Actu musique

17 novembre 2016

Un nouvel album de Phoenix en route ?

Depuis leur dernier album sorti en 2013, Bankrupt, Phoenix restait tapis dans l’ombre et très mystérieux sur ses nouveaux projets. Mardi soir, le groupe a néanmoins affolé la toile en modifiant sa photo de profil – Facebook, Twitter, et Instagram – avec une curieuse mire…

Les quatre Versaillais ont également mis à jour la home page de leur site internet, continuant ainsi à rendre complétement dingues leurs fans.

homepage

Et ce matin, un nouvel indice est arrivé : leur programmation au festival espagnol Bilbao BBK pour juillet 2017. Ce concert marquera leur grand retour sur les planches depuis leur tournée datant de 2014 pour l’album Bankrupt! En attendant l’annonce d’un éventuel nouvel album, on essaye de rester zen. On peut quand même s’octroyer un petit élan de nostalgie…

Les Inrocks - Musique

Kaaris, interview fleuve et sans filtre : “Je reviens de très loin”

Depuis le 11 novembre et la sortie de son nouveau disque, Kaaris a décidé de squatter l’essentiel des médias français. L’itinérance de Zongo Le Dozo a ainsi réuni des territoires aussi éloignés que le site du Figaro, celui de Non Stop People ou la web Tv “bon délire” de Ma Chaîne Etudiante. Sans oublier un Facebook Live d’anthologie sur LCI pendant lequel le journaliste roulait les r comme au temps béni de Michel Leeb pour essayer de prononcer Okou Gnakouri comme à Cocody.

Si vous suivez l’actualité de tous ces médias d’intention, vous savez déjà que le vrai nom de Kaaris est aussi celui de son nouvel album. Un cinquième projet publié en trois ans qui le replace dans sa position de rappeur français le plus singulier des années 2010, capable de déstabiliser tout le monde avec un freestyle sur une ritournelle et de claquer l’un des meilleurs morceaux rap de l’année quelques semaines plus tard. Depuis qu’il a débarqué du sous-sol pour briller aux côtés de Booba sur Criminel League (puis dans le clip de Kalash), le Sevranais semble isolé par son statut inédit dans l’histoire du rap français. Celui du mec qui a percé au tout dernier moment, obligé de s’adapter à l’exigence d’une exposition aussi soudaine que vicieuse. Après s’être éparpillé en sortant un projet tous les six mois, Kaaris semble s’être finalement acclimaté à la particularité de sa trajectoire solitaire. Sur son nouvel album, un morceau s’intitule J’suis perché. On n’avait pas forcément besoin de l’écouter pour le deviner, mais on lui a donné rendez-vous aux Inrocks pour discuter longuement du creux de la vague, de l’époque des featurings avec Booba, de l’importance de douter de soi et de l’état de la France en 2016.

Hier soir, il y avait le match de foot entre la France et la Côte d’Ivoire à Lens. Au départ, je voulais qu’on fasse l’interview au stade…
Kaaris – Ouais, ça aurait été très lourd. Je devais y aller en plus mais j’ai terminé mes interviews trop tard. Du coup je suis passé au Planète Rap de Kalash Criminel sur Skyrock. Après je suis rentré en taxi et j’ai suivi le match à la radio. 0-0 c’est très bien pour la Côte d’Ivoire, ça prouve qu’on n’est pas Champions d’Afrique pour rien. Je supporte la France quand elle joue contre toutes les autres équipes quand même.

Que penses-tu du traitement médiatique qui est réservé à Serge Aurier ? Certaines radios comme RMC n’hésitent pas à le défoncer en faisant le lien entre son rapport au rap et ses différentes sorties de route.
C’est comme tous les grands joueurs. Plus tu es observé, plus tout ce qui tourne autour de toi devient sulfureux. Quand je regarde ce qu’il a fait, je me dis qu’il n’y a vraiment pas mort d’hommes. Il faut se calmer. Les gens qui accusent le rap de tous les maux je ne les écoute même pas. Mais je pense que les enfants des journalistes de RMC écoutent du rap. C’est obligé. Leurs filles, elles twerkent (rires).

Tu dois être le mec qui a fait le plus d’interviews en France ces deux dernières semaines. Tu n’en as pas marre à force ?
Ah ouais tu trouves ? Je n’ai même pas le temps de les regarder en fait. C’est vrai qu’en ce moment, il y a des jours où je dois en faire cinq, six ou sept. C’est un marathon mais je kiffe. De la réalisation à la promotion, je kiffe toutes les étapes de la sortie d’un album. La promo c’est une grosse étape ! Il y a des gens comme Mylène Farmer ou PNL qui peuvent se permettre de ne pas en faire. Moi j’en ai besoin, c’est important. Et en plus je sais faire et puis j’aime bien rencontrer les gens ! PNL : ils ont envie de rester tranquilles dans leur truc. Ils balancent leur musique et ils n’ont pas envie de l’expliquer. C’est leur stratégie, leur vision. Tout est une question de projet et de point de vue.

A chaque nouveau projet, tu ouvres une sorte de nouveau cycle de fiction que tu labellises autour de surnoms que tu répètes à mort. Sur OG, le nouveau personnage que tu incarnes c’est Zongo Le Dozo.
Ouais, les Dozo sont des chasseurs que tu peux retrouver dans toute l’Afrique de l’Ouest. Et Zongo c’est une expression que j’utilise avec mes potes pour dire qu’on est frais, classes ou beaux gosses. Quand je rentre en studio j’ai souvent de petits gimmicks qui viennent presque tout seul et parfois je les garde. L’un des premiers morceaux que j’ai posé pour ce disque ça doit être Blow. Et Zongo Le Dozo est sorti comme ça.

