprendre le flambeau.

Meilleurs commentaires sur YouTube :

 3 – ARCADE FIRE – ELECTRIC BLUE

Everything Now, le très attendu nouvel album d’Aracde Fire est sorti le 28 juillet dernier. La meilleure chanson du disque rappelle à la fois Kate Bush, Chromatics, Marquee Moon et les nouvelles chaussures d’Ana Benabs. Dans le clip comme sur le titre, Regine s’envole en solo pour enfin prendre le premier plan du groupe. Certains esprits fatigués ne résisteront pas au refrain lancinant, mais ils s’agit sans doute leur chanson la plus aventureuse depuis très longtemps. Même si la prise de risque reste toute relative si l’on garde en mémoire l’ ‘Electric Blue chanté par Icehouse en 1987. Cliquez ici pour comprendre pourquoi les fans Australiens auront encore plus de mal que le reste du monde à  apprivoiser ce titre.

Meilleurs commentaires sur YouTube :

4 – 070 SHAKE – BE MYSELF

La nouvelle héroïne du monde libre, au moins. On n’avait plus trop de nouvelles de 070 Shake depuis le mois d’avril et la sortie du passionnant Stranger aux faux airs de torch-song. La rappeuse originaire de North Bergen dans le New-Jersey (code postal 070) est revenue au milieu de l’été en signant cet auto-portrait fascinant dans lequel elle se réincarne à volonté au gré des transformations de la prod  Avec son rap/chant toujours plus original, 070 Shake continue à faire monter la pression et les attentes autour de l’un des projets hip-hop les plus excitants apparus ces derniers mois. Yellow Girl, son premier EP, est attendu pour la fin de l’année. En attendant de fêter ses 20 ans, elle profite de Be Myself pour renverser les rôles et claquer l’une des phases les plus fraiches de l’année :

Talk about rap niggas, talk about trap niggas
Know I’m the bitch but they sit on my lap niggas
I never cared even if they had figures
Walk in the crib with a dime and a Hilfiger

070 Shake sera en concert à Paris à La Station le 10 août prochain sur une très cool initiative commune de Radio PiiAF et des Fils de Vénus.

Il n’y a que les tueurs en série qui commentent sur Soundcloud

5 – PHOENIX – TELEFONO

“C’est sûr qu’on a pas mal écouté Comedown Machine quand il est sorti. Mais ce n’était pas une intention particulière de sonner comme les Strokes.” En début d’année, quand on a rencontré les mecs de Phoenix pour parler de l’influence de l’Italie et celle des Strokes sur l’enregistrement de Ti Amo, Branco avoué avoir saigné l’album de la discorde. Sur Comedown Machine, Julian Casablancas alternait les exercices de styles entre vocalises perchés et effet téléphone. Magnifique révérence sur le morceau de clôture du nouveau Phoenix qui pose une conversation délicate entre Sofia Coppola et Thomas Mars, fruits de mer et Hollywood, anglais et italien. D’ailleurs, depuis que Phoenix a sorti son disque en forme de lettre d’amour à l’Italiei, la moitié de vos potes ont booké leurs vacances d’été dans le pays de Lucio Battisti. Qu’est-ce que vous attendez pour les rejoindre au lieu de traîner sur le site des Inrocks en plein mois d’août ?

Meilleure moitié de commentaire sur YouTube :

6 – BLUE HAWAII – NO ONE LIKE YOU

Le meilleur exemple d’une chanson mignonne qui excite tout le monde à force d’hésiter à décoller… Finalement, le truc démarre au bout de trois minutes (pile au moment où Owen Pallett débarque avec ses cordes) et la fin du morceau arrive tellement vite qu’on en est déjà nostalgique dès la première écoute. Bref, un bon truc de pervers qui finira forcément dans un remix de Kaytranada comme la plupart des groupes cools qui éclatent à Montréal depuis 2011. Tenderness, le nouvel album de Blue Hawaii arrive le 6 octobre chez les génies d’Arbutus Records et vous pouvez d’ores-et-déjà le précommander de ce côté d’Internet. En attendant, n’hésitez pas à faire monter le plaisir en vous laissant aller sur les statistiques du morceau comme le bien nommé Nicolas.

