Actu musique

16 mai 2017

10 beatmakers français vous racontent leurs plus grands tubes

Se replonger dans la création de L’école du micro d’argent ou de Numéro 10 en interrogeant les principaux concernés, à savoir les beatmakers Imhotep et Animalsons ? C’est la très bonne idée derrière la série de podcasts “Beatmakers” diffusée sur Arte Radio.

“Ce n’est quasiment jamais arrivé que le texte soit écrit avant la musique, explique ainsi Imhotep de IAM. Pour la musique justement, le beatmaker est parti d’une séance de méditation bouddhiste enregistrée au Japon pour un album produit par l’UNESCO :

 “Je n’ai changé ni la tonalité ni la vitesse d’origine. Les autres [samples, ndlr] je les ai adaptés par rapport à celui-là comme c’était le fil conducteur. (…) C’est le leitmotiv de L’école, il installe un climat, il raconte une histoire. Il a participé voire inspiré le concept de L’école du micro d’argent qui est un concept un peu mystico-rapologique, un peu arts-martien, un peu taoïste, un peu bouddiste, un peu un gros délire surtout. Le premier couplet commence d’ailleurs par “assis en tailleur, ça fait des heures que je médite“”.

“Je pense que c’est le son du synthé qui a fait le morceau”

“J’adore fumer un oinj et décoller. Quand je fais de la musique, je ne suis vraiment pas là, je suis là-haut” raconte de son côté Animalsons, beatmaker du single Numéro 10, extrait de l’album Panthéon de Booba, sorti en 2008 (“Si tes pas numéro 10 à Paname t’es la banane du siècle“, meilleure punchline.)

Et de se remémorer:

“Je cherchais un son, et j’ai trouvé ce son qui fait les nappes principales de Numéro 10. On est sur des accords à deux notes, c’est une descente. C’était le virus ACCESS Expandeur noir [son synthé, ndlr]. C’est une version rare et extraordinaire, qui n’a pas vieilli. Le virus quand il est arrivé il avait un son ultra moderne. Je trouve que tous les sons qui sont dedans sont dingues. Juste je l’ai entendu je l’ai trouvé magnifique. Il est large, il est beau. Je pense que ça a participé à ce que ce morceau existe et ait l’histoire qu’il a eu. S’il n’y avait pas eu ce synthé, si j’avais joué la même chose avec un violon ou un piano, c’était beaucoup moins sexy évidemment. Je pense que c’est le son du synthé qui a fait le morceau, au-delà de la compo, de l’arrangement.”

Etienne de Crécy revient lui sur Hashtag My Ass, et Frenchie sur Aiguisé comme une lame, morceau signé Raggasonic & NTM. Deux podcasts à écouter juste ici, en attendant les six autres. .

Les Inrocks - musique

U2 revisite ‘The Joshua Tree' de ci, de là

par JON PARELES

JPEG - 102.8 ko

U2 a Seattle, dimanche soir. Credit Chona Kasinger for The New York Times

La formation rock irlandaise U2 ne veut pas devenir démodée. Mais le groupe irlandais n'a pas pu résister à la tentation de se réserver une tournée de concerts en stades rapidement sold out comprenant les morceaux de son opus de 1987, “The Joshua Tree” — des morceaux à la fois impertinents et a l'âme noble lorsque U2 les a joués dimanche soir au CenturyLink Field. Il s'agissait du tout premier concert aux Etats Unis, après une première à Vancouver, d'une longue tournée mondiale. Le groupe sortira également des albums retravailles pour ce 30e anniversaire.

U2 a travaillé à de nouveaux titres. Selon Bono, son chanteur leader, il a terminé l'enregistrement de “Songs of Experience” — la suite de son précédent opus sorti en 2014, “Songs of Innocence” — mais les élections de 2016 ont nécessité la réécriture d'un certain nombre. Au moins, un nouveau titre est terminé et il faisait partie de ce concert, “The Little Things That Give You Away.”



U2 - "Little Things / I Will Follow" - Seattle, May 2017 Video by @U2

“The Joshua Tree” valait la peine d'être revisite. Ça a été un album pivot pour U2, celui qui a annonce et rempli ensuite de grandes aspirations. Ses chansons sont une réflexion sur l'Amérique des années 1980 autant sur son mythe et sa présence : ses paysages, ses idéaux sur la liberté et l'ouverture, sa culture, sa sensualité et sa violence. Ses textes parlent de quêtes spirituelle et romantique mais aussi de situation politique et économique délicate, les reliant par un langage tire de la Bible et de la poésie Beat (NDLT : les poètes des années 1950 et 1960 comme Jack Kerouac, par exemple).

