Actu musique

20 mars 2017

Balzac à l'opéra : “Trompe-la-mort”, virtuose et complexe

En adaptant des textes de Balzac, Luca Francesconi réussit brillamment à fusionner musique, chant et mise en scène. Un seul bémol, la complexité du livret.

Télérama.fr - Musiques

20 ans de “L'Ecole du micro d'argent” : quand IAM posait en couverture de “Télérama”

Début 1998, “Télérama” publiait un reportage sur la galaxie IAM, que nous vous proposons aujourd'hui pour l'anniversaire de l'album culte des rappeurs marseillais.

Télérama.fr - Musiques

Le caustique Father John Misty passe du registre protestataire à la “pop mainstream”

Father John Misty en live à Fitzgerald's - Houston, 2012. Par @Derek Key.

Deux ans après I Love You, Honeybear, l’ancien membre des Fleet Foxes s’apprête à sortir un nouveau disque engagé : Pure Comedy. En attendant sa sortie, l’Américain nous a récemment gratifié d’une émouvante prestation du titre éponyme sur le plateau de SNL et du clip Ballad of the Dying Man.

Et hier, dimanche 19 mars, Father John Misty dévoilait une série de trois nouveaux titres ironiquement intitulée Generic Pop Songs. Après ses protest songs (s’insurgeant contre l’arrivée au pouvoir de Donald Trump), voici donc venu trois chansons pop, dont les paroles aux apparences banales masquent à peine l’humour caustique de son auteur. Generic Pop Song #3, Generic Pop Song #9 et Generic Pop Song #16, sont à écouter ci-dessous :

Father John Misty reprend du service sur Twitter et c’est hilarant

Lors de cette même journée, le songwriter a fait son retour sur Twitter dans une magnifique performance :

tweetings the best

— FARMER JAH MIS’RY Ⓜ️ (@fatherjohnmisty) 19 mars 2017

okay twitter is the worst because technology and stuff so i quit

— FARMER JAH MIS’RY Ⓜ️ (@fatherjohnmisty) 19 mars 2017

Il en a profité pour lancer un appel à questions, donnant lieu à une flopée de tweets hilarants (à consulter en intégralité ici) :

but before i go back to tending the squash farm i’ll answer some q’s if there’s anything in your heart of hearts you’d like to know

— FARMER JAH MIS’RY Ⓜ️ (@fatherjohnmisty) 19 mars 2017

i’m the dude who watches breakfast club religiously without knowing any of the music of any of the guests

— FARMER JAH MIS’RY Ⓜ️ (@fatherjohnmisty) 19 mars 2017

gotta go, smoochies
xoxoxox
pray for america

— FARMER JAH MIS’RY Ⓜ️ (@fatherjohnmisty) 19 mars 2017

i need some followers damn

— FARMER JAH MIS’RY Ⓜ️ (@fatherjohnmisty) 20 mars 2017

i love deleting tweets, it’s like getting forgiveness but easier and doesn’t involve other people

— FARMER JAH MIS’RY Ⓜ️ (@fatherjohnmisty) 20 mars 2017

Concerts Father John Misty sera ce soir en concert privé au Café de la Danse (Paris) et au festival d’été BBK Bilbao en juillet prochain.

L’album Pure Comedy sortira le 7 avril sur le label Sub Pop. Il est d’ores et déjà disponible en précommande sur Apple Music.

Les Inrocks - musique

Quand Chuck Berry chroniquait les Clash et Joy Division

(Crédit photo : docmonstereyes/ creative commons/ Flickr.)

Chuck Berry, influenceur suprême de tous les mouvements rock que l’on connaît depuis 1950, s’est éteint dans la nuit de samedi 18 et dimanche 19 mars à l’âge de 90 ans. Considéré comme l’un des pères fondateurs du rock’n’roll, le bluesman américain avait son avis sur la génération qu’il a inspiré. Dans un numéro du fanzine Jet lag !, exhumé pas le site Louder Than War, il confie le fond de sa pensée au sujet d’un tas de groupes phares de l’époque, comme les Clash, les Ramones, les Sex Pistols et les Romantics mais aussi Joy Division et l’album Unknow Pleasures.

