Actu musique

Découvrez les infos de l'univers musical de RTV 95.7

Club Jazzafip du mercredi 13 décembre 2017

Sarah Vaughan De 19h à 20h, ça jazz à fip ! Jane Villenet (du lundi au jeudi) et Charlotte Bibring (du vendredi au dimanche) reçoivent chaque soir un programmateur pour une émission où s’entremêlent tous les jazz, des grands standards aux artistes émergents.

rss

Une mixtape de Noël de Paul McCartney resurgit sur YouTube

Il y a un peu plus de 50 ans, le 5e album des Beatles voyait le jour. En parallèle, et dans le plus grand des secrets, Paul McCartney préparait un chouette cadeau de Noël à ses compagnons de scène : un disque “complètement fou” que les autres membres du groupe pourraient “écouter tard le soir” comme il l'avait expliqué en 1995, rapporte Rolling Stone.

Et devinez quoi, ce disque, intitulé “Unforgettable”, car “il débute par une chanson de Nat 'King' Cole s’appelant aussi Unforgettable” refait surface 50 ans plus tard. Un sympathique cadeau, qui finalement, n’est plus réservé au comité très restreint des Beatles - 18 minutes à écouter juste ci-dessous :

“Juste une compilation de trucs bizarres”

Toujours selon Rolling Stone, Paul McCartney détaille le contenu de cette mystérieuse mixtape, sur laquelle il s’improvise DJ : “Elle avait la forme d’une sorte de programme de magazine, rempli de bouts d’interviews étranges, de musique expérimentale, de boucles, et de chansons que les autres n’avaient pas encore entendues. C’était juste une compilation de trucs bizarres”

Plus précisément, on peut entendre le célébrissime I Get Around des Beach Boys, Heat Wave de Martha Reeves & The Vandellas, le King Elvis Presley et son Don't Be Cruel, ou encore un titre des Rolling Stone, Down Home Girl.

“Je pouvais rester là, assis, à créer des petites cassettes tout le temps”

Plus que pour faire un simple cadeau de Noël pour ses partenaires, Paul McCartney était littéralement fanatique de ce processus de création. Il l’explique : “Quand j’étais seul à la maison, je consacrais tout mon temps à cela. Je pouvais rester debout jusqu’à 3 h du matin…”.

Une passion, qu’il souhaitait transformer en un album solo, dont le titre était déjà tout trouvé, Paul McCartney Goes Too Far. Malheureusement, ce disque ne verra jamais le jour, et ce malgré les encouragements d’un John Lennon conquit par l’idée.

Les Inrocks - musique

Freeze Corleone, une autre idée du rap français

La scène se passe sur Facebook. Après plusieurs semaines d’attente, Freeze Corleone, à qui on avait envoyé une liste de questions à laquelle il avait initialement souhaité répondre, revient enfin vers nous. Avec une réponse qui n’aurait même pas de quoi faire jalouser un tout jeune wikipédista : « Je suis né aux Lilas, j'ai grandi à Pantin et j'ai fait mon lycée à Dakar ». Cette phrase, que l’on peut voir comme un bras d’honneur adressé aux médias ou simplement comme une volonté finalement naturelle de rester discret, dit en tout cas toute la complexité de ce rappeur et producteur français, qui multiplie les alias (Chen Zen, Professeur Agrégé) et s’autorise tous les délires.

« Un peu comme Ra’s al Ghul dans Batman »

Pour comprendre comment Freeze Corleone pense ou agit, mieux vaut donc se fier à son entourage, à tous ces mecs (rappeurs ou non, producteurs ou pas) qui gravitent autour de lui et ont fini par comprendre que ce MC de 26 ans aux dents du bonheur et au tatouage 2Pac sur le bras droit était de ces artistes que l’on dit indomptables. Control-freak, presque : « Freeze, c’est un stratège, un mec qui ne fait rien bêtement et qui calcule chacun de ses gestes ou chacune de ses sorties », tient à préciser Zuukou Mayzie. Cet ami d’enfance et ancien compagnon de classe au sein du lycée français Jean Mermoz à Dakar ose même une comparaison : « C’est un peu comme Ra’s al Ghul dans Batman, un personnage mystérieux, habile, intelligent et à la tête de la Ligue des Ombres ».

