Actu musique

27 mars 2017

De retour après trois ans d’absence, Joke déchaîne Internet avec le clip de “Vision”

Capture d'écran du clip "Vision" de Joke/Youtube.

Le jeune rappeur de Montpellier revient sur le devant de la scène. Samedi 25 mars, son nouveau clip pour le titre Vision est projeté sur la façade du Centre Pompidou. Une vidéo réalisée en partenariat avec Nike (difficile de le rater avec tous se gros plans de baskets dans la vidéo). Deux jours plus tard, le clip est enfin en ligne sur Youtube et marque un retour fracassant pour Jokeezy, presque trois ans après son premier album Ateyaba paru en juin 2014.

Ce tout premier aperçu de son prochain disque, Ultra Violet, a suscité toutes les émotions sur Internet français. Ce lundi, “Joke” est au sommet des tendances sur Twitter et ils sont nombreux, les twittos, à se faire entendre. Comme d’habitude, il y a les fans heureux :

Vous pouvez dire ce que vous voulez mais la prod du nouveau son de Joke est in-cro-yable.

— SEAS (@Seasonsart) March 27, 2017

Waaaw joke il est au dessus #vision

— charonade (@cc3asse) March 27, 2017

Joke soulève n'importe lequel de vos rapeur

— 'thias (@WoeltzMathias) March 27, 2017

Et les déçus :

Joke dsl j't'aime mais on fait pas des retour comme ca mon frero

— Houssem (@HoussemMHD) March 27, 2017

le son de Joke est bien surtout la prod mais franchement après tout ce temps d'absence, j'espérais mieux

— Taka (@SamuelCrtr) March 27, 2017

le retour de Joke, bon c'est pas mauvais, mais y'a rien de nouveau ptn jsuis déçue un peu, ça n'empêche pas que j'aime beaucoup mais voilà

— #ras (@albtrk_) March 27, 2017

“Voilà quoi.”

Pour certains c’est l’occasion de s’improviser critique en 150 caractères :

Faut arrêter d'être malhonnête & de dire qu'un rappeur est mauvais musicalement pcq vs l'aimez pas,le seul défaut du son de Joke : Trp court

— Drik. (@Cdrz_) March 27, 2017

LE CLIP IL EST CLEAN, LE SON IL EST FOU, LES IMAGES SONT OUF, L'INSTRU ELLE EST INDESCRIPTIBLE, LA PROD C'EST DU TURFU, JOKE, LUI, C LE ROI

— $quad (@baeelho) March 27, 2017

Chui mort les gens qui critiquent les lyrics de Joke c'est les mêmes qui s'excitent qd leur rappeur préféré fait rimer Tchikita et Nikita

— L. (@__lxvrnt) March 27, 2017

Ptddr JOKE dans son nouveau son il a juste dit"Bébé stp met ta chatte là, car Y a que l'oseil qui rentre dans mon matelas" j'étais comme ça pic.twitter.com/L2Fqv0ovXM

— ⚛Jimmy Neutron⚛ (@NegroFlamboyant) March 27, 2017

D’autres s’essayent à l’analogie avec le football. C’est imagé, simple, et efficace :

Le retour de Joke il est encore plus nul que le retour de Drogba à Chelsea

— Kiks (@zbatatruuuc) March 27, 2017

Les personnes qui ont faient un compte a rebours avant le clip de Joke vous êtes plus détestables que les supporters de Lyon

— Cham (@SkurSkurrr) March 27, 2017

Le retour de joke, ya rien de fracassant. C'est comme une vulgaire remontée en ligue 1 de Valenciennes après 4 ans d'absence

— ConorBetterThanAli (@andremar655) March 27, 2017

Le partenariat avec Nike choque un peu quelques uns :

Wsh moi je croyais joke c'était un album qu'il allait lâcher pas la pub Nike

— dos (@adonkeh) March 27, 2017

Et évidemment, au cœur de cette tourmente, se joue une lutte sans merci entre les fidèles et les haters. C’est le moment de sortir le pop corn :

Joke dans son nouveau clip il repete 800 fois tsunami mdr gros on sait que ta carrière prends l'eau pas besoin de métaphore

— fruit du demon (@zaksnow_) March 27, 2017

mdr vous critiquez tous le son de joke quand il va sortir son album vous allez le sucer comme never

— rabibi (@RabierNathan) March 27, 2017

Vous êtes des grands malades à mal parler de Joke. Je bloque mtn.