Chuck Berry reviews classic punk records: http://t.co/7pAoH0Kfee (via @fchimero) pic.twitter.com/lyyFMZ3K3f

— Austin Kleon (@austinkleon) June 22, 2014

Chuck, pas emballé par le punk

Dans cette interview parue en 1980, le bluesman se montre succinct et particulièrement franc. Par exemple, concernant le titre God Save The Queen des Sex Pistols (1977), il s’interroge : “Contre quoi ce type est-il si en colère de toute façon ?”  avant de poursuivre :

“La guitare et les suites d’accords ressemblent à mon style. Le rythme est bon. Je n’arrive pas à comprendre la plupart des paroles. Si tu veux t’énerver, essaie au moins de faire comprendre aux gens pourquoi tu es énervé”.

Au sujet des Ramones, on ne sait pas s’il me montre plus conciliant, ou s’il se moque gentiment des punks new-yorkais :

“Ces gars me font penser à moi quand je venais tout juste de commencer, moi aussi je ne connaissais que trois accords.”

En commentant le titre Complete Control des Clash (1977) il se demande si le chanteur “n’avait pas un mal de gorge quand il chantait” mais précise que le rythme et les accords “vont bien ensemble”. Dans Psycho Killer de Talking Heads (1977), il “aime beaucoup la basse” et trouve que le morceau What I Like About You des Romantics (1980) ne sonne pas franchement neuf, bien qu’on puisse facilement danser dessus.

Mais quand il doit donner son avis sur Unknow Pleasures de Joy Division (1979) et le titre de Wire I Am The Fly (1978). Chuck Berry s’avoue troublé :

“Alors c’est ça les trucs nouveaux dont vous parlez. Ça ne ressemble à rien de ce que j’ai entendu avant. Cela sonne comme un vieux jam de blues que B.B. [King] et Muddy [Waters] auraient joué dans les coulisses d’un vieil amphithéâtre de Chicago. Les instruments peuvent être différents, mais l’expérience est la même.

Qui aurait cru que Chuck Berry, roi du blues eut été un fan de post-punk ? Découvrez les scans du magazine original datant de 1980, ci-dessous :

Les Inrocks - musique

Festival Détours de Babel : “Les rencontres musicales décalées sont le reflet du monde contemporain.”

A l'heure où le Festival d'Ile-de-France est contraint de tirer sa révérence, Détours de Babel, en Isère, attaque sa septième édition. L'occasion pour son directeur, Benoît Thiebergien, de rappeler la nécessité de telles manifestations aux programmations transculturelles, riches et ouvertes sur le monde.

Télérama.fr - Musiques

La liste impressionnante des featurings du prochain Gorillaz a leaké

crédit : illustration extraite du portrait de profil facebook de l'artiste Gorillaz

On ne sait toujours pas quand sortira le prochain album de Gorillaz, Phase 4, mais de nouvelles informations croustillantes viennent de leaker ce weekend. En effet, après nous avoir dévoilé en janvier dernier un premier extrait en featuring avec Benjamin Clementine, on vient de découvrir une liste de featuring impressionnante !

Au programme des festivités : le MC D.R.A.M., les rappeurs américains Vince Staples, Pusha T, Zebra Katz et Danny Brown, mais aussi le chanteur de dancehall jamaïcain Popcaan, De La Soul, le producteur chicagoane Jamie Principle, Anthony Hamilton, le crooner Peven Everett, le soulman anglais Rag’n Bone Mane et enfin Brandon Markell Holmes.

