Actu musique

8 juin 2017

Les groupes les plus rares de l’année joueront au festival Levitation France

Le festival psych rock se prépare sous les meilleurs auspices. (crédit Fred Lombard/ Indie Music)

Chaque année depuis 2013, le Levitation France transforme Angers en véritable lieu de pèlerinage à la gloire de la musique psychédélique et alternative. Le festival, initialement basé à Austin dans le Texas, promet des concerts uniques d’artistes et de groupes rares. Parmi elles les shoegazers anglais Slowdive, The Black Angels dont certains membres ont fondé l’événement américain, l’expérimentateur et copain de Ty Segall, Charles Frances Moothart (CFM) ou encore l’incroyable groupe nippon Acid Mothers Temple. A cette programmation particulièrement alléchante, s’ajoutent aujourd’hui dix nouveaux artistes tout aussi passionnants.

(crédit : Gaspard Le Quiniou/arrache toi un oeil)

Levitation, festival de toutes horizons

Les ténébreux et indescriptibles Forest Swords rejoignent le line-up, ainsi que la bande new-yorkaise Beach Fossils, de retour avec un album inédit après trois ans de silence. Pour les non-intitiés, le Levitation France sera l’occasion de découvrir des pépites du rock actuel tel que le groupe japonais Bo Ningen, les chiliens de The Holydrug Couple et bien d’autres.

Petit Fantôme, un échappé de Frànçois and The Atlas Mountains, la formation Villejuif Underground et le surprenant duo Moon Gogo s’imposeront comme les fiertés nationales du festival à Angers, qui aura lieu du 15 au 16 septembre prochain.

Le reste de la programmation est à découvrir sur le site officiel, et plus d’infos sur l’événement Facebook. La billetterie est d’ores et déjà ouverte et propose, pour le moment, des pass 2 jours uniquement.

Les Inrocks - musique

“Ouï”, le voyage épuré et charnel de Camille

Après des années d'exploration musicale, la chanteuse affirme son style, sans rien renier de sa singularité. Un nouvel album où les chansons se font confessions.

Télérama.fr - Musiques

En écoute exclusive : Beaucoup d’Amour #4 compile la future scène française (et c’est plus qu’encourageant)

Extrait de la pochette de la compile, signée par Lou Ros.

Le label indépendant parisien Beaucoup Music revient pour un quatrième épisode de ses fameuses compilations Beaucoup d’Amour, mettant en lumière la crème de la scène émergente hexagonale. Après avoir découvert Cléa Vincent et The Pirouettes sur le premier volume, Kazy Lambist sur son second, et Jorrdeee sur son troisième, les revoilà pour de nouvelles aventures.

En tout ce sont 14 jeunes premiers à écouter sans délai sur ce quatrième volume. Et si le producteur parisien FHIN, les balades dream-pop de BLOW ou le crooner Théo Lawrence ne vous sont déjà pas inconnus… Il vous reste encore 11 espoirs à écouter :

La chansons française y est dignement représentée par Abel Orion. Quand le rock reprendra ses lettres de noblesses grâce aux riffs enragés de MNNQNS. Le flow aguerri et les prods léchées de Gracy Hopkins risquent de faire des émules. Et il est fort probable que le tubesque Can’t Get Tired du duo electro-pop Dividuals rejoigne votre prochaine playlist Running. Côté féminin, Anna Kova est peut-être ma seule à défendre son genre, mais avec quelle sensualité et quelle voix ! Un sans faute.

Une release party le 28 juin au Hasard Ludique

Pour fêter la sortie de la compile, RDV le 28 juin au Hasard ludique (128, avenue de Saint-Ouen, 75018 Paris) avec 3 groupes en live : Octave Lissner, La Hero et Tample. Entrée 10 euros en prévente.

La compilation Beaucoup d’Amour #4 (Beaucoup Music) sortira officiellement le 9 juin prochain.

