Actu musique

11 septembre 2016

Miley Cyrus : Sa soeur Noah signe un juteux contrat

Miley Cyrus : Sa soeur Noah signe un juteux contratChez les Cyrus, la musique et le business sont une affaire de famille…

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

13H15. Marc Lavoine : "Le mot 'camarade' continue d'exister dans la solidarité quotidienne"

13H15. Marc Lavoine : "Le mot 'camarade' continue d'exister dans la solidarité quotidienne"Le chanteur et acteur Marc Lavoine, 54 ans, a grandi dans une famille dont le père était communiste et la mère catholique. Il vendait "L’Humanité dimanche" sur les marchés et écoutait en famille Jean Ferrat, auteur de la chanson "Camarade", créée en 1970… Extrait de "13h15 le dimanche" du 11 septembre.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

"Mediator" : AlunaGeorge brûle de sensualité sur une ballade entre jazz et R&B

"Mediator" : AlunaGeorge brûle de sensualité sur une ballade entre jazz et R&BA deux semaines de la sortie de son deuxième album "I Remember", AlunaGeorge touche la corde sensible avec "Mediator", une ballade de fin d'été aux délicieux accents jazz et R&B. Écoutez-la sur Pure Charts !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

La Femme était de retour à Biarritz (et c’était grandiose)

Capture d'écran Youtube

Quelques mois après le Big Festival et sa vaste voilure, l’événement qui a secoué Biarritz le week-end dernier pourrait s’appeler Le Small Festival. Ambitions modestes en termes économiques et médiatiques, mais jolie affiche néanmoins, prise en main cette année par les régionaux de La Femme. L’occasion de mesurer le chemin parcouru par le groupe des Biarrots Marlon et Sasha. Il y quelques années à peine, avant les couvertures des magazines et l’honneur de programmer ce festival, le groupe offrait à quelques dizaines de mètres de la scène posée sur la Côte des Basques un de ses premiers concerts, en squattant une des nombreuses coursives de la falaise aux marches interminables et en tendant un long prolongateur entre l’appartement de la grand-mère de Marlon et la scène improvisée. Un vrai concert pirate, en mode guérilla : finalement, l’esprit a perduré jusqu’à ce week-end, tant ce raout bordélique sent l’urgence, l’improvisation, la joie d’être ensemble et de jouer. Ce festival ne s’appelle pas The Small, bien sûr, mais la Rat’s Cup, et il s’offre sa quatorzième édition, sous la houlette des militants de la glisse de l’association ALC Elkartea.

L’esprit originel du surf

Les touristes partis, ces activistes bénévoles fêtent en toute décontraction, sans sponsors, trois des grandes spécialités locales : la musique, le skate et le surf. Et c’est l’esprit originel du surf, ce mélange de solidarité, d’amitiés emmagasinées au rythme des vagues du monde entier, de coolitude et de grande nonchalance qui domine ici : on est plus proche des raviolis mangés froids à même la boîte, du jambon de Bayonne dégusté en cornet de papier que des stands gourmets de street-food interchangeables que s’arrachent les festivaliers de 2016.

Sur scène, on croise donc des Basques de souche ou d’adoption, des deux côtés de la frontière. Même si ici, la notion de frontière entre les âges, les gens et les styles est largement bannie. Se superposent donc pendant trois jours hip-hop de Floride, musiques du Mali, électro (avec notamment DJ Falcon), bass music ou des sous-genres mystérieux : horror yéyé, Hawaï trap clinique, tek surf ou bzzzz rock ! C’est dire le sérieux et le pompeux de ces musiciens sans doutes payés en chambre sur le front de mer et en bières locales.

La bonne chanson au bon endroit au bon moment

C’est là, à quelques dizaines de mètres de cette scène et de ce légendaire spot de surf, qu’ont grandi Marlon et Sasha, voisins avant de partager des groupes. C’est sans doute sur cet imposant escalier qui dégringole de la falaise qu’ils ont fantasmé leur psychédélisme-surf-électro-weirdo qui fait aujourd’hui le bonheur et la fierté du rock d’ici. Peut-être même que c’est ici qu’ils ont envisagé Sur La Planche, leur chanson fétiche en train de virer au tube au fil des ans.

