Actu 28

10 mai 2019

RTV 95.7 Podcast : Le Mag

Avec Luc Neveu et José Rodriguez, membres de l'aéroclub Dreux/Vernouillet (histoire de l'association, école de pilotage, souvenirs de voyage....)

S'abonner gratuitement

Les jeunes footeux ont touché la coupe !

Lors du 23ème stage de Pâques du groupement des épis (FC Prey Grossœuvre Guichainville) les stagiaires ont eu la surprise d’accueillir la coupe du monde des « Bleus ».

Il s’agissait de l’une des cinq répliques que Lionel Bolland, trésorier de la Fédération Française de Football, est venu présenter aux jeunes sportifs, pas peu fiers de « toucher » le trophée. Au programme du stage, des sorties, beaucoup de foot, un peu de compétition, beaucoup de bonne humeur. Les plus grands ont participé à une action citoyenne. « La propreté de nos villages c’est aussi l’affaire de ces jeunes citoyens. C’est pourquoi ils ont organisé trois actions citoyennes intitulées « Ville Propre » sur trois communes : La Forêt du Parc, La Baronnie et Prey » ont souligné Patrick Gosse, président du FC Prey, et Serge Vastez, président des « Epis ». Les maires ont accueilli les jeunes dans leur mairie. Cette opération est intégrée dans le Programme Éducatif Fédéral (PEF), auquel le club participe activement. D’autres actions sont menées : « la collecte de bouchons plastique, un collecteur au club house et le tri sélectif au stade. » Le développement du football féminin fonctionne bien : le club compte deux équipes U9F et U11F et espère voir naître en septembre une équipe U14.

M TA VILLE

Cet article Les jeunes footeux ont touché la coupe ! est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Un nouveau Roy pour la Compagnie des Archers

Depuis le 27 avril 2019, La Compagnie des Archers de l’ALM Evreux célèbre son nouveau Roy et sa nouvelle Roitelette.

Ce sont près de cinquante Archers et accompagnateurs qui ont participé, le 27 avril dernier, au Tir au Roy organisé par la Compagnie des Archers de l’ALM Evreux. C’est dans la forêt du Boulay Morin que les Archers se mesurent, chaque année, dans l’exercice de leur art pour atteindre à distance respectable un petit oiseau artificiel. « C’est une tradition qui remonte au Moyen-Âge » nous explique Jean Mulot, chargé de communication de la Cie. Lui-même nommé Roy l’an passé, il remettait sa couronne en jeu pour cette nouvelle compétition, avec, à ses côtés, Mélanine Tariquet, Roitelette de la Compagnie. C’est dès le second tir que Christophe Faisnel a remporté brillamment le titre de Roy. Nouvelle Roitelette, Eléanore Bruère, a dû mener une rude bataille avec les autres Jeunes Archers avant de remporter sa couronne bien méritée. Le Capitaine Didier Le Goff a félicité les nouveaux couronnés et remercié l’ensemble des participants qui ont contribué au bon déroulement de la manifestation. Un événement dont la bonne humeur n’a pas été entachée par une météo peu clémente. 

Manon Brousseau

Cet article Un nouveau Roy pour la Compagnie des Archers est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Les membres du club aéronautique veulent partager leur passion

Le Club Aéronautique de Saint-André-de-l’Eure (CASA) prépare ses portes ouvertes, les 25 et 26 mai. Un grand rendez-vous qui permet aux nombreux visiteurs de découvrir la flotte du club, et de faire un baptême de l’air.

