Actu musique

14 septembre 2016

Justice dévoile un excellent second morceau, “Randy”

Après un premier morceau dévoilé au début de l’été, Safe And Sound, le duo français est de retour avec un second extrait de leur album à venir, Woman. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il squattera les playlist de rentrées pendant un bon bout de temps. Entre les nappes de synthés épiques et le chant aérien façon Kevin Parker (Tame Impala), Justice mise sur un combo gagnant qui fait du groupe l’un des plus attendus de la rentrée. Ecoute.

Après avoir fait danser la planète entière sur une multitude de tubes électro savamment composés, Gaspard Augé et Xavier de Rosnay semblent revenir à leurs premières amours et jouer la carte de l’efficacité, et ce pour notre plus grand plaisir. Maintenant, il ne nous reste plus qu’à compter les jours avant la sortie de leur troisième album.

Les Inrocks - Musique

La seconde vie des rockeurs de The Cult, en tournée en Amérique du Nord

La seconde vie des rockeurs de The Cult, en tournée en Amérique du NordLe groupe de rock The Cult part en tournée vendredi en Amérique du Nord, plus de trois décennies après son émergence dans un Royaume-Uni en pleine révolution musicale, ragaillardi par une nouvelle énergie créative et le rabibochage de ses membres historiques.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Laure Manaudou : des envies de bebe avec Jeremy Frerot ?

Laure Manaudou : des envies de bebe avec Jeremy Frerot ?Laure Manaudou file le parfait amour avec le chanteur Jérémy Frérot. Alors qu'elle s'est installé avec lui il y a quelques mois, l'ancienne nageuse semble prête à franchir une nouvelle étape avec

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Justin Timberlake et Britney Spears : bientôt le duo ?

Justin Timberlake et Britney Spears : bientôt le duo ?Justin Timberlake et Britney Spears pourraient très bientôt collaborer. Après une perche de Britney tendue dans la presse, le chanteur a déclaré en interview qu’il était dispo pour en parler.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Musique de la pub Gentlemen Only Absolute de Givenchy : qui chante ?

Musique de la pub Gentlemen Only Absolute de Givenchy : qui chante ?Pour la rentrée, Givenchy décline une nouvelle formule de son parfum Gentlemen Only, rebaptisé Absolute. Mettant en vedette l'acteur Simon Baker ("Mentalist"), le nouveau spot publicitaire est rythmé par une mélodie rock'n'roll des plus sensuelles…

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Disparition de Prince Buster, figure primordiale de la musique jamaïcaine

Le 8 septembre dernier s’éteignait à Miami Prince Buster, l’une des figures primordiales de la musique jamaïcaine et l’un des grands innovateurs de son temps dont l’influence a été déterminante jusque dans la pop anglaise. Agé de 78 ans, Buster, de son vrai nom Cecil Bustamante Campbell, connaissait des problèmes cardiaques depuis une dizaine d’années.

En 2009, une attaque l’avait laissé paralysé. Triste ironie pour celui qui fut l’artisan de l’une des danses parmi les plus endiablées au monde, le ska, premier style musical de l’ère moderne à naître sur cette île des Caraïbes où lui même avait vu le jour en 1938. Moins connu que Bob Marley, Peter Tosh ou Jimmy Cliff, son empreinte laissée sur la culture de son pays, et au delà, n’en est pas moins profonde, ni moins décisive. En cela sa disparition ne peut qu’inspirer hommages et remise en perspective.

“Ma musique est une protestation”

Dans une préface rédigée en 2000 pour Bass Culture, copieux ouvrage anthologique sur l’histoire de la musique jamaïquaine signé Lloyd Bradley, Buster commençait par ces mots sans concessions :

“Ma musique est une protestation, protestation contre l’esclavage, le préjudice de classe, le racisme, les inégalités, les discriminations économiques, l’absence d’opportunités et l’injustice dont nous avons tant souffert sous le joug colonial en Jamaïque.”