Inutile de préciser que cette merveille sonne comme un orgasme violent sur cette Côte des Basques en ce samedi soir. La bonne chanson au bon endroit au bon moment, avant que l’automne vienne une fois encore maltraiter les fantasmes surf de l’été sans fin. Mais la grande nouveauté, c’est qu’à un concert de La Femme, on n’attend plus nécessairement Sur La Planche. D’autres merveilles surexcitées épaulent plus qu’avantageusement ce tube, dont des versions déjà amochées, détournées, trafiquées comme des mobylettes de villages, des chansons à tiroirs du pourtant récent Mystère.

Où va le monde devient ici une surf-song d’une mer de mercure étincelante, jouée à la B-52’s. Mycose contrebalance sa rigidité inquiétante par le burlesque d’une danse de mariée épileptique, qui finit par un slam carabiné. Le set est nerveux, dense, il y a urgence à faire la fête après des mois un peu sérieux d’enregistrement et d’affaires courantes. Et à ce jeu de la fiesta électrique, La Femme excelle, les souvenirs de concerts à l’arrache sont encore proches, vivaces, chevillés à ces corps agités.

Comme un concours de force basque

Le public suit, danse le twist du futur, s’abandonne à ces basses et séquences tyranniques en cognant dans ses mains comme s’il s’agissait d’un concours de force basque. Nous étions deux est également devenu un hymne, hurlé par des centaines de poitrines face à une lune presque penaude de ne pas être pleine elle aussi pour fêter ça. Même le magnifiquement sinistre 2023 devient un prétexte à une orgie de poings levés et de chants hurlés, une fiesta que l’original n’avait jamais suggéré. 

“On dédicace la prochaine à tous les fêtards” ricane Marlon, parlant effectivement à 99,7% de leur public ce soir – qui pour le prouver improvise une gigantesque chenille. Ambiance Fêtes de Bayonne un jour de distribution gratuite de cubitainers de rouge viril, mais c’est aussi le but de cette kermesse : que public et musiciens ne fassent qu’un, que le spectacle soit autant dans la fosse que sur la scène. Sur la même planche, dans la même liesse.

Nous écrivions quelques jours avant que La Femme était l’avenir du rock. Ce soir, La Femme est le présent du souk. Et c’est déjà énorme.

Les Inrocks - Musique

Georges Brassens repris par des stars du cinéma sur un album hommage signé Louis Chedid

Georges Brassens repris par des stars du cinéma sur un album hommage signé Louis Chedid35 ans après sa mort, Georges Brassens fait son cinéma ! Les chansons de l'illustre chanteur français vont être reprises par des stars du cinéma sur l'album hommage "Brassens sur parole(s)", en bacs le 28 octobre. Audrey Tautou, Guillaume Gallienne, François Berléand, Karin Viard, Jean-Pierre Darroussin ou Catherine Frot ont accepté de participer au projet, chapeauté par Louis Chedid.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

The Beatles : un documentaire évènement en salles jeudi 15 septembre

The Beatles : un documentaire évènement en salles jeudi 15 septembreDans "Eight days a week - The Touring Years", Ron Howard retrace le parcours des Beatles, des petits clubs de Liverpool aux stades géants, et de l'euphorie à l'épuisement des quatre garçons dépassés par l'hystérie qu'ils suscitent. Ce documentaire, qui fourmille d'archives inédites, est projeté lors d'une séance unique jeudi en France avant d'être visible sur la plateforme payante Hulu et en DVD.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

"Sunset Lover" : découvrez Petit Biscuit, le prodige qui croque l'électro française

"Sunset Lover" : découvrez Petit Biscuit, le prodige qui croque l'électro françaisePas encore majeur, Petit Biscuit vient confirmer l'excellente santé de l'électro made in France avec "Sunset Lover", un single aérien qui a déjà fait le tour du monde. Découvrez son clip !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Notre guide ultime des sorties d’albums à ne pas manquer cette rentrée

Septembre

02/09

Angel Olsen : My Woman [Jagjaguwar/Pias]
Bernard Fevre : Orbit Ceremony 77 [Alter K/La Baleine/IDOL]
Eluvium : False Readings On [Temporary Residence]
La Femme : Mystère [Barclay]
Manuel Göttsching : E2-E4 [MG.Art] [reissue]
Nathan Bowles : Whole & Cloven [Paradise of Bachelors]
P.S. Eliot : 2007-2011 [Don Giovanni] [compilation]
Soundwalk Collective with Jesse Paris Smith feat. Patti Smith: Killer Road [Sacred Bones/Bella Union]
The Divine Comedy: Foreverland [Divine Comedy]
The Wedding Present: Going, Going… [PledgeMusic]
Wiley: Godfather  [TBA]
Zomby: Ultra [Hyperdub]