Le CASA, c’est une très longue histoire. L’aérodrome de Saint-André-de-l’Eure existait avant la Seconde Guerre Mondiale mais c’est durant ce conflit que les allemands y construisirent deux pistes en dur, d’une longueur de 1 600 mètres. Pour les réaliser, ils avaient coulé des blocs de béton sur les champs du plateau andrésien. Les américains ont bombardé les pistes mais l’aérodrome a été repris par l’aviation civile après la guerre. C’est Raoul Moriceau, un instructeur de l’aéro-club d’Evreux, qui eut l’idée de créer une section à Saint-André-de-l’Eure en 1957, vivement encouragé par Raymond Lhériau, maire de la ville et constructeur de son propre appareil, un « Jodel ». Le CASA sera effectivement créé en 1960 et il n’a jamais cessé de prospérer. Le club a compté jusqu’à 180 pilotes et après une certaine érosion au fil des ans, il compte aujourd’hui 135 membres, dont seulement deux femmes. « Les effectifs sont repartis à la hausse depuis deux ans, et cette année, nous avons dispensé 798 heures d’instruction, sur 1 716 heures de vol, avec notre flotte qui compte 7 appareils » précise Alain Lemeunier, le président du CASA. Il n’y a pas de projets d’acquisition de nouveaux appareils, dont le prix est prohibitif. « Nous préférons remettre à neuf nos avions, en particulier nos DR 400, les plus grands, en les envoyant par rotation dans une société spécialisée de Cosne-sur-Loire. On refait au moins trois avions pour le prix d’un neuf, tout en les modernisant. Ce choix permet aussi aux jeunes d’apprendre à piloter pour un prix modeste » assure le président. Les jeunes ont toute leur place au CASA et depuis une dizaine d’années, le club accueille des lycéens d’Evreux, de Vernon, et des collégiens de Bû. Sur la quarantaine d’apprentis pilotes, 95 % d’entre eux au moins valident leur brevet de base, ce qui leur ouvre la porte à la préparation du brevet de pilote privé (BBP).
Le club a la réputation d’être bon formateur et parmi ses anciens élèves, certains sont pilotes sur Air France ; un autre pilote un Rafale ! Depuis le début des années 80, pour se faire connaître, le CASA a organisé de nombreux meetings et des rassemblements d’avions. En 1988, c’est un tour de force qui est réalisé par le club, qui réussit à acheter deux vols sur le Concorde, vendus au prix coutant à 200 personnes résidant dans le secteur et qui survoleront la région en supersonique. Les meetings étant coûteux et compliqués à organiser, le club organise depuis plusieurs années des opérations portes ouvertes qui se taillent un franc succès.
« Ce sont des animations qui sont très populaires et nos baptêmes de l’air sont pris d’assaut. Parfois critiques par rapport à notre activité, les gens changent d’avis lorsqu’ils ont fait un petit tour dans les airs. Cela gomme un peu l’image un peu trop élitiste que nous avons à l’extérieur » souligne Alain Lemeunier.

M Ta Ville

Opération portes ouvertes

« Des hommes et des ailes » au CASA. Samedi 25 et dimanche 26 mai, de 10 h à 18 h. Baptêmes de l’air, 4 simulateurs de vol,
reconstitution historique avec le 78th Memory
group d’Anet, expositions, animations. Entrée libre

Cet article Les membres du club aéronautique veulent partager leur passion est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Une page se tourne au Black Bird

Après avoir créé et dirigé le Black Bird pendant plus de 20 ans, Etienne Bodineau a décidé de passer la main. De nombreuses personnalités, clients et amis, étaient présents samedi, pour partager ce moment chargé d’émotion.

C’est en 1998 qu’Etienne Bodineau avait acheté cet établissement, dans les locaux de « Maître Corbeau », un restaurant étoilé au Michelin. « J’ai voulu en faire un pub bistronomique et c’était un sacré défi, presque une aventure » a-t-il rappelé.
Un défi qui va être très vite relevé puisque l’endroit va rapidement devenir un restaurant au décor et à la cuisine raffinés, proposant des animations de qualité tous les week-ends. La cuisine, le maître des lieux connaissait bien, pour avoir fait ses classes à la « Marigotière », dans l’Eure, chez les « sœurs Tatin », en Sologne, puis exercé en qualité de chef de cuisine aux « Bouffes Parisiens », avant d’ouvrir son premier restaurant, le « Cheval Blanc », à La Chaussée d’Ivry. Les clients et quelques personnalités bien connues dans la région, vont venir régulièrement déguster la Saint-Jacques aux pleurotes, la belle sole meunière ou les plats « canailles » comme la tête de veau ou les rognons flambés. La qualité de la cuisine, la décoration « so british », l’ambiance feutrée et le talent des artistes présents le week-end vont très vite séduire la clientèle. « Le Black Bird, c’est une équipe de 15 personnes