Actu musique

26 mars 2017

Le concert inoubliable, quand U2 a mis le feu au King's Hall

Le 24 juin 1987 n'a pas été un jour comme les autres, surtout si vous étiez fan de U2 en Irlande du nord car c'est ce jour-là que la formation rock irlandaise a déboulé avec sa tournée Joshua Tree, au King's Hall de Belfast.

par Karen Atkinson

JPEG - 51 ko

Les fans de la formation rock irlandaise, U2, Geoff Caves, Brendan Mulgrew et Martin McCarney devant le King's Hall, à Belfast

Nos quatre diables d'Irlandais avaient donné plusieurs concerts dans cette ville au début des années 1980, pour promouvoir leurs albums Boy et War - et celui de 1984, The Unforgettable Fire encensé par la critique et réussite commerciale.

Cependant, l'album the Joshua Tree, inspiré en partie par le voyage du groupe dans l'âme de l'Amérique, allait l'élever dans une nouvelle stratosphère musicale, lorsqu'il se vendrait à plus de 25 millions d'exemplaires dans le monde entier.

Trente ans plus tard, un programme de Radio Ulster, narré par prêtre de Belfast, et fan de U2, le révérend Steve Stockman, réunit des fans qui ont assisté à l'un des plus célèbres concerts de Belfast.

Par un froid matin de février, je persuadais Geoff Caves, Brendan Mulgrew et Martin McCarney de me retrouver au King's Hall.

À peine étions-nous devant ce qui, à l'époque, était la venue du plus grand concert de Belfast, que les souvenirs de ce concert de U2 nous submergeaient.

"C'était une superbe journée d'été. Je venais d'achever mon A levels, en fait, c'était le jour de ma dernière épreuve du A level", se souvient Brendan. (NDLT : le A level est plus ou moins l'équivalent du bac)

"Il y avait un nombre impressionnant de personnes qui circulaient autour du King's Hall, attendant de trouver, à l'intérieur, le meilleur emplacement. C'est le genre de sensation que l'on n'éprouve pas tous les jours dans une vie et c'était là, ce jour-là, en abondance."

JPEG - 19.3 ko

Bono et Brendan Mulgrew en 1987 © BRENDAN MULGREW

Il ne restait pas un ticket à la vente pour ce concert, ce qui n'empêchait pas les fans sans billets d'essayer d'entrer.

"L'un de mes amis n'avait pas de billet. Aussi, dès que les portes du King's Hall se sont ouvertes, il s'est précipité vers l'entrée principale et a tendu un billet de 5 au gars à l'entrée", d'enchérir Martin McCarney.

Martin se marre alors qu'il revoit son pote piquer un sprint dans la venue sans être arrêté, le veinard, pas facile de passer au travers des mailles du filet quand on est fan de U2.

JPEG - 46.6 ko

La critique de ce concert par l'Irish News, en juin 1987 © IRISH NEWS

Ce concert avait attiré une attention considérable de la part des media et c'est l'Ulster Television qui allit décrocher un vrai scoop, quelques heures avant le concert, lorsque le reporter Ivan Little interviewerait Bono quelques minutes seulement après que l'avion du groupe se soit posé sur le tarmac du Belfast International Airport.

"il m'a dit que Belfast avait la réputation, en dehors de l'Irlande, d'avoir le meilleur public au monde avant d'ajouter, 'et c'est vrai, quelque part ", de se remémorer Ivan.

"Je lui ai demandé s'il avait prévu des surprises pour ce concert au King's Hall et il m'a répondu en plaisantant que la seule surprise serait qu'ils jouent justes."

Illustre première partie

Bien entendu, ils ont joué juste et il y a eu une autre surprise de taille, avant même que U2 prenne la scène d'assaut ce soir-là.

La groupe avait persuadé pas moins que le légendaire chanteur et ex-leader du Velvet Underground, Lou Reed, d'assurer la première partie.

Après avoir diverti le public avec plusieurs de ses tubes, dont Walk on the Wild Side, Lou Reed a laissé la place à Bono, Larry, Adam et the Edge.

Christoph Ebbinghaus s'en souvient comme si c'était hier. Aujourd'hui, prêtre, à l'époque, ado de quinze ans, c'était son tout premier concert et il allait voir son groupe préféré en direct sur scène.

"On ne comprend pas toujours ce que dit Bono entre deux chansons mais je me souviens de sa présentation pour ce concert, il s'est décrit lui et ses camarades du groupe comme quatre amis de Dublin.