Quand tu évoques les “cicatrices de ton enfance” sur Le Sang, tu fais référence à quels souvenirs douloureux ?
J’ai perdu mon père, j’ai perdu ma grande sœur. On a vécu dans des chambres de bonne, on a été expulsés. Il y a eu des moments très difficiles. Beaucoup de gens vivent ou ont vécu ça donc e n’ai pas du tout envie de verser dans misérabilisme. Aujourd’hui, j’ai une bonne situation et je n’ai vraiment pas à me plaindre. Mais c’est vrai que ces cicatrices-là, elles ne partent pas. La vie est une compétition. Il faut essayer de s’appuyer sur ce genre de blessures pour avancer et aller plus haut.

Un autre morceau sur lequel je voulais qu’on s’arrête c’est Boyz N The Hood. Notamment parce que tu prends des risques mais aussi pour son écho au film de John Singleton et au morceau d’Eazy-E. Tu avais maté Straight Outta Compton lors de sa sortie au ciné ?
Boyz N The Hood est mon morceau préféré de l’album. Je prends des risques et j’estime que c’est le morceau le plus abouti car il est à la fois mélancolique, dur et doux. C’est très difficile de réunir ces trois aspects. C’est évidemment un écho au film et au morceau d’Eazy-E mais plus largement à la génération 1980. Mais toutes les personnes qui ont un jour connu la galère qui se sont serrées les coudes peuvent s’y retrouver. Je suis allé voir le film sur N .W.A quand il est sorti au cinéma. J’ai kiffé, mais je ne pense pas qu’il soit très fidèle à la réalité. Eazy-E n’a pas l’air très malin. N.W.A est un groupe que j’ai vraiment beaucoup écouté : mon préféré c’était Ice Cube ! Il était trop frais, j’adorais son style, sa classe. Je respecte beaucoup la musique de L.A de cette époque. Mais j’ai quand même toujours été dans une vibe plus new-yorkaise. Mobb Deep, le Queensbridge, ça nous a trop marqués !

Quand on écoute Tchoin sur le disque on est obligé de se dire que tu as voulu surfer sur la vague de l’afro-trap.
Oui c’est clairement une référence à l’afro-trap. Sur mes anciens albums, je ne m’étais pas trop aventuré dans d’autres univers. Là j’ai voulu prendre des risques. Quand tu penses au Kaaris qui faisait des morceaux comme Zoo, Chargé ou S.E.V.R.A.N, tu te dis que faire un morceau comme Tchoin c’est un pari. Dieu merci il marche bien, les gens ont l’air de kiffer. Le clip est déjà prêt, on va le sortir bientôt avant celui de Boyz N The Hood. Force à Djibril Cissé d’ailleurs qui a partagé une vidéo du morceau. C’est un très gros soutien.

Il va falloir qu’on parle de ton freestyle Chicha et des détournements dont tu as fait l’objet après sa sortie. Les gens t’ont beaucoup traqué à cause de ce truc mais personne n’a parlé du fait que c’était aussi à clin d’œil à Lil Yachty.
Quand j’ai fait Chicha c’était pour enjailler les gens. Comme ça quand quelqu’un prend sa chicha pour fumer il écoute le morceau. Si un son est détourné c’est qu’il attire l’attention. Le pire ce serait qu’il n’y ait aucune réaction, qu’elle soit positive ou négative. Finalement ce morceau a fait du bruit sur Facebook : il y a eu beaucoup de partages, un million de vues en quelques heures ! Certaines personnes n’ont pas compris car ils n’ont pas retrouvé ce que je faisais d’habitude. C’était vraiment un délire et je me suis beaucoup amusé sur ce morceau. C’était effectivement un remix d’un prod de Lil Yachty. La plupart des gens n’ont pas capté et ils ne sauront jamais que c’est un remix d’ailleurs. J’aime bien le style et la fraîcheur de Lil Yachty mais c’est un mauvais rappeur ! D’ailleurs il a eu un épisode chelou dans lequel il s’est fait épingler à la radio. Il est jeune mais il n’a pas le droit de débarquer à la radio pour dire qu’il ne sait pas rapper et qu’en gros il n’a rien à faire là. Il faut rester digne à un moment.

C’était important de faire apparaître Kalash Criminel en featuring sur l’album ?
On avait fait le match aller sur Arrêt du cœur donc il fallait faire le match retour avec 4Matic. J’aime beaucoup son état d’esprit et son écriture très simple et très épurée. Il arrive à apporter un truc conscient dans la trap et ce n’est pas évident. Il représente une vision très triste de l’Afrique.

L’autre featuring de l’album c’est Gucci Mane, un rappeur que tu as beaucoup cité dans tes morceaux comme dans tes interviews. Vous avez pu échanger ? J’imagine que c’était un moment particulier pour toi.
Ah, pouvoir faire un morceau avec lui c’était la consécration ! Il est frais, il est frais. C’était une bonne expérience. Je ne parle pas anglais donc c’était un peu compliqué pour communiquer mais il y avait quelqu’un pour assurer la traduction. On a tourné le clip dans un studio à Atlanta. C’était un peu rapide car les clippeurs américains font les choses très vite. C’est pour ça que je ne suis pas trop satisfait du résultat du clip.

Après ton feat avec Future c’est la deuxième fois que tu arrives à travailler avec un gros rappeur américain. Il y a d’autres mecs avec lesquels tu aimerais bosser ?
Si je pouvais faire plein de feats avec les cainri je le ferais. Après c’est du temps et c’est de l’argent. On ne peut pas faire ce qu’on veut. Mais je n’ai pas forcément envie de faire des trucs avec des mecs aussi gros. Si je peux faire un son avec Yo Gotti ce serait lourd quand même. Bon j’aimerais bien faire un feat avec Lil Wayne aussi mais c’est impossible je crois (rires).