Le ton combatif n’avait rien de factice quand bien même celui qui en faisait alors usage se trouvait à l’origine de l’un des genres musicaux les plus festifs que l’on puisse imaginer. Caractéristique des mœurs en vigueur dans les quartiers déshérités de l’île entre la fin des années 50 et le début de la décennie suivante, entre colonialisme agonisant et indépendance balbutiante, son parcours réunit en effet deux phénomènes cruciaux et antagonistes de la culture du ghetto : la baston et la fête.

Défendre coûte que coûte son indépendance

Ce surnom de Buster lui venait de sa capacité à rendre les coups lors des rixes qui sont le quotidien du downtown Kingston. Quant à celui de Prince, c’est le titre qu’il se décernera lorsqu’il se lancera à 18 ans dans une brève carrière de boxeur, catégorie poids moyen. Clement “Coxsone” Dodd, fondateur et producteur du label Studio One, l’engage alors comme garde du corps lors des soirées qu’il anime avec son sound system fréquemment ponctuées de bagarres où s’affrontent les bandes de rudies au service de D.J.’s concurrents.

De cette époque, Buster conservera des cicatrices. Mais aussi le désir de prendre et de défendre coûte que coûte son indépendance. A la fin des années 50, il fonde son propre Sound System baptisé Voice of The People, puis son label. La musique diffusée à cette époque en Jamaïque est exclusivement américaine. Un état de fait que Buster conteste en produisant en 1960 le premier tube de l’histoire de la musique jamaïquaine O Carolina enregistré par les Folkes Brothers et accompagnés par Count Ossie, figure tutélaire de la religion rasta et maître des percussions burrus, l’une des survivances du passé africain de la population insulaire.

Du point de vue culturel, ce simple élément est proprement révolutionnaire. Il constitue le premier pas qui va aboutir à l’émergence d’une musique jamaïquaine à proprement dite dont l’expression inaugurale sera le ska et l’apothéose le reggae.

Plusieurs centaines de chansons

En tant que producteur et/ou chanteur, Buster sera à l’origine d’un répertoire riche de plusieurs centaines de chansons. Citons le très machiste The Ten Commandements of Love, le désopilant Juge Dread et encore Ghost Dance, Enjoy Yourself, Al Capone ou Madness (is Gladness), ces deux derniers devenant des succès en Grande Bretagne via les soirées mods.

Au milieu des années 60, avec Take It Easy Buster se trouve encore à la pointe du nouveau style en vogue, le rocksteady, rythmiquement plus lent que le ska, dont la sensualité submerge l’île. Il est alors l’un des entrepreneurs les plus en vue et les plus fortunés du monde musical insulaire, propriétaire de plusieurs magasins de disques, exploitant quantité de juke-boxes dans les bars, et poursuivant sur sa lancée de producteur vedette en produisant de nouveaux talents dont Dennis Brown, John Holt et Alton Ellis.

Converti à l’islam après sa rencontre avec son idole Mohammed Ali, il deviendra nettement moins actif lorsque le reggae, musique véhiculant le message rastafarien, fait son apparition à la fin des années 60. Son étoile ne se remettant à briller que dix ans plus tard à la faveur du revival ska qui s’empare de la scène pop anglaise sous l’impulsion de groupes tel Madness, un nom emprunté à la chanson de Buster.

Le premier single du groupe de Suggs & co s’intitule d’ailleurs, The Prince. Autres fer de lance du nouveau ska, The Specials reprennent quant à eux Al Capone, rebaptisé Gangsters, ainsi qu’Enjoy Yourself, hymne carpe diem s’il en fut. Le nom de Prince Buster devient alors pour la scène two tones l’équivalent d’un Chuck Berry ou d’un Bo Diddley pour la génération des Beatles et des Stones.

Mettre K.O. autant l’adversaire que l’adversité

Dans sa préface de Bass Culture, loin de vouloir afficher des lauriers que lui avaient permit de gagner ses nombreux succès, Buster évoquait volontiers l’élection en 1972 d’un premier !ministre socialiste en Jamaïque, Michael Manley dont il avait personnellement soutenu la candidature. En revanche, bien qu’il compte parmi les plus endurants pourvoyeurs de musique à danser de toute l’histoire de l’île, il prendra des distances rédhibitoires avec le dance hall lorsque celui-ci se met à dominer la scène musicale de l’île à partir des années 80.

