Actu musique

16 octobre 2016

Robin Thicke : Baisers enflammés à sa chérie April face à Usher

Robin Thicke : Baisers enflammés à sa chérie April face à UsherLa star de la chanson vient de fêter ses 38 ans. L'occasion pour Robin Thicke d'enflammer le dancefloor et faire grimper la température avec sa chérie.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Murray Head tête d’affiche du festival rock Overdrive dans la Somme

Murray Head tête d’affiche du festival rock Overdrive dans la SommeOn ne présente plus Murray Head, le plus francophile des chanteurs britanniques, et ses tubes planétaires. Il était invité du festival rock Overdrive de Chaulnes dans la Somme ce samedi 15 octobre. Nous l'avons rencontré quelques heures avant ce concert à guichets fermés

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

"Thick Of It" : Mary J. Blige revient en force avec un single R&B puissant

"Thick Of It" : Mary J. Blige revient en force avec un single R&B puissantAnnonçant l'arrivée de son nouvel album "Strength of a Woman", Mary J. Blige se met à nu sur un titre R&B et soul percutant, "Thick of It". A écouter sur Pure Charts !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Renaud : "J'ai un des meilleurs publics de France"

Renaud : "J'ai un des meilleurs publics de France"Pour son retour sur la scène musicale, le chanteur Renaud a livré ses impressions au journal Le Parisien, évoquant notamment son public qui est toujours au rendez-vous. 

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Marina and the Diamonds en studio avec Charli XCX pour son quatrième album

Marina and the Diamonds en studio avec Charli XCX pour son quatrième albumBonne nouvelle pour les fans de Marina and the Diamonds ! Alors qu'elle avait laissé planer le doute quant à son avenir musical, la chanteuse britannique est de retour en studio avec Charli XCX en vue de la préparation de son quatrième album.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Leonard Cohen se dit « prêt à mourir »

Leonard Cohen se dit « prêt à mourir »MUSIQUE - Le chanteur est serein…

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Nicolas Sarkozy se réjouit du Nobel attribué à Bob Dylan : "C'est une fantastique nouvelle" (VIDÉO)

Nicolas Sarkozy se réjouit du Nobel attribué à Bob Dylan : "C'est une fantastique nouvelle" (VIDÉO)Alors que l'attribution du Nobel de littérature au chanteur Bob Dylan fait polémique, Nicolas Sarkozy a salué le fait que la chanson soit enfin reconnue comme un art majeur lors de son passage dans Punchline sur C8.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Beyoncé taclée par Chimamanda Ngozi Adichie, la féministe qui lui a inspiré "Flawless"

Beyoncé taclée par Chimamanda Ngozi Adichie, la féministe qui lui a inspiré "Flawless"Beyoncé, artiste engagée et féministe ? Oui, mais l'écrivaine Chimamanda Ngozi Adichie, dont un discours a été emprunté par la chanteuse sur son titre "Flawless", sort du silence. "Son féminisme n'est pas le mien" déclare-t-elle.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

«Rockers», l'histoire du film culte qui a le mieux capturé l'histoire du reggae

«Rockers», l'histoire du film culte qui a le mieux capturé l'histoire du reggaeSi peu d'amateurs du genre connaissaient le nom de Theodoros Bafaloukos, mort début septembre à l'âge de 70 ans, son film de 1979 reste celui qui a le mieux saisi l'essence de cette musique alors à son apogée. Theodoros Bafaloukos est mort, le 10 septembre dernier, à l'âge de 70 ans.…

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Julien Doré en interview : "Le succès ne me rassure pas, bien au contraire"

Julien Doré en interview : "Le succès ne me rassure pas, bien au contraire"A l'occasion de la sortie de son nouvel album "&", Julien Doré a accepté de répondre aux questions de Pure Charts sur la création de son disque, la pression après le succès, la promotion ou encore le vrai sens de "Paris-Seychelles". Interview !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Joe Jonas prêt à tout pour perdre sa virginité