— westbrook mvp (@EmelynTsh) March 27, 2017

Joke c le tsunami du rap jeu il va noyer tt les MC

— FAB (@wasa974) March 27, 2017

Les Inrocks - Musique

On y était : “Rien ne s’oppose à la nuit” avec Juliette Armanet, Cécile de France, Marina Foïs, Fishbach…

Juliette Armanet, à la Loge, Paris, Mars 2017 (©Robin François)

Dans la petite salle parisienne de La Loge (XIe), assis par terre, une centaine de convives a pu profiter d’une succession de performances menées par des femmes artistes, chanteuses, actrices, danseuses, auteures, dessinatrices, humoristes : Émilie Flamant, Julia Huet-Alberola, Clara Luciani, Eye Haïdara, Nailia Harzoune, La Féline, Marina Foïs, Adeline De Monseignat, Fishbach, Fanny Sage, Alvina Lanselle, Crystal Dildos, Cécile de France, Sarah Stern, Nathalie Beder, Barbara Carlotti, Delphine de Vignan, La Grande Sophie, Katia Lewkowicz, Mika Tard, Ludivine Sagnier, Juliette Armanet, Aloïse Sauvage et Eloïse Van der Heyden.

Le but était de cette troisième édition de ” rien ne s’oppose à la nuit”, intitulée “Constellation” programmée par Melissa Phulpin, Elodie Demey et Géraldine Sarratia était de créer des ponts entre ces artistes et le public, et le résultat était bien là. On a eu le sentiment d’être propulsé dans le film de John Cameron Mitchell, Shortbus, dans ce lieu où se retrouvent des gens et où plein de choses se passent… La comparaison a ses limites, puisque – on vous rassure ou vous déçoit – la soirée n’a pas fini en sexparty géante. Néanmoins on a eu la sensation d’avoir participé à un moment fort et privilégié de connexions artistiques et humaines.

Marina Foïs, à la Loge, Paris, Mars 2017 (©Robin François)

Un autre espace, un autre temps

Elles avaient toutes carte blanche pour répondre à ces grandes questions : « Que signifie être une femme aujourd’hui ? Quelle est leur relation au féminin ? En quoi celle-ci interfère-t-elle dans leur rapport à la création ? »

Les réponses prirent donc la forme de performances, projections, lectures, chansons, danses, dialogues. Le format court de chaque scène – une dizaine de minutes – a créé un rythme particulier, et une atmosphère extrêmement détendue, bienveillante, intimiste, a émergé de cet ensemble finalement très cohérent et lumineux.

“C’est beau l’amour, tututu tututu”

Il serait impossible de raconter tout ce qu’il s’est passé ce samedi à la Loge, mais voici quelques moments, dans le désordre, pour essayer de partager un peu de l’énergie qui nous a traversée.

Munie d’un morceau de papier sur lequel on devine des paroles gribouillées, la chanteuse Fishbach nous offre une sorte de remixe karaokesque de Maman a tord de Mylène Farmer. Sa voix et ses pas de danses si 80’s se prêtent bien à l’exercice. Le public reprend en cœur : “tutu tu tututu“. Délaissant le papier,s’affranchissant du même coup de l’héritage de Mylène, Fishbach répète jusqu’à la fin du morceau “1 C’est beau l’amour. 2 C’est beau l’amour. 3 C’est beau l’amour…” À sa demande express, le public se lève alors qu’elle commence son titre Eternité, et finalement se lâche un peu plus et danse sur Un autre que moi.

Quand @ffishbachh reprend #mylenefarmer… #constellation #riennesopposealanuit #fishbach

A post shared by Geraldine Sarratia (@geraldinesarratia) on Mar 26, 2017 at 9:15am PDT

Fanny Sage etAlvina Lanselle scotchent tout le monde avec leur duo danse et voix, improvisé mais vraiment superbe, transcendant. Cécile de France lit un extrait de La couronne verte, un roman de Laura Kasischke. L’extrait est assez dur et tranche avec la voix de l’actrice. On redescend : deux adolescentes américaines dans une voiture avec deux garçons, de l’alcool, possiblement de la drogue, et on sent que la suite de l’histoire n’est pas bonne pour ces deux filles.

Cécile de France, à la Loge, Paris, Mars 2017 (©Melissa Phulpin)

Barbara Carlotti chante “Toutes les femmes sont hermaphrodites“, remonte sa robe noire très classe, et nous dévoile un badge de fleur agrafé à son collant à l’entre-jambe. Le public redécolle. Sarah Stern et Nathalie Beder jouent deux adolescentes, et dans une sorte de dialogue absurde, balancent des phrases que toute fille de 15 ans a déjà partagées avec ses copines : “C’est obligatoire à partir de quel âge les talons ?” Le public se bidonne.

"Se ronger les ongles, c'est dire au monde qu'on a peur." Géniales Nathalie Beder et @sarahstern qqpart entre #lesbeauxgosses version meuf et #bretecher #riennesopposealanuit #constellation #lfsm @melissaphulpin

A post shared by Geraldine Sarratia (@geraldinesarratia) on Mar 27, 2017 at 3:33am PDT

Pour l’occasion, Katia Lewkowicz et Mika Tard ont réalisé une vidéo, “Kings“, une semaine avant la soirée. On y voit Mika Tard, Cécile de France et Ludivine Sagnier se “dragkinger“, se mettre une barbe, des fringues de mecs et des chaussettes dans le pantalon. Et c’est parti pour une virée dans Paris, à un concert, puis dans un bar gay. Elles ressemblent à des surfeurs. Les cheveux blonds au vent, elles/ils tentent de draguer, c’est pas aisé. Ludivine Sagnier, mal dans sa peau d’homme, n’apprécie pas trop son nouveau look et de ne pas trop savoir quoi faire de ce nouveau corps, de ce nouveau personnage. Un court métrage bidonnant qu’on a hâte de voir en long. 