Auteur des notes de pochette d’une compilation regroupant ses plus grands succès, il conclut celles ci par un cinglant : “They have used guns to spoil the fun, force tasteless and meaningless music upon the land”. Pour l’auteur de Madness, faire la fête ne signifiait pas se comporter comme un écervelé. Pour l’ancien boxeur Prince Buster une carrière d’artiste, même dans le domaine du pur divertissement qui fut le sien, ne pouvait s’envisager que dans la perspective d’un combat pour le progrès social. Aussi chacune de ses chansons ayant été écrite dans un seul but, mettre K.O. autant l’adversaire que l’adversité, on peut dire que dans son genre Prince Buster restera à jamais invaincu.

Les Inrocks - Musique

"War Dogs" : Quand Jonah Hill et Miles Teller rencontrent Youssoupha et Sébastien Abdelhamid

"War Dogs" : Quand Jonah Hill et Miles Teller rencontrent Youssoupha et Sébastien AbdelhamidPubli-communiqué. Le chanteur et le youtubeur ont échangé avec les acteurs du nouveau film "War Dogs".

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

"War Dogs" : Youssoupha et Sébastien Abdelhamid rencontrent Jonah Hill et Miles Teller

"War Dogs" : Youssoupha et Sébastien Abdelhamid rencontrent Jonah Hill et Miles TellerPour la sortie de la comédie "War Dogs", à découvrir aujourd'hui dans les salles françaises, le rappeur Youssoupha et Sébastien Abdelhamid sont partis à la rencontre des acteurs américains Jonah Hill et Miles Teller. Regardez !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

"Meteorite" : Years & Years se met au disco pour "Bridget Jones Baby"

En tournée aux quatre coins du monde pour défendre son premier album "Communion", le trio Years & Years a trouvé le temps de s'arrêter en studio pour enregistrer l'inédit "Meteorite" pour la bande originale du film "Bridget Jones Baby". Écoutez !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Nelly : les internautes téléchargent sa musique en masse pour l'aider à payer ses énormes dettes

Nelly : les internautes téléchargent sa musique en masse pour l'aider à payer ses énormes dettesNelly a des dettes : le rappeur doit 2 millions de dollars d’impôts au gouvernement américain. Ses fans ont décidé de lui venir en aide en téléchargeant en masse sa musique afin qu’il puisse rembourser son dû.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

La musique de Stranger Things inspire des remix de génie

Ce mardi, le légendaire groupe de musique électronique allemand Tangerine Dream, formé en 1967, dévoilait quelques unes de ses interprétations des thèmes principaux de la série Stranger Things. Les compositeurs de la bande son, Kyle Dixon et Michael Stein, moitié du groupe texan S U R V I V E, confiaient par ailleurs s’être inspirés de Tangerine Dream pour la composition de la musique. Un juste retour des choses, donc, avec ces trois versions revisitées, en écoute ici :

Tangerine Dream n’est pas le seul à s’être essayé à cette reprise. Sur Soundcloud et Youtube, les remix affluent. Pour le meilleur et pour le pire. Tour d’horizon des compositions influences Demogorgon :

1. La version qui tabasse et fait trembler tes basses :

2. La version “Straight Outta The Upside Down” :

3. La version Yann Tiersen :

4. La version qui donne envie de secouer la tête, même si on en n’a pas (comme le monstre de la série) :

5. La version live improvisé :

6. La version karaoké, avec Gaten Matarazzo et Caleb McLaughlin :

La bande son de la série va être éditée sur vinyle, et devrait être disponible en France le 11 novembre. Stranger Things a été renouvelée par Netflix pour une deuxième saison, attendue pour 2017.

Les Inrocks - Musique

"Barbie Girl" : Aqua se reforme pour les 20 ans de son tube planétaire

"Barbie Girl" : Aqua se reforme pour les 20 ans de son tube planétaire"I'm a Barbie girl in the Barbie world / Life in plastic, it's fantastic!". Qui n'a jamais chanté ce refrain… il y a déjà 20 ans ? Pour célébrer les 20 ans de son tube "Barbie Girl", Aqua a décidé de se reformer en 2017 pour une série de concerts. Bientôt en France ?