Entretemps, la musique du “The Joshua Tree” score de U2 avec un nouveau flot de sons américains, une assurance grandissante dans les couches de rythmes et de textures, et une reconnaissance dans l'histoire du rock, avant le punk, remontant à Bob Dylan et au Velvet Underground. Avec “The Joshua Tree”, U2 a endossé le manteau d'un groupe générationellement important.

“The Joshua Tree” a également été un album qui a cartonné propulsant U2 sur le circuit des grandes salles et stades, où il perdure. Il comprenait les deux seuls singles de U2 classes No. 1 aux Etats-Unis, “With or Without You” et “I Still Haven't Found What I'm Looking For” : des chansons sur la quête de l'amour, la foi et de réponses.

U2 a démarré son concert sur une petite scène, simplement éclairée comme s'il jouait dans un petit club les chansons des albums antérieurs à “The Joshua Tree” : des pensées sur le terrorisme (“Sunday Bloody Sunday”), les déplacements de population (“A Sort of Homecoming”), l'envie (“New Year's Day”) et la transcendance (“Bad”), pleines de bras qui s'agitent et la participation du public aux refrains à l'unisson.

Pendant “Pride (In the Name of Love)”, le titre de 1984 sur l'assassinat du Rev. Dr. Martin Luther King Jr., un immense écran vidéo montrait des mots extraits du discours du Dr. King, le célèbre “I Have a Dream” (NDLT : j'ai fait un rêve). Puis, pour interpréter “The Joshua Tree”, l'écran tout entier s'éclaire et les membres du groupe prennent place sur une scène gigantesque qui emplit le stade. Une ascension comparable à celle de leur carrière.

JPEG - 66.2 ko

Chona Kasinger for The New York Times

“The Joshua Tree” est joue avec cet écran vidéo en arrière-plan, souvent avec de lumineuses et magnifiques scènes de désert (NDLT : du Mojave) capturées par Anton Corbijn, le photographe auteur de la pochette de l'album “Joshua Tree” et de nombreux autres graphismes de U2. Le groupe était éclipsé mais pas sa musique. Larry Mullen Jr. à la batterie, Adam Clayton à la basse et the Edge à la guitare se sont lancés dans un flot rythmique effréné sur “Where the Streets Have No Name”. En contraste au groove anguleux post punk de “Bullet the Blue Sky,” pour lequel le falsetto de Bono et les riffs de la guitare de the Edge étaient des sirènes assidues.

“The Joshua Tree” a été d'une importance capitale a cette époque ou les rockeurs avaient à cœur d'occuper une place de modèle et d'âmes charitables, donnant des concerts pour lever des fonds tels que Live Aid et Amnesty International's Conspiracy of Hope tour, auxquels ont participé U2. Une réaction négative aurait mis un terme à des initiatives similaires aussi naïves que prétentieuses, mais U2 a persiste. Il n'écrit pas de manifeste de réprimande ; il lutte pour l'empathie, l'espoir et, au final, l'exaltation.

L'une des raisons pour revivre “The Joshua Tree” est que ses problèmes — personnels, sociétaux, mystiques — n'ont pas disparu. Certains de ses titres se font l'écho étrange de problèmes américains d'actualité. “Running to Stand Still” dresse le portrait d'une droguée tandis que “Red Hill Mining Town” contemple la disparition du travail des ouvriers de la mine. Pour “Mothers of the Disappeared,”, élégie des prisonniers politiques, Eddie Vedder de Pearl Jam a chanté un couplet, et U2 a également été rejoint sur scène par Ben Harper et le groupe d'ouverture du concert, Mumford & Sons.

JPEG - 59.3 ko

Credit Chona Kasinger for The New York Times

Avant “Exit”, sur l'écran était projeté un clip d'une émission télé des années 1950, “Trackdown”, avec un personnage d'arnaqueur du nom de Walter Trump qui avait promis de construire un mur pour la sécurité. Puis, après avoir montré les mains tatouées de Robert Mitchum des mots “Love” et “Hate” pour son rôle de prédicateur fanatique dans “The Night of the Hunter” (la nuit du chasseur), Bono se pavanait et gesticulait tout en déclamant la chanson dans un costume noir et un chapeau de prédicateur.

Des titres du catalogue post années 1980 de U2 ont été relies a de bonnes causes. Ainsi, des graphiques ont transformé “Ultraviolet (Light My Way)” en une célébration du présent et de l'histoire de ce qu'ont accompli les femmes. “One” est dédiée à la lutte contre le sida et le syndrome immuno déficitaire et à l'ONG de Bono contre la misère, ONE. Pour “Miss Sarajevo” par Passengers, un projet parallèle de U2, des images de dévastation en temps de guerre, de refugies et une jeune fille syrienne de 15 ans rêvant d'immigrer aux Etats-Unis ont été projetées alors que Bono chantait “Is there a time for keeping your distance/A time to turn your eyes away,” et récitait ensuite le poème d'Emma Lazarus, “The New Colossus” depuis la statue de la liberté.