Les Inrocks - musique

Le slow listening : (fausse) tendance du moment

(Crédit : Touchstone Pictures)

Depuis hier, mercredi 7 juin, une nouvelle “mode” à ranger dans les rubriques bien-être fait le tour du web : le slow listening. Cette tendance entend favoriser l’écoute d’albums dans leur intégralité, sans s’adonner à des activités secondaires, tout cela dans le but de se détendre.

Tout débute sur le site du magazine féminin Elle.fr qui a consacré un article à ce “phénomène”. Le slow listening prévoit des plages horaires pour écouter un album complet, favorise l’utilisation de matériel audio et de format de qualité, et possèderait, ainsi, des vertus aussi efficaces et relaxantes que le yoga.

Un article et une tendance qui se sont vus critiqués par nombre d’internautes et certains médias, dont The Drone, qui s’est amusé de ce mode d’écoute familier pour tous les mélomanes. Certes, le slow listening n’a rien de révolutionnaire pour les passionnés de musique, certains ajouteront même qu’écouter un album, c’est respecter l’oeuvre et le travail d’un artiste.

Je pratique le slowlistening dans le métro et c'est un délice.

— david carzon (@davidcarzon) June 8, 2017

Je découvre le concept de Slow Listening, du pur génie: «Plonger dans un disque en l’écoutant du début à la fin» https://t.co/u6A6G3I8ZB

— Sophian Fanen (@SophianF) June 6, 2017

Dis-moi comment tu écoutes, je te dirais qui tu es

Mais aujourd’hui, seule une minorité de personnes ont encore recours à ce genre pratique. Les playlists n’ont jamais été aussi populaires et à l’heure du streaming audio et vidéo, les singles concurrencent sans mal les albums. En soi, le slow listening ne s’avère pas si absurde, excepté pour les personnes habituées à se plonger dans des disques de par leur métier ou leur passion.

Cette mode ne date pas d’hier : en 2013 et 2014, Villa Scheweppes, un blog hébergé par Le Monde a dédié des articles sérieux sur le sujet. Finalement, la seule absurdité dans cette histoire, c’est la volonté de nommer et théoriser des pratiques du quotidien qui diffèrent selon des critères sociaux, environnementaux, géographiques… trop nombreux pour les nommer.

Ce qui est marrant c'est que chaque année un journaliste découvre le concept de "slow listening" https://t.co/FoeEGfDdyU

— AlexSleepless (@AlexSleepless) June 8, 2017

Les Inrocks - musique

Comment expliquer l’union entre les rappeurs de la scène grime et Jeremy Corbyn

Le rappeur JME enlasse Jeremy Corbyn, chef de file du parti travailliste - Capture d'écran YouTube

Samedi dernier, à quelques heures du tragique attentat sur le London Bridge, le soleil finit de chauffer les trottoirs et HLM du nord-est de Londres. À trois minutes de la station Tottenham Hale, dans le quartier des émeutes de 2011, des dizaines de jeunes en hoodie, la plupart casquette vissée sur la tête, bas de survêt’ et sneakers sales, se pressent vers des murs de bétons gris, tagués d’un poing rouge serré. Parmi la foule qui trinque à coups de Red Stripe, une jeune fille porte un T-shirt qui résume l’esprit de l’événement. Son haut blanc est aussi frappé de rouge. Mais à la place d’un poing, c’est la virgule Nike qui s’affiche, surmontée d’un nom : Corbyn.

Bass Hungry Class Warriors #Grime4Corbyn

A post shared by T H E O M C I N N E S (@theomcinnes) on Jun 5, 2017 at 1:29am PDT

“La scène grime peut gagner cette élection pour Jeremy Corbyn”

Cette soirée, où se produisent plus d’une trentaine d’artistes issus de la scène grime locale, était attendue depuis des semaines. Le 17 mai, le collectif Grime4Corbyn annonçait cette grande fête à la suite d’une déclaration en forme d’acte de naissance du mouvement. Le groupe de bénévoles assure que “les jeunes et la scène grime peuvent gagner cette élection pour Jeremy Corbyn.” Pourquoi l’aider ?