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Christine and the Queens reprend "Sorry" de Beyoncé... et c'est génial (VIDÉO)

Christine and the Queens reprend "Sorry" de Beyoncé… et c'est génial (VIDÉO)Acclamée au Royaume-Uni, où son premier album rencontre un beau succès, Christine and the Queens n'en finit pas de nous surprendre. Invitée de BBC Radio 1 pour un "Live Lounge", la chanteuse a interprété son morceau "Tilted" avant d'offrir une reprise étonnante de "Sorry" de Beyoncé. Regardez !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Justin Timberlake prêt à travailler avec Britney Spears

Justin Timberlake prêt à travailler avec Britney SpearsIncroyable… Près de 15 ans après leur rupture, Britney Spears et Justin Timberlake pourraient enterrer la hache de guerre en chanson. Les deux ne sont pas contre le fait d'enregistrer un duo ensemble.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Ils vont retourner la pop française: rencontre avec The Pirouettes

photo Aaricia Varanda

“J’ai une putain d’envie de toi / Je sais ce qu’ils veulent / Et je joue le jeu / J’ai une putain de carrière devant moi.” Quand on rencontre Vickie et Leo sur les hauteurs de Paris, au niveau du Belvédère de Belleville, les textes de leur premier album résonnent et se superposent à la discussion. Ils parlent comme ils chantent : normalement, comme des gens de leur âge. A 22 et 23 ans, ils ont dépassé les vieux clivages entre rap, rock et chanson au profit d’une écriture débarrassée de tout lyrisme, de toute posture, de tout premier degré.

Un mood plus complexe qu’il n’en a l’air

En toute détente, ils naviguent entre ego trip et chansons d’amour avec un sens aiguisé du lol, de la vanne, de la punchline, cultivant au passage un petit côté normcore qui leur évite de prendre parti pour quoi que ce soit. Issus de la génération La Femme, décomplexés des influences et du chant en français, ils aiment Booba autant que Michel Berger, la pop 80’s autant que l’auto-tune, et ça se voit.

Dans le morceau Signaux, Leo et Vickie chantent en choeur :

“Ce soir encore les Pirouettes vont assurer / Un show démentiel / Des cris et et tubes à la pelle / La foule en adéquation / Connait par coeur toutes les chansons / Leo et Vickie, sur scène comme dans la vie / Collision des énergies pour concentré de bon esprit”

Qui fait ça dans une chanson pop ? A priori, personne. Mais les Pirouettes sont dans un mood plus complexe qu’il n’en a l’air, avec des nuances bizarres, barrées, sombres, que beaucoup ne capteront même pas. Le piège avec Leo et Vickie, c’est de voir leurs chansons comme de simples bluettes pour ados mollassons, alors que la réalité est ailleurs : derrière une image de groupe gentillet, The Pirouettes est un des projets les plus perchés en France actuellement.

Le mini-faux-docu ci-dessus, tourné à Los Angeles et publié cet été, n’est qu’un exemple du genre de trips que peuvent se taper les Pirouettes. Bienvenue à zinzin land.

5 ans de progrès

“Et j’ai compris / Qu’il n’y avait rien à comprendre dans cette vie / Ni tout seul ni tous ensemble / Mais je respecte que tu te poses toutes ces questions / Et je te souhaite de trouver tes propres raisons”

The Pirouettes, c’est l’histoire de Léo qui écrit une chanson pour Victoria, dont il est amoureux. Ça se passe en 2011 dans un lycée d’Annecy, et bientôt ladite chanson se retrouve postée sur Youtube (alerte bébés chats). Les deux ados deviennent Vickie Chérie et Leo Bear Creek, et les Pirouettes s’apprêtent à conquérir Paris. En parallèle, Leo joue dans le groupe Coming Soon et Vickie se prépare à entrer aux Arts Déco, où elle étudiera la photo et la vidéo (depuis, elle signe elle-même certains clips des Pirouettes).