Joe Jonas prêt à tout pour perdre sa virginitéSEXE - Le chanteur a retourné la chambre de son coloc pour trouver des préservatifs…

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

10 albums d’Amérique latine à écouter d’urgence

Melingo et son tango fellinien (© Nora Lezano)

Roberto Fonseca, Abuc

Le neuvième album de Roberto Fonseca, son plus cubain à ce jour, pourrait bien être aussi son meilleur. Dès le premier titre, spectaculaire reprise du Cubano Chant de Ray Bryant, on pénètre dans une moiteur latine débordant de folie percussive, de sentiments canailles et de cuivres expressionnistes. Le son y est pour beaucoup, qui rappelle celui des premiers albums de Ray Barretto et donne à croire que les titres ont été enregistrés dans un vieux dancing de La Havane ou du New York latino. On ne peut cependant réduire Abuc à cette seule réminiscence. C’est un disque aux mille séductions, latin, noir, indien, psyché, jazz, traditionnel et classique : le Cuba de Fonseca est une fable où se perdre avec délice. A paraître le 11 novembre.

Orkesta Mendoza, ¡Vamos A Guarachar!

A la frontière des Etats-Unis et du Mexique, le moindre commerce paraît de contrebande et distille de lourds effluves de poudre, de sécrétions sexuelles et d’alcool de cactus. Les disques qui s’inventent là ont quelque chose du bout du monde, de fin d’une vie trop pleine de débauche et de désabusement. C’est une poétique qu’il faut savoir goûter, et l’Orkesta Mendoza s’y entend parfaitement. Avec ses cumbias rachitiques, ses mambos ivres-morts et ses fiestas indiennes déjantées, ses tambours désossés, ses chœurs  d’outre-espace et ses grands éclats de rire caverneux ¡Vamos A Guarachar! constitue un excellent manuel de delirium mexicain, ivresse psychotrope garantie.

Melingo, Anda

Lui a beau jurer ne s’en tenir qu’au tango et rien qu’au tango, trop de figures, trop d’atmosphères, trop d’histoires débordent de l’esprit de Melingo, et c’est aussi bien au Japon et en Mandchourie, dans la France de Satie et Gainsbourg ou dans l’Italie farceuse et nostalgique de Fellini qu’il nous promène aujourd’hui. Dolce vita surannée, Riviera arpentée par des Fitzgerald titubant et petit cirque bohème propice à la série noire passent comme les projections d’une lanterne magique sur le mur de nos imaginations, donnant à Anda l’apparence d’un rêve dérangé de souvenirs, comme le survol voluptueux d’une mémoire immense et fragmentée, humaine aussi bien que musicale.

Flavia Coelho, Sonho real

Avec son sourire plus grand qu’elle, sa coiffure ébouriffée et son énergie à dompter des légions de bêtes fauves, Flavia Coelho apparaît comme la show woman la plus accomplie que l’on puisse croiser sur la scène d’un festival ; d’ailleurs le public aime tellement se faire choyer par ce rayon de soleil fait femme qu’il se presse à ses concerts avec un plaisir toujours renouvelé. Mais cette communion n’est pas qu’une affaire de partage en live. L’alter-ego de la chanteuse, Victor Vagh, orchestre soigneusement ses skanks insouciants, ballades caribéennes et funks cariocas, si bien que leurs refrains s’impriment dès l’abord dans les têtes et les jambes. Il en résulte un album amical, qui nous souhaite souriants et heureux… à l’image de Flavia.

Fleurs Noires, A Contrafuego

Fleurs noires n’a pas volé son nom. Sa musique ajoute de l’anthracite à l’anxiété, du jais au désespoir, tandis que ses floraisons s’épanouissent en lentes écorchures. Poussé à ce point, le drame effraie et violente, soulève des passions frénétiques – le cœur même du tango. Il faut peu de temps à ces dix musiciennes pour nous mener à la sidération entre souffrance aiguë et expulsion cathartique, tout cela s’insinue vite entre les cordes des violons et violoncelles, les marteaux d’un piano funèbre, les rires tristes des bandonéons et la voix fugace de Sandra Rumolino, brève lueur au sein de cette noirceur despotique. Aux amateurs de poisons raffinés et aux âmes en colère, aux hommes brûlés d’amour, aux voleurs et aux femmes de mauvaise vie, on ne saurait trop conseiller ce bijou ténébreux.