Parce qu’il “abaisserait l’âge du droit vote à 16 ans, mettrait à bas les exorbitants coûts d’entrée à l’université, les contrats zéro heure, mettrait en place un véritable revenu minimum, construirait 500 000 council homes (HLM couleur locale, ndlr) par an, donnerait un foyer, du travail et l’éducation dont les jeunes du Royaume Uni ont besoin.”

La veille du vote, Becka Hudson, membre du collectif, développe : “On sentait qu’il y avait quelque chose dans l’air. Certains des artistes grime les plus respectés avaient déjà annoncé leur soutien à Jeremy Corbyn. On voulait utiliser cette vague pour s’éclater un peu tout en encourageant les jeunes à voter et à participer à la vie politique.” Les prises de positions de ces artistes respectés ont en effet eu du poids.

Premier à sortir du bois, Stormzy, facette pop du mouvement dont le titre Shut Up a frôlé la tête des charts au noël 2015. Il affiche son soutien depuis l’an dernier. Dans une interview au Guardian, il lançait : “C’est mon gars, Young Jeremy ! Je kiffe ce qu’il dit. J’ai vu des photos mortelles de lui à l’époque, il faisait campagne contre l’apartheid et je me suis dit : ‘yeah, j’aime ton énergie’”. Le 17 mai dernier, Akala, autre figure grime, remettait une première couche par un long post Facebook. Il y expliquait son choix de voter Corbyn par le sentiment d’avoir pour la première fois la chance d’élire “un être humain sain et décent.”

My thoughts on the upcoming election. I have a confession to make, I have never voted in a general election in my…

Posted by Akala on Monday, May 8, 2017

Puis les choses sont allées plus loin. À l’initiative d’i-D magazine, Corbyn chemise rayée aussi blanche que sa barbe rencontrait JME, MC justement originaire de Tottenham. Autour d’une carafe d’eau dans un bar aux allures branchées, l’improbable duo discute de la question des loyers, d’égalité des chances, mais également de l’enfance de l’artiste et de ce qui l’a amené vers la grime.

La vidéo, vue par plus de deux millions de personnes, ainsi que l’initiative #Grime4Corbyn qui en découle, font leur effet. Becka Hudson assure : “Nous avons reçu beaucoup de messages, notamment les deux premiers jours lorsque le hashtag est devenu viral. En le voyant, les gens se sont intéressés à la conversation et à qui est Jeremy Corbyn. Ils se demandaient ‘Pourquoi ils le soutiennent ? Qu’est ce qu’il propose ?‘ “

“Une question de vie ou de mort”

Le soutien de la scène grime n’explique pas à elle seule le phénomène, mais le Telegraph révélait le 24 mai qu’entre l’annonce des élections le 18 avril et le 24 mai, 1.05 millions de jeunes de 18 à 24 ans s’étaient inscrits sur les listes électorales. Parmi eux, Saskilla, présent à la soirée de samedi et qui en qualité de pionnier du grime, a également échangé avec Corbyn. “Il a dit qu’il voulait faire plus pour la culture et les arts. Il m’a dit sur FaceTime qu’il était inspiré par le mouvement grime, révèle-t-il avec fierté.”

Comme Stormzy, c’est entre autre le personnage d’activiste anti-apartheid qui l’a séduit :

“J’ai vu des images sur lesquelles il défendait Nelson Mandela, juste avant qu’il soit libéré. C’était sous Thatcher, on le voyait se faire arrêter par la police. Quelque chose qui nous arrive beaucoup à nous, les minorités ethniques… Je me suis dit : “Si, comme nous, il peut se faire arrêter pour avoir manifesté pour des choses auxquelles je crois, il est un des nôtres.”