"Puis, il a ajouté que nous étions le meilleur public au monde et que nous allions avoir droit au meilleur concert de rock and roll que cette ville ait jamais eu."

La question majeure que l'on se posait, à l'annonce du concert au King's Hall, était de savoir si Sunday Bloody Sunday ferait ou non partie de la set list.

L'un des morceaux les plus politiques de la carrière de U2 à propos des incidents Troubles, le groupe l'avait joué pour la toute première fois, au Maysfield Leisure Centre de Belfast, en 1982.

Cinq ans plus tard, ils la rejoueraient, comme s'en souvient Geoff Caves, en faisant l'un des moments les plus mémorables de ce concert.

"Il y avait un drapeau tricolore (irlandais) et celui de l'union jack a surgi durant la chanson. Tous ceux qui y étaient se souviennent de l'incident du drapeau et de Bono déclarant : vous pouvez baisser les drapeaux, il y en a marre des drapeaux", de confier Geoff.

"Ça a été un moment presque historique. Un grand nombre de jeunes réunis dans un même endroit à Belfast, qui normalement ne se seraient jamais mêlé les uns aux autres, et puis, il y a eu cet appel de Bono de laisser tomber les drapeaux et tout le monde lui a obéi."

Le révérend Steve Stockman de l'église presbytérienne Fitzroy de Belfast assistait lui aussi au concert du King's Hall.

Un autre moment mémorable pour lui, quelques mois avant ce concert, lorsque U2 est venu à Belfast en mars 1987 pour assurer la promo de l'album the Joshua Tree.

Il se souvient que le groupe a fait une apparition surprise à minuit au Makin' Tracks, un magasin de disques du centre-ville.

Steve et l'artiste de renom Colin Davidson ont fait la queue pour rencontrer U2 ce soir-là et tous deux se souviennent des membres du groupe comme étant "chaleureux, amicaux et à l'écoute" lorsqu'ils rencontraient leurs fans.

PNG - 508.8 ko

Paul Duffy (au centre) avec un ami et The Edge à Belfast, en mars 1987 © PAUL DUFFY

Alors que U2 s'apprête à reprendre la route, cette année, pour célébrer le 30e anniversaire de l'album the Joshua Tree, certains des morceaux qui ont empli le King's Hall, il y a trois décennies de cela, vont remplir d'autres venues du monde entier.

Mais pour de nombreux fans, Paul Duffy inclus, qui ont assisté au concert du 24 juin 1987, il n'y aura jamais qu'un seul concert inoubliable.

"Aujourd'hui, je ne peux m'empêcher de passer devant le King's Hall sans me souvenir de ce jour, de cette fantastique soirée", confie-t-il.

Avant de poursuivre, un brin nostalgique, "J'ai vu des tonnes de groupes, ici, au cours de toutes ces années mais, selon moi, U2 et le King's Hall sont synonymes de Belfast. C'était tout simplement une époque magique."

The Unforgettable Gig : When U2 rocked the King's Hall est diffusé ce soir sur BBC Radio Ulster et BBC Radio Foyle à minuit et demi.

Voir en ligne : BBC

U2 France

The Unforgettable Gig: When U2 rocked the King's Hall

24 June 1987 was no ordinary day, especially if you were a U2 fan in Northern Ireland, because it's when the band brought their Joshua Tree tour to the King's Hall in Belfast.

By Karen Atkinson

JPEG - 51 kb

U2 fans Geoff Caves, Brendan Mulgrew and Martin McCarney outside the King's Hall in Belfast

The Irish foursome had played the city several times during the early 1980s with their albums Boy and War - and 1984's The Unforgettable Fire had achieved critical and commercial success.

However the Joshua Tree album, inspired in part by the band's journey into the soul of America, elevated them to a different music stratosphere, with the album going on to sell over 25 million copies worldwide.

Thirty years on, a Radio Ulster programme narrated by Belfast church minister and U2 devotee, the Reverend Steve Stockman, reunites some fans who were at one of Belfast's most famous concerts.

Read on

View online : BBC

U2 France

The Shadows of Knight, Depeche Mode, Synthetise The Soul… La sélection vinyle de la semaine

Du garage furieux déniché par Dangerhouse Record, à Lyon, un grand cru Depeche Mode, une compile parfaite… Le meilleur de l'actualité vinyle par 180 gr.

Télérama.fr - Musiques

A Leipzig, sur les traces de Bach

Bombardée en 1943, restaurée avec goût, la cité allemande allie bâtisses médiévales et modernité. Son trésor : le Cantor, fil rouge d'un beau parcours musical.

Télérama.fr - Musiques