Teresa Cristina, Canta Carlota

C’est l’hommage d’une reine à un roi, tous deux ayant exercé leur séduction sur la même partie du monde, Rio de Janeiro, où ils sont nés à soixante années d’intervalle. Reconnue comme l’une des plus grandes interprètes de samba actuelle, Teresa Cristina a choisi de rendre un hommage pudique et sensible à Angenor de Oliveira, dit Cartola, personnage picaresque comme les arts brésiliens les affectionnent, qui fonda dès 1928 l’école de samba Estação Primeira de Manguaira (favela de Rio) et composa d’innombrables airs, parfois au cœur de la misère la plus noire. Accompagnée par la guitare de Carlinhos Sete Cordas, Cristina touche à l’essence de son art, une beauté tremblante enfermée dans chacune de ces comptines sentimentales et drôles, enfantines et désespérées.

Miramar, Dedication to Sylvia Rexach

En marge de Bio Ritmo, solide formation de salsa américaine, le chanteur Rei Álvarez et la pianiste Marlysse Simmons-Argadoña ont fondé Miramar pour se consacrer à leur seconde passion : le boléro, chanson d’amour dont les canons ont été fixés à Cuba au début du siècle dernier. En s’attaquant au répertoire de la grande chanteuse portoricaine Sylvia Rexach (1922-1961), ils ont pris le risque de réaliser un album immédiatement daté. Or, Dedication to Sylvia Rexach, qui sortira le 28 octobre, échappe à cette fixation passéiste grâce à l’interprétation, si pure qu’elle annihile par avance tout réflexe ironique ou blasé. La solitude trouble qui se dégage de ces pièces anciennes donne au contraire envie de tirer les rideaux du salon et de s’abandonner au vague nostalgique comme à la meilleure occupation au monde.

Fernando DelPapa, Eu Também

Difficile d’abord de se persuader que Eu Tambén est bien un premier album. Voix assurée aux inflexions suaves et traînantes soutenue par une guitare ou un cavaquinho, Fernando DelPapa évolue avec tant d’aisance dans ses chansons, tel un poisson dans son élément naturel, qu’immédiatement, on le croit des nôtres de longue date – ce qui n’est pas tout à fait faux, puisqu’il habite Paris. Son disque est de ces petits bonheurs inattendus comme le label Hélico Music sait nous en réserver. Sans démonstration roublarde, rock pour la fête, folk pour l’intime, jamais exotique, tout y paraît merveilleusement brésilien, tendre et bienveillant.

Serpientes, Le Bruit de tes talons

Si les traditions défient la fuite du temps, c’est par la part d’universel qu’elles véhiculent, quel que soit le lieu, quelle que soit l’époque. Ainsi le tango n’est-il pas réductible à une définition, un répertoire ou même un ensemble de formes musicales. Serpientes le sait, qui bâtit son propre chapiteau sur cette reconstitution particulière de l’expérience humaine et cuisine son petit théâtre viscéral, débordant de nerf et de passion jusqu’à la névrose et à la démence. Post-tango, oui, mais pas à la manière de Gotan Project – Dieu merci ! –, c’est-à-dire sans électro toc, même si l’on verse parfois dans un rock mastoc, l’objet est baroque et réserve son lot d’étonnements. A découvrir, à partir du 29 novembre.

Mr Bongo, Record Club Volume One

Les compilations de Mr Bongo, label anglais spécialisé dans les musiques tropicales, se suivent et se ressemblent par la pertinence de leurs choix (alternant découvertes contemporaines et splendeurs du passé tombées dans l’oubli) et l’excellence des titres retenus. Cette nouvelle livraison contient nombre de pépites, pour la plupart tirées des années 70, alors que pop, funk et samba pouvaient encore ensoleiller un Brésil étouffant sous la dictature et que les Caraïbes étaient emportées par les vagues disco et reggae. Evinha, Claudia et Barbosa sont de la partie, tout comme Big Youth, Tapper Zukie, Alex Rodriguez et bien d’autres, tous dans leur plus belle forme. A paraître le 4 novembre.

