Actu musique

22 juillet 2016

Le concert de Yael Naim en Alsace annulé à cause des orages

Le concert de Yael Naim en Alsace annulé à cause des oragesUn concert de la chanteuse franco-israélienne Yael Naim, qui devait se tenir vendredi soir à Saint-Louis (Haut-Rhin) dans le cadre du festival de musiques actuelles Conc'Air, a été annulé en raison des orages, ont annoncé ses organisateurs.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

David Bowie : "The Gouster", un album inédit prochainement édité

David Bowie : "The Gouster", un album inédit prochainement éditéSi la plupart des sept titres étaient déjà connus, c'est la première fois qu'ils seront réunis dans un même album, "The Gouster". Réputé pour son glam-rock, David Bowie s'était plongé dans la soul américaine pour cette production. Il va être édité prochainement dans un coffret, intitulé "Who Can I Be Now ? (1974-1976)".

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Alain Péters s’échappe en solitaire avec deux albums solos

L e 14 juin 2016, au Cabaret sauvage. Un groupe avec un drôle de nom monte sur scène pour un concert unique de reprises du chanteur réunionnais Alain Péters, mort il y a plus de vingt ans à l’âge de 43 ans. De son vivant, Alain Péters n’a pas connu le succès, 
ni la reconnaissance. En métropole, il aura fallu attendre les années 2000, quelques compilations et divers hommages pour 
que le culte grandisse. Ce soir-là, c’est 
un des grands moments qui jalonnent 
la consécration posthume d’Alain Péters.

Le public est bouillant, reprenant 
en chœur les refrains créoles de chansons comme des tubes intimes et universels, Mangé pour le cœur, Romance pour un zézère ou Rest’ la maloya. Si le public aime, c’est parce que le groupe est bon – une partie de Moriarty, avec le saxophoniste Rémi Sciuto et la chanteuse Marjolaine Karlin et quelques autres – mais plus encore parce que ces chansons ont 
un truc, un secret, une ivresse illicite, 
une magie insulaire et pourtant voyageuse, le charme fou des blues des tropiques, qu’ils viennent du Brésil, du Cap-Vert 
ou de La Réunion.

Un bon résumé de l’histoire du groupe

Alors que Moriarty s’apprête à prendre de longues vacances, ce projet Wati 
Watia Zorey Band sonne comme un bon résumé de l’histoire du groupe, suite 
de vagabondages musicaux de plus 
en plus ouverts, hantés et faciles à vivre. Zanz in lanfér est donc un album de reprises (avec l’adaptation musicale 
de deux textes de chansons inédits, offerts au groupe par la fille d’Alain Péters). 
Un album hommage, mais sans cérémonie ni révérence scolaire. Avec son attirail d’instruments exotiques un peu forains (accordéon, harmonica, guimbarde, 
fifre, papiers d’emballage, ceux du maloya et d’autres encore), ce groupe offre 
aux mélodies de Péters une seconde vie, qui n’a rien à envier à la première.

Le dialogue entre la guitare électrique 
et le saxophone basse rappelle l’éthio-jazz ou le post-blues des Lounge Lizards, 
les deux voix de Rosemary et Marjolaine s’élèvent comme des braises dans 
la nuit noire des chansons d’Alain Péters. Musique de l’océan Indien, inondée d’influences, et d’Indien tout court, à la fois primitive et savante. Wati Watia Zorey Band reprend les chansons d’Alain Péters en profondeur, en accédant à leur dimension chamanique, à leur éther psychédélique.

Les influences :  de la soul et du rock

Alain Péters et le psychédélisme, 
on les retrouve sur la compilation 
Soul Sega Sa ! – Alain Péters dans les Caméléons, le backing-band d’Hervé Imare, et le psychédélisme sur les douze morceaux du disque. Cousine en vinyle de l’excellente compile Soul Sok Sega sortie 
il y a quelques mois par le label Strut 
(elles partagent même quelques morceaux), Soul Sega Sa ! documente la musique 
pop de l’océan Indien (Maurice, Seychelles, La Réunion) dans les années 1970. De 
la musique locale traditionnelle (séga 
et maloya) chantée en créole, mais au goût de l’époque, avec des guitares et des claviers électriques, sous l’influence 
de la soul et du rock.