Ce groupuscule souterrain auquel fait allusion l’auteur de Disneyland, c’est le collectif 667 (Jorrdee, Ocho, Lala &Ce). Soit un crew formé à l’initiative de Freeze Corleone il y a six ou sept ans, révélé en 2014 grâce à une mixtape spéciale Noël (66.7 Radio) et partagé aujourd’hui entre Paris, Lyon et le Sénégal. Le tout, sans jamais faire appel à des collaborations extérieures ou proposer autre chose qu’un univers pointu, presque lugubre parfois : « Contrairement à moi, Freeze est un fin connaisseur du hip-hop, mais je pense sincèrement que l’on s’est tous construits sans avoir de modèles précis en tête. Au sein du collectif, chacun écoute ce qu’il veut, chacun amène son délire », nuance Zuukou Mayzie. Afin d’être complet, il ajoute : « Le seul lien commun, finalement, c’est l’aspect religieux, voire superstitieux. 19, l’addition de 6, 6 et 7, c’est un chiffre très important dans l’Islam, qui caractérise le début et la fin. »

Un style unique

On comprend mieux pourquoi la dernière et quatrième mixtape de Freeze Corleone se nomme FDT (Fin des temps) et se voit dotée d’une pochette reprenant les signes annonçant l’apocalypse indiquée par un compagnon du prophète dans le Sahih Muslim. « Ça ne se ressent forcément pas au premier abord, mais on dit pas mal de choses en rapport à la religion », enchérit d’ailleurs un Zuukou Mayzie qui ne croit pas si bien dire : derrière ses punchlines égotripées, ses gimmicks et ses phrases souvent cryptiques, Freeze Corleone déploie en effet une réflexion et des références qui forcent l’admiration.

De l’eschatologie musulmane (« Euphrate bientôt asséché ») à DC Comics ou aux mangas, le MC fascine par sa capacité à s’approprier des univers pour mieux les reformuler dans un flot lancinant de mots ésotériques, finement pensés et nourris de pop culture. Ce qui explique sans doute pourquoi Zuukou Mayzie parle de lui comme d’un mec qui « aurait pu être astrophysicien, qui était super fort en maths et qui se sert aujourd’hui de ce savoir scientifique dans sa musique », d’un mec hyper cultivé avec qu’il « traine jusque six heures du matin à regarder des films et à les critiquer lorsqu’il débarque à Paris. »

Validé par le rap français

Visiblement, Freeze Corleone passe également pas mal de temps à travailler son flow, très singulier et parfaitement envoûtant : « Négro, j'écris comme en 2021 », rappe-t-il d’ailleurs sur Ékip, comme pour rappeler qu’il est en avance sur son temps et qu’il mérite indéniablement les louanges balancés à son sujet par Vald, Nekfeu ou encore Alpha Wann et Hologram Lo’.

On les comprend : à l’écoute de Benjamins Bleus (écrit en référence au ricain Peewee Longway, dont l'album Mr. Blue Benjamin fait référence aux billets de 100 dollars à l'effigie de Benjamin Franklin) ou Madara, le talent est là, l’insolence aussi, et c’est dans ces ambiances savamment millimétrées, riches en sous-textes, que sa musique prend une vraie valeur artistique. Le style et les refrains accrocheurs sont omniprésents, les références au cloud rap ou à la scène de Miami également, mais Freeze Corleone n’en oublie pas pour autant de complexifier l’ensemble. Histoire de rappeler, une fois pour toutes, qu’il est inutile de le comparer à qui que ce soit.

Les Inrocks - musique

Devinez les 5 albums de l'année des Inrocks

A l'occasion de l'annonce imminente du très attendu top 100 des albums de l'année 2017, palmarès dévoilé dans le hors-série Best of Musique 2017 (disponible en kiosque dès vendredi 15 décembre), la rédaction vous propose de participer à un petit concours.

Le principe est très simple : devinez les 5 artistes qui figurent dans le top 5 de nos albums de l'année en remplissant le formulaire ci-dessous. Pour participer, il suffit d'indiquer les noms des artistes (un par case), et surtout n'oubliez pas de préciser votre adresse mail. Si vous parvenez à nommer nos 5 héros de l'année, vous recevrez le Hors-Série Best of Musique 2017. Bonus pour les génies qui trouveront l'ordre exact : un abonnement d'un an aux Inrockuptibles vous attend.