Aujourd'hui encore, U2 refuse de se reposer entièrement sur son passé. Les paroles de son nouveau titre, “The Little Things That Give You Away,” traitent des anxiétés et de crise créatrice : “So far away from believing/That any song will reappear” (tellement loin de croire qu'aucune chanson réapparaitra) ; de chanter Bono. Une musique qui commence sur une balade mélancolique au piano avant de s'élever, se multiplier, avec un double tempo et une guitare rythmique encore plus accélérée.

Nos 4 paddies ne pouvaient laisser cette énergie s'évaporer et Bono d'en appeler impulsivement à un vieux morceau, “I Will Follow,” le premier single de U2. Bono exhortant le public à mettre le feu (NDLT : en anglais ; on dit raise the roof, ce qui signifie soulever le toit pour le faire tomber, d'ailleurs le critique a écrit to take the roof off). Mais comme nous étions dans l'habitat de longue date de U2, un stade, il n'y avait pas de toit !

Voir en ligne : The New York Times

U2 France

Vidéo : Quand James Blake reprend “Godspeed” de Frank Ocean

Henry Laurisch, Wikipédia

Jolie surprise pour les fans ! Lors d’un concert en Arizona la semaine dernière, James Blake, seul au piano, a repris furtivement Godspeed de Frank Ocean. Issu de l’excellent Blonde paru en août dernier, l’artiste anglais se réapproprie le morceau avec brio, lui conférant une dimension presque lyrique, comme il en a l’habitude.

.@jamesblake closed out the FORM Arcosanti Festival with his debut solo piano performance and sang “Godspeed.” pic.twitter.com/oPtNQP0wOu

— The FADER (@thefader) 15 mai 2017

Ayant collaboré ensemble sur ledit morceau, ce petit clin d’oeil de James Blake à Frank Ocean est une belle réussite, et l’on aurait même souhaité qu’il dure quelques minutes de plus. Pour ceux qui voudraient avoir la chance d’assister à ce genre de surprise, toutes les dates de la tournée du chanteur anglais se trouvent juste ici.

Les Inrocks - musique

La version pop de la théorie du complot: Avril Lavigne serait morte en 20003 et aurait été remplacée par un sosie

Capture d'écran du clip "Complicated"/ Youtube.

Pas question d’aborder Avril Lavigne pour parler de sa musique. C’est un phénomène purement viral qui nous pousse à raconter l’histoire un peu dingue de la supposée mort de la chanteuse, remplacée ensuite par un sosie, qui est devenue un mème depuis lundi 15 mai dernier.

En 2003, la chanteuse fait l’objet d’une rumeur qui inonde le web mondial et tous les Skyblogs de l’Internet français: Avril Lavigne serait en fait morte un an après la sortie de son album Let Go (2002). Depuis, elle aurait été remplacée par une usurpatrice… Mais certains fans l’auraient démasquée.

L’histoire a fini par sombrer dans les limbes d’Internet et de nos mémoires, reléguée à une légende urbaine peu crédible. Grosse erreur que de sous-estimer tout le potentiel conspirationniste de cette rumeur qui a soudainement resurgi sur Twitter, il y a quelques jours. Le tweet qui semble avoir affolé à nouveau toute la Toile provient du compte @givenchyass. Avec un nom pareil, on pouvait s’attendre à tout.

avril lavigne is dead & was replaced by a look alike: a conspiracy theory thread pic.twitter.com/9eearQ2rte

— (@givenchyass) May 13, 2017

Ce thread divulgue l’histoire qui circulait déjà il y a 15 ans. Avril Lavigne aurait embauchée une jeune fille qui lui ressemble pour échapper au star system dans lequel elle s’est embourbée après la sortie de son album Let Go, alors qu’elle n’avait que 18 ans. Fuir les paparazzis, continuer à faire du skate avec ses potes et embêter les vigiles des centres commerciaux, bref, la jeune Canadienne voulait retrouver une vie normale. La théorie sur Twitter va encore plus loin en révélant le nom de son sosie : Melissa Vandella. Avril et Melissa deviennent meilleures amies, et la chanteuse d’Ontario décide de lui apprendre à chanter comme elle. En 2003, Avril Lavigne se suicide, effondrée par la mort de son grand-père et c’est Mélissa qui prend sa place. S’ensuit des vidéos et des photos qui comparent le look et la voix des deux “Avril” entre 2004 et 2007.

