Actu musique

18 avril 2017

Le 41e Printemps de Bourges fait sa mue

Le Printemps de Bourges débute ce mardi 18 avril 2017. La 41e édition du premier grand festival de la saison… et la première sans son fondateur, Daniel Colling, qui a décidé de passer la main.

Télérama.fr - Musiques

Lana Del Rey a composé une nouvelle chanson en rentrant de Coachella

Capture d'écran d'Instagram.

Lana Del Rey a fait du grand Lana. Tandis que le monde entier attend la sortie de son prochain album Lust For Life (prévue selon les rumeurs pour le 26 mai 2017), l’auteure-compositrice-interprète américaine s’accorde une pause dans les bois, après avoir passé le weekend à Coachella en tant que spectatrice.

Un hymne à la paix… composée sur l’autoroute

Sur Instagram, elle a mis en ligne une vidéo d’elle, au milieu d’une forêt de séquoias de Californie, où elle dévoile en a cappella une chanson qu’elle aurait écrite sur le chemin du retour. Dans son post, elle explique avoir ressenti des “sentiments complexes à danser tout le weekend”, tout en observant les tensions qui sont montées d’un cran entre la Corée du Nord, les Etats-Unis et la Chine. Elle poursuit :

Je pense qu’il n’y a qu’un fil entre faire preuve de vigilance et de perspicacité sur tout ce qui se passe dans le monde et trouver l’espace et le temps nécessaires pour apprécier la Terre de Dieu de la manière dont il faut l’apprécier. Sur le chemin de la maison, je me suis retrouvée à visiter un vieil endroit que j’affectionne particulièrement, aux abords de l’autoroute Rim of the World Highway, où j’ai pris le temps de m’asseoir dans un bosquet de séquoias et écrire une petite chanson.

Cette courte ballade, en apparence spontanée, est donc un hymne à la paix, à la beauté de mère Nature et à l’amour des choses simples qui nous entourent. Ecoutez l’extrait ci-dessous :

I'm not gonna lie- I had complex feelings about spending the weekend dancing whilst watching tensions w North Korea mount. I find It's a tightrope between being vigilantly observant of everything going on in the world and also having enough space and time to appreciate God's good earth the way it was intended to be appreciated. On my way home I found myself compelled to visit an old favorite place of mine at the rim of the world highway where I took a moment to sit down by the sequoia grove and write a little song. I just wanted to share this in hopes that one individual's hope and prayer for peace might contribute to the possibility of it in the long run. Hope everyone has a nice day, with love from California

A post shared by Lana Del Rey (@lanadelrey) on Apr 17, 2017 at 4:35pm PDT

Si elle n’était pas à l’affiche de cette édition 2017, Lana Del Rey a assisté à quelques concerts entre vendredi et dimanche durant le festival californien, notamment celui de son ami Father John Misty qui apparaît dans le clip du titre Freak, extrait de l’album Honeymoon, paru en 2015. Elle a même filmé et partagé un extrait de live sur son compte instagram :

A post shared by Lana Del Rey (@lanadelrey) on Apr 15, 2017 at 2:43am PDT

Les Inrocks - Musique

Un mec a volé 100 smartphones en une journée à Coachella

"Que tous ceux qui se sont fait voler leur téléphone lèvent les bras !" (Crédit photo : Thomas Hawk/Flickr/CC)

Aussi cools soient-ils, les festivals sont des lieux dangereux pour tout effets personnels de valeur. Et par effets personnels de valeur, on entend évidemment nos précieux smartphones. A Coachella, le risque de se faire voler son téléphone est loin d’être nul, et ce weekend, il se peut qu’un record ait été battu. Un homme de 36 ans a dérobé pas moins de 100 smartphones dès le vendredi 14 avril le premier jour du festival, à l’Empire Polo Club à Indio, en Californie. Et ce sont presque autant de festivaliers qui ont pourchassé le voleur, relate KMIR, chaîne de télé américaine locale, sans doute pendant que Sampha et The Lemon Twigs mettaient le feu à la scène.

Les smarphones retrouvés grâce à une application de géolocalisation 

De nombreux utilisateurs d’iPhones se sont servis de l’application Find My iPhone pour récupérer leur bien, quand d’autres individus ont eu recours à des fonctionnalités usant du GPS. Cette mobilisation des services de géolocalisation a largement aidé la police à arrêter le pickpocket, vers 17 heures, vendredi 14 avril. Les 100 téléphones mobiles ont été retrouvés dans son sac à dos, et si certains ont été remis à leur propriétaire, ceux restant se trouvent aux objets-trouvés du festival, souligne Consequence Of Sound.