Les Inrocks - Musique

Britney Spears : Suzanne Vega révèle ce qu'elle pense vraiment de sa reprise "Tom's Diner"

Britney Spears : Suzanne Vega révèle ce qu'elle pense vraiment de sa reprise "Tom's Diner"En 2015, Britney Spears a accepté de prêter main forte à Giorgio Moroder sur une version détonante du tube "Tom's Diner" de Suzanne Vega. Mais qu'en pense l'interprète du morceau original ?

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Nicki Minaj pense qu’elle inspire les femmes

Nicki Minaj pense qu’elle inspire les femmesMUSIQUE - Son travail avec Beyoncé est un exemple à suivre…

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

James Vincent McMorrow renaît par le r’n’b, et c’est magnifique

Photo Sarah Doyle

“J’ai peur de mourir sans laisser de trace”. Dans son morceau, Killer Whales, James Vincent McMorrow résume tout de sa relation avec la musique. L’envie de composer pour la postérité. Lorsque l’on rencontre l’artiste irlandais dans un hôtel du 2ème arrondissement de Paris, on comprend que l’homme est plutôt timide mais que son ambition, elle, est bien assurée assurée. McMorrow est un fonceur, un solitaire aussi, qui a pris le temps de se consolider un entourage à la hauteur de ses exigences.

Il aura fallu attendre ses 33 ans, pour que James Vincent McMorrow se trouve et se réalise enfin. Début septembre, avec la sortie de son troisième album, We Move, l’artiste irlandais est parvenu à enfin proposer la musique qu’il avait toujours eu en tête, sans se mettre de barrières. Des morceaux à la production plus chargée et à la rythmique renforcée qui mélangent r’n’b, pop et sonorités électro. On est bien loin de ses premières compositions folkeuses. “C’est ce que j’ai toujours voulu faire, la concrétisation de ce que j’ai entamé avec le deuxième album“.

Du punk au folk

James Vincent McMorrow naît à Dublin en 1983. Il se découvre une passion pour la musique sur le tard, en jouant dans un groupe de garage “qui n’a littéralement jamais quitté le garage”. Il nourri alors une culture du rock plutôt hard, avec dans les oreilles les groupes des groupes comme All the Drive-in ou encore Refused, aux antipodes de ses premières berceuses folk, de Higher Love à We Don’t Eat.

Mais l’artiste irlandais “aime la musique mélodique, peu importe la forme qu’elle prend.” Très vite, il laisse derrière lui ses camarades de garage, “eux voulaient s’asseoir et fumer des joints, parler de musique, moi je voulais juste en jouer“.

Cela prendra du temps. À la vingtaine, il brode ses premières esquisses de morceaux, “j’avais peur de les finir, parce qu’une fois que ça serait fait, je serai un musicien, il faudrait que je les joue devant des gens”. Ce n’est qu’à 23 ans que James Vincent Mcmorrow sent qu’il a assez de vécu pour composer.

Deux ans plus tard, l’artiste irlandais connait une année décisive. Il vient de signer chez EMI, et déménage à Londres. “Tout le monde me poussait à y aller. Je me suis senti comme dans un piège bizarre, j’essayais de faire l’album mais je n’avais que cinq morceaux et je ne savais même pas ce que je voulais être en tant que musicien.”

Photo Sarah DoylePhoto Sarah Doyle

Fin 2010, il rentre à Dublin. “J’avais plus d’argent, je suis rentré chez mes parents.” Son premier album, Early in the Morning, est sorti. L’accueil est très bon. “Ça a bien marché. J’aurai pu faire un meilleur album en étant plus honnête avec moi même, mais ça m’a permis de partir en tournée pendant quasiment deux ans.” Malgré lui, James Vincent McMorrow devient une nouvelle figure d’un folk fragile et sensible.