Deux Ep plus tard et après beaucoup de progrès, les deux amoureux sont devenus grands : leur premier album, co-produit par Jérémy Rassat, mixé par Alf et génialement titré Carrément Carrément, est une petite bombasse qu’ils débriefent avec nous autour d’un Coca. Depuis Belleville, Paris se la raconte au loin, jusqu’à l’horizon, et les paroles des Pirouettes continuent de se superposer à la discussion. “J’ai des images en tête / Je te vois / Je nous vois / Plus rien ne nous arrête / Où on veut, on y va” : ils le disent eux-même et on veut bien les croire.

Il y a un mot qui revient souvent pour parler des Pirouettes, c’est “mignon”. Ça vous soule ?

Vickie – Un peu…
Léo –
Un peu, ouais. J’ai l’impression qu’on fait un truc un peu plus profond aujourd’hui, et que nos chansons sont moins superficielles qu’elles peuvent en avoir l’air. On nous colle beaucoup l’image pop mais je pense qu’on a un côté vraiment décalé, un peu chelou. Mais il faut prendre le temps d’écouter pour s’en rendre compte.

C’est quoi alors, de la fausse naïveté ?

Léo – Quand on écrit une chanson d’amour, c’est très sincère. C’est pas juste pour surfer sur la vague du couple parce qu’on se rend compte que ça fonctionne auprès des gens. C’est toujours les paroles qu’on a envie d’écrire à un instant T. Et ce n’est pas une façade : dans la vie, on s’aime vraiment.

Votre album peut s’écouter votre album comme un album de rap. Il y a de l’ego trip, des punchlines, une écriture très directe.

Vickie – Ça se voit surtout sur des morceaux comme Signaux, qui est effectivement très rap/ego trip. Mais je pense que c’est venu de façon assez inconsciente.
Léo – On écoute beaucoup de rap, en fait, même si c’était moins le cas avant. On a cette culture de la punchline, des phrases qui restent en tête, des mélodies un peu catchy. Le rap, c’est un peu la pop d’aujourd’hui.
Vickie – La variété, même…
Léo – La période de composition de l’album a beaucoup baigné là-dedans. Mais ça nous aurait saoulé qu’il y ait trop d’ego trip ou de vocodeur dans l’album.
Vickie – On nous prend déjà assez pour des petits cons !
Léo – Le rap, j’en écoute un peu moins maintenant, c’est par phases. Mais on a une écoute du rap un peu chelou. On écoute surtout du français. Booba à mort. Et des trucs plus indé, genre Butter Bullets, Alkpote, Hamza. C’est Kevin (Kevin Elamrani-Lince, clippeur de talent à suivre de près – ndlr) qui nous a ouvert à ça.

Ça a commencé comment avec Kevin ?

Vickie – Il nous a envoyé un mail, tout simplement.
Léo – Il nous a découvert via le site La Trempe, qui parlait beaucoup de rap, mais pas que.
Vickie – Ouais, ça a fermé depuis…
Léo – Et à ce moment, on avait vraiment besoin d’un clip. Du coup on s’est rencontrés et c’était super. On est sortis charmés du rendez-vous.
Vickie – “Charmés”. (rire)
Léo – Les clips de Kevin ont un côté très universel, ils peuvent plaire à plein de gens différents. Avec peu de budget, il arrive à faire des choses qui peuvent être vues sous différents angles. On peut y voir un truc très internet, très 2.0, et puis un truc très mainstream aussi.
Vickie – Il fait de la vidéo touchante. Je pense que ce sont des clips qui vieilliront bien, en plus.

Vous vous mettez en scène dans vos clips. Sur la pochette de l’album aussi d’ailleurs. Ce qui n’est pas une évidence pour un groupe pop.

Vickie – La pochette est justement tirée d’un clip de Kevin, celui de Dans le vent d’été. Après je brode autour, je redessine, j’intègre des photos. L’idée est d’avoir un portrait qui ne soit pas trop classique, plus arty, un peu science-fiction, très futur.
Léo – On aime bien se starifier un peu. On a toujours eu la volonté de se mettre en scène. C’est comme ça qu’on aime les groupes. Ça permet de vraiment accrocher. Encore un truc qui nous rapproche du rap.
Vickie – Ou de la variété !

Vous avez effectivement un côté très variet, aussi.