08/09

Vaudou Game : Kidayu [Hot Casa Records]

09/9

Allah-Las : Calico Review [Mexican Summer/ALSO]
Dennis Callaci: A Bed of Light [Shrimper Records]
Drugdealer : The End Of Comedy [Weird World]
Grouplove: Big Mess [Canvasback/Atlantic]
Ice Choir: Designs in Rhythm [Shelflife]
Local Natives: Sunlit Youth [Loma Vista Recordings/Infectious Music]
Nick Cave and the Bad Seeds: Skeleton Tree [TBA]
Nots : Cosmetic [Heavenly/Pias Cooperative]
Okkervil River : Away [ATO Records/Pias Cooperative]
Prefuse 73/Michael Christmas: Lady Parts [Lex]
Psychic Twin: Strange Diary [Polyvinyl]
Speed Caravan : Big Blue Desert [Liberté Music]
Teenage Fanclub: Here [Merge]
Twin Atlantic: GLA [Red Bull]
Jack White : Acoustic Recordings 1998-2016 [Third Man Records]
M.I.A : AIM [Interscope Records]

16/9
Preoccupations : Preoccupations [Jagjaguwar/Pias]
The Pirouettes : Carrément Carrément [Kidderminster]
Mykki Blanco: Mykki [!K7 Records]
Tinie Tempah: Youth [Parolophone Records]
PNL: Dans La Légende [QLF Records]
Phantogram: Three [Republic]
Trentemoller : Fixion [In My Room/Boogie Drugstore]
Still Corners: Dead Blue [Wrecking Light]
Young Guns: Echoes [Wind-Up]

23/9

Adrien Soleiman : Brille [Tôt ou Tard]
Annika and the Forest : A Piece of She EP [Whatever/La Baleine]
Hamilton Leithauser + Rostam : I Had a Dream That You Were Mine [Glassnote/Caroline]
Murcof/Wagner : Statea [InFiné]
Devendra Banhart: Ape in Pink Marble [Nonesuch]
Warpaint: Heads Up [Rough Trade]
Jorrdee : BJOVR$^IOP€!

30/9
Bellows : Fist & Palm [Double Double Whammy]
Blonde Redhead : Masculin Féminin [Numero Group] [reissue]
Colt Silvers : Swords [Deaf Rock Records]
Electro Deluxe : Circle [Scopitone]
Jenny Hval : Blood Bitch [Sacred Bones]
Manu Lanvin and the Devil Blues : Blues Booze & Rock ‘n’Roll [Gel Production/Verycords/Warner]
Bon Iver : 22, A Million [Jagjaguwar]
Slaves : Take Control [Mercury Records]
Banks : The Atlar [Harvest Records]
Kery James : Mouhammad Alix [Musicast Distribution / Believe Digital]

Octobre

07/10
Acid Arab : Musique de France [Wagram/Crammed Discs]
C Duncan : The Midnight Sun [Modulor Music]
Chocolate Genius Inc : Truth VS Beauty [ALSO/Boogie Drugstore]
Fantôme : Nabie [Nuun Records/La Baleine]
Flavia Coelho : Sonho Real [Pias]
Taiwan MC : Cool & Deadly [Chinese Man Records]
Christian Löffler : Mare [Ki Records]

10/10
Las Kellies: Friends & Lovers [Fire Records]

14/10
Arielle Dombasle et Nicolas Ker : La Rivière Atlantique [Pan European Recordings]
Jamie Lidell : Building a Begginning [Jajulin Records/Kobalt/Boogie Drugstore]
Rats On Rats / De Kift : Rats On Rats / De Kift [Fire]
Kings of leon : Walls [RCA Records]
Jagwar Ma : Every Now & Then [Mom+Pop]
Douglas Dare : Aforger [Erased Tapes Records]

21/10
Agnes Obel: Citizen of Glass [Pias]
Beck : TBA [Capitol Records]
Pejmaxx, Ol Zico, Néfaste & Mani Deïz : Martyrs Modernes