On ne se connait pas mais j’ai l’impression que tu as changé. Au début, tu es arrivé avec une image très forte autour de ta personnalité. Et aujourd’hui ça ne te dérange pas de déconstruire cette mythologie. Tu n’hésites pas à dire que tu doutes de toi par exemple.
Je doute de ouf. Je doute tout le temps. Je suis quelqu’un de très pessimiste et ça me pose souvent des problèmes dans mon entourage. La chance que j’ai c’est que les gens qui m’accompagnent sont très optimistes. Pour moi c’est tous les jours la fin du monde, ça ne va jamais aller. La veille de la publication de Blow je ne voulais même plus sortir le morceau par exemple. Je me disais des trucs genre “les gens ne vont pas aimer” “ça va mal se passer”. Et c’était pareil pour Zoo et même bien avant sur mes anciens projets. Quand je vois la réception de l’album et les statistiques des clips ça me met du baume au cœur. Je reviens de très loin. Dans la musique j’ai pris beaucoup de coup. Surtout à l’époque d’Or Noir. La moindre occasion pour m’attaquer était la bonne. J’ai mangé ça pendant des années et aujourd’hui, grâce à Dieu, je relève la tête. Mais comme je reviens de loin, tu ne me verras pas faire la fête. Je suis très content de mon album et du projet que j’ai réussi à sortir. Et au fond de moi je suis convaincu que mes titres sont lourds. C’est le plus important.

L’époque que tu décris correspond à un moment où tu sortais beaucoup de projets. Tu ne te dis pas que tu as envoyé trop d’informations alors que tu venais tout juste d’éclater aux yeux du grand public ?
Les gens m’ont connu très tard, c’est vrai. J’ai pensé que je n’avais pas de temps à perdre. Et je ne suis pas sûr d’avoir eu tort car quand tu vois comment la musique se consomme aujourd’hui tu te dis qu’il faut profiter de l’espace que tu as la chance d’avoir. Aujourd’hui tu ne peux plus sortir un album et attendre cinq ans avant de publier le deuxième. Il faut balancer des titres, sinon tu disparais.

Ouais un peu à la manière de ce que fait Young Thug en sortant des projets tous les deux mois.
Young Thug c’est beaucoup quand même. Le danger c’est que les titres risquent de trop se ressembler. Aux Etats-Unis, ça fait longtemps qu’ils ne réfléchissent plus en termes d’albums. Ils font des sons pour nourrir leurs showcases et leurs mixtapes. Ils sont très productifs.

J’ai l’impression qu’avec ce disque tu arrives à la fin de ton cycle Therapy.
Il y a quand même trois prods Therapy sur le disque mais ce qui est sûr c’est qu’on est à la fin du cycle sombre et monocorde. J’ai pris des risques, j’évolue. Il y aura toujours des trucs sales comme Blow mais ça me fait du bien de poser sur des instrus comme Boyz N The Hood ou Poussière.

Tu avais déjà ouvert la porte sur Bambou en début d’année. C’était une rupture assez marquée avec ce que tu avais l’habitude de faire. On pouvait y lire une adaptation à une autre forme de rap incarnée par PNL en France.
Bambou est passé un peu inaperçu car j’étais encore au creux de la vague quand il est sorti mais c’est un très bon titre. Je pense que PNL motive tout le monde, que ce soit au niveau de leur univers, de l’atmosphère qu’ils imposent ou tout simplement de leurs ventes. Tu sais, quand Or Noir est sorti et que tout a explosé autour de moi, au niveau des ventes j’étais loin d’avoir des chiffres de fous. J’avais fait 18 000 ventes la première semaine je crois. Pour une tête d’affiche qui vient d’arriver c’est loin d’être un truc de ouf ! Mais il y a un truc dont je suis fier et que personne ne pourra jamais m’enlever, c’est la puissance de la musique. Si je tombe face à un rappeur qui fait le même genre de sons que moi mais qui en vend beaucoup plus, je saurai toujours qu’il m’écoute.

Bambou c’était la B.O du film Braqueurs. Je crois savoir que tu en as un autre qui arrive bientôt.
Ouais on a tourné Overdrive. C’est un film moins sombre, plus grand public. Une sorte de Fast and Furious à la française qu’on a tourné dans le sud de la France. J’aimerais bien être acteur mais c’est un milieu fermé. Quand tu fais du rap c’est plus simple quand t’es Noir. Au cinéma il y a beaucoup moins de rôles pour nous. On ne va pas commencer à gallocher les meufs sur grand écran sinon le public va être choqué dans la salle de cinéma (rires). Tout le monde va se barrer.

Avant que tu arrives, je rematais une vieille interview de 2007 qui traîne sur Youtube. Tu disais à l’époque que ça faisait longtemps que tu faisais du rap mais que tu venais tout juste de comprendre comment le game fonctionnait.
Si j’avais vraiment compris ça à cette époque, j’ai mis du temps à le mettre en application alors (rires) ! Je ne sais plus ce j’ai dit mais j’ai plutôt mis dix ans à comprendre. Je ne me souviens pas trop de ce que je voulais dire mais peut-être que je me suis rendu compte que le rap était un vrai travail à ce moment.

Ironiquement, bien rapper et être un acteur principal du rap français sont devenues deux choses différentes qui peuvent exister de manière indépendante. Comment parviens-tu à coordonner les deux ?
Aujourd’hui le public veut connaître les artistes qu’il écoute. Si tu fais la gueule et que tu restes en retrait, tu auras du mal à exister. Sauf si tu arrives avec la bonne stratégie. C’est un tout. Après, si tu fais le fanfaron sur les réseaux sociaux et que la musique ne suit pas derrière tu vas te faire griller direct.

Même si vos rapports sont aujourd’hui plus que refroidis, les projets sortis avec Booba correspondent à la percée du projet Kaaris. Aujourd’hui tu considères quand même ces featurings comme une réussite professionnelle ?
Tu sais, faire des feats avec des gros noms du rap français c’est forcément une réussite. Tout le monde arrive par quelqu’un. La première fois que j’ai entendu parler de Gradur c’était avec Kozi, pareil pour Lacrim avec Mister You. Ensuite, ce n’est pas parce que tu as posé sur la mixtape ou l’album de quelqu’un que tu dois être l’esclave de cette personne. Je ne suis pas un esclave. On est affranchis depuis longtemps. Je n’accepte pas les ordres et je n’ai jamais été sous tutelle. Je suis quelqu’un de très libre. A partir du moment où j’ai envie de faire ma vie, il faut me laisser la faire tranquille dans mon coin.