to properly end this thread, here's a song compilation I made of avril's best bops throughout the years pic.twitter.com/Bn9CyuaF1E

— (@givenchyass) May 13, 2017

Par exemple, dans la série d’images ci-dessous, une internaute constate une différence de mâchoire d’Avril Lavigne entre 2002 et 2014.

okay but look at the difference of the jawline!! avril in 2002 (left) vs melissa in 2014 (right) @givenchyass CONSPIRACY CONFIRMED pic.twitter.com/FFBnji9emw

— goth princess (@angeldelemuerte) May 14, 2017

Pour les partisans de cette théorie, Avril Lavigne serait passée du look émo-skateuse-sombre et mélancolique, à celui de punkette-pop-girly et rose bonbon trop soudainement.

De la légende au mème

La principale concernée n’a pas démentie sa mort, les faux décès de célébrités existent depuis longtemps. Le monde entier s’est posé la question au sujet de Paul McCartney qui serait décédé entre 1966 et 1967 et dès lors incarné par un double. Beyoncé n’a pas été épargnée non plus par ces étranges lubies de fans complotistes. Ces conspirations font partie de la culture d’Internet et celle sur Avril Lavigne s’est érigée au rang de mème aujourd’hui.

Depuis lundi, les internautes s’amusent à tweeter des photos et inventer des histoires à l’image de celle sur la chanteuse de Complicated. En général, les posts reprennent la phrase “Avril Lavigne is dead and was replaced by a look alike : a conspiracy theory thread” employée dans le tweet initial posté le 13 mai dernier.

beyoncé is dead & was replaced by a look alike: a conspiracy theory thread pic.twitter.com/wch6tQa5WM

— miskine tape (@elvxsim) May 15, 2017

Jason Momoa is dead and was replaced by a look alike : a conspiracy theory thread pic.twitter.com/njSFO6O9Jf

— ℳaël 王子 (@SillyBlueSky) May 15, 2017

dumbledore is dead and was replaced by a lookalike: a thread by me pic.twitter.com/vldSlEXMt5

— ¯_(ツ)_/¯ (@haryjamespotter) May 14, 2017

Une façon de se moquer de théories du complot, totalement folles mais (avouons-le) franchement divertissantes.

Les Inrocks - musique

Qui sont les PWR BTTM, le groupe queer accusé de violences sexuelles et d’antisémitisme ?

Liv Bruce et Ben Hopkins, le duo dans la tourmente

Gros malaise. Pageant, le nouvel album du duo PWR BTTM, sorti le 12 mai, devait être l’événement queer punk de l’année. Une grande fête “genderfuck” célébrée à grands coups de paillettes, de robes à fleurs et de rouge à lèvres.

Encensé par la presse, de SPIN à Vice (qui décrit PWR BTTM comme “le prochain plus grand groupe d’Amérique”), le deuxième effort du duo au nom si provocateur – issu du vocabulaire gay, l’expression “power bottom” désigne un garçon particulièrement passif mais dominant – couvre des thématiques chères à la communauté LGBT+. Une communauté qui pensait peut-être avoir trouvé dans ce groupe originaire de l’Etat de New-York, les successeurs garage des Scissor Sisters.

Douche froide

Mais ces derniers jours, c’est la douche froide. A la veille de la sortie de l’album, Ben Hopkins, moitié du duo avec Liv Bruce, a fait l’objet de graves accusations de violences sexuelles et d’antisémitisme circulant sur les réseaux sociaux comme Twitter et Reddit.

Si le groupe a déjà répondu aux accusations d’antisémitisme (nourries notamment une photo où l’on voit Hopkins posant à la plage à coté d’une croix gammée dessinée sur le sable), arguant une “erreur de jeunesse”, les allégations  à l’encontre de Hopkins de violences sexuelles commencent à attirer l’attention de la presse. Sous la pression, le groupe publiait, jeudi 11 mai, sur son compte Twitter une longue déclaration assurant “prendre très au sérieux ces accusations” et avoir mis en place une adresse mail, à laquelle Hopkins n’aurait pas accès, pour que les victimes potentielles du musicien puissent témoigner: 

“Notre objectif principal ici est de faire en sorte qu’un(e) rescapé(e) d’abus puisse avoir une voix, que son histoire soit entendue et que les personnes qui ont dépassé la ligne rouge soient tenues responsables. Ce que cela signifie pour le groupe, notre album, nos fans et nos tournées à venir est, pour le moment, est peu clair”, conclut le groupe.

pic.twitter.com/9MSzSorJSY

— PWR BTTM (@PWRBTTMBAND) May 11, 2017

“Prédateur sexuel”

Après ce message, la parole s’est libérée. Vendredi, le site Jezebel publiait le témoignage anonymisé d’une jeune femme accusant le musicien de l’avoir forcée à “avoir une relation sexuelle sans permission tout en refusant de mettre une protection”. Soit, pour le dire clairement: de l’avoir violée. D’autres témoignages sont partagés sur les réseaux sociaux désignant Hopkins comme un “prédateur sexuel”.