A l’écoute, ces merveilleux morceaux 
à la fois dansants et terrassés par 
la mélancolie font le même effet qu’une compile de reggae roots jamaïcain : 
ça sent la diaspora africaine, l’île du bout du monde, l’expérimentation avec les moyens du bord, et aussi beaucoup l’herbe.

soul-sega-sa-500

album Soul Sega Sa ! Indian Ocean Segas From 
the 70’s (Bongo Joe Records/L’Autre Distribution)

wati-watia-500

album Zanz in lanfér (Air Rytmo/L’Autre Distribution)

Les Inrocks - Musique

Hallyday, Badi, Aznavour : ces inconnus subventionnés

Hallyday, Badi, Aznavour : ces inconnus subventionnésLes albums de ces chanteurs populaires ont été parmi les plus financés par la SCPP, société de producteurs de musique, grâce à un fonds destiné à aider les jeunes artistes qui ont besoin de lancer leur carrière.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

"Je suis chez moi" : Black M, "fier d'être Français", se défend sur son nouveau single

"Je suis chez moi" : Black M, "fier d'être Français", se défend sur son nouveau single"Je suis Français" clame Black M sur son nouveau single "Je suis chez moi", nouvel extrait de son album "Eternel insatisfait". Le rappeur revient sur la polémique autour de son concert à Verdun qui avait été annulé suite aux critiques du Front National. Ecoutez !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

La famille de Pavarotti dénonce l'utilisation par Trump d'un air du ténor

La famille de Pavarotti dénonce l'utilisation par Trump d'un air du ténorLa famille de Luciano Pavarotti a protesté jeudi contre l'utilisation par Donald Trump d'un air de Puccini interprété par le défunt ténor italien, dont les valeurs seraient "incompatibles" avec le candidat républicain à la Maison Blanche.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

La culture bretonne sous toutes les coutures au 93e Festival de Cornouaille

La culture bretonne sous toutes les coutures au 93e Festival de CornouailleLa grande fête de la culture bretonne bat son plein à Quimper jusqu'à dimanche avec le 93e festival de Cornouaille. Un rendez-vous éclectique et foisonnant entre chants, danses, expositions, défilés et concerts (Alan Stivell et Red Cardell ce soir). L'édition 2016 s'est ouverte avec "Dark noz", le défilé des créatures de l'ensemble Eostiged Ar Stangala, bien décidées à combattre les préjugés.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

"Cold Water" : Major Lazer invite Justin Bieber et MØ pour faire danser le monde

"Cold Water" : Major Lazer invite Justin Bieber et MØ pour faire danser le mondeUn an après avoir fait danser le monde entier avec "Lean On", Major Lazer frappe fort en dévoilant son nouveau single : "Cold Water" avec Justin Bieber et MØ. Un titre idéal pour l'été, déjà numéro un dans 41 pays sur iTunes, à écouter sur Pure Charts !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

On y était (et on n’en est toujours pas revenus) : Beyoncé au Stade de France

capture d'écran Youtube

Nous sommes en octobre 2011. Celle qui fût la première popstar nouvelle génération du millénaire débarque sur la scène de Bercy. Son visage est figé, son sourire, automatique, ses pas de danse maladroits. Elle est en playback, les instru, revisitées en mode David Guetta pour une raison qui nous échappe encore cinq ans après, et on ne cesse de se demander si les décors qui l’entourant ne risquent pas à tout moment de s’effondrer (ou d’être réclamés par la kermesse de fin d’année de l’école du coin).

Cette popstar, c’est Britney Spears, idole de jeunesse, qui s’effondre tristement en direct, malgré l’espoir qu’on avait de la voir un jour remonter au sommet . Ce concert, c’est surtout l’antithèse de ce qu’on a vu hier au Stade de France avec le show en béton armé de Beyoncé.