Meilleur commentaire sur YouTube :

7 – HAMZA – GODZILLA

Près de 20 ans après le Come With Me de Puff Daddy, c’est au tour d’Hamza d’apprivoiser le monstre japonais dont l’histoire a été déclinée en dizaines de mangas et de sagas cinématographiques depuis les années 50. En 1998, pour la bande originale du film réalisé par Roland Emmerich, Puff en faisait des tonnes sur un sample classique de Led Zepplin. Mais il n’a rien pu faire pour empêcher le morceau de finir au générique de Téléfoot; Un reboot sobrement intitulé Godzilla King Of The Monsters est prévu pour 2019. On ne sait pas encore qui chantera sur la B.O. Si Hamza n’est pas choisi, vous pourrez vous consoler en vérifiant une nouvelle fois qu’il était un peu trop en avance.

Meilleur commentaire sur YouTube :

8 – HOMESHAKE – EVERY SINGLE THING

Ouvertement inspiré des productions japonaises à moitié LOL des années 70 (comme le yacht funk indispensable de Masayoshi Takanaka), Homeshake est le projet solo de Peter Sagar. Ex-guitariste de Mac DeMarco, Peter en est déjà à son troisième album publié en trois ans. Si vois avez raté les deux premiers disques livrés par cet improbable combo rn’b’ slacker, Midnight Snack et In the Shower attendent vos clics avec impatience sur YouTube. En début d’année, Sagar a sorti Fresh Air, l’un des grands disques de 2017 et le titre d’album le plus fidèle à son contenu depuis le Ten New Songs de Leonard Cohen. Au milieu des radiances, on trouve Every Litle Sing et son joli clip chorégraphié qui force le respect.

Meilleur commentaire sur YouTube :

9 – A$AP MOB – RAF

La dernière pub pour Raf Simons incarne parfaitement le genre de débat philosophique qui anime le hip-hop de l’ère post-Instagram. Les rappeurs sont-ils devenus des blogueurs-mode ? La nouvelle collection Margiela aura-t-elle les faveurs d’A$AP Rocky ? Est-ce vraiment sérieux de continuer à porter du Pigalle ? Dans sa version originale, le morceau abrite quand même le meilleur couplet rap de Frank Ocean depuis l’époque des freestyles avec Odd Future. Sinon, Quavo défonce toujours toutes les prods qui bougent avec une classe déconcertante et Lil Uzi Vert devait être être en train de mater une compilation de ses meilleurs stage-diving le jour du tournage. Rien de mieux à dire sur la performance de Playboi Carti que le génie exprimé dans le commentaire publié par jimbob.

Meilleur commentaire sur YouTube :

10 – JESSICA93 – R.I.P. IN PEACE

Ce morceau et ce clip sont encore plus plaisants que l’idée de ramener Jessica93 dans un article de type Topito qui cite Raf Simons et Los Del Río.

Meilleur commentaire sur YouTube :

Les Inrocks - musique

Liam Gallagher est chaud pour reformer Oasis : “C’est mon groupe!”

Capture d'écran Youtube de l'émission Howard Stern Show.

Ce n’est pas vraiment une surprise, mais la déclaration est si sincère qu’elle en devient presque officielle. Liam Gallagher, tête brûlée et chanteur d’Oasis, espère un jour reformer le groupe, a-t-il confié lors de son passage à l’émission de radio Howard Stern Show sur SiriusXM. A l’animateur américain, curieux de savoir s’il pourra revoir Oasis sur scène un jour, Liam Gallagher assure :

“Sans le moindre doute. C’est mon groupe! Nous de devons d’abord redevenir des frères avant de commencer à parler de musique, je pense. Une fois qu’on aura envie de s’entendre tous les deux, inévitablement, l’étape suivante serait de ressortir le groupe pour faire un dernier tour. “

Pour le chanteur, fraîchement lancé en solo, “c’est ce que les gens veulent”, et par les gens il entend les fans d’Oasis. Car cela fait bien longtemps que l’on a arrêté d’imaginer une possible réunion d’Oasis, surtout après la terrible dispute qui les mena à la séparation en 2009. Lors du festival parisien Rock en Seine, les frangins Gallagher ont annulé leur performance annonçant par la même occasion la dissolution définitive d’Oasis.

Reformera ou reformera pas ?