28/10
Barbagallo : Grand Chien [Sony]
TOY : Clear Shot [Heavenly Recordings]
Empire Of The Sun : Two Vines [Astralwerks]
La Méthode : Adrénaline [Super Records]

Les Inrocks - Musique

Nick Cave sort “Skeleton Tree” au nom du père et du fils

Nick Cave sort “Skeleton Tree” au nom du père et du filsC'était un album attendu et redouté. Le premier de Nick Cave depuis la mort accidentelle de son fils en juillet 2015.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Jain se confie en interview : son deuxième album en 2017, Louane

Jain se confie en interview : son deuxième album en 2017, LouaneA l'occasion du Sziget Festival, la rédaction de Pure Charts a rencontré Jain après son concert bourré d'énergie, où elle a présenté les titres de son premier album "Zanaka" ainsi que deux inédits. L'occasion pour elle d'évoquer son succès et son prochain disque.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

"America's Got Talent" : Jayna Brown, 14 ans, fait sensation en reprenant "Rise" de Katy Perry

"America's Got Talent" : Jayna Brown, 14 ans, fait sensation en reprenant "Rise" de Katy PerryLors des demi-finales du télé-crochet "America's Got Talent", la jeune Jayna Brown, 14 ans, a bluffé le jury en choisissant de reprendre la ballade "Rise" de Katy Perry. Une prestation puissante à découvrir sur Pure Charts !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Exclu : “Fricassee”, le premier épisode de la série One Two dévoilé

“One Two, One Two“, deux tapes sur le micro, un rituel bien familier pour les artistes en tournée. Les balances, Nat Jenkins en a connu. Avec son groupe, Nat Jenkins and the HeartCaves, l’artiste britannique à foulé les scènes du monde entier. Ses différentes expériences lui ont inspiré cette première réalisation, One Two. Six épisodes, seize artistes dont  Natalia Tena (Game of Thrones/Harry Potter) et Marlon Magnée (La Femme), répartis dans cinq villes différentes, de la France à l’Australie. L’ensemble est une comédie surprenante, pleine d’un humour bien placé, qui montre les artistes sous un jour inconnu.

En voici le premier épisode, Fricassee, réalisé par le producteur français Julien Colardelle. L’histoire d’un personnage touchant, à la limite du burlesque. Un chanteur d’heavy metal, joué par le comédien George Colebrook, au comportement presque schizophrène, obsédé par la nourriture et abandonné par son groupe pour ses balances. À regarder ci-dessous :

Entre nous, est-ce que tu es un traumatisé des balances ?

Nat Jenkins – Je pense que tous les musiciens qui ont pas mal tourné se sentent un peu traumatisés. (rires) C’est le moment le plus bizarre et le plus calme de la vie d’un musicien. En tant qu’auteur, ce qui m’a interpellé, c’est cette salle vide. Ça rend le moment très étrange. Tu fais tout le trajet, tu sors du bus, tu prends ton matériel, et il y a ce long moment avant que le concert commence. C’est aussi là où les égos et les tensions entre les gens ressortent.

D’où t’es venu l’idée du projet?

J’ai commencé à écrire il y a deux ans. Un jour, j’étais assis avec le guitariste de mon groupe, Robbie Heart, on était dans un jardin, on parlait de nos expériences en balances, on en rigolait. Et c’est à ce moment que je me suis dit qu’il fallait vraiment que je fasse quelque chose. Je me suis beaucoup inspiré de Coffee and Cigarettes de Jim Jarmusch, j’aurai jamais eu la volonté ou l’idée de faire ce projet sans ce film.

L’idée est de montrer l’envers du décor de la vie d’artiste?

C’est le thème conducteur du film. De regarder derrière le glamour et les lumières. L’ennui, c’est 99% de la tournée d’un artiste, c’est beaucoup d’attente. Tu as ce moment incroyable sur scène, pendant une heure, qui te donne l’impression que ça vaut le coup. Les gens ne voient que ce moment excitant sur scène.

Comment es-tu parvenu, en parlant de ce même sujet, les balances, à réaliser six épisodes différents?

Le fait que chaque épisode soit dans une ville différente aide beaucoup. Il y a différentes cultures. Danemark, Pays-Bas, France, Angleterre, Australie. Il y a différents caractères aussi, différents artistes, celui qui fait du heavy metal, du folk, de l’electro minimale.