PWR BTTM dans la tourmente: Liv Bruce (à gauche sur la photo) et Ben Hopkins (à droite).

Apple Music et iTunes retirent les disques du groupe de la vente

Depuis, c’est l’hécatombe. Le jour même,Cameron West, le musicien et arrangeur qui accompagnait le groupe en tournée, annonce sur les réseaux sociaux qu’il jette l’éponge.

I am hereby ending my tenure with the band as an arranger and touring musician.

— Cameron West (@cameronwestmusi) May 12, 2017

Dans la foulée, le management de PWR BTTM, Salty Artist Management, et son label, Polyvinyl Records, annoncent qu’ils lâchent le groupe. Leur tournée est donc bien entendue annulée.

Et depuis hier soir, leur album Pageant n’est plus disponible sur les plateformes iTunes, Apple Music, Tidal, Google Play, et Amazon. Actuellement, plus aucune musique de PWR BTTN n’est d’ailleurs disponible sur Apple Music. Spotify est la seule plateforme où vous pouvez écouter encore toute leur musique, mais ça ne va pas durer, à en croire un représentant du label Polyvinyl qui aurait réclamé leur retrait.

Quant aux anciens disques du groupe sortis chez Father/Daughter Records, notamment leur premier album Ugly Cherries, ils ont aussi été supprimés de iTunes et d’Apple Music, bien qu’ils restent disponibles sur Tidal, Spotify, Google Play et Amazon. Le label Father / Daughter a toutefois annoncé qu’il ne vendrait plus aucun disque ou article de merchandising de PWR BTTN.

Champions de la communauté LGBT+

Dans les rangs des fans, ces accusations font l’effet d’une bombe. Certains s’enferrent dans le déni, d’autres se sentent profondément trahis, mais tous ont du mal à admettre qu’un membre d’un groupe brandissant aussi haut des valeurs de tolérance et de respect puisse faire l’objet de telles incriminations:

.@PWRBTTMBAND I can't believe i wanted to be like you. Your songs were MY songs. You were singing for MY PAINS. Absolutely disgusted.

— BAILEY LARKIN️‍ (@thebaileylarkin) May 14, 2017

“Mon cœur est déchiré. Comment osez-vous vous présenter comme les champions de notre communauté et faire quelque chose comme ça !”, tweete cette fan. “Je n’arrive pas à croire que je voulais vous ressembler. Vos chansons étaient MES chansons. Vous chantiez MES douleurs. Absolument dégoûtée.”

“Contre l’oppression patriarcale”

Si le duo est aussi admiré, c’est pour son univers ultra-queer et ses chansons évoquant la fluidité de genre, le regard des autres (Sissy, Big Beautiful Day) ou le “langage inclusif”. Comme dans les paroles de New Trick où Liv Bruce prône l’utilisation d’une grammaire non-binaire, ni féminin ni masculin, pour s’adresser à elle. Ainsi, lors du passage du groupe à Paris en avril dernier, la chanteuse expliquait aux Inrocks :

 “Je n’ai pas décidé d’écrire cette chanson pour inciter les gens à utiliser des pronoms de genre neutre. Ni même pour inspirer celles et ceux qui vivraient mal cette situation. Tout est venu d’une expérience personnelle où j’expliquais à quelqu’un pourquoi je ne suis pas “un garçon qui porte une robe” et qu’il y a une façon plus respectueuse de parler de moi.”

Ben Hopkins, quant à lui, nous expliquait, pourquoi, malgré la récurrence de thèmes progressistes dans ses compositions, il ne se considère pas comme un activiste :

“J’ai écrit Big Beautiful Day parce qu’un ami avait eu une expérience vraiment merdique chez le médecin en tant que personne queer. J’ai écrit cette chanson pour qu’il se se sente mieux. Si on a l’impression que la chanson parle de l’administration Trump, c’est parce que je suis une personne contemporaine, alors j’ai des émotions contemporaines. Dès que tu es un artiste queer, toute forme d’expression devient politique. Mais on ne fait qu’écrire des chansons. On ne se présente pas à la Maison Blanche. On ne confond pas notre rôle avec celui des activistes qui se battent tous les jours contre l’oppression patriarcale !