Pour vous aidez un peu, on vous donne rendez-vous sur les pages critiques albums et le top 30 tracks.  Alors à votre avis, qui occupe le top 5 ?

Les Inrocks - musique

Mort de Pat DiNizio, orfèvre pop, leader des Smithereens

Sans plus ample détail, le site des Smithereens nous informe du décès à 62 ans de Pat DiNizio, leader de ce groupe culte originaire du New Jersey qui fut l’une des fleurs de lys du power pop, royaume éphémère mais très fécond de la musique américaine dans les années 80. Occasion sinon rêvée du moins de (triste) circonstance pour réécouter des albums comme Green Thoughts ou Especially For You où tant la subtilité mélodique de DiNizio, auteur de la majorité des titres, que sa voix de Roméo transi font merveille dans une veine proche d’un Dwight Twilley ou d’un Alex Chilton, période Big Star, princes absolus du power pop US.

Cette disparition prive le quatuor d’un come back programmé pour début Janvier 2018 après qu’une série de dates ait été annulée en raison des problèmes de santé que connaissait le chanteur et guitariste depuis 2015. DiNizio restait en effet paralysé du bras droit après une chute, le privant du plaisir de jouer de son instrument fétiche. Il souffrait également de récurrents problème de dos. Si la cause de sa mort n’est pas évoquée dans le communiqué, on suppose que la dégradation physique consécutive à cet accident n’y est pas étrangère.

Né à Scotch Plain dans le New Jersey en Octobre 1955, DiNizio forma les Smithereens en 1975 avec trois camarades du lycée de Cateret, New Jersey. Écumant les nombreux clubs de la région, l’ensemble acquit très vite une solide réputation au point d’attirer l’attention du label Enigma, alors à la pointe de l’indie rock américain, qui édite en 1986 leur premier album, Especially For You produit par un Don Nixon, fraîchement auréolé de ses contributions aux deux premiers opus de R.E.M.

Croyant repérer l’équivalent east coast des Jam, voire les nouveaux Who, Capitol reprend le flambeau dès le second album Green Thoughts sur lequel brillent quelques joyaux comme Only A Memory ou House We Used To Live In, moments de pure pop élégiaque où DiNizio impose avec ses harmonies nerveuses un romantisme fougueux hérité de Buddy Holly et des Beatles. Leur incursion dans le grand bain de l’industrie du disque va durer jusqu’au milieu des années 90 avec un sixième album, Blow Up, qui reçoit maints éloges critiques sans toutefois parvenir à briser le plafond de verre du succès.

L’humeur musicale de l’époque ayant subitement tournée avec l’arrivée de Nirvana et de la scène Grunge, les Smithereens vont conserver ce statut non négligeable, mais limité, de groupe culte qui va les maintenir dans un circuit subalterne. En 2007, ils se font un ultime plaisir en enregistrant Meet The Smithereens, album où ils reprennent en fans absolus l’intégralité du premier disque des Beatles. Dans le genre tribut album, en 2009 DiNizio en solo célèbre quant à lui  l’une de ses idoles, Buddy Holly.

En 2000, il s’était lancé en politique, briguant même, mais en vain, le fauteuil de sénateur lors d’une élection en tant que candidat du tout nouveau Reform Party situé au centre de l’échiquier. Il fut également pendant de nombreuses années animateur de XM Radio, station du New Jersey, avec une émission entièrement dévouée à diffuser des artistes non signés.

Les Inrocks - musique

Björk dévoile l'envers du décor

Björk - The Gate deconstructedAvec "The Gate : Deconstructed", l’équipe de tournage du clip révèle les secrets de fabrication de l’univers fantasmagorique de la chanteuse islandaise.

rss

La pauvreté UK par Johnny Marr & Maxine Peake

Johnny Marr & Maxine Peake The PriestLe duo mancunien délivre un titre sur la pauvreté et les sans abris dans un premier titre de spoken word sous fond de trip hop.

rss

L’emblématique House Of Vans débarque à Paris

À l’origine installée à Brooklyn (New York) et Londres, sous la gare de Waterloo, House Of Vans, cet espace culturel symbole de la culture skate, arrive enfin à Paris. Il se posera dans un lieu encore tenu secret du 5e arrondissement, les 16 et 17 décembre.