Grâce à "Find my iPhone", un homme est arrêté avec 100 smartphones volés (dans son sac) https://t.co/18RMjOvj4Q pic.twitter.com/fRiSwFNQPd

— Mac4Ever /Apple&Tech (@Mac4ever) April 17, 2017

Finalement, le meilleur moyen pour ne pas voir son weekend de festival gâché par un voleur serait peut-être de ne pas embarquer son téléphone. Sauf si vous tenez vraiment à filmer un concert dans la foule pour obtenir une vidéo au son pourri et à l’image branlante que vous ne regarderez sûrement jamais.

Les Inrocks - Musique

Le Coconut Music Festival vous promet une rentrée festive et pleine d’audace

extrait de l'affiche du festival

Après vous avoir dévoilé les plus gros squatteurs de festivals en début de mois, voici venu un jeune et singulier événement qui se démarquera fièrement des mastodontes de l’été : le Coconut Music Festival.

A l’occasion de sa cinquième édition, le festival charentais vient d’annoncer ses premières têtes d’affiches : aussi détonantes que savoureuses, entre découvertes françaises et promesses internationales.

Les premiers noms du Coconut Music Festival 2017 </div>
<p class=Les Inrocks - Musique

Tout ce qu’il faut retenir du premier week-end de Coachella

Kendrick Lamar à Coachella le 16 avril 2017 (VALERIE MACON / AFP)

Le cœur des réseaux sociaux a battu tout le week-end au rythme de Coachella, festival se déroulant sur deux week-ends consécutifs dans le désert du Mojave en Californie. Notamment Instagram, où les photos de stars en bikinis et shorts en jean affluaient comme les œufs en chocolat dans le rayonnage de votre supermarché préféré. Des cheveux jaune poussin de Kylie Jenner à la tenue improbable de Rihanna signée Gucci, en passant par le selfie de Paris Hilton et Alexander Wang, on en aurait presque oublié les concerts.

” I can’t go home yet, cuz enough people ain’t seen my outfit “

Une publication partagée par badgalriri (@badgalriri) le 16 Avril 2017 à 1h01 PDT

Pourtant, il n’y a qu’à visionner deux-trois vidéos se baladant entre Instagram et Youtube pour avoir la preuve du gigantisme musical de l’événement, où se succédaient Lady Gaga, Lorde, Kendrick Lamar, Radiohead et bien d’autres. Bilan.

1- Kendrick Lamar

Le rappeur de Compton fait désormais partie du cercle restreint des  génies dont les morceaux deviennent cultes 48 h après leur sortie. Dimanche 16 avril, alors que vous pensiez avoir atteint le nirvana avec ce week-end de trois jours, certains petits chanceux s’ambiançaient aux côtés de Rihanna et de sa meilleure pote, déjà addicts à Humble, l’un des tubes du dernier album de Kendrick Lamar, le grand DAMN., qu’il jouait pour la première fois en live.

My left stroke just went virallll #Coachella17

Une publication partagée par @mdollas11 le 17 Avril 2017 à 0h27 PDT

Si cette information vous donne déjà le sentiment que votre vie est complètement ratée, ne regardez pas les vidéos ci-dessous. Un simple coup d’œil donne la mesure du show hyper visuel et bourré des tubes qui rythment la plupart de nos soirées depuis 2012 et la sortie de Good Kid M.A.A.D City, son deuxième album porté par un Backseat Freestyle qui nous colle encore des frissons moites dans le bas du dos. Le week-end étant aux featurings de grosses reustas, Kendrick ne s’est pas privé pour inviter Schoolboy Q sur That Part, Travis Scott sur Goosebumps et Future à reprendre l’un de ses propres hits Mask Off.