Plus que des menottes en commun, Saskilla loue le caractère entier et honnête du chef du Labour. Un paramètre qui revient souvent, comme chez Scruffizer, un autre MC qui transpirait sur scène samedi soir. Originaire de l’ouest de Londres, il pense que Corbyn ” tiendra ses promesses ” et représente ” le meilleur candidat pour la working class, les gens moins fortunés que les autres.” Ce dernier, a déjà voté Labour par le passé. Mais assure le faire pour la première fois avec une réelle conviction. Ce discours, populaire au sein de la communauté grime, Becka Hudson l’explique par le repositionnement à gauche du candidat Corbyn : ” Pour la génération de nos parents, le Labour était le parti du peuple. Ce n’était pas le cas pour nous. Tony Blair représentait l’inverse de ce que le Labour avait été. Pour ma génération, Jeremy Corbyn est le premier homme politique à représenter nos intérêts et nos besoins.”

Gave Jeremy some research material @thisisgrime. He was well into it #votelabour2017 #registertovote #jeremycorbyn

A post shared by hattiecollins (@hattiecollins) on May 15, 2017 at 10:39am PDT

Toute ascension fulgurante ne peut pas se faire de soit même. Il faut également un adversaire, un parti ou leader dont on ne veut plus. Un rôle que le gouvernement conservateur de Theresa May, qui n’a pas daigné se rendre aux débats entre candidats, remplit à merveille. Becka Hudson souffle :

” La politique des Tories est si violente et agressive que pour beaucoup de nous, c’est une question de vie ou de mort. C’est la première fois de ma vie que le choix est si clair.” 

Saskilla plussoie : ” On doit se débarrasser de Theresa May, des mensonges. Elle n’est qu’une marionnette de la bourgeoisie de ce pays. Elle représente les banques, ‘the few‘ (la minorité dominante, reprenant le slogan de Corbyn, ‘For the many, not the few‘ ndlr). Elle ne va pas aider mes enfants à grandir.”

Emporter l’adhésion face au parti conservateur, Ed Miliband, précédent leader travailliste plus proche du centre, y avait totalement échoué. Il peut paraître étonnant qu’un activiste végétarien de 68 ans ait mieux réussi à établir une connexion avec la jeunesse. Sur la question, Krucial, autre artiste grime plus posé que ses confrères, a une théorie :

“D’habitude, les jeunes n’ont pas l’impression qu’on leur parle vraiment. Corbyn a réussi à les atteindre. Par la musique, par quelque chose qu’ils aiment. Ils attendaient ça.”

À côté de sa carrière dans la grime, le musicien de 29 ans bosse aussi pour une œuvre de charité. Son expérience dans le domaine lui permet d’expliquer comment ” créer une relation avec la jeunesse.” Il explique : ” Je travaille avec des jeunes en difficultés. D’abord je crée un lien par le football. Puis je peux leur offrir de l’aide. Si je ne fais que les rencontrer et leur dire : ‘je peux vous aider’, ils vont tous dire qu’ils ne veulent pas et n’en n’ont pas besoin.”

Selon lui, établir une relation de confiance est primordiale. C’est ce que Corbyn, en montrant son intérêt pour un style musical particulièrement en vogue, a réussi à attendre.

When a picture speaks 1000 words. Image by @oliviarosegarden. Full film on @i_d now.

A post shared by hattiecollins (@hattiecollins) on May 18, 2017 at 9:50am PDT

Ne pas briser le lien

Trois semaines de campagne de la scène grime serait-il suffisant à mettre un terme à sept années de règne conservateur ? Ça semble gros. Mais Becka Hudson rappelle ” les médias le disent inéligible, mais il est passé de sondages où les Tories avaient 20 points d’avance à des sondages où ils n’ont plus qu’un point.” Krucial semble lui certain de l’impact de la grime sur l’élection, prévoyant carrément ” le plus grand nombre de vote chez les jeunes de l’histoire.” Si on se balade dans Londres, où des tags THE PEOPLE FOR CORBYN sur des portes de garage côtoient des autocollants du Labour placardés sur les fenêtres, on pense logiquement que Corbyn devrait commencer à faire ses cartons, direction le 10 Downing Street. Pareil si on traîne sur Soundcloud ou sur les réseaux sociaux.