Un culte de la personnalité multiple 

Il y a d’abord le décorum – relativement minimaliste en comparaison de certaines de ses consoeurs, et pourtant si imposant –, ce cube gigantesque qui diffuse en continu des images de la chanteuse qu’elle soit ou non sur scène, et qui déclenche des vagues de hurlements hystériques dans le public. On y voit tour à tour Beyoncé en femme fatale, en guerrière amazone, en reine d’Egypte ou en Hannibal Lecter de diamants. Un culte de la personnalité multiple qui, contrairement à son show à Bercy en 2013 (et à l’exception de quelques courts extraits vidéo de son mariage), ne tourne plus autour de son couple et de son enfant, mais autour d’elle uniquement. Beyoncé est le centre de l’univers pour quelques heures et il n’est pas question de l’oublier une seconde.

Il y a aussi les costumes. Ce début de concert sur Formation où Beyoncé et ses danseuses avancent vêtues d’immenses chapeaux et de body noirs comme une armée prête à faire plier le Stade de France. Pas un fil ne dépasse, et on en vient presque à se demander si les épaulettes de la chanteuse ne sont pas équipées de ventilateurs intégrés tant ses cheveux ne cessent de virevolter autour d’elle comme dans le générique des Feux de l’Amour.

Tout est ici dédié à montrer la puissance du corps : la symbolique est militaire, musclée, jusqu’aux chorégraphies saccadées qui, si elles comportent leur dose de booty shake réglementaire, rappellent avant tout la maîtrise absolue, le charisme et la force physique d’une Beyoncé qu’on ne peut s’empêcher d’associer mentalement à une version féminine de Michael Jackson au sommet de sa gloire.

Il y a enfin bien sûr cette voix, dont Beyoncé rappelle constamment la puissance, la flexibilité et l’amplitude, qu’elle hurle (et fasse hurler aux filles du public) “I slay” ou qu’elle se livre à des versions a capella de Irreplaceable, de 1+1 ou d’un Love on Top totalement bluffant d’habileté vocale, et, il faut bien le dire, d’émotion aussi contagieuse qu’universelle.

Vivre ensemble la même ferveur

Car il s’agit bien du tour de force du show de Beyoncé : réussir à contenter un public aussi divers que le sien – en âge, en goût musicaux – et l’amener à vivre ensemble la même ferveur n’est pas chose aisée, et la chanteuse a clairement construit son nouveau show pour donner satisfaction à tous et renforcer, au passage, son aura de souveraine. On passe ainsi du r’n’b pur à de la pop cheesy à souhait, d’une instru à un groupe live accompagné de choristes, d’une session de headbanging poussée à une chorégraphie sur canapé largement inspirée du Crazy Horse, d’un morceau country de son dernier album au rock de Don’t Hurt Yourself composé avec Jack White.

On voit tour à tour défiler la Beyoncé sexy, sensible, émue, guerrière, féministe, rock, pop, mainstream, (pseudo-)indé, à nu, despote, meilleure copine, et il est pratiquement impossible de ne pas s’identifier à l’une des nombreuses facettes que la chanteuse veut bien montrer.

Si le doute subsistait encore, Beyoncé a encore une arme imparable pour finir d’achever les (rares) spectateurs du Stade de France qui refuseraient de rentrer dans les rangs : ses tubes. D’une version certes écourtée mais jouissive de Baby Boy à un mash up de Bootylicious des Destiny’s Child, Why Don’t You Love Me et Crazy in Love revisité en version sensuelle et minimaliste, des surpuissants Flawless, Diva, Countdown aux déchirants Runnin et Me, Myself and I, des troublants Yoncé et Partition et aux très attendus Drunk in Love et Run the World (Girls), Beyoncé réunit de manière implacable trois générations de fans et d’érudits dont elle devient instantanément la reine incontestée et incontestable – même en les privant de Single Ladies et Say My Name.