Des mots qui résonnent étrangement aujourd’hui. Depuis son communiqué, le duo n’a fait aucune déclaration mais lundi soir, il retirait toutes ses vidéos de sa page YouTube. Et si pour l’heure, aucune plainte n’a été déposée, on imagine mal les PWR BTTM reprendre la promotion de leur disque dans les jours qui viennent…

Les Inrocks - musique

U2 Revisits ‘The Joshua Tree' in the Here and Now

By JON PARELESMAY

JPEG - 102.8 kb

U2 began the United States leg of the tour celebrating the 30th anniversary of “The Joshua Tree” in Seattle on Sunday night. Credit Chona Kasinger for The New York Times

SEATTLE — U2 doesn't want to become an oldies act. But that Irish band couldn't resist booking a tour of quickly sold-out stadium concerts featuring all the songs from its 1987 album, “The Joshua Tree” — songs that were still both brash and high-minded when U2 performed them here on Sunday night at CenturyLink Field. It was the first United States show, after a premiere in Vancouver, of an extensive world tour. The band will also release elaborate, expanded 30th-anniversary editions of the album.

Read more

View online : The New York Times

U2 France

U2, tête des ventes des concerts américains, selon un billettiste

Les concerts du 30e anniversaire du ‘Joshua Tree', devant les tournées de Ed Sheeran et Lady Gaga.

JPEG - 26.4 ko

U2 donne le coup d'envoi de sa tournée Joshua Tree Tour 2017 à Vancouver, vendredi. Photographe : Jonathan Hayward/Canadian Press/AP

La formation rock irlandaise U2 est l'artiste musical live en tête des ventes des concerts américains pour cet été 2017, selon le billettiste StubHub.
Le groupe a laissé dans le vent des artistes pop tels que Ed Sheeran et Lady Gaga avec sa tournée concert célébrant son album de 1987, The Joshua Tree.

Les 13 étapes de la tournée américaine de U2, Joshua Tree Tour 2017 culminent sur la liste des artistes musicaux live les plus populaires aux Etats-Unis, entre les Memorial Day (29 mai) et Labour Day (4 septembre).

La partie américaine du chanteur britannique Sheeran de sa tournée Divide se classe en 2e position, avec 32 dates reparties sur l'été.

Contrairement à la plupart des artistes qui tournent pour assurer la promotion de leurs nouveaux albums, les concerts de la tournée de U2 célèbrent le 30e anniversaire de la sortie de The Joshua Tree, dont les textes renvoient aux voyages du groupe à travers les Etats-Unis et une narration sociale.

U2 a donné le coup d'envoi de sa tournée, dimanche, au Century Link Field (capacité 68 000 places) de Seattle et poursuivra par des concerts dans le pays, dont la Californie, le Texas et la Floride, avant de se diriger vers l'Europe.

La tournée de Sheeran se jouera dans des venues d'une capacité moyenne de 20 000 places tandis que celle de U2 dans des venues pouvant grimper jusqu'à 65 000 places.

StubHub, n'a pas publié le nombre de billets vendus mais indiqué que les ventes de U2 dépassaient de 65 pour cent celle de Sheeran et celle de la vedette en tête de ce classement l'an passé, la chanteuse britannique, Adele, de 15 pour cent.

Les places pour U2 se vendent autour de $246 (€225), celles de Sheeran autour de $231, de poursuivre le billettiste. Et d'ajouter que le concert du 3 juin de U2 à Chicago est la date la plus sollicitée de l'été.

Le Top 10 de StubHub pour cet été voit un équilibre entre les vétérans et les artistes du moment de la pop et du hip-hop, avec Tom Petty and the Heartbreakers, Metallica, Tool et Roger Waters parmi les vétérans et Bruno Mars, Lady Gaga, Kendrick Lamar et Justin Bieber dans la seconde catégorie. – (Reuters)

Voir en ligne : The Irish Times

U2 France

U2 top US summer concert sales, says ticket seller

‘Joshua Tree' 30th anniversary shows outsell Ed Sheeran and Lady Gaga tours

JPEG - 26.4 kb

U2 kick off their Joshua Tree Tour 2017 in Vancouver on Friday. Photograph: Jonathan Hayward/Canadian Press/AP

U2 is the top-selling live music act in the US for summer 2017, ticket seller StubHub said.
The band has outpaced pop acts such as Ed Sheeran and Lady Gaga with a concert tour celebrating its 1987 album The Joshua Tree.

Read more

View online : The Irish Times

U2 France

Le Bateau Music Festival étoffe sa programmation avec de nouveaux noms

Pour sa quatrième édition, le Bateau Music Festival s’installera en campagne francilienne, à Les Ménuls (78) le temps d’un week-end, du 23 au 25 juin.

