Actu musique

23 mai 2017

A Manchester, le festival Parklife aura bien lieu malgré l’attentat

Capture d'écran Youtube d'une vidéo de l'édition 2016 de Parklife

L’attentat-suicide qui s’est produit le soir du lundi 22 mai, à l’Arena de Manchester lors d’un concert d’Ariana Grande, a tué 22 personnes, dont des enfants. Malgré ce drame, l’équipe du festival Parklife a décidé d’aller de l’avant, et de maintenir son événement du 10 au 11 juin prochain dont la programmation mêle rock, rap, R’n’B et musique électronique, avec des artistes allant de Frank Ocean à Carl Cox en passant par Two Door Cinema Club et Stormzy.

#WeStandTogether pic.twitter.com/jK7lFrjaVF

— Parklife 2017 (@Parklifefest) 23 mai 2017

“Parklife se déroulera comme prévu, et nous sommes en liaison constante avec la sécurité et la police locale pour assurer la sécurité de nos clients. Nous sommes certains que nous ne seront pas vaincus par une telle lâcheté.”

L’un des principaux festivals d’Angleterre

Le festival se tiendra au Heaton Park, à environ 8 kilomètres au nord du centre-ville de Manchester, et sera organisé comme chaque année depuis sa création, en 2010, par The Warehouse Project – un collectif aussi connu pour les nombreuses soirées qu’il organise dans la ville. En sept ans, Parklife a pris beaucoup d’ampleur, jusqu’à devenir l’un des principaux festochs d’Angleterre avec plus de 160 artistes bookés pour l’édition 2017. L’an dernier, il avait attiré 150 000 fêtards selon le site du Manchester Evening.

Si l’événement est maintenu, le festival a néanmoins assuré dans son communiqué qu’il ne s’exprimerait plus sur les réseaux sociaux durant les prochaines 48 heures, par respect pour les victimes.

Les Inrocks - musique

Sleaford Mods : “La cruelle vérité, c’est que le public a encore plus mauvais goût que l’industrie”

En concert à Paris ce mardi 23 mai, Jason Williamson, la voix du cinglant et salutaire duo anglais Sleaford Mods, se confie. Avec humour et franchise, il évoque les origines du groupe, son succès tardif, et tire à vue sur presque tout et tout le monde, à commencer par lui-même.

Télérama.fr - Musiques

Les Nuits sonores consacrent une soirée au meilleur du hip-hop UK

Stormzy dans le clip de "Big For Your Boots" (Capture d'écran/Youtube)

A ma gauche, le meilleur de la scène grime, ce hip-hop à 140 bpm influencé par la jungle et le UK garage, qui s’offre un renouveau depuis une bonne paire d’années et tape dans l’œil de ses cousins américains. Invité par Kanye West sur la scène des Brit Awards en 2015, Stormzy a conquis la place de numéro un des charts britanniques en février avec son premier album, Gang Signs & Prayer. Jusqu’à se faire adouber par la reine de la pop britannique Adèle qui dès le mois de mai 2016 lui dédicaçait un de ses morceaux en plein concert (auquel il assistait). Son single Big For Your Boots qui cumule plus de 27 millions de vues sur Youtube pourrait quant à lui vous filer une belle tachycardie.

Une consécration pour le grime, qui explose dans la sphère mainstream depuis la remise du Mercury Prize à l’un des maîtres du genre, Skepta, en 2016. Moins connu mais tout aussi bon, AJ Tracey – 22 ans, un flow à couper le souffle et un clip, Pasta, à plus de 2,7 millions de vues – devrait imprimer sa marque sur notre épine dorsale au vu des live aperçus sur YouTube.