La naissance de ta fille ou d’autres éléments de ta vie personnelle ont-ils motivé ton changement d’état d’esprit ?
Je dissocie vraiment ma vie de famille et la musique. Ce sont deux choses différentes pour moi et j’espère continuer à faire des morceaux hardcore longtemps.

Quand tu observes le climat de plus en plus délétère en France tu t’inquiètes du contexte dans lequel elle va grandir ?
Ca inquiète beaucoup et j’espère que ça inquiète tout le monde. Je n’ai jamais pensé que je dirais cette phrase un jour mais il faut aller voter. Les extrêmes reviennent en force dans le monde entier. On l’a vu avec Donald Trump. Ca peut encore plus motiver ceux qui sont en France. En plus chez nous ils sont encore plus vicieux. Ils essaient de se camoufler en faisant croire qu’ils sont plus cool.

Comment as-tu vécu l’élection de Donald Trump ?
On m’a réveillé en me disant qu’il était élu et je me suis levé avec la même tête que les mecs qui ont appris la nouvelle dans le Secret Story américain. C’est choquant. Le mec est un clown et il a réussi à devenir président de la première puissance mondiale.

Tu as déjà pensé à quitter la France ?
Je ne peux pas quitter la France, je suis un franchouillard moi ! Quand je pars trop longtemps je ne me sens pas bien. Quand je vois Paname je respire.

Tu penses que le rappeur que tu étais il y a une dizaine d’années pourrait s’ambiancer sur OG ?
Comme jamais !

Tu penses souvent au Okou Gnakouri qui avait 20 piges à Sevran ?
Je trouve que la vie est injuste. Parfois j’ai des flashbacks sur mon adolescence quand on traînait avec les potos au quartier. Et j’ai l’impression que ça n’a jamais existé. C’est une sensation bizarre car j’aime m’en rappeler mais ça fait mal en même temps. J’ai la sensation de ne jamais avoir profité des choses au moment où elles se sont passées. Je n’arrive jamais à profiter des moments présents. J’arrive à éprouver de la nostalgie mais je ne me sens jamais à l’aise dans le présent. Quand je pense à tous les concerts que j’ai fait comme au Zénith ou au Bataclan, je me dis que je n’ai rien vu. Je regrette souvent de ne pas avoir kiffé ces moments comme il le fallait. Je ne me plains pas, je sais que je suis un privilégié mais la vie, parfois, on dirait une arnaque.

Propos recueillis par Azzedine Fall
Album Okou Gnakouri, en écoute sur Apple Music

Les Inrocks - Musique

"Déprime et collation" l'élégante pop énigmatique de Mell

"Déprime et collation" l'élégante pop énigmatique de Mell"Déprime et collation" est le 7e album que la chanteuse Lorraine Mell dévoile ces jours-ci. Un double-album plus exactement, composé d'une vingtaine de titres en français où l'identité sonore mêle voyage musical et vibration rock. L'artiste présente sa nouvelle pépite sur toutes les scènes françaises et sera en concert le 29 novembre 2016 au Divan du Monde.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Le groupe Skip The Use se sépare

Le groupe Skip The Use se sépareMUSIQUE - Mat Bastard, le chanteur de la formation nordiste, a publié un long message sur Facebook ce jeudi pour expliquer aux fans les raisons de la séparation du quintette…

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

"Dumbo" : Vianney prend son envol sur un nouveau titre espiègle. Écoutez !

"Dumbo" : Vianney prend son envol sur un nouveau titre espiègle. Écoutez !A dix jours de la sortie de son deuxième album, Vianney montre un visage espiègle sur "Dumbo", un nouvel extrait plus léger que le single "Je m'en vais". Écoutez-le sur Pure Charts !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

«Fuck forever terrorism»... Pete Doherty a réveillé l'âme rock du Bataclan

«Fuck forever terrorism»… Pete Doherty a réveillé l'âme rock du BataclanMUSIQUE - Le rockeur britannique était en concert mercredi dans la salle parisienne endeuillée par une attaque djihadiste il y a un an…

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Elton John: son coup de gueule, cinq mois après le Brexit

Elton John: son coup de gueule, cinq mois après le BrexitGrand militant du maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, le chanteur a été très déçu par le choix de ses concitoyens en juin dernier. Aujourd'hui, il livre un discours plein d'amertume.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Le message touchant de Gerard Piqué à Shakira pour son nouveau clip "Chantaje"

Le message touchant de Gerard Piqué à Shakira pour son nouveau clip "Chantaje"MUSIQUE - Depuis quelques jours, Shakira est en tête des charts avec son nouveau titre "Chantaje" ("Lit de fortune"). Mercredi 16 novembre, la chanteuse a officiellement dévoilé le clip de la chanson, déjà vu plus de 1,6 million de fois en 24 heures.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

The Jesus and Mary Chain reviennent avec un album après 18 ans d’absence

Source : compte facebook de The Jesus and Mary Chain

Le fondateur du label Creation Records, Alan McGees vient de révéler la sortie prochaine d’un nouvel album pour le groupe The Jesus and Mary Chain. Le premier en 18 ans (si on ne compte pas l’album live – Live At Barrowlands paru l’an passé !) Alan s’est exprimé à ce sujet dans le média canadien CBS Music :

“Ils on fait un nouvel album ! Ce n’est pas une mince affaire ! c’est incroyable !”

“Ils ont fait un album et je les ai signé chez Warners. Ca va sortir à la fin du mois de mars. C’est un truc énorme !”