Est-ce que tu penses qu’il y a une différence culturelle en terme de balances ?

Non, les balances sont pareils à peu près partout. C’est aussi pour ça que le projet fonctionne. La routine des balances est universelle. C’est aussi une des choses les plus bizarres en tournée, tu peux être n’importe où dans le monde, et t’es toujours là sur scène à 16h45 en train de dire “one two, one two“.

Comment as-tu choisi les artistes?

C’est des gens que je connais et avec lesquels j’ai déjà travaillé. J’ai rencontré Marlon dans une exposition photo un peu guindée à Paris par exemple. Je sais pas pourquoi j’étais là-bas, mais on s’est super bien entendu, on a un sens de l’humour similaire.

Tu étais sûr des qualités d’acteurs de ces musiciens?

Natalia est dans un groupe mais elle a aussi joué dans Harry Potter et Game of thrones. Mais pour plusieurs personnes, j’ai été surpris par le fait qu’ils pouvaient être de si bons acteurs. Je pense que Marlon avait jamais joué avant, et il était super.

Capture d’écran 2016-09-10 à 18.55.55

Il s’agit de ta première expérience en tant que réalisateur?

Avant d’être dans la musique, j’ai fait quelques court-métrages. J’ai toujours écrit des scripts, des pièces de théâtre, c’était assez naturel. Mais c’était ma première en tant que réalisateur. J’aurai jamais été capable de le faire sans tous les réalisateurs qui ont travaillé avec moi. Ça a été très collaboratif.

C’était pas trop compliqué de travailler avec plusieurs réalisateurs ?

J’ai écrit les épisodes et imaginé le concept, je me suis occupée de la coordination. Il y a certains tournages où je n’étais même pas là. Mais je me retrouvais parfois à skyper avec les réalisateurs qui se trouvaient dans trois différents fuseaux horaires. Quelqu’un à Mexico, à 3h du matin qui buvait de la vodka, et quelqu’un en Australie en train de prendre son petit déjeuner par exemple. (rires) C’était un gros challenge, mais ça a donné à chaque film son humeur propre.

Comment es-tu parvenu à financer le projet?

On a fait le projet avec rien. Ce qui était assez dur. Tout le monde a travaillé gratuitement. Chaque film nous a peut-être coûté 500 euros. C’est un travail d’amour.

C’était pas étrange, en tant que musicien, de te retrouver de l’autre côté?

J’ai adoré. C’était drôle de pas être le performeur, juste de regarder ce que font les gens et les encourager à donner le meilleur d’eux mêmes.

Pourquoi avoir choisi de traiter le sujet de manière humoristique ?

C’est la manière dont j’écris. J’adore la comédie. Les musiciens sont des gens drôles. Ils sont tous amusants. Il y a aussi une forme de tristesse chez eux. Surtout dans l’épisode à Copenhague, il y a du désespoir. Ça fait aussi partie de tous les perfomeurs.

Propos recueillis par Morane Aubert.

Les Inrocks - Musique

Britney Spears : une chanteuse turque copie son clip "Make Me...". Regardez !

Britney Spears : une chanteuse turque copie son clip "Make Me…". Regardez !Accusée de plagiat il y a quelques jours pour sa prestation aux VMA's, Britney Spears vient d'être elle aussi copié pour "Make Me…". C'est ce que dénoncent les médias américains et les internautes après avoir visionné le dernier clip de la chanteuse turque Aleyna Dalveren. Regardez !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Comment la musique a évolué et nous a soigné depuis le 11 septembre 2001

Comment la musique a évolué et nous a soigné depuis le 11 septembre 2001MUSIQUE - Il y a 15 ans jour pour jour, deux avions transperçaient les tours jumelles du World Trade Center. Au même moment, un troisième Boeing s'écrasait sur le Pentagone, un quatrième dans un champ en Pennsylvanie. Ce 11 septembre 2001, près de 3000 personnes ont perdu la vie.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Une histoire musicale du 11 septembre

Une histoire musicale du 11 septembreDans un livre intitulé Ground Zero : Une histoire musicale du 11 septembre, le journaliste Jean-Marie Pottier s’intéresse à l’héritage musical de la catastrophe et à la symbolique des tours du World Trade Center, utilisée bien avant le 11 septembre dans la musique.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

« Les dernières news

Septembre 2016
LMMJVSD