Vickie – On s’en cache pas, c’est cool ! On aime vraiment bien la variété.
Léo – Mais pas la variété d’aujourd’hui.
Vickie – On a quelques plaisirs coupables, quand même…
Léo – Oui, quelques-uns…
Vickie – Mais c’est vrai qu’on écoute surtout de la variété des années 80/90.
Léo – Michel Berger, c’est vraiment un dieu pour nous. Même plus que Jacno. Vraiment. Pendant longtemps, on écoutait surtout des trucs anglo-saxons chacun de notre coté. C’est en se rencontrant qu’on s’est mis au français. C’est là qu’on a découvert Michel Berger, Elli et Jacno, mais aussi Christophe, Yves Simon. C’est ça qui est vraiment à la base des Pirouettes.

Certaines chansons des Pirouettes ont un côté “classique instantané”, comme un vieux tube qui redébarquerait du passé. 2016 (en ce temps-là) par exemple.

Léo – C’est un truc auquel je pense souvent. J’ai vraiment hâte d’écouter les Pirouettes dans 20 ans, quand on sera un peu vieux, et qu’on réécoutera, avec le recul, ce qu’on faisait quand on était jeunes. J’espère à tout prix que ce sera un peu mythique, comme quand on écoute des morceaux d’Elli et Jacno aujourd’hui. J’aime bien l’idée qu’une musique soit vraiment ancrée dans une époque.
Vickie – Mais pour autant, on ne se projette pas trop concrètement.

Ce côté variet dans la pop, on le voit pas mal chez d’autres jeunes musiciens français en ce moment. Paradis, Lafayette et Cléa Vincent, par exemple.

Léo – Mais c’est de la variété très indé. Pas Vianney, quoi.
Vickie – Oui, il y a un truc très universel.
Léo – Et ce qui est cool, c’est qu’on a tous nos particularités. Même si on peut les associer, entre Paradis et Cléa, il y a de grosses différences.

En général ça énerve les musiciens quand on leur parle de “nouvelle scène française” pour parler de tous les jeunes groupes, aussi différents soient-ils, qui en gros sont apparus depuis La Femme et ont découvert la musique sur internet. Et vous, ça vous énerve ?

Léo – Je suis d’accord que La Femme a ouvert un nouveau truc. Ils ont un peu décomplexé le fait de chanter en français. Quand La Planche est sorti, ça a été une grosse influence… Pour nous c’est pratique tous ces groupes, ça nous permet d’avoir des papiers groupés dans la presse !
Vickie – Technique !
Léo – Je ne sais pas si on parlerait autant de nous si on était tous seuls. Et puis ce ne sont que des groupes avec qui on est potes. On se croise régulièrement en soirées, on fait des concerts ensemble, et pour certains on habite carrément dans le même quartier, à Oberkampf. Notre studio est là-bas, juste en bas de chez nous. On y bosse avec Jérémy Rassat, le mec de Caspian Pool, qui produit et arrange un peu tous nos titres. On partage ce studio avec Las Aves. D’ailleurs Jules, le bassiste de Las Aves, joue avec nous sur scène.

La scène, c’est un truc avec lequel vous êtes à l’aise ?

Vickie – Pour le coup, c’est vraiment venu petit à petit. On était hyper mauvais à la base ! On se sent de mieux en mieux mais c’est encore un petit complexe.
Léo – On a un peu cette réputation de groupe fragile en live. Les concerts, on les fait par nécessité, entre guillemets. Il faut évidemment défendre son projet sur scène, mais ce n’est pas ce qu’on préfère.
Vickie – C’est pas non plus la corvée, on aime bien être sur scène ! Mais c’est souvent extrême : soit c’est hyper cool, soit c’est hyper déprimant. Ça dépend beaucoup du public.

Vous avez l’impression d’avoir un public bien à vous ?

Léo – C’est vrai que quand on joue à Paris, c’est toujours plein. La Maroquinerie qu’on fait en novembre, c’est déjà complet. Mais ça commence à prendre dans d’autres villes, on sent qu’il y a du répondant, ça fait plaisir. Pour l’instant ce sont surtout des gens de notre âge, et ça nous va. On espère que les festivals viendront pour l’été prochain. Les trucs un peu fat qu’on a déjà fait, c’est les premières parties de Fauve. Niveau public, je pense que ça nous a rapporté plein de gens.