L’information a été ensuite confirmée sur la page facebook de leur label Creation Records :

Séparés en 1999 pour cause de mésententes entre les frères Jim et William Reid, les Écossais semblaient s’être réconciliés depuis 2007 (après leur concert historique à Coachella) et bosser sur ce fameux album. Sauf, que de nouvelles engueulades retardaient l’enregistrement. Après avoir fêté comme il se doit les 30 ans de leur mythique album Psychocandy – avec une tournée internationale en 2015 – le duo aurait tranquillement repris le chemin du studio. L’an passé, ils annonçaient déjà au New York Times, leur grand retour avec un nouvel album “au son plus mature pour Mary Chain. Mais attendons de voir…” selon les propos de Jim Reid.  Espérons que d’ici là, les deux frangins ne changent pas d’avis…

Pour rappel, leur dernier album Munki était paru en 1998. The Jesus and Mary Chain est un des groupes de rock majeur des années 80, réputé pour développer une approche très classique du rock’n’roll avec un son très noise, à la limite du shoegazing.

Les Inrocks - Musique

Kanye West offre des tickets de concert à ses fans après son show catastrophique

Kanye West offre des tickets de concert à ses fans après son show catastrophiqueMUSIQUE - Il ajoute un concert et donne des places gratuites pour les déçus de sa précédente prestation…

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Goncourt des lycées - Gaël Faye : "C'est le prix qui me faisait rêver"

Goncourt des lycées - Gaël Faye : "C'est le prix qui me faisait rêver"À 34 ans, le chanteur-écrivain franco-rwandais reçoit le Goncourt des lycéens 2016 pour son premier roman "Petit pays". Ses impressions, à chaud.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Ed Sheeran : son concert surprise à l'hôpital pour une fan malade de 9 ans (VIDÉO)

Ed Sheeran : son concert surprise à l'hôpital pour une fan malade de 9 ans (VIDÉO)Ed Sheeran a réalisé le rêve de Melody. Le chanteur britannique est allé rendre une visite surprise à cette jeune fan de 9 ans atteinte d'une maladie neurologique rare. Avec son ukulélé, il a improvisé un petit concert dans sa chambre d'hôpital. Regardez cette séquence émouvante !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Metallica joue "Enter Sandman" avec des instruments pour enfants

Metallica joue "Enter Sandman" avec des instruments pour enfantsMUSIQUE - Jimmy Fallon a réussi à réunir un groupe de metal légendaire et un groupe de hip-hop mythique. Le présentateur de "The Tonight Show With Jimmy Fallon" a non seulement fait jouer Metallica et The Roots ensemble mais il les a munis d'instruments habituellement destinés aux écoliers pour reprendre un morceau du groupe de heavy metal, "Enter Sandman", mercredi 16 novembre. La vidéo a atteint quatorze millions de vues en quelques heures.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Justin Bieber prêt à tout pour éviter de croiser son ex Selena Gomez

Justin Bieber prêt à tout pour éviter de croiser son ex Selena GomezLes deux anciens amoureux étaient censés se retrouver à la prochaine soirée des American Music Awards.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Keep Dancing Inc. remplace LISS au festival des inRocKs

crédit : Etienne Daho

On trépignait d’impatience à l’idée de recevoir LISS, la nouvelle sensation r’n’b danoise, au festival des inRocKs… mais il faudra se faire une raison et attendre leur prochain passage dans la capitale, puisque le groupe a dû annuler son concert prévu samedi 19 novembre à la Boule Noire, pour des raisons de santé.

Les remplaçant au pied levé : les Parisiens de Keep Dancing Inc ont répondu présent ! Trio formé par Charles, Louis et Joseph, ces sales gosses d’à peine 20 ans se sont fait remarquer au Midi Festival cet été… avant de se faire tirer le portrait par Mr. Etienne Daho (cf photo en une). Entre Blood Orange et New Order, le trio court-circuite habilement les genres. Vous êtes prévenus, leur “cold zouk” va vous faire onduler du bassin toute la soirée !

Festival les inRocKs
Du 17 au 22 novembre, à Paris, Tourcoing, Bordeaux et Nantes
Plus d’infos.

Les Inrocks - Musique

Leonard Cohen est tombé, puis est mort dans son sommeil, selon son manager

Leonard Cohen est tombé, puis est mort dans son sommeil, selon son managerCHANSON - L’auteur d'« Hallelujah », disparu le 7 novembre, se serait éteint chez lui « paisiblement »…

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Gaël Faye:  Paradis perdu gagnant

Gaël Faye:  Paradis perdu gagnantCRITIQUE - Après le Prix du roman Fnac le chanteur et romancier né en 1982 au Burundi d'une mère rwandaise et d'un père français, décroche le Goncourt des lycéens pour Petit Pays , le récit douloureux inspiré de son enfance.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Léonard Cohen est décédé suite à une chute, selon son manager

“Leonard Cohen est mort dans son sommeil le 7 novembre, suite à une chute dans le milieu de la nuit. Sa mort fut soudaine, innattendue et pacifique. Il laisse dans le deuil ses enfants Adam et Lorca, ainsi que ses trois petits-enfants Cassius, Viva et Lyon” . C’est par ces mots que Robert Kory, son manager, a choisi de commenter le décès de Leonard Cohen.

Avant cela, le New Yorker avait révélé que Léonard Cohen s’était battu contre le cancer depuis plusieurs dernières années. Sa santé déclinante était d’ailleurs un des sujets principaux de sa dernière interview avec notre journal. Il y avait déclaré être “prêt à mourir”.

Album posthume

L’artiste avait sorti une semaine avant sa mort son dernier album, You Want It Darker. Il y relatait ses dernières pensées sur la fin de sa vie et sur ses chansons inachevées. Vous pouvez lire la chronique de cet album ici.