Depuis quelques années, les rumeurs prennent une certaine ampleur, nourries des reformations de groupes anglais, qui ont connu le succès plus ou moins à la même époque qu’Oasis, tels que Blur en 2015, ou encore Slowdive et Ride cette année.

Depuis la fin de Beady Eye en 2014, son projet post-Oasis, Liam Gallagher n’a jamais craché sur une réunion, sans pour autant se montrer ouvert à l’échange avec son frère. Régulièrement, il le traite de “tête de patate” sur Twitter ou en interview, et pendant le concert de charité suite à l’attentat de Manchester, le 4 juin dernier, Liam Gallagher n’a pas mâché ses mots sur l’absence de Noel, sur Twitter :

Noels out of the fucking country weren't we all love get on a fucking plane and play your tunes for the kids you sad fuck

— Liam Gallagher (@liamgallagher) June 5, 2017

 “Noel n’est pas dans ce putain de pays. Pends un putain d’avion et viens jouer les chansons pour les gosses, pauvre connard.”

“Bien sûr, j’aime mon frère !”

Durant l’émission d’Howard Stern, l’artiste venu faire la promo de son prochain album attendu le 6 octobre, a raconté la fois où, adolescent, il a s’est soulagé la vessie sur la chaîne hi-fi de Noel, sans s’être jamais excusé. Le présentateur a finalement tenté de savoir s’il assisterait aux funérailles de son fraternel malgré leur houleuse relation. “Bien sûr,” répond-il, “J’aime mon frère, nous traversons juste une période un peu bizarre”. 

Et en souvenir du bon temps, Liam Gallagher a accepté de jouer le plus gros tube de la carrière d’Oasis, qu’on ne nommera pas.

Les Inrocks - musique

Kelela annonce son premier album et dévoile un nouveau single

Kelela (capture d'écran Youtube)

Kelela vient d’annoncer sur son compte Instagram que son premier album  Take Me Apart sortira le 6 octobre prochain, chez Warp. “Je ne peux pas croire que ce jour soit enfin arrivé“, confie t-elle dans la légende du post. Elle travaillait dessus depuis longtemps : il avait même déjà été vaguement annoncé pour l’automne 2015, plus tôt cette même année. Dans une interview accordée au magazine avant-gardiste Dazed l’an dernier (dont elle a fait la couverture), la chanteuse R’n’B précisait qu’elle composait son premier LP aux côtés d’artistes avec qui elle avait déjà collaboré, dont Jam City, Bok Bok, ou encore Arca, qui avait co-écrit A Message, l’un de ses morceaux les plus connus.

Take Me Apart fera suite à la mixtape qui a révélé Kelela en 2013, Cut For Me, et à son EP Hallucinogen (2014). Hier, elle a dévoilé le single phare de son nouvel album, LMK, en avant-première sur la webradio Beats 1. Vous pouvez l’écouter ici :

Une tournée avec Gorillaz

Dans un autre post Instagram, publié le 31 juillet, Kelela a dévoilé la pochette du disque :

Take Me Apart

A post shared by KELELA (@kelelam) on Jul 31, 2017 at 9:00am PDT

Plus tôt cette année, elle est partie en tournée avec The xx, dont elle assurait les premières parties, et avec Gorillaz, qui l’avait invitée en featuring sur son morceau Submission, issu de son dernier LP, Humanz. L’an dernier, Kelela avait aussi collaboré avec Solange, sur son titre Scales, et Clams Casino.

L’album Take Me Apart est disponible en pré-commande sur Apple Music.

Les Inrocks - musique

Sufjan Stevens de retour en solo pour la B.O. de “Call Me By Your Name”

(c) Jules Minus

Actuellement en pleine tournée pour son album collaboratif Planetarium, Sufjan Stevens nous donne également des nouvelles en solo. C’est dans la bande-annonce du prochain film de Luca Guadagnino, Call Me By Your Name, prévu pour novembre prochain que l’on entend à nouveau les ébauches en solitaire du musicien américain. Ça se passe vers la 50e seconde dans le lecteur ci-dessous, et le morceau se nomme Mystery Of Love. 