Déjà fort d’une programmation très alléchante (Claude Violente, Sean Nicholas Savage, Malca, Bryan’s Magic Tears), l’événement accueille aujourd’hui trois nouveaux noms : seront donc de la partie les suisses de Buvette, la violoniste Hannah Epperson et le duo anglais Ten Fé. On vous laisse (re)découvrir les trois artistes, juste ci-dessous.

Rendez-vous donc dès les premiers jours de l’été pour profiter de trois jours de (très bonne) musique au grand air, à moins d’une heure de Paris.

Toutes les infos concernant le Bateau Music Festival se trouveront ici, ou là ! Lien vers l’événement facebook.

Les Inrocks - musique

Bono bannit Donald Trump des concerts de U2 aux Etats-Unis... c'est la purge

JPEG - 106.3 ko

Photos : JONATHAN HAYWARD

Bono, le chanteur leader de la formation rock irlandaise U2, a banni le Président Donald Trump des concerts de la tournée actuelle donnée par son groupe en Amérique du nord.

Le coup d'envoi de la tournée The Joshua Tree 2017 a été donné vendredi dernier à Vancouver et, à Seattle au cours du week-end, Bono n'a pas mâché ses mots lorsqu'il lui a été demandé si le nouveau président était le bienvenu – selon The Mirror, notre diable d'Irlandais aurait rétorqué :

Ceux qui ont voté pour Trump sont les bienvenus, mais pas lui.

Apparemment, le chanteur de U2 serait furieux que Trump ait coupé les fonds à la lutte contre le sida : Bill Gates sera là ce soir, il vous dira ‘mais ça ne va pas les gars.' Il ne peut pas faire ça, sinon des personnes mourront.

Alors je n'en veux pas (NDLT : de Trump).

JPEG - 97.9 ko

Cette tournée, dont l'arrivée à Dublin est prévue en juillet, célèbre les 30 années écoulées depuis la sortie de The Joshua Tree – avec les concerts de Seattle et Vancouver pour nous donner un aperçu de ce à quoi la setlist pourra ressembler, cet été, au Croke Parc.

Bono a également confié au Mirror que le nouveau single de U2 s'inspirait du critique de RTÉ, Eamon Dunphy :

Eamon Dunphy a eu une grosse influence sur notre nouveau single. Il a dit, en parlant de ma femme, que ‘Ali était la meilleure chose chez Bono.' Alors, nous avons écrit une chanson intitulée, You're The Best Thing About Me (tu es ce qu'il y a de mieux chez moi).

Les premiers brouillons de titres comprenaient probablement ‘J'ai réussi à rester en vie pendant 63 ans et demi, chérie' et ‘Niall Quinn est un pauvre type'.

‘You're The Best Thing About Me' me parait un meilleur choix, à dire vrai. (Mirror)

Voir en ligne : Daily Edge

U2 France

Arcade Fire révèle six nouveaux titres lors d’un concert secret

Capture d'écran Youtube d'un live d'Arcade Fire

Le groupe montréalais a dévoilé six nouveaux singles, qui figureront dans leur prochain album, devant une cinquantaine d’heureux élus le 13 mai dernier. C’est ce que rapporte la Montreal Gazette, qui précise que les invités ont tous dû remettre leur téléphones portables à l’entrée de la salle, située dans la capitale québécoise.

D’après l’un des invités, les nouveaux titres mêlaient des influences électronique et d’autres plus pop, dans la veine de Reflektor, le dernier opus d’Arcade Fire, sorti en 2013.

Une sortie d’album dans les semaines à venir ?

De nombreuses rumeurs circulent depuis le début de l’année au sujet d’un cinquième LP, nourries par une déclaration du batteur du groupe, Jeremy Gara, à Red Bull Pologne :

Tous nos morceaux ont été enregistrés. L’album devrait sortir cette année. A ce stade, on est encore en train de mixer, et on essaye de décider quels morceaux on va garder sur le disque, parce qu’on en a plus qu’il n’en faut. Mais on aura bientôt fini.

Une affirmation rapidement démentie par le chanteur, Win Butler, qui s’est exprimé sur le sujet peu après la sortie du single anti-Trump I Give You Power, le 19 janvier dernier.

Si aucune sortie officielle n’a été annoncée depuis, le concert du 13 mai confirme pourtant ce qu’attestait Jeremy Gara. D’autant que le précédent album du groupe avait déjà été présenté lors d’un concert secret, qui s’était tenu à Brooklyn cette fois.