Côté collaborations féminines, on pourra compter sur la chanteuse de Savages Jenny Beth, Grace Jones, le r’nb futuriste de la floridienne Kilo Kish, la vedette de 75 ans Mavis Staples (qui avait aussi récemment collaboré avec Arcade Fire), l’oscarisée Carly Simon. Sans oublier : l’americano-colombienne Kali Uchis, la nouvelle princesse du r’n’b RAY BLK, l’americano-ethiopienne Kelela et enfin Imani Voshana.

Découvrez le tracklisting complet de l’album Phase 4 ci-dessous :

Andromeda (Feat. D.R.A.M.)
Ascension (Feat. Vince Staples)
Busted And Blue
Carnival (Feat. Anthony Hamilton)
Charger (Feat. Grace Jones)
Circle Of Friendz (Feat. Brandon Markell Holmes)
Halfway To The Halfway House (Feat. Peven Everett)
Hallelujah Money (Feat. Benjamin Clementine)
Interlude: Elevator Going Up
Interlude: New World
Interlude: Penthouse
Interlude: Talk Radio
Interlude: The Elephant
Interlude: The Non-conformist Oath
Intro: I Switched My Robot Off
Let Me Out (Feat. Mavis Staples & Pusha T)
Momentz (Feat. De La Soul)
Out Of Body (Feat. Kilo Kish, Zebra Katz & Imani Voshana)
Saturnz Barz (Feat. Popcaan)
Sex Murder Party (Feat. Jamie Principle & Zebra Katz)
She’s My Collar (Feat. Kali Uchis)
Strobelite (Feat. Peven Everett)
Submission (Feat. Danny Brown & Kelela)
The Apprentice (Feat. Rag’n’bone Man, Zebra Katz & Ray BLK)
Ticker Tape (Feat. Carly Simon & Kali Uchis)
We Got The Power (Feat. Jehnny Beth)

On attend bien évidemment une confirmation du groupe quant à cette liste complétement dingue de featurings. Pour l’instant, aucune déclaration n’a été faite sur les réseaux sociaux.

Depuis octobre, Gorillaz ne cesse d’alimenter les réseaux sociaux pour teaser leur nouvel album. Après une mixtape explosive et 100% féminine, le groupe de Damon Albarn annonçait récemment la création de son propre festival, qui aura lieu le 10 juin prochain à Margate.

@demondayzfest

A post shared by Gorillaz (@gorillaz) on Mar 6, 2017 at 5:31am PST

Les Inrocks - musique

La nouvelle petite protégée de Soulwax s’appelle WWWater (et vous allez l’adorer)

CREDIT Dinaya Waeyaert

A l’affiche de la prochaine session bruxelloise Fiftyfifty (vous pouvez gagner des places pour son showcase du 30 mars en bas de l’article), WWWater – de son vrai nom Charlotte Adigéry – se dévoile dans un single éponyme en écoute ci-dessous. L’occasion de la rencontrer et de dresser un court portrait de cette mystérieuse gantoise :

Une rencontre déterminante avec les frères Dewaele (2manydjs, Soulwax)

Les frères belges David et Stephen Dewaele, également producteurs de Soulwax, sollicitent initialement Charlotte pour faire du playback dans le film Belgica (2016) – pour lequel ils assurent la direction musicale. La jeune femme s’invite ainsi dans le studio de leur label, DEEWEE, et commence à travailler… Mais rapidement les frères constatent que Charlotte peut faire bien mieux que du playback : chanter tout simplement.

Coup du sort, le réalisateur du film, Felix Van Groeningen, finit par changer le scénario pour lui donner une fin plus sensible. Ce qui incitera Soulwax a recontacter Charlotte, et à lui demander des maquettes de son propre cru cette fois. Ces échantillons permettent aux frères de composer le titre The Best Song qui figurera au final sur la B.O. de Belgica. La voix de Charlotte sort enfin de l’anonymat !

Bien avant que la jeune femme ne comprenne son propre potentiel, David et Stephen voient déjà en elle une grande voix. Ils gardent ainsi le contact avec Charlotte, et continuent de bosser ensemble après la sortie du film.