Les Inrocks - Musique

"Slumber Party" : Britney et Tinashe torrides dans les premières images du clip

"Slumber Party" : Britney et Tinashe torrides dans les premières images du clipBritney Spears a visiblement compris la leçon après la déception du clip "Make Me…". La chanteuse relance son album "Glory" avec "Slumber Party", en duo avec Tinashe. Le clip arrive demain mais les premières images sont déjà disponibles. Chaleur !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Justin Bieber en larmes sur scène à Francfort

Justin Bieber en larmes sur scène à FrancfortCONCERT - Le chanteur n’a pu contenir son émotion…

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Isabelle Morini-Bosc en colère contre Cyril Hanouna après son passage avec Ménélik (VIDEO)

Isabelle Morini-Bosc en colère contre Cyril Hanouna après son passage avec Ménélik (VIDEO)Hier soir, la chanson était au rendez-vous sur C8 avec le prime Chantez comme jamais ! En duo avec Ménélik, Isabelle Morini-Bosc n'a pas semblé apprécier le piège posé par Cyril Hanouna. 

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

2013 : “Nothing Was The Same”, la réinvention de Drake

C’est un homme qui peut avoir le sentiment du travail bien fait. En dix ans de carrière, Aubrey Graham a considérablement marqué la mémoire de l’auditeur – de hip-hop, de R&B, mais aussi d’électro et de pop music – sans (presque) jamais défrayer la chronique, mais toujours en recevant les honneurs et les reconnaissances critiques à la hauteur, sinon de son parcours, du moins de son œuvre. Depuis ses débuts, celui que l’on surnomme Drake apparaît comme un rappeur-chanteur libre et atypique, comme l’est son parcours, marqué par le racisme (au collège, on le traite régulièrement de « schvartze », une insulte yiddish désignant une personne noire), des rêves de célébrité, des débuts hésitants (les mixtapes Room For Improvement et Comeback Season, sortis en 2006 et 2007), la bisbille avec Chris Brown ou la rencontre avec Noah « 40 » Shebib, sa « main droite » chargé de la production de ses différents projets. Il aurait pu être noyé par la vague Degrassi : la nouvelle génération, série dans laquelle il interprète l’un des premiers rôles entre 2002 et 2010, mais là encore, il observe, absorbe et continue de tracer sa ligne, contre vents et marées, s’abreuvant aussi bien d’une culture à la fois populaire et marginale. Pas pour rien d’ailleurs qu’une fois dans le rap game, le mec cherche à bien s’entourer (Forever, aux côtés de Lil’Wayne, Kanye West et Eminem), pose sa voix envoûtante chez Jay Z ou Kid Kudi et suscite les plus folles attentes d’Universal et de Young Money qui tentent en vain de le signer.

“Remerciez-le plus tard”

Puis vient son premier coup d’éclat, Thank Me Later sorti en 2010, soit l’année où Kanye West s’apprête à s’imposer définitivement avec My Beautiful Dark Twisted Fantasy comme un phare du contemporain, un pied dans le catalogue historique des musiques noires, un autre dans le futur. Ne pas y voir un simple hasard tant ce premier succès (Thank Me Later se place illico au sommet des charts hip-hop au Canada, en Australie, en Angleterre et aux États-Unis) poursuit les dérives expérimentales de Kanye West (présent ici sur Show Me A Good Time) tout en portant en lui l’essence de la musique de Drake : une musique qui bouscule les codes du R&B, douce, planante, foncièrement chaloupée et atmosphérique, et sans cesse tournée vers la nouveauté.

Nouvelle figure du R&B à la française, celui qui casse les clichés et amène le genre vers d’autres horizons sonores, Holybrune développe un discours similaire : “C’est quand même assez marrant de constater à quel point Drake a su gagner sa place en tant que rappeur et chanteur au fil des années. Quand on y pense, ce n’est pas rien. C’est d’autant plus impressionnant qu’il porte super bien les deux casquettes et que, ce faisant, il amène de la crédibilité au mouvement R&B en proposant de nouvelles esthétiques et en ouvrant le genre à différentes influences africaines, qu’il mélange à sa sauce. C’est parfois rap, parfois soul ou dancehall, mais ça reste toujours lui, avec ce côté hyper pop qui lui permet de toucher tout le monde. Alors, certes, les textes restent systématiquement légers, mais les productions sont tellement dingues que ça ne peut que toucher.”

Nothing Was The Same, un sommet minimaliste.

Après tout, Drake est comme n’importe quel artiste, c’est toujours la même histoire qu’il raconte : en l’occurrence, celle d’un homme à part, qui hésite entre confessions et pudeur, qui à la fois affirme sa différence et voudrait que l’on ne le voie pas comme tel. Pourtant, qu’il le veuille ou non, Drake évolue désormais dans une autre dimension que ceux que l’on continue à envisager à tort comme ses concurrents, les The Weeknd, Justin Timberlake, Anderson.Paak et autres. Il est désormais une superstar installée dans tous les esprits et tous les foyers, pourvoyeur de pop universelle, dont les albums se suivent sans se ressembler et méritent largement que l’on examine leur cas comme l’on se penchait auparavant sur ceux des Beatles, des Pink Floyd ou autre grand nom de la pop music. Ou, pour le dire plus simplement, ses albums ne demandent qu’une chose : à être écoutés, longtemps. À commencer par Nothing Was The Same, sorti en 2013, de loin le disque le plus abouti, le plus minimaliste, le plus sentimental – celui qui exhale surtout à chaque instant l’âme d’un artiste excentrique dont la personnalité déborde des genres musicaux auxquels il est associé.