Pourtant, Bob Dylan et autres emblèmes du genre sont loin de faire partie du vocabulaire de l’artiste. “Arcade Fire, The National, Suljan Stevens, ce sont eux mes influences. Je ne sais pas ce qu’est la musique folk, personne ne le sait. Pour moi, c’est une sensibilité.” Peu importe le style musical, James Vincent McMorrow s’inspire de ceux qui composent avant tout pour eux-mêmes (et pour preuve, nous glisse du bout de lèvres son morceau du moment : 2 phones de Kevin Gates).

Dès la fin de sa tournée, il retourne en studio. “C’était sûrement une erreur. J’ai pas pris le temps de m’asseoir et de réfléchir à ce que je voulais faire.” Il commence alors à composer son deuxième album, Post Tropical, d’abord à Dublin, puis au Texas, “je ne sais pas pourquoi, il y avait juste un studio là-bas que j’aimais bien“.

À nouveau, James Vincent McMorrow ne parvient pas à mettre les notes sur ce qu’il a toujours voulu faire, mais en dessine les contours avec les morceaux Red Dust et Cavalier.  “Le second album était très fatiguant mentalement et physiquement. J’ai essayé d’emmener des gens dans mon processus mais ça n’a pas marché. “

Du folk au r’n’b

C’est une rencontre qui va propulser le travail de James Vincent McMorrow dans une toute autre dimension. “J’ai rencontré Nineteen85 en tournée à Toronto en 2013, il a demandé à me voir après le show.” Derrière ce nom chiffré se cache le beatmaker et producteur du label OVO, Paul Jefferies, qui travaille notamment avec un Drake, Nicki Minaj ou Majid Jordan.

“J’ai toujours été fasciné par ce qu’il faisait, car la manière dont il produit des disques est très discrète, 85 est le ying de mon yang (rires), car il m’a permis de faire ce que j’avais toujours essayé de rendre“, confie l’artiste.

James Vincent McMorrow a composé We Move a Los Angeles, loin de son fief irlandais. Une autre manière de concrétiser sa différence. On y retrouve malgré tout les ingrédients qui permettent à l’artiste irlandais de nous dévaster à tous les coups, en première ligne, sa voix délicate et vulnérable.

Avec We Move, James Vincent McMorrow parle toujours d’amour. Bien que l’artiste plaisante en expliquant qu’il voulait à ses débuts éviter d’utiliser le mot dans ses chansons, “au final je l’utilise tout le temps”. Mais avant tout, c’est la vie qui a guidé ce nouvel album, “je voulais parler de mon interaction avec la vie, dans mon cas, elle est dictée par une tension perpétuelle entre l’amour et la haine.”

Concert James Vincent McMorrow
Le 18 octobre
À l’Elysée Montmartre

Les Inrocks - Musique

Black M, en duo avec Shakira, raconte les coulisses de leur duo "improbable"

Black M, en duo avec Shakira, raconte les coulisses de leur duo "improbable"A deux semaines de la sortie de son album "Eternel insatisfait", Black M s'est confié à Pure Charts à propos de son duo avec Shakira. Chanté en français et en anglais, "Comme moi" sera le prochain single et le clip sortira en fin d'année !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Stevie Wonder, tête d'affiche du concert hommage à Prince

Stevie Wonder, tête d'affiche du concert hommage à PrinceLes fans pourront honorer la mémoire du Kid, décédé il y a six mois des suites d'une overdose médicamenteuse à 57 ans, lors d'un concert hommage le 20 octobre prochain à Saint-Paul dans le Minnesota. Le chanteur de Superstition en ouvrira la soirée.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Les stars se taillent

de nos envoyés spéciauxQue serait un chanteur sans son costume ? En sortant de « Déshabillez-moi ! », exposition consacrée aux tenues des stars de la chanson, on en a le coeur net : Renaud…

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

« Les dernières news

Octobre 2016
LMMJVSD