Coup de grâce

Ébahie, on assiste alors au coup de grâce quand la chanteuse dégaine coup sur coup un hommage à Purple Rain de Prince, cube et public éclairés de violet, puis Survivor, End of Time, Halo et Schoolin’ Life pieds nus dans un bassin d’eau pour un final blockbuster guerrier qui ne tombe – on ne sait par quel miracle – jamais dans le pompeux. On ne sait alors plus très bien si on a assisté à un concert, à un meeting politique ou à une cérémonie où Beyoncé ferait figure de leader ultra-charismatique, de déesse des éléments (oui, il y avait aussi du feu sur scène) adulée par une foule de spectateurs en transe.

“Tu as vu son regard ? On dirait que des lasers vont sortir de ses yeux“, a-t-on d’ailleurs entendu de notre voisin pendant ce show de 2h30. Il n’était pas loin de la vérité puisque ce sont carrément de vrais feux d’artifices qui sont sortis des pupilles de la chanteuse dont le visage, conquérant, apparaissait une nouvelle fois en grand sur les écrans du cube planté au milieu de la scène. Plus qu’un Big Brother écrasant, Beyoncé s’est imposée hier en popstar-Godzilla : inarrêtable, inflexible et fascinante.

Les Inrocks - Musique

Festival de la Côte d'Opale : 40 ans de découvertes musicales

Festival de la Côte d'Opale : 40 ans de découvertes musicalesEn 40 ans, la formule a fait ses preuves. Le Festival de la Côte d'Opale, ce sont des valeurs sûres voire des habitués (La Grande Sophie, Jeanne Cherhal), une pincée de nouveautés (Broken Back, Hyphen Hyphen) et des artistes ultra populaires comme Vianney ou Louane. Cette année encore le cocktail s'avère savoureux. A consommer, sans modération, jusqu'au 24 juillet.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Le streaming et Renaud sauvent le marché musical français au 1er semestre 2016

Le streaming et Renaud sauvent le marché musical français au 1er semestre 2016Le marché musical français se porte bien sur le premier semestre 2016. Les raisons de cette croissance inédite depuis trois ans ? L'énorme succès du dernier album de Renaud et une hausse des revenus liés au streaming. Tous les chiffres !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Marina Kaye revient sur son clash avec Louane et ses fans (VIDEO)

Marina Kaye revient sur son clash avec Louane et ses fans (VIDEO)Invitée du Village départ sur France 3, Marina Kaye est revenue sur ses propos sur Louane dont elle a qualifié les chansons de "musique pour enfants" . 

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Johnny Hallyday, Charles Aznavour, Eddy Mitchell : subventionnés par un fonds d’aide aux « jeunes créateurs »

Johnny Hallyday, Charles Aznavour, Eddy Mitchell : subventionnés par un fonds d’aide aux « jeunes créateurs »Plusieurs artistes confirmés touchent régulièrement des aides pourtant censées aider des novices du monde de la musique a percer. Un scandale qui se perpétue d’année en année.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Interview : Clarens, nouveau visage de la scène française

Clarens© Boris Camaca

Tu opérais à la basse dans Juveniles. Qu’est ce qui t’a donné envie de te lancer en solo ?

Quand je suis arrivé dans Juveniles, je faisais déjà de la musique depuis un petit moment de mon côté, comme ça. Juveniles m’a permis de faire énormément de choses en très peu de temps de faire mes armes sur scène. Aussi, j’ai commencé à faire du clavier dans le groupe et, avec JS (le chanteur de Juveniles) j’ai assisté à pas mal de sessions de production en studio donc ça m’a donné les armes pour faire ma propre musique de façon plus précise.

Tu as une voix très impressionnante, tu n’as jamais souhaité chanter dans Juveniles ?

Non, c’est JS qui a pris ce poste direct car déjà il chante mieux (rires), et du coup je me suis placé aux chœurs en fait, puisque nos voix s’équilibrent assez bien finalement.