En attendant le nouvel opus à venir, et à défaut d’être invité à l’un de leurs show intimistes, vous pourrez retrouver le groupe lors de sa tournée européenne, qui débutera en juin, avec un passage prévu aux Eurockéennes de Belfort le 9 juillet.

Les Inrocks - musique

Keith Mitchell, le batteur de Mazzy Star, s’est éteint

Crédits : Facebook/ Mazzy Star.

Il a toujours été présent, avant même la création de Mazzy Star. Le batteur du groupe américain est mort dimanche 14 mai 2017. Les raisons de son décès restent inconnues pour le moment. Seul un communiqué sur la page Facebook de Mazzy Star a été publié lundi 15 mai, dans la journée.

Our hearts are broken. We have lost the much beloved Keith Mitchell, a very talented and amazing drummer that we have…

Posted by Mazzy Star on Monday, May 15, 2017

“Notre cœur est brisé. Nous avons perdu notre bien aimé Keitch Mithchell, un très talentueux et incroyable batteur, avec nous avons eu le privilège de travailler pendant de nombreuses années. Il vivra à jamais dans nos cœurs… Tu vas nous manquer mon pote.”

“Tu vas nous manquer mon pote”

Le percussionniste américain apparaissait déjà dans le groupe californien Opal, mené par le guitariste et auteur-compositeur David Roback, qui lancera Mazzy Star en 1989, avec la chanteuse Hope Sandoval. Keith Mithchell joue sur tous les albums de la formation de dream pop (quatre au total) depuis les débuts chez Rough Trade Records jusqu’à la première séparation en 1997. Il apparaît aussi dans les crédits du dernier disque paru en 2013, intitulé Seasons of Your Day.

Les Inrocks - musique

“How To Boil An Egg”, le très cool nouveau morceau de Courtney Barnett

Source : Wikipédia crédit : Paul Hudson.

Surprise ! Deux ans après la sortie de son excellent premier album, Sometimes I Sit and Think, and Sometimes I Just Sit, Courtney Barnett est de retour avec un nouveau titre. Toujours aussi déjantée, la chanteuse australienne continue de choisir les meilleurs punchlines pour ses morceaux, puisque le dernier est tout simplement baptisé How To Boil An Egg. Ecoute.

Enregistré pour le Split Singles Club (un site réunissant les démos d’artistes australiens, monté par les deux labels Milk! Records et Bedroom Suck), ce tout nouveau single ne date pourtant pas d’hier : en effet, dans un post Facebook, la chanteuse explique qu’elle “le joue sur des scènes ouvertes depuis ses 21 ans“. Revu et corrigé spécialement pour l’occasion, elle en dévoile une version idéale pour bien commencer la journée, avec encore et toujours de superbes paroles glissées à l’intérieur (“Rappelle-toi que certaines personnes ont de vrais problèmes avant de chouiner”). La classe.

Les Inrocks - musique

Le MP3 est mort (mais symboliquement seulement)

Au revoir petit format parti trop tôt. (Crédit : Carla Arena/ FCC/ Flickr)

Le MP3 devait enterrer le CD. C’est pourtant lui qu’on enterre aujourd’hui. Ce format numérique qui a connu un vif succès à partir des années 1990 est officiellement mort d’après l’Institut Fraunhofer, compagnie allemande qui l’a mis au point à l’époque. Annoncée le 11 mai dernier, cette fin symbolique prendra effet le 23 mai prochain, l’entreprise déclarant que les licences de logiciel du format arrivent à termes, dans un communiqué publié sur le site. Selon les programmateurs, le MP3 a fait son temps et disparaît au profit d’autres formats plus pratiques, comme le AAC (“Encodage Audio Avancé”) largement démocratisé par Apple, sur iTunes.

Un format obsolète

Comme l’explique l’institut allemand, le progrès permet aujourd’hui de compresser un son sans dégrader sa qualité, contrairement au MP3. Le fameux format a tendance à les abîmer mais possède le mérite de peser moins lourd, car il contient moins de données. Il avait été pensé pour “voyager” plus facilement via les lignes téléphoniques, rapporte le site américain NPR, moyen de retransmission qui ne peut pas supporter un nombre de données trop important. Désormais, la radio, la télévision et les services de streaming délaissent le MP3 en partie pour préserver une meilleure qualité audio.

Pas de panique, les utilisateurs pourront encore avoir recours à ce format, tant pour l’écoute que pour la conversion. L’Institut lui-même confie qu’il reste encore très populaire. Sa mort s’avère donc purement commerciale, puisque les brevets monétisés qui l’accompagnaient jusqu’alors n’existeront plus le 23 mai prochain, précise le site Tom’s Guide.

Les Inrocks - musique