BE HUMBLE. @KendrickLamar #Coachella pic.twitter.com/1Oz1cn2rt3

— Rap-Up (@RapUp) 17 avril 2017

Kendrick Lamar​ a enflammé Coachella​ avec le live de DNA ! pic.twitter.com/mHzxeKmfY7

— Hip-Hop infos France (@HipHopinfosFR) 17 avril 2017

2- Gucci Mane

Près d’un an après sa sortie de prison (il y a passé trois ans pour détentions d’armes à feu et de stupéfiants), le trappeur d’Atlanta était l’une des grosses têtes d’affiche de Coachella partie 1, son dernier album Everybody Looking sorti en 2016 sous le bras. Mais pas que. Gucci Mane a lâché ses tubes intemporels : Bricks, Lemonade, Wasted, devant une assemblée surexcitée, comprenant au premier rang A$AP Rocky et The Weeknd (qui semblait un peu perdu tout de même). Et convié Migos, Lil Yachty, Rae Sremmurd sur Black Beatles.

Damn. This was the best seat for this set. #coachella2017 @missinfo ・・・ Da hood love @laflare1017 #travisscott #theweeknd #gucchella #guccimane

Une publication partagée par Damien Perez (@ddphone75) le 16 Avril 2017 à 5h20 PDT

“Black Beatles” #GucciMane and #RaeSremmurd #Coachella2017…… Follow: @empireaubrih

Une publication partagée par ???????????????????? (@___rappers___) le 16 Avril 2017 à 4h46 PDT

Et rien moins que Diddy -qu’on ne sait plus très bien comment appeler – qui a repris I Need A Girl ainsi que Mo’ Money Mo’ Problems et All About The Benjamins, deux de ses featurings avec feu son pote Notorious BIG.

#coachella + #diddy . . . #hotc702 #hiphop #frenchmontana #ciroc #puffdaddy #turnup #future

Une publication partagée par Heart Of Tha City (@hotc702) le 16 Avril 2017 à 1h24 PDT

3- Un PNL bloqué à la frontière

PNL n’a pas pu jouer à Coachella comme ils l’ont annoncé sur instagram dans le week-end, l’un des deux rappeurs n’ayant pas été autorisé à rentrer sur le territoire américain “pour des raisons que vous imaginez” précisent-ils. Si le visa était délivré dans la semaine, leur concert pourrait bien avoir lieu ce week-end.

4- Les apparitions intempestives des Migos

A défaut d’avoir été programmé en bonne et due forme à Coachella, le trio Migos s’y est invité à quatre reprises : avec DJ Khaled, Future, Gucci Mane et DJ Snake, balançant à chaque fois leur tube Bad and Boujees.

Welcome to Migochella!!! Saw them perform their hit #BadandBoujee with #DJKhaled, #DjSnake, and #Future. Did we miss anyone? ???????????? | @migos #Coachella2017

Une publication partagée par AMP Radio (@971ampradio) le 17 Avril 2017 à 8h59 PDT

5- Drake chez Future

Future ne s’est pas contenté d’inviter Migos. Il a également convié Ty Dolla $ign et Drake à venir secouer son propre live. Le rappeur de Toronto – qui nous avait âprement déçus lors de sa dernière date à l’AccorHotels Arena à Paris en mars – s’est défoulé sur Jumpman, sa collab’ avec Future, mais aussi Fake Love et Gyalchester, extraits de son dernier album, More Life.

Drake preforming Fake Love at Coachella ???? #champagnepapi #drake #future #ovo #ovosound #morelife

Une publication partagée par Views From London???????? (@kidd.vi) le 15 Avril 2017 à 21h13 PDT

AYEEEEE????#Aubrih #Rihanna #Drake #AubreyDrakeGraham #RobynRihannaFenty #Robyn #Aubrey #Fenty #Graham

Une publication partagée par A U B R I H???? (@aubrihsaucy) le 15 Avril 2017 à 20h42 PDT

Drake a également accusé le Madison Club, un complexe hôtelier non loin du festival dans lequel il séjournait, de racisme. Dans un post Instagram depuis supprimé, il assurait qu’il s’agissait “de l’endroit le plus offensant dans lequel [il ait] séjourné de [sa] vie”, le personnel choisissant les clients à servir selon un “profilage racial“.

5- D’autres feat.