Après avoir abandonné des études de criminologie en 2014, AJ Tracey fait ses débuts en freestylant sur des radios pirates comme la webradio Radar. Début 2016, il démontre sa maîtrise du flow dans le clip de Naila :

AJ Tracey est désormais cité par Drake sur la radio Beats 1 et se paye des featurings avec son homologue de Floride Denzel Curry et le grand Rick Ross :

Et parce que le grime ne se cantonne ni aux hommes, ni à Londres, Lady Leshurr viendra démontrer son incroyable sens du freestyle. Pour un aperçu convaincant, tapez “Queen’s Speech” dans YouTube, du nom d’une série de vidéos lâchées en 2015 par cette jeune rappeuse de Birmingham (plus de 40 millions de vues), mêlant habilement chorés, flow de dingue, humour, références aux cartoons et à la pop culture.

Et du côté français ?

A ma droite, Kekra, rappeur masqué de Courbevoie et son projet Vréel – bourré d’autotune et de punchlines salées que l’on ne vous reproduira pas ici pour cause de NSFW –, adoubé par Booba sur Instagram, rien que ça.

————>>>> A relire : Qui est Kekra, l’ovni masqué du rap français ?

Mais aussi Leanionnaire Mob, collectif de MC lyonnais aux beats et textes bruts de bruts, mélangeant trap, dance, boom bap. Bref, impossible de louper cette soirée qui écrit le futur.

Le festival des Nuits sonores a lieu jusqu’au dimanche 28 mai à Lyon. Les artistes cités ci-dessus ainsi que Sarah Farina et Laurent Garnier, tous deux en dj-set,  joueront ce mercredi 24 mai aux anciennes usines Fagor-Brandt. 

Les Inrocks - musique

Manchester : un hommage en chansons

De la naissance du Hallé Orchestra, premier orchestre symphonique professionnel du Royaume-Uni créé pour le peuple en 1858, au second Summer of Love dans les années 80, dont le club mythique de l’Haçienda fut l’épicentre, la ville de Manchester s’est toujours positionnée à l’avant-garde des révolutions musicales populaires.

Des relents nihilistes des paroles de Ian Curtis à la gouaille prolo de Mark E. Smith en passant par Oasis, les Smiths, les Stone Roses ou encore New Order, nous rendons ici, dans une playlist loin d’être exhaustive, hommage à la cité ouvrière qui, à la fin des années 70, a vu naître une vague de groupes synthétisant à eux-seuls les désillusions et les rêves d’une génération rebelle et insoumise.

Les Inrocks - musique

Lior Shoov, chanteuse étoile

Il y a deux ans, Valérie Lehoux avait découvert cette jeune chanteuse portant sur le monde un regard curieux et poétique. Aujourd’hui, elle sort un album et se produit sur la scène du Centquatre, à Paris, ce mardi 23 mai. Portrait.

Télérama.fr - Musiques

Manchester : “Une oasis pour ceux qui ont choisi de vivre différemment”

A Manchester, mardi matin (Oli Scarff/AFP)

“Vous êtes à Manchester. Ici, on fait les choses différemment”, nous dit un jour Tony Wilson, le fondateur du label Factory qui sera toute sa vie l’ambassadeur de sa ville. C’est dans ces ressources, dans cette capacité à faire front, à garder la tête haute que se mesurera une fois encore la résolution de Manchester face au drame, à l’horreur.

Manchester est ainsi une ville de fantômes que l’on a choisi de maintenir en vie dans le folklore populaire plutôt que de les brosser sous le tapis du déni. Ils vivent parmi les vivants, ils reviennent dans la conversation, dans la psyché d’une ville dont la fierté est lardée de cicatrices.

A Manchester, on parle encore ainsi de l’incendie du magasin Woolworths du centre-ville, qui tua dix personnes en 79. On parle encore du crash de l’avion de Manchester United en 58 sur l’aéroport de Munich, dans lequel disparut une partie de la prodigieuse génération assemblée par l’entraîneur Matt Busby. L’horloge de l’aéroport de Munich, bloquée à l’heure de la tragédie, trône sur le stade d’Old Trafford. Pour se donner rendez-vous, les supporters se disent : “On se retrouve sous Munich”.