Donc la question du lead ne s’est jamais posée ?

Non, pas du tout. En plus c’est JS qui écrit les textes donc on vient surtout peaufiner mais ça s’arrête là !

Tu utilises beaucoup de machines et d’effets: comment es-tu passé de la basse à la Musique Assistée par Ordinateur ? 

J’ai des goûts musicaux assez rock, avec beaucoup de vraies guitares, de vraies batteries. Donc passer sur des machines ne s’est pas fait tout de suite. Je me suis mis à écouter beaucoup de hip hop, de rap, de musiques électroniques comme Hot Chip ou LCD Soundsystem et ça m’a ouvert un champ de possibilités incroyable. Vu que je commençais à bosser tout seul,  il fallait trouver des solutions pour enregistrer seul et c’est là que j’ai commencé à travailler sur un clavier maître, avec des boîtes à rythmes.

Et justement, ta musique est très loin de l’univers de Juveniles, on y retrouve un côté très américain qui fait un peu penser à Blood Orange par exemple… 

Blood Orange, je suis un peu moins fan maintenant, mais je suis tombé amoureux de lui avec son premier album. J’aimais bien sa démarche engagée et d’ailleurs, dans le même genre, je suis un fan absolu de son pote Kindness. Son album m’a clairement donné envie de faire de la musique.

Clarens est certes un projet solo mais tu as un backband : tu peux nous parler de tes musiciens ? 

Au tout début, j’ai fait quelques dates avec JS aux machines. Puis j’ai cherché des musiciens, et maintenant il y a Thomas à la guitare et aux claviers, que j’ai rencontré il y a un petit moment déjà. On a tous les deux des goûts en commun (Drake, Kendrick Lamar..), et ça a collé direct. Ensuite, il y a Guillaume aux machines et aux claviers, qui est Rennais. On s’est souvent croisés et je savais que c’était un très bon pianiste. Donc au début, on était trois et après notre date aux Transmusicales de Rennes, j’ai eu envie de jouer avec un batteur donc j’ai contacté Franck, qui joue avec Yelle, et il a rejoint le groupe.

Tu es issu de la nouvelle scène rennaise, et plus largement bretonne, qui est en pleine effervescence. Des projets qui te parlent, qui t’inspirent ou qui te tiennent à cœur ?

Carrément ! J’ai fait un featuring il n’y a pas longtemps avec Douchka, qui est sur le label Nowadays, et j’adore vraiment ce qu’il fait. Sinon, il y a des Colorado, ils passent leur bac en ce moment même d’ailleurs et ils sont super forts pour leur âge, c’est hyper impressionant. On a fait un featuring qui ne devrait pas tarder à sortir. Her aussi, enfin il y’en a beaucoup en effet !

A propos des featurings, il y a une voix féminine sur le morceau Worship : tu peux nous parler de cette collaboration ?

C’est ma petite sœur qui chante sur ce titre en fait. Depuis que j’ai commencé, elle me tannait pour participer. J’ai construit ce morceau avec des samples au début, puis je lui ai demandé de chanter sur ce titre. J’ai bien fait participer la famille (rires) ! (son petit frère joue dans son premier clip, Trust)

Et pour la pochette, avec qui as-tu collaboré ? 

C’est Louise Mekylla Bachir, la copine du réalisateur de mon prochain clip qui l’a réalisée. En fait, j’étais chez eux pour la préparation du clip et je suis tombé sur ses dessins, de visages et de silhouettes. Au final, elle a repris un dessin qu’elle avait déjà pour la pochette. Et il est très lié avec le prochain clip d’ailleurs.

Justement, peut-on avoir un peu plus d’infos là-dessus ?