Schoolboy Q a convié A$AP Rocky et Tyler, The Creator sur Telephone Calls. DJ Khaled s’est entouré de A$AP Ferg, 2Chainz, Rick Ross et Migos. Tandis que DJ Snake invitait Lauryn Hill à rejouer ses tubes, Killing Me Softly, Read or Not, Lost Ones : 

LEGENDARY ???? @djsnake surprises the crowd with LAURYN HILL! #coachella2017 #indio #classic #laurynhill #ampradio #djsnake

Une publication partagée par AMP Radio (@971ampradio) le 15 Avril 2017 à 23h11 PDT

6- Radiohead et ses problèmes techniques

Thom Yorke et sa clique ont quitté la scène à deux reprises suite à des problèmes techniques, avant de décider d’aller au bout de leur concert et de jouer en clôture l’indémodable et toujours chialante Karma Police.

7- Lady Gaga et The Cure

Chargée de remplacer l’irremplaçable Beyoncé – qui avait annulé sa présence suite à l’annonce de sa grossesse- Lady Gaga a saisi l’occasion pour dévoiler un nouveau morceau : The Cure, croisement 100% FM entre Justin Bieber et Katy Perry. L’écouter dans son intégralité est donc aussi pénible que de se taper Cinquante nuances de Grey sans sauter de pages.

8- Lorde et Homemade Dynamite

Quand elle ne sirote pas de boisson énergisante à l’arrière de sa caisse, Lorde tease son prochain album, Melodrama, attendu pour le 16 juin. A Coachella, la jeune femme s’est donc plié à l’exercice ultra convenu du lâché de nouveau morceau, en l’occurrence Homemade Dynamite, à écouter ci-dessous avant une prochaine sortie en avant-première sur Youtube ?

NEW LORDE SONG ???????????? HOMEMADE DYNAMITE pic.twitter.com/wuEfVxvHnT

— Lorde Daily (@LordeDaily) 17 avril 2017

9- Lana Del Rey filme Father John Misty

A Coachella en tant que spectatrice, Lana Del Rey en a profité pour filmer le concert de son ami Father John Misty:

Misty

Une publication partagée par Lana Del Rey (@lanadelrey) le 15 Avril 2017 à 2h08 PDT

Une publication partagée par Lana Del Rey (@lanadelrey) le 15 Avril 2017 à 2h43 PDT

10- Lana Del Rey dans la forêt 

Sur le chemin du retour, la même Lana Del Rey s’est tapé une petite redescente : “Je ne vais pas mentir, écrit-elle dans un post Instagram, j’ai des sentiments paradoxaux après avoir passé le week-end à danser tout en regardant les tensions avec la Corée du Nord grossir.” Près d’un bois de séquoia, celle qui ne cesse de teaser son prochain album, Lust for Life, s’est donc fendue d’une nouvelle chanson a capella en espérant que “l’espoir et les prières pour la paix d’un individu puisse contribuer à la faire advenir sur le long terme”.*

I’m not gonna lie- I had complex feelings about spending the weekend dancing whilst watching tensions w North Korea mount. I find It’s a tightrope between being vigilantly observant of everything going on in the world and also having enough space and time to appreciate God’s good earth the way it was intended to be appreciated. On my way home I found myself compelled to visit an old favorite place of mine at the rim of the world highway where I took a moment to sit down by the sequoia grove and write a little song. I just wanted to share this in hopes that one individual’s hope and prayer for peace might contribute to the possibility of it in the long run. Hope everyone has a nice day, with love from California

Une publication partagée par Lana Del Rey (@lanadelrey) le 17 Avril 2017 à 16h35 PDT

Les Inrocks - Musique

Les 5 albums à (ré)écouter cette semaine

Extrait de la pochette d'album de DAMN. de Kendrick Lamar

Ce long weekend de trois jours nous aura permis de profiter pleinement des sorties de vendredi dernier, avec une sacrée surprise balancée ce lundi de Pâques 2017 : Shamir, prodige non-identifié de la musique, a dévoilé un disque inédit qui pourrait presque nous détourner du nouveau Kendrick Lamar.

Kendrick Lamar, DAMN. 

Difficile de passer à côté du nouvel album de Kendrick Lamar, dont tout le monde n’a cessé de parler depuis la fin du mois de mars et la sortie du premier single HUMBLE. Le successeur de To Pimp A Butterfly (2015), intitulé DAMN. reste à la hauteur de l’attente : des featurings bien placés (avec Rihanna pour LOYALTY. U2 sur XXX. et Zacari sur LOVE.) des tubes assurés et quelques expérimentations réussies. On valide.