Suffer Little Children

Il y eut aussi la gigantesque explosion d’un van piégé par l’IRA qui en 96, réduisit en gravats le centre-ville, après une évacuation miraculeuse de 75 000 personnes. Et il y a le souvenir toujours vivace des enfants enlevés par une couple de déments, Myra Hindley et Ian Brady, dont la mort la semaine passée a ravivé cette plaie ouverte dont les Smiths firent une de leurs chansons les plus poignantes : Suffer Little Children. Manchester, une fois encore, a accueilli ces morts comme les siens, les a adoptés. Ces pauvres gosses torturés et abandonnés sur la lande n’ont plus de nom, mais tout le monde connaît leurs prénoms : Pauline, John, Keith, Lesley Ann, histoire de souligner que ces victimes auraient pu être ses propres enfants, ses frères et sœurs…

S’ils comptaient diviser, insérer un coin dans la société et taper fort dessus, le ou les terroristes qui ont tué une fois encore, dans toute leur lâcheté, des enfants de Manchester hier soir se sont trompé de cible, de communauté. Dave Haslam, DJ et historien de la culture populaire de la ville, le résumait parfaitement sur Twitter : “You’ve got the wrong city if you think hate will tear us apart (“Vous vous êtes trompé de ville si vous pensez que la haine va nous déchirer”).

Ici, il n’y aura pas de Nadine Morano pour gagner quelques dérisoires “like” sur le dos d’enfants morts : la solidarité et la dignité, même en pleine campagne électorale, impressionnent déjà. La nation se révèle, une fois encore, face au drame. Stiff upper lip, comme on dit.

Une oasis pour ceux qui ont choisi de vivre différemment

On peut bien sûr noter que les deux pires explosions de l’histoire de Manchester – celle d’hier et celle de l’IRA en 96 – ont eu lieu dans un rayon de quelques centaines de mètres. On peut également préciser que le siège et la rédaction de la BBC nationale sont situés à quelques kilomètres à peine de la Manchester Arena, assurant ainsi une couverture plus peronnelle, plus ample du drame.

Le choix de Manchester n’est pas innocent. Historiquement ville de culture, d’accueil, d’intégration, d’harmonie entre les communautés, la ville tranche dans un Nord de plus en plus extrémisé, fragmenté par le communautarisme. Le choix de la musique, pour tout ce qu’elle rassemble, unit, n’est pas non plus innocent. La ville a depuis le Moyen Age était associée aux plaisirs de la musique, que ce soit un concert innocent d’Ariana Grande que les carrières fondamentales des Stones Roses, Happy Mondays, Smiths, Joy Division, New Order, Oasis, Magazine, The Fall, Buzzcocks, Wu Lyf, Hollies, Herman’s Hermits, Chemical Brothers…

Manchester est ainsi, comme Brighton au Sud, une oasis, un aimant pour tous ceux qui ont choisi et accepté de vivre différemment, comme le disait Tony Wilson. C’est précisément cette différence, et la tolérance qui l’accompagne, qui ont été visées. Manchester résistera à la panique, à l’émotion. Une fois encore. Le hashtag qui domine Twitter ce matin : #StandTogether.

Les Inrocks - musique

Attentat de Manchester : qui est Ariana Grande ?

Ariana Grande dans le clip de Everyday ft. Future (Capture d'écran/Youtube)

Ce n’est pas n’importe quel concert qui a été visé par un attentat lundi 22 mai à l’Arena de Manchester, mais bien celui d’Ariana Grande, pop star américaine dont le public est majoritairement constitué d’ados, de pré-ados et d’enfants.

La jeune artiste âgée de 24 ans, qui était nominée le même soir aux Billboard Awards dans la catégorie “Top Social Artist” (artiste des réseaux sociaux), s’est dite “brisée du plus profond de [son] cœur” par la tragédie. “Je suis tellement tellement désolée. Je n’ai pas les mots” a-t-elle tweeté à ses 45,7 millions de followers :

broken.
from the bottom of my heart, i am so so sorry. i don’t have words.