Vous espérez quoi pour la suite ?

Léo – On espère que l’album va cartonner, que plein de gens vont nous découvrir et qu’on va faire plein de concerts ! Et surtout on espère voyager, c’est ce qui nous fait le plus kiffer. Partir à deux pour la musique, c’est trop bien. Ça motive grave.

propos recueillis par M. de A.

Album Carrément Carrément (Kidderminster) sortie le 16 septembre

Concert le 5 octobre à Paris (Maroquinerie, complet), le 6 à Feyzin puis retour le 5 janvier à Paris (toujours à la Maroquinerie)

Les Inrocks - Musique

Super Bowl 2017 : Lady Gaga courtisée pour le grand show de la mi-temps

Super Bowl 2017 : Lady Gaga courtisée pour le grand show de la mi-tempsLady Gaga au Super Bowl ? C'est en pourparlers ! D'après le magazine Billboard, la popstar américaine aurait été approchée par la NFL pour chanter lors du traditionnel grand show de la mi-temps, après le refus d'Adele.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

En écoute : la nouvelle collab’ sulfureuse de Mykki Blanco et Woodkid

Ce mardi, Mykki Blanco dévoilait ce nouveau morceau, My Nene, dans l’émission Zane Lowe sur Beats 1. Mykki revient à ses fondamentaux, des percussions efficaces, des paroles à caractère sexuel, une rythmique lancinante, le tout produit par Woodkid, en écoute ici :

Concernant ce nouveau titre, Mykki Blanco confiait à The Fader :

“‘My Nene‘ est un de ces morceaux où je joue avec les genres et leurs rôles. En tant qu’artiste queer, je joue volontairement sur certains morceaux avec des choses universelles. Je cherche volontairement à m’assurer que j’utilise les bons mots, pour ne pas cloisonner ce que je fais dans un genre, et avoir un retentissement universel.”

Woodkid et le producteur de Chicago, Jeremiah Meece, signent la production du premier album de Mykki Blanco, Mykki, qui sortira le 16 septembre. Une collaboration de génie, que l’on découvrait déjà sur trois morceaux The Plug Won’t Listen, High School Never Ends et Loner.

Les Inrocks - Musique

Tony Yoka dans un clip de rap de Chanteloup-les-Vignes

Tony Yoka dans un clip de rap de Chanteloup-les-VignesMUSIQUE - Tony Yoka, le boxeur français médaillé d'or aux Jeux Olympiques dans la catégorie super-lourds, est devenu une véritable star, en particulier pour les habitants de la ville de Chanteloup-les-Vignes où il a grandi. Le groupe de rap Kaotik, fondé dans cette commune des Yvelines, a tenu à rendre hommage à la star locale dans une chanson intitulée Tony Yokaotik.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Certains pensent que Kurt Cobain est vivant et se fait passer pour un chanteur péruvien

Certains pensent que Kurt Cobain est vivant et se fait passer pour un chanteur péruvienINSOLITE - Les fans ont du mal à accepter la mort de leur idole en pleine gloire, si bien que certains vont jusqu'à imaginer les théories les plus farfelues pour remettre en cause leur décès.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Maître Gims : «J'ai trouvé que le héros du jeu Skylanders collait bien à mon personnage»

Maître Gims : «J'ai trouvé que le héros du jeu Skylanders collait bien à mon personnage»RENCONTRE - Superstar de la chanson française, Maître Gims, se met aux jeux vidéo en prêtant sa voix à un héros prochain Skylanders. Rencontre en tête-à-tête sur le thème du jeu vidéo…

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

"Heartbeat" : Richard Orlinski et Eva Simons font déjà danser la France

"Heartbeat" : Richard Orlinski et Eva Simons font déjà danser la FranceCélèbre dans le monde entier pour ses sculptures animales, le plasticien Richard Orlinski se lance dans la musique. Entouré de Lefa, l'artiste fait appel à la chanteuse Eva Simons sur "Heartbeat". A découvrir sur Pure Charts !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

« Les dernières news

Septembre 2016
LMMJVSD