> > à écouter sur Apple Music

Gaël Faye, Rythmes et botanique EP

La différence entre écrivain et rappeur est mince, mais manier les mots n’a rien d’aisé. Débarqué sur la scène médiatique depuis le succès de son roman Petit Pays, le jeune Gaël Faye rappelle qu’il sait aussi bien écrire des fictions que des chansons. Avec des chants mélancoliques et de brèves exclamations indignées, l’EP Rythmes et botanique se joue des codes du rap français avec une certaine fraîcheur.

> > à écouter sur Apple Music

Jorrdee, Avant

Le rappeur le plus perché et le plus arty du rap game français signe un second album à son image. Baptisé Avant, Jorrdee opère un voyage intérieur, toujours avec cette nonchalance caractéristique, presque neurasthénique. En invoquant Mylène Farmer sur le single California, Jorrdee prouve qu’il compose et rappe ce qu’il veut et comme il veut, le plus sincèrement possible.

> > à écouter sur Apple Music

Little Dragon, Season High

Les idées reçue veulent que les groupes des pays nordiques produisent une musique bien souvent électronique et aseptisée. Heureusement, les idées reçues existent pour être démontées. Little Dragon, formation suédoise née dans les années 1990, y parvient à merveille. Leur nouveau disque Season High réchaufferait les cœur les plus tristes, et ferait danser les personnalités les plus timides, grâce à des sonorités R&B qui frôlent des airs disco piochés dans les années 1980.

> > à écouter sur Apple Music

Shamir, Hope

Ce lundi 17 avril, ce coquin de Shamir a partagé totalement par surprise, un nouvel album que personne n’aurait su ou osé prédire. Hope, qui succède à son dernier disque Ratchet paru en 2015, a bien failli disparaître dans les limbes des pensées abandonnées de l’artiste de 22 ans. Ce weekend, il imaginait abandonner sa carrière, mais le jeune prodige a finalement changé d’avis pour pondre un album enregistré dans sa chambre en une semaine. Si ses aspects inachevés façonne son charme, ce nouveau projet s’avère fort et émotif.

> > à écouter sur Soundcloud.

Les Inrocks - Musique

Joey Bada$$ : “Prêter ma voix à ceux qu’on entend pas”

Crédits : Gary Askew

A 22 ans, Joey Bada$$ vient de sortir ALL-AMERIKKKAN BADA$$, un deuxième album engagé et symptomatique de son époque. Le jeune rappeur, de sa voix grave, trainante et éraillée, évoque ce disque important, qui reflète la condition des Noirs sous la présidence de Trump en même temps qu’il confirme le talent du emcee le plus prometteur de sa génération.

Considères-tu que ton album est strictement politique ?

Non, clairement pas. En fait, pour être honnête je trouve qu’il n’a rien de politique.

Tu critiques pourtant très fortement Trump, tu décris des faits de société…

Oui, mais tout ça ne vient que de sentiments personnels, de choses que j’ai observées. A aucun moment je ne me suis dit “il faut que je fasse quelque chose de politique, que je prenne parti pour tel truc ou tel autre”. Je voulais juste m’exprimer.

Contrairement à tes précédents projets, tu sembles parler au nom de plusieurs personnes, pas spécialement juste pour toi.

Oui, tout à fait. Comme je te l’ai dit, tout est parti de sentiments qui me concernent. Sauf qu’il aurait fallu être aveugle pour ne pas voir que tout ça concernait aussi d’autres gens. Il y a des tas de problèmes dans ce monde : les violences physiques et morales, le racisme, la propagande… On est beaucoup à vivre ça et j’ai fini par dépasser le cadre des mes propres ressentis pour parler au nom des autres. Il le fallait ; il fallait que je prête ma voix à ceux qu’on empêche de parler, qu’on entend pas.

En dépit de tous ces problèmes que tu évoques, l’album semble être assez positif, plein d’espoir.

Oui, je crois que ça ne sert à rien de se laisser abattre. De toute manière, c’est comme ça: nous allons devoir vivre avec cette manipulation des médias, ces violences policières… Et ce pour quelques temps. C’est un peu ce que je dis dans Devastated. Il y a eu un moment où je me suis senti très mal, où je n’avais en quelques sortes qu’une seule envie : partir ou me replier sur moi-même. Mais je crois que la meilleure solution, face à ceux qui essaient de nous faire taire, c’est de se sentir libres et fiers. Et de garder la tête haute.