— Ariana Grande (@ArianaGrande) 23 mai 2017

Son manager Scooter Braun a lui aussi eu recours à Twitter afin d’exprimer “son chagrin pour les victimes et leurs familles touchées par cette attaque insensée”. “Nous pleurons les vies d’enfants et d’êtres aimés prises par cet acte lâche” a-t-il également ajouté :

pic.twitter.com/BOHKwMx4wW

— Scooter Braun (@scooterbraun) 23 mai 2017

Le parcours classique de la pop star américaine

Ariana Grande est née en 1993 en Floride. Elle n’a que quinze ans lorsqu’elle se fait remarquer en jouant dans la comédie musicale de Broadway 13. Repérée par un producteur, elle obtient le premier rôle d’une sitcom produite par les célèbres studios Nickelodeon, Victorious, et emprunte dès lors la même voie que des stars pour (pré-)ados comme Miley Cyrus ou Selena Gomez.

Comme ses consœurs, Ariana Grande ne tarde pas à bifurquer vers l’industrie musicale. Son premier single, The Way, un duo avec le rappeur de Pittsburgh Mac Miller – avec qui elle est désormais en couple- sort en 2013. Quatre ans plus tard, il comptabilise plus de 300 millions de vues sur YouTube.

La même année, son premier album, Yours Truly, se classe en tête du top 200 Billboard (classement hebdomadaire des 200 albums les plus populaires tous genres confondus, en termes de ventes physiques, digitales et de streaming). Ses deux autres productions, My Everything (2014) et Dangerous Woman (2016) explosent eux aussi les charts à leur sortie. En 2016, la pop star est élue Artiste de l’année aux American Music Awards.

Ariana Grande n’a jamais lésiné sur les featurings afin d’accroître sa popularité. Outre Mac Miller, la jeune femme s’est affichée en duo avec Iggy Azalea, John Legend, Lil Wayne, Future, Nicki Minaj, et plus récemment Pharrell Williams, Young Thug et Calvin Harris.

Ariana Grande n’a pas non plus hésité à casser son image de petite fille sage en multipliant les clips sexy. A ses détracteurs, la chanteuse brandit l’argument de la lutte contre le slut-shaming : “Exprimer la sexualité dans l’art n’est pas une invitation au manque de respect. Tout comme porter un short n’est pas une invitation à l’agression” martelait-elle sur Twitter en décembre dernier.

Un an auparavant, elle dénonçait dans un manifeste féministe le fait qu’une femme qui parle de sexe ouvertement soit “humiliée“, ou le fait qu’une femme qui ait plusieurs aventures soit qualifiée de “salope“. “Si une femme est vue avec quelqu’un ayant un pénis, on suppose immédiatement qu’il y s’agit d’une romance ou d’une histoire de sexe” écrivait-elle également, démontrant au passage que l’on peut appartenir au monde de la pop mainstream et affirmer une pensée réfléchie et militante :

pic.twitter.com/ifMzCfMA9Y

— Ariana Grande (@ArianaGrande) 7 juin 2015

Selon TMZ, la star a suspendu sa tournée, qui devait notamment passer le 7 juin à Paris et le 9 à Lyon.

Les Inrocks - musique

Le monde de la musique rend au hommage aux victimes de Manchester

Les véhicules d'urgence affluent autour de l'Arena de Manchester, dans la nuit du 22 au 23 mai. (AFP / Paul Ellis)

Lundi 22 mai, vers 22h à Manchester, le concert d’Ariana Grande dans la salle de Manchester Arena a fait l’objet d’une attaque dans laquelle 22 personnes ont perdu la vie et 50 autres ont été blessées. Avec un public majoritairement composé d’adolescents, d’enfants venus avec leurs parents et de jeunes adultes, c’est indéniablement la jeunesse qui a été visée hier soir. Dès ce mardi matin, les artistes du monde entier ont tenu à rendre hommage aux victimes et à leurs proches.