Pour cet événement spécial, qui marque la cinquième décennie d’existence de House Of Vans (1966), une batterie d’activités est à prévoir. Outre des expositions, des performances de skateurs de l’équipe Vans, des sessions de tatouages et de customisations, la musique sera mise à l’honneur. Un programme chargé et totalement gratuit.

DJ sets et live

La Music Night débutera le samedi soir (le 16 décembre), dès 20 h. Pour animer cette soirée, des DJs : Supa!vainqueur du concours de DJ Red Bull Thr3e Style 2011 ; HonyZuka (dont on vous conseille le mix très puissant qu'il lâchait sur OKLM) ; Pepper, membre de la famille Grande Ville Records (Jimmy Whoo, Sabrina Bellaouel, Monomite…) et aussi, Endrixx, l'un des proches du MC Take A Mic.

L'événement fera aussi une belle passe décisive au hip-hop belge en invitant l’une de ses figures de proue, le rappeur Roméo Elvis – qui vient tout juste de sortir son nouveau clip, Nappeux. Des Special Guest sont également attendus.

Pour obtenir des tickets, c'est par ici.

Les Inrocks - musique

Et voici la rencontre au sommet de Skepta, A$AP Rocky et A$AP Ferg

Si l'on pouvait écrire en émojis, suivraient les émojis prière, cœur dans les yeux, feu, champagne, tête qui brûle, cœur, cœur et encore cœur, et encore tête qui brûle et un coup de champagne, et des bières qui trinquent, et tchin tchin, et pouce en l'air, et applaudissements et petit poussin.

Comme on n'écrit pas en émojis, ce qui est quand même beaucoup mieux, disons que Skepta a lâché l'un des featurings de l'année avec son Ghost Ride qui célèbre l'union du grime UK et du rap US en conviant A$AP Rocky et A$AP Ferg. Les trois rappeurs s'étaient déjà croisés en 2016 sur Money Man. 

Sinon, Ghost Ride, dont voici le clip ci-dessus, est extrait de Vicious, le dernier ep de Skepta sorti fin octobre.

Les Inrocks - musique

The Cure annoncent un énorme concert pour fêter leurs 40 ans

40 ans ! En 2018, le groupe du chamanique Robert Smith fêtera ses 4 décennies de carrière. Quarante années, pendant lesquels, la formation anglaise n’aura cessé de s’imposer comme l’une des références contemporaines, ouvrant le rock - tant pour la musique que l'esthétique - à de nouveaux horizons. À cette occasion, ils marqueront le coup comme il se doit, lors d’un concert qui s’annonce déjà comme l’un des événements de l’année prochaine.

L’énorme fête aura lieu le 7 juillet 2018, lors du festival British Summer Time, sur l’imposante scène de Hyde Park. Leur set durera au moins deux heures. Évidemment, des guests sont attendus, parmi lesquels Interpol, Goldfrapp, Editors, Ride, Slowdive et The Twilight Sad.

Les places seront mises en vente dès le 15 décembre. On vous conseille d’être ultra réactif, car c’est pour l'instant l’unique concert européen de la bande de Robert Smith. Aussi, pour réviser vos classiques, n'hésitez pas à faire un détour par ici : la playlist des 13 meilleurs titres de The Cure.

Les Inrocks - musique

Décembre 2017
LMMJVSD
3
14151617
18192021222324
25262728293031
Novembre 2017
LMMJVSD
1112
2526
Octobre 2017
LMMJVSD
29
Septembre 2017
LMMJVSD
3
10
Août 2017
LMMJVSD
13
20
Juillet 2017
LMMJVSD
Juin 2017
LMMJVSD
Mai 2017
LMMJVSD
7
8
Avril 2017
LMMJVSD
Mars 2017
LMMJVSD
Février 2017
LMMJVSD
Janvier 2017
LMMJVSD
Décembre 2016
LMMJVSD