Présenté au festival de cinéma Sundance en janvier dernier, le film réunirait en fait non pas un, mais deux morceaux inédits de Sufjan Stevens. Retour en vue ou simple contribution ? Deux ans après l’incontournable Carrie & Lowell, l’impatience commence à se faire sentir, et l’envie de retrouver l’artiste en solo grandit.

Les Inrocks - musique

Symphonies 1-5

Nous rêvions d'une gravure sur CD de cette intégrale des symphonies pour grand orchestre composées par Felix Mendelssohn (1809-1847) entre 1824 et 1842, telle qu'elle fut donnée et enregistrée en février 2016 à la Philharmonie de Paris. La voilà, quel bonheur ! Les univers mendelssohniens y sont restitués avec fougue, souplesse et ce qu'il faut de lyrisme par l'excellent Chamber Orchestra of Europe, en sympathie flagrante avec son chef, l'étourdissant quadragénaire québécois Yannick Nézet-Séguin. Dès la Symphonie no 1, encore très classique (l'auteur n'a que 15 ans !), on entre dans le vif du sujet, avec une nervosité des tempos qui ne nuit jamais à l'élégance des phrasés. Energique, chaleureuse, la direction électrise les instrumentistes et tire le meilleur, dans la Symphonie-cantate no 2, « Lobgesang », du trio vocal (Karina Gauvin, Regula Mühlemann, Daniel Behle) et du toujours bluffant RIAS Kammerchor. La Symphonie no 4, « Italienne », déborde d'une joie contagieuse, et la Symphonie no 3, « Ecossaise », magnifie les bois. La Symphonie no 5, « Réformation », enfin, conclut le parcours par un choral instrumental d'une formidable éloquence. — Sophie Bourdais

| 3 CD Deutsche Grammophon.

Télérama.fr - Disques

Hudson

Un tel disque est en soi une bonne nouvelle. Quatre des jazzmen qui comptent aujourd'hui et qui ne sont plus exactement des jeunes gens (Jack DeJohnette fête ses 75 ans cette année) restent intensément créatifs quand ils se mettent dans les conditions voulues. La première est la complicité humaine autant que musicale. DeJohnette, le batteur, John Medeski, le pianiste et claviériste, Larry Grenadier, le contrebassiste, John Scofield, le guitariste, ont en commun de vivre dans la vallée de l'Hudson, à la riche tradition culturelle. Ils ont une fabuleuse expérience (DeJohnette avec Miles Davis et Keith Jarrett ; Scofield avec Miles aussi, et tant d'autres ; Medeski avec ses compères Martin et Wood ; Grenadier avec Brad Mehldau et le trio Fly). Ils partagent aussi une culture rock, un goût de l'improvisation libre et des thèmes funky. Hudson, leur premier disque en tant que groupe, résulte de sessions où ils se sont donné toute latitude, en commençant par une longue impro collective sans thème, pour suivre avec des reprises de Bob Dylan, Jimi Hendrix, Joni Mitchell, The Band, plus des compositions originales bien venues. La réussite est totale, elle réchauffe le coeur et ravit l'esprit. — Michel Contat

| 1 CD Motéma.

Télérama.fr - Disques

Rêvons plus sombre

D'un petit label brestois curieux et défricheur, nous parviennent régulièrement des productions au potentiel commercial à peu près nul, mais à l'esthétique radicale, attirante ou rebutante, souvent intéressante. Tel est le premier album de Centredumonde, duo masculin qui dans une synthèse de pop, chanson, cold wave et punk décline sans répit sa mélancolie. « Rêvons plus sombre », invite d'entrée la voix grave et atone du chanteur… On songe à Taxi Girl, davantage encore à Mendelson, mais on entend aussi autre chose : une ironie pointue, propre à nous faire sourire. « Je vis sous un nuage noir/Il me suit, même quand je vais nulle part. » Ici, le malheur et l'ennui sont si fièrement affichés qu'ils en deviennent presque sexy (les mélodies, les riffs, la production n'y sont pas pour rien non plus). Séduits et intrigués, on n'en écoute que mieux les textes : certains mélangent les genres, masculin/féminin, avec une finesse inattendue et une distance décidément bienvenue. — Valérie Lehoux

| 1 CD L'Eglise de la Petite Folie.

Télérama.fr - Disques

« Les dernières news

Août 2017
LMMJVSD
13
20