En clair, de Tuscan Leather à Pound Cake/Paris Morton Music 2, du revanchard Started From The Bottom au touchant Hold On, We’re Going Home, Drake y démontre qu’un artiste R&B peut encore faire preuve d’ambition, celle de dire le monde de son temps, d’annoncer celui de demain, voire du surlendemain ; celle aussi de composer un album total, qui serait aussi bien fragile que conquérant, et mixerait le tout avec une science de la production rare et maîtrisée. À entendre Claude Violante, il ne fait d’ailleurs aucun doute : les morceaux du canadien frappent par leur densité et leur capacité à intégrer et sublimer les idées musicales les plus hardies de l’époque dans des arrangements lumineux d’intelligence et de tendresse, mais aussi par leur qualité de production. “Il faut quand même rappeler ce que doit Drake à un mec comme Noah “40” Shebib (lui aussi ex-enfant acteur puisqu’il figure, à 15 ans, au casting de Virgin Suicides de Sofia Coppola, ndr). Drake a clairement bénéficié de ses productions, qui amènent bien souvent un truc unique, à la fois planant et très fort en termes d’émotions. Mais bon, finalement, c’est le propre des grands artistes de savoir bien s’entourer, de savoir présenter le travail réalisé par d’autres, de le porter sur leurs épaules et de l’assumer.”

L’Amérique à ses pieds, Toronto au sommet !

Reste que si Nothing Was The Same a autant excité la presse et les auditeurs (presque 1,5 millions d’exemplaires écoulés à ce jour), c’est sans doute aussi, au-delà du talent de son auteur et de ses associés, parce que l’album est tombé au bon moment. Plus que jamais, le R&B semble être la musique à l’avant-garde depuis le début de la décennie 2010. À croire que le temps a enfin fait son office et entamé de réhabiliter le genre pour ses atours populaires uniques et ses expériences rondement menées. À croire également que, porté par des artistes issus d’horizons aussi divers que James Blake, Miguel, The Weeknd ou How To Dress Well, le R&B est aujourd’hui à même d’engendrer des bouleversements sonores considérables, comme aucune expression contemporaine n’est peut-être capable d’en procurer. À croire enfin que, plus que n’importe qui d’autre, Drake a su surfer sur ce retour en force : “Il y a clairement quelque chose qui s’est passé ces dernières années avec la musique urbaine, mais Drake est loin d’en être le cheval de Troie”, nuance Claude Violante. Avant de préciser : “Si tu regardes bien, tous les artistes au sommet des tops actuellement sont issus du hip-hop ou du R&B. Et Drake est assez malin pour jouer sur les deux registres, il arrive à faire le pont entre une pop très mainstream et un côté clairement urbain. Ce qui est très rare chez un mec, alors que Rihanna et Beyoncé font ça depuis des années. À bien y regarder, je pense que seuls Craig David et André 3000 peuvent tenir la comparaison sur certains points.”

Ils sont rares, en effet, les artistes masculins à assumer leur sensibilité sans jamais tomber dans le kitsch, à publier des disques qui, alors qu’ils sont produits aux côtés d’un nombre important de collaborateurs, donnent l’air d’avoir été conçus dans le plus grand secret, en véritable autarcie, à refuser catégoriquement de calquer leurs manières sur celles de leurs aînés (Raphael Saadiq, D’Angelo…), à varier les grosses productions et les mixtapes audacieuses, et, malgré le succès, à rester autant attaché à leur ville d’origine. Grâce à Drake, ce n’est pas seulement le R&B qui retrouve des couleurs. C’est aussi, et surtout, Toronto, dont il expose fièrement la CN Tower sur la pochette de Views en 2016. Selon l’agence Zénith Optimédia, Drake aurait même offert 300 millions de dollars de visibilité à la ville depuis le début de sa carrière, que ce soit en y tournant certains de ses clips les plus vus (Work, en duo avec Rihanna, a été tourné au restaurant The Real Jerk) ou en y implantant les locaux de son label, OVO Sound, censé réunir au sein d’une même entité les jeunes talents de la scène R&B locale. Parmi eux, DVSN, un jeune duo qui, après avoir publié son premier album en début d’année (Sept. 5th) et posé quelques couplets sur le dernier disque de Drake, compte bien prendre la relève du mentor. Et, pourquoi pas, offrir une nouvelle casquette à Drake : celle de producteur à succès.

Les Inrocks - Musique

Emile Parisien et Jeff Mills revisitent John Coltrane en live sur Culturebox

Emile Parisien et Jeff Mills revisitent John Coltrane en live sur CultureboxC'est la réunion de deux immenses talents autour d'un mythe. Emile Parisien le saxophoniste soprano et Jeff Mills le DJ pionnier, nous offrent sur Culturebox un concert ambitieux et surprenant autour de l'oeuvre de John Coltrane. Un concert qui s'inscrit dans la collection Variations.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Bob Dylan n'ira pas chercher son prix Nobel

Bob Dylan n'ira pas chercher son prix NobelPremier musicien à recevoir le Prix Nobel de littérature, Bob Dylan fait la fine bouche. La légende de la folk vient d'adresser une lettre à l'Académie suédoise pour annoncer qu'il ne viendrait pas chercher son trophée lors d'une cérémonie organisée le 10 décembre.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

"Hardwired... to self-destruct" : le retour au thrash-metal de Metallica

"Hardwired… to self-destruct" : le retour au thrash-metal de MetallicaDe nouveau sur le devant de la scène après huit ans d'absence, avec l'énervé "Hardwired… to self-destruct" qui marque un retour au thrash-metal de leurs débuts, Metallica laisse rejaillir toute sa "colère", bien déterminé à poursuivre son règne sur le hard-rock.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Gagnez des invitations pour le concert privé de Barbagallo et Hydrogen Sea

La session FiftyFifty c’est le nouveau RDV incontournable célébrant la bouillonnante créativité des scènes musicales française et belge. Parrainé par les inRocKs, Pure FM, Le Soir et le Elle belge, FiftyFifty invite chaque mois, dans un hôtel situé au cœur de Bruxelles, un jeune artiste local ainsi qu’un bleu français. Le principe est simple : deux concerts de 25 minutes. Le showcase privé est retransmis en direct via Facebook Live sur la page fan FiftyFifty, puis disponible en replay.

Après une soirée d’octobre survoltée en compagnie d’Agar Agar (revoir le live ci-dessous), pour cette troisième édition, jeudi 24 novembre dès 19H, nous aurons le plaisir de recevoir le chanteur toulousain Barbagallo et le duo bruxellois Hydrogen Sea.