C’est un peu le thème de Land Of The Free, aussi ? Quand tu dis “Can’t change the world unless we change ourselves“.

C’est ça. La phrase que tu cites, c’est la première qui m’est venue à l’esprit au moment d’écrire la chanson. Elle est inspirée par plein de choses, parce qu’à ce moment là je regardais pas mal de vidéos et de discours de Malcom X, Dr. Umar Johnson… Ah, et de Marcus Garvey aussi.

Tu as sorti cette chanson le jour de l’inauguration de Trump. Pourquoi ?

On m’a plusieurs fois parlé de ça, et effectivement, c’était assez symbolique de la sortir ce jour là, mais il n’y avait pas que Trump dans l’histoire. C’était mon anniversaire, et je fêtais aussi les deux ans de mon premier album. Donc oui, il fallait que cette chanson sorte le 20 janvier.

Justement, en parlant de B4.DA.$$, ce disque sonnait très boom bap, très 90s. Et ton nouveau projet est beaucoup plus contemporain. Pourquoi ?

Très sincèrement, je n’en sais rien. Quand je suis en studio, à bosser avec mes producteurs, on n’a jamais d’idées précises en tête. On ne sait jamais réellement où l’on va, les choses se font d’elles-même. Alors aucune idée.

Donc il n’y avait pas de volonté d’être plus pop, de toucher un plus large public ?

Non, clairement pas. Ce n’est pas de la pop, c’est du hip-hop. (il réfléchit) Et encore, même pas, puisqu’on trouve des éléments de reggae, de trap, un peu de rock, de jazz… Il n’y a pas vraiment de cases pour cet album. Et surtout pas “pop“.

En dehors des prods, il y a une autre nouveauté dans ALL-AMERIKKKAN BADA$$ : le chant.

Oui, mais encore une fois ça ne veut pas dire que c’est de la pop (rires). Le truc, c’est qu’une fois que mes paroles ont été écrites, j’ai voulu les chanter. ça peut paraître con de dire ça, mais avant, la plupart des rappeurs faisaient appel à d’autres gens pour faire les refrains. Et là non, je voulais ressentir mes mots. J’ai adoré ça. Quand je chante, c’est une autre manière de dire : “voici qui je suis, voilà ce que je dis et ce que je ressens“.

Comment est-ce que tu as choisi les featurings sur cet album ?

Comme d’habitude et comme avec les prods, c’est venu naturellement. En écoutant les chansons, j’avais des idées de mecs à inviter, et je les ai appelés, tout simplement.

C’est ce qui s’est passé avec J Cole, par exemple ?

Ouais. J’ai dit à plusieurs reprises que c’était un de mes rappeurs préférés quand j’étais plus jeune, et c’est vrai. Après qu’il ait utilisé la prod de Waves, on est restés en contact, et je lui ai demandé de poser un couplet sur Temptation. Ca faisait un moment que je voulais travailler avec lui. Mais, et c’est important, ce n’est pas le seul guest sur la chanson. Il y a aussi, en quelque sorte, Zianna Oliphant.

Oui, tu peux m’en parler un peu ?

C’est une petite fille de 11 ans, je crois, et je l’ai découvert sur Instagram. Elle vient de Charlotte et j’ai vu la vidéo dans laquelle elle témoignait ; ça m’a littéralement brisé le coeur. Je ne voulais pas spécialement intégrer son discours dans une chanson au départ, mais un jour j’ai essayé, et ça collait à la perfection. Sa prise de parole était tellement juste, tellement triste, qu’il fallait que je la laisse en intro.

En parlant de guests, tu as été invité à jouer dans la série Mr. Robot. C’était comment ?

Vraiment génial ! J’ai toujours eu un lien particulier avec les séries, j’avais même samplé le générique de Narcos pour une track (ndlr : Front & Center, en 2016). Et en fait, j’ai étudié le théâtre quand j’étais plus jeune, donc je connaissais assez bien le métier d’acteur. Et c’est certain, je ne compte pas m’arrêter là.

Les Inrocks - Musique

Radio France réorchestre ses formations musicales

Après la grande grève de 2015 et l’annonce d’accords syndicaux, les deux orchestres de la radio de service public se fixent un cap exigeant pour garantir la qualité de leur production et l’environnement professionnel de leurs musiciens.

Télérama.fr - Musiques