Ariana Grande, qui se produisait sur la scène du Manchester Arena à l’occasion de sa tournée Dangerous Woman Tour (suspendue jusqu’à nouvel ordre), s’est exprimée avec pudeur sur Facebook :

“Brisée. Du plus profond de mon coeur, je suis tellement, tellement, désolée. Je n’ai pas les mots.”

Les artistes inscrits au patrimoine musical de Manchester ont également partagé leur émotion et leurs pensées. Parmi eux, Liam Gallagher, ex-chanteur du groupe mancunien Oasis, des héros de la ville comme Johnny Marr, guitariste des Smiths, ou encore Liam Fray des Courteneers. Steve Diggle, batteur des Buzzcocks a également pris la parole.

In total shock and absolutely devastated about what's gone down in MANCHESTER sending Love and Light to all the family's involved LG x

— Liam Gallagher (@liamgallagher) May 23, 2017

“Totalement sous le choc et absolument dévasté sur ce qu’il s’est passé à Manchester. J’envoie de l’amour et de la lumière à toutes les familles concernées.”

Manchester stands together.

— Johnny Marr (@Johnny_Marr) May 23, 2017

“Manchester, debout ensemble.”

Thoughts and inner strength to Manchester .

— STEVE DIGGLE (@stephen_diggle) May 23, 2017

“Pensée et profonde force à Manchester.”

Terrible, tragic night.

Sending love and thoughts to all Families affected and to our emergency services who were so quick & brave.

X

— Liam Fray (@What_Liam_Said) May 23, 2017

“Terrible et tragique nuit. Mon amour et mes pensées s’adressent au familles affectées et aux servies d’urgence qui ont été si rapides et si courageux.”

Dans le monde entier, une multitude d’artistes issus du hip-hop à la brit-pop jusqu’au rock oldschool ont manifesté leur tristesse. Entre autres, Missy Eliott, Tim Burgess des Charlatans, les Rolling Stones.

I am so saddened to hear the news about what happened @ #ManchesterArena…Sending prayers to all & their families during this trying time

— Missy Elliott (@MissyElliott) May 23, 2017

“Je suis si attristée d’entendre les nouvelles sur ce qui s’est passé à la Manchester Arena. Mes prières vont à toutes les familles durant ce dur moment.”

Thoughts are with everyone affected by the awful events at Manchester Arena. An attack on beautiful people who love music. Heartbreaking

— Tim Burgess (@Tim_Burgess) May 23, 2017

“Mes pensées vont vers tous les gens concernés par cet horrible événement à la Manchester Arena. Une attaque sur des gens magnifiques qui aiment la musique. Tragique.”

The Rolling Stones are deeply shocked to hear of the appalling events in Manchester & send condolences to everyone affected by this tragedy.

— The Rolling Stones (@RollingStones) May 23, 2017

“Les Rolling Stones sont profondément choqués par les événements à Manchester et envoie toutes les condoléances à tout ceux concernés par cette tragédie.”

Manchester, I love you & my heart is with you, @arianagrande & all at @ManchesterArena tonight. pic.twitter.com/lopXs8H39n

— Ryan Adams (@TheRyanAdams) May 23, 2017

“Manchester, je t’aime et mon coeur est avec toi.”

very sad and shocked to hear what's happened in manchester. our thoughts and love go out to everybody affected x

— Years & Years (@yearsandyears) May 23, 2017

“Très triste d’entendre ce qui s’est passé à Manchester. Nos pensée et notre amour vont vers tout les gens concernés.”

De nombreuses superstars de la pop actuelle ont tenu à témoigner leur soutien envers les personnes directement touchées par l’attaque mais aussi envers Ariana Grande. Parmi eux, Bruno Mars, Taylor Swift ou encore Lorde.