Découvrez la programmation : Barbagallo et Hydrogen Sea

S’illustrant dans le fameux boys band de variété Aquaserge, mais aussi comme batteur chez Tame Impala, Barbagallo ajoute une corde à son arc en dévoilant son projet solo dans un premier album, Grand chien (paru fin octobre). Troubadour baroudeur semant des ballades délicates, le Toulousain saura vous séduire avec sa verve aussi poétique que mystique.

Duo bruxellois formé par le multi-instrumentiste Pieterjan Seaux et la vocaliste Birsen Ucar, Hydrogen Sea puise son inspiration dans les mystères du cosmos et développe des mélodies aussi troublantes (Another Skin) que séduisantes (Free Falling). Mêlant un tendre timbre de voix avec une orchestration trip-hop, leur premier album In Dreams (paru en septembre dernier) est une pierre précieuse qui brille dans la nuit.

Gagnez des invitations pour assister au concert 

Nous vous offrons 20 x 2 invitations pour assister à ce concert privé très spécial qui se tiendra dans la Play Room de l’hôtel bruxellois JAM (l’invitation est indispensable pour pouvoir assister au concert). Pour gagner votre sésame, c’est très simple, il vous suffit de nous envoyer un mail à concours@inrocks.com.

Plus d’infos sur la page Facebook FiftyFifty session.

Les Inrocks - Musique

Après Sting, Peter Doherty ravive l'esprit rock et joyeux du Bataclan

Après Sting, Peter Doherty ravive l'esprit rock et joyeux du BataclanDandy rock'n roll, clownesque, dégingandé, imprévisible, chaleureux, Peter Doherty a ravivé l'esprit originel du Bataclan le temps d'un joyeux barnum survolté, mercredi, quatre jours après l'émouvante renaissance musicale de la salle parisienne assurée en mondovision par Sting.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Musique. Justice signe son retour avec "Woman"

Musique. Justice signe son retour avec "Woman"Ils sont deux, ils sont Français et ont fait danser des millions de personnes sur la planète: en deux albums seulement, le duo Justice s'est imposé comme un phénomène de la musique électronique. Leur retour était donc très attendu, et c'est vendredi que sort "Woman", leur troisième album.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Michael Bublé : En chimio, son fils Noah retrouve le sourire, gâté par sa soeur

Michael Bublé : En chimio, son fils Noah retrouve le sourire, gâté par sa soeurLe fils du chanteur est adorablement chouchouté par les siens.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Bono accepte le premier trophée Glamour d' "Homme de l'année"

Le chanteur leader de la formation rock irlandaise U2 a délivré un puissant discours sur l'égalité

par Suzanne Ciechalski

JPEG - 26.8 ko

Honoré, Bono pose avec le trophée de l'homme de l'année décerné par le magazine Glamour lors de l'édition 2016 des Glamour Women Of The Year, au NeueHouse Hollywood, le 14 novembre 2016, à Los Angeles, Californie. (Photo : Frazer Harrison/Getty Images for Glamour)

Le magazine Glamour est peut-être connu pour ses trophées décernés aux "Femmes de l'année", mais cette année, la publication, a effectué un léger détour en consacrant Bono, premier homme honoré par le trophée de "Homme de l'année". En l'acceptant, notre diable d'Irlandais n'a pas manqué de souligner que ce pays avait encore beaucoup à accomplir en termes d'égalité des sexes (genres).

Et d'asséner : "130 millions de filles ne vont pas à l'école. Ici, aux États-Unis, les femmes gagnent 80 cents contre un dollar chez les hommes. Il n'existe aucun endroit sur terre où les femmes ont les mêmes opportunités que les hommes et, à moins que nous ne nous occupions de ce problème, hommes et femmes ensemble—notre monde continuera sa descente le long de ce chemin misogyne, violent et appauvri."



Bono, le chanteur leader de la formation rock irlandaise U2, a eu un face à face virtuel avec le candidat républicain à la Présidence, Donald Trump, lors d'un concert donné mercredi soir, près de San-Francisco. Video : Riya Bhattacharjee/NBC Bay Area

Notre musicien est connu pour son œuvre caritative et l'attention qu'il porte à différents problèmes tels la pauvreté et le sexisme. Bono a cofondé ONE, qui vise à réduire la misère et les maladies évitables, tout particulièrement, en Afrique.

Bien que la plupart de son discours ait porté sur l'égalité des sexes, il a également abordé les tragédies dues aux terroristes vécues par le monde entier, cette année, dont les attaques de haine, en Europe. Mais, en dépit de tout cela, Bono a délivré un message d'espoir.

"Il y a un temps pour avoir le cœur brisé et un temps pour tout démolir. Il y a un temps pour faire son deuil et un temps pour s'organiser. Pour citer Flo Kennedy, et plus récemment Lena Dunham, ‘N'agonisez pas, organisez-vous'", a-t-il déclaré.

Bono a terminé son discours en lançant un appel direct au Président élu, Donald Trump.

"Accordez plus d'attention aux femmes. Faites de l'égalité la priorité. C'est la seule façon d'aller de l'avant. Le train quitte la gare. Soyez à son bord ou en dessous."

Voir en ligne : NBC Chicago

U2 France

Chantez comme jamais : Enora Malagré ne tombe pas dans le piège de Cyril Hanouna (VIDEO)

Chantez comme jamais : Enora Malagré ne tombe pas dans le piège de Cyril Hanouna (VIDEO)Fidèle de Cyril Hanouna depuis toujours, Enora Malagré connaît la musique et sait que l'animateur est un petit farceur. Toujours prête à affronter les pièges posés par Baba, la chroniqueuse a ainsi su esquiver en beauté les attaques lors du prime exceptionnel Chantez comme jamais !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

« Les dernières news

Novembre 2016
LMMJVSD