Je viens de le tourner ! Ce que je peux te dire, c’est qu’il y a plein de figurants et beaucoup de masques… (Le clip en question vient de sortir, et il est disponible juste ci-dessous)

EP A Cause For Concern, sorti le 27 mai (Partyfine)

Les Inrocks - Musique

Oasis annonce la réédition de l’album “Be Here Now” avec des titres inédits

Les frères Gallagher font souvent parler d’eux. Mais rarement ensemble. Même si on semble encore loin de la réunion, le duo turbulent de Manchester continue de faire vivre son ancien temps et annonce la réédition de l’album Be Here Now, dont la sortie originale remonte à 1997.

Une nouvelle version qui sera dévoilée le 7 octobre 2016, sur Big Brother Recordings. Un premier aperçu est déjà disponible sur youtube, un des classiques du groupe, D’you You Know What I Mean, repensé par Noel Gallagher.

Cette réédition s’inscrit dans la série Chasing The Sun : 1993-1997, lancée en 2014, et succède au rework des deux albums d’Oasis : Definitely Maybe (1994) et (What’s The Story?) Morning Glory? (1995.)

Cette troisième sortie sera livrée sous la forme d’une édition spéciale, comprenant trois disques, dont le mystérieux Mustique Demos, 14 titres enregistrés par Noel Gallagher et le producteur Owen Morris sur l’ile caribéenne en 1996, mais aussi de nombreux morceaux inédits, des lives rares, et bien-sûr, les 12 titres de Be Here Now remasterisés.

album oasis

Les Inrocks - Musique

M. Pokora déchaîné en vacances avec Olivier Giroud

M. Pokora déchaîné en vacances avec Olivier GiroudM. Pokora et Olivier Giroud sont très complices. Le chanteur a publié un gif au cours duquel on le voit s'éclater à la mer avec le sportif.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Céline Dion se lâche et twerke en imitant Rihanna chez Jimmy Fallon (VIDEO)

Céline Dion se lâche et twerke en imitant Rihanna chez Jimmy Fallon (VIDEO)Invitée du "Tonight Show" de Jimmy Fallon, Céline Dion a été mise au défi d'imiter d'autres popstars, comme Sia et Cher. Mais la chanteuse a surtout fait sensation en reprenant "Work" de Rihanna tout en twerkant dans sa robe courte. Regardez cette séquence folle sur Pure Charts !

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

David Bowie fut le premier fan du Velvet Underground et de Lou Reed

David Bowie fut le premier fan du Velvet Underground et de Lou ReedLe Velvet Underground aurait-il percé sans Bowie ? Le Thin White Duke, foudroyé à la fin de 1966 par la démo de leur premier album, fut en tout cas l'un de leurs tout premiers fans. Dans la foulée, sa première tentative cocasse de rencontre avec Lou Reed, une anecdote méconnue, vaut d'être contée, alors que l'exposition sur le Velvet Underground se poursuit à la Philharmonie jusqu'au 21 août.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Louane sort du silence et répond au tacle de Marina Kaye

Louane sort du silence et répond au tacle de Marina KayeEn critiquant la musique "pour enfant" de Louane sur Twitter, Marina Kaye ne s'attendait pas à se retrouver au milieu d'une polémique. Alors qu'elle vient de faire son mea culpa, Louane a tenu à répondre au tacle de l'interprète de "Homeless".

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Pour le Fnac Live Festival, Vincent Delerm s’improvise garçon d’Hôtel

Pour le Fnac Live Festival, Vincent Delerm s’improvise garçon d’HôtelLe concert du chanteur a marqué l’ouverture du festival parisien, le 20 juillet.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Beyoncé au Stade de France, sous haute surveillance

Beyoncé au Stade de France, sous haute surveillanceVoix assurée, chorégraphies millimétrées et culotte échancrée : la "reine" de la pop Beyoncé a pris les commandes jeudi soir du Stade de France, jusqu'à un final les pieds dans l'eau. Deux ans après avoir fait danser l'enceinte de Saint-Denis avec Jay-Z, son rappeur de mari, Beyoncé est revenue en solo dans un stade sous haute surveillance une semaine après l'attentat de Nice.

News Musique | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

« Les dernières news

Juillet 2016
LMMJVSD