Tout le monde s’emballe, Saskilla, elle, se méfie. S’il a déjà prévu une “grande célébration grime dans l’Est de Londres” en cas de victoire, il craint le vote de la majorité silencieuse. Celle qui avait déjà voté pour le Brexit. Il explique :

“J’ai beaucoup tourné dans le pays. À Bolton, à Plymouth, dans beaucoup d’autres villes oubliées par le gouvernement, il y a beaucoup de désespoir, de colère. The Sun, un des journaux les plus populaires du pays, raconte que Corbyn soutient les djihadistes ! C’est des mensonges, mais c’est dangereux. Il y a beaucoup de coins racistes dans le pays qui veulent croire ce genre de choses et vont voter pour Theresa May par peur. Pas par adhésion pour sa politique.”

La différence est là. Si Krucial se veut si optimiste, c’est parce qu’il pense déjà avoir gagné. Pour lui, une défaite de Corbyn ne symboliserait que le début de la lutte : ” La relation a été établie. En cas de défaite, je pense qu’il y aura encore plus de jeunes qui voteront la prochaine fois.” Reste à voir si le Labour, dont l’aile droite n’a jamais voulu du vieux gaucho Corbyn, permettrait au leader défait de garder son poste. À l’évocation de cette possibilité, le ton de Krucial se fait inquiet : “Si on le force à partir, quelque chose se casserait. Tu ne peux pas mettre quelqu’un de nouveau à sa place et maintenir ce lien. Ce serait très mauvais.” Pas sûr, néanmoins, que les vieux barons du Labour suivent les conseils de gamins transpirant à Tottenham.

Les Inrocks - musique

U2, 7 juin 2017, Heinz Field stadium, Pittsburgh

Première partie : The Lumineers

Setlist

1 - Sunday Bloody Sunday

2- New Year's Day

3 - Bad / America (snippet)

4 - Pride (In The Name Of Love)

5 - Where The Streets Have No Name

6 - I Still Haven't Found What I'm Looking For

7 - With Or Without You

8 - Bullet The Blue Sky / Black Dog (snippet)

9 - Running To Stand Still

10 - Red Hill Mining Town

11 - In God's Country

12 - Trip Through Your Wires

13 - One Tree Hill

14 - Exit / Wise Blood (snippet) / Eeny Meeny Miny Moe (snippet)

15 - Mothers Of The Disappeared

Rappel(s) :

16 - Miss Sarajevo / The New Colossus (snippet)

17 - Ultra Violet (Light My Way)

18 - One

19 - Beautiful Day

20 - Elevation

21 - Happy Birthday

22 - The Little Things That Give You Away

Source des commentaires : U2gigs

Ce soir, U2 donne son unique concert sur cette tournée à Pittsburgh (il reviendra dans cet état pour un concert à Philadelphie, dans 11 jours). C'est sa première visite dans cette ville depuis le 26 juillet 2011, ou il avait donné son avant-dernier concert de la tournée a 360 degrés dans cette même venue.

Bad est de retour sur la set après une absence d'un concert prenant la place brièvement occupée par A Sort of Homecoming, et Bono y intègre avec enthousiasme, par trois fois, un extrait d'America de Simon & Garfunkel.

Une set en tous points identique à celle de Chicago, si l'on excepte Happy Birthday adressée à Jake Berry. Bono lance par deux fois "Go Steelers !", encourageant l'équipe de la ligue de de foot nationale, actuellement en play off. Red Hill Mining Town atteint un record mineur, ce soir, puisqu'elle entre dans la catégorie à 2 chiffres, étant jouée pour la 10e fois.

U2 France