My thoughts, prayers and tears for all those affected by the Manchester tragedy tonight. I'm sending all my love.

— Taylor Swift (@taylorswift13) May 23, 2017

“Mes pensées, prières et mes larmes vont à tous ceux affectés par la tragédie de Manchester cette nuit. Je vous envoie tout mon amour.”

every musician feels sick & responsible tonight—shows should be safe for you. truly a worst nightmare. sending love to manchester & ari

— Lorde (@lorde) May 23, 2017

“Chaque musicien se sent malade et responsable ce soir. Les concerts devraient être sûr pour vous. Vraiment, le pire cauchemar. Tout mon amour à Manchester et à Ari.”

My prayers are with you Manchester

— Demi Lovato (@ddlovato) May 22, 2017

“Mes prières sont avec vous Manchester.”

No words can describe how I feel about what happened in Manchester. I don't wanna believe that the world we live in could be so cruel.

— Bruno Mars (@BrunoMars) May 23, 2017

“Aucun mot de ne peut décrire ce que je ressens sur ce qu’il s’est passé à Manchester. Je ne veux pas croire que le monde dans lequel on vit soit si cruel.”

I'm heartbroken over what happened in Manchester tonight.
Sending love to everyone involved. H

— Harry Styles. (@Harry_Styles) May 23, 2017

“J’ai le coeur brisé après ce qui est arrivé à Manchester ce soir. J’envoie mon amour à tous les gens concernés.”

Les Inrocks - musique

Un étudiant d’Harvard rend sa thèse sous la forme d’un album de rap

Photo de Obisa Shawn sur Soundcloud.

Obasi Shaw est un petit génie et il l’a prouvé lors de la présentation de sa thèse de fin d’études à Harvard. Etudiant de la prestigieuse université américaine, le jeune homme a fait le choix risqué de composer et d’écrire des chansons pour aborder, entre autres, le problème des discriminations envers les Noirs. Il a expliqué sa démarche à Harvard Gazette, le journal de l’université :

“Les Noirs aux Etats-Unis sont en quelque sorte coincés entre la liberté et l’esclavage. Ils sont libres mais les effets de l’esclavage existent encore dans la société et dans le subconscient des gens. Chaque chanson est une exploration de la liminarité noire, située entre esclavage et liberté.”

Obasi Shawn a dévoilé son album sur Souncloud, à écouter ci-dessous :

Baptisée Liminal Minds, cette mixtape est une affaire très sérieuse. Les productions, qui manquent peut-être un peu d’originalité parfois, restent impressionnantes pour un étudiant qui aura passé un an à finaliser ce projet. Kendrick Lamar et Kanye West s’imposent comme les influences notables.

En plus d’avoir eu le culot de présenter sa musique comme travail universitaire, le jeune diplômé a récolté un A pour son devoir. Il est le premier dans l’histoire d’Harvard a avoir proposé un album comme format de thèse.

Obasi Shaw '17 submitted Harvard's first rap thesis, "Liminal Minds," which combines elements of Middle English poetry with issues of racial identity in America. “[African-Americans are] free, but the effects of slavery still exist," says Shaw. "Each song is an exploration of that state between slavery and freedom.”⠀ ⠀ After graduation, Shaw will move to Seattle for a one-year internship in software engineering. As for rap, he’ll keep it as a treasured hobby. “Rap is a genre in which I can say everything I want to say,” Shaw said. “I’ve been writing in different capacities, but I never felt that I found my art form until I started rapping.”⠀ ⠀ #Harvard #Harvard17

A post shared by Harvard University (@harvard) on May 18, 2017 at 1:11pm PDT

Désormais, l’étudiant espère décrocher un stage chez Google en tant qu’ingénieur logiciel comme le relate le site The Grapevine.

Les Inrocks - musique