Un premier EP sorti chez Deewee, maison d’excellence de Soulwax

Au début du mois de mars 2017, Charlotte Adigéry a sorti un tout premier EP éponyme sur le label de Soulwax (Deewee), co-écrit avec Bolis Pupul et produit par les frères Dewaele. Au programme : expérimentations assez froides, voire cosmiques, et voix soul. Tantôt cyber robot en quête du nombre d’or des platines (1.618), tantôt âme sensible, comme sur l’émouvant titre Celle, adressé à son père. Une belle entrée en matière où Charlotte chante en anglais et en français

WWWater, une autre facette de l’artiste Charlotte Adigéry

Et à 26 ans, Charlotte Adigéry ne chôme pas. Elle développe plusieurs projets en parallèle, dont un tout nouveau auto-produit et répondant au doux nom de WWWater. Elle nous en explique la poétique et mystérieuse terminologie :

“J’ai fait un voyage incroyable en Martinique, d’où ma mère est originaire, et j’ai commencé à écrire là-bas quelque chose de nouveau. Un projet solo. En excursion sur la Montagne Pelée (le volcan de la Martinique), je me suis retrouvée à proximité d’une cascade d’eau qui m’a beaucoup inspirée. Pour moi, le pouvoir de l’eau, est assourdissant, époustouflant même !

L’eau est un élément qui peut être passif et agressif aussi. Il purifie. On a tous besoin d’eau. Nous sommes constitué d’eau. Il y a tellement de formes, que ça fait sa grande force. Une goutte d’eau est inoffensive mais une chute d’eau peut devenir mortelle. Un pouvoir sacré.”

Et si sa rencontre avec Soulwax scelle le début de sa notoriété, Charlotte nous confie chanter depuis toute petite, une vocation innée et encouragée par sa mère, également chanteuse :

“Chez nous aux Antilles, danser et chanter font part du quotidien. On le fait pour s’amuser, en famille…”

wwwater since 1990

Posted by WWWater on Monday, June 27, 2016

Fan de Solange et de Dev Hynes, on retrouve dans le premier titre éponyme de WWWater une volonté de retourner à ses origines, une musique quasi vaudou, qui nous transporte, quasi répétitive par moments. Touche-à-tout, elle fait appel à une kyrielle d’influences :

“Pendant l’enregistrement de WWWater, j’ai écouté pas mal d’electronica et de techno minimaliste comme Ryoji Ikeda, Andy Stott, Nisennenmondai ou encore de la house bien dingue comme celle de LNR et Kiddy Smile. Et j’ai aussi une admiration pour Shabazz Palaces et Dean Blunt. Sans oublier Geneva Jacuzzi qui est un génie.”

Un EP en route pour WWWater en 2017

Courant 2017, Charlotte devrait dévoiler un nouvel ep sous l’étiquette WWWater. Après avoir enregistré des maquettes à domicile sur un 4 pistes, elle a confié la production à Geoffrey Burton (qui a notamment collaboré avec Arno) :

“Une rencontre parfaite ! Au lieu de réenregistrer mes maquettes, il les a plutôt complété avec des synthés, batterie et des éléments esthétiques, notamment des samples et des sonorités qui conservent l’authenticité et le côté brut de mes démos initiales.”

Sacrée meilleure révélation féminine par RedBull Elektropedia

Pour entretenir le mystère et nous faire patienter, son amie d’enfance Nicole Twister a dressé un portrait de son personnage WWWater dans une vidéo expérimentale, diffusée sur le média Nowness. On y découvre une personnalité très spontanée : “Je me rends compte que la musique qui me transporte est instinctive, émotionnelle et pleine d’énergie. Ce n’est pas une musique conceptuelle, trop cérébrale, ou un égo trip.”

Et le duo Soulwax n’est pas le seul à voir en Charlotte une grande artiste. En effet, il y a quelques mois, c’est le prix Redbull Elektropedia qui l’a sacré meilleur révélation féminine 2016.

mmmost promising artist – </div>
<p class=Les Inrocks - musique