Après avoir cherché suffisamment de coussins pour se rehausser sur sa chaise face à son clavier, la chanteuse Juliette Armanet offre une lecture puissante, vibrante et très incarnée, du texte de Sagan La vitesse. Elle conclut en interprétant deux titres, L’accident et Manque d’amour qui mettent le sourire aux lèvres.

“Femme est la nuit”

Pour résumer cette soirée, on peut dire que quelque chose a constellé, a fait relation, quelque chose comme la liberté. De la Loge, la petite troupe s’est déplacé jusqu’au Motel, un bar rempli d’étudiants dansant sur Desireless. On s’est rendu compte que les garçons type surfeur californien existaient encore bel et bien, et qu’il fallait au moins quelques shots de vodka gingembre pour se reconnecter au monde après toutes ces émotions qui nous avaient laissés dans un état ébahi et vaporeux. A 3 heures du matin, sur un trottoir parisien, un pacte a été signé : une sorte de serment à l’aventure et à la création, une ode à la sororité. Comme l’a chanté Dalida : Femme est la nuit.

Les Inrocks - Musique

La sulfureuse carrière de Mötley Crüe bientôt adaptée à la télévision

Pochette du single du titre "Smokin in the boys room" de Mötley Crüe paru en 1985.

Ce sont bien plus que des bruits de couloirs qui courent dans les locaux Netflix. Les studios de productions du fameux service de streaming espèrent produire un biopic consacré à Mötley Crüe, rapporte le site Deadline.

Mötley Crüe et ses scandales

Netflix serait en pleine négociation pour obtenir l’autorisation de réaliser et distribuer un tel projet, qui s’annonce extrêmement dense : Mötley Crüe est l’archétype parfait du groupe glam des années 1980. Propulsés sur la scène internationale à une vitesse fulgurante, leur carrière a été rythmé par leurs mœurs débridées, le sexe, la drogue, l’alcool et des scandales parfois tragiques (dont l’accident de voiture du chanteur Vince Neil, dans lequel un de ses amis a trouvé la mort en 1984). Pour mettre en images des histoires aussi abracadabrantes que malheureuses, Netflix aurait fait appel à un des membre des Jackass pour la réalisation, Jeff Tremaine, et d’un des scénaristes de la série Calfironication, Tom Kapinos.

Fact Magazine précise également que des membres du groupes auront un œil sur le tournage en tant que co-producteurs et le film biopic sera basé sur une biographie rédigée de leurs mains et publiée en 2001. Pas de date, ni de noms d’acteurs présents au casting n’ont été mentionnés pour le moment.

Mötley Crüe a stoppé sa carrière en 2015 après une tournée d’adieu à travers le monde.

Les Inrocks - Musique

Le label InFiné, dix ans d'électro et un credo : “défricher de nouvelles terres musicales”

Depuis 2007, le label français InFiné trace sa route électro entre musique classique, flamenco, et pionniers du synthé. En six références marquantes, Alexandre Cazac, le cofondateur du label, redessine pour nous la trajectoire de sa maison de disques, faite de passion et d'exigence.

Télérama.fr - Musiques

Snoop Dogg va instituer Tupac au Rock and Roll Hall of Fame

Capture d'écran du clip de 2Pac featuring Snoop Dogg "2 of Amerikaz Most Wanted"/ Youtube.

Le 7 avril prochain aura lieu la cérémonie annuelle durant laquelle de nouveaux artistes  rejoindront le Rock and Roll Hall Of Fame. Parmi eux, le rappeur Tupac, dont l’héritage ne cesse de s’enrichir 21 ans après sa mort. Le magazine The Rolling Stone a confirmé l’information après que TMZ a lancé la rumeur, dimanche 26 mars.

Lors de cette soirée, qui aura lieu à Brooklyn, il intégrera ce Panthéon historique via la présence de Snoop Dogg, ancien collaborateur et fidèle ami, qui se chargera de son induction posthume. Tous deux ont fait partie du label de Dr Dre, Death Row Records, basé à Los Angeles en Californie et ambassade du rap de la West Coast. On les a entendu ensemble, entre autres, sur le titre 2 of Amerikaz Most Wanted qui figure sur le mythique double album All Eyez On Me paru en février 1996.

Tupac n’est pas le seul représentent du hip hop à avoir obtenu sa place au Hall Of Fame : Run-DMC, Beastie Boys et N.W.A ont respectivement été institués en 2010, 2012, et 2016. Cette année, Pearl Jam, Yes, Electric Light Orhcestra, Journey et Joan Baez adhéreront eux aussi l’institution américaine de la musique, le 7 avril 2017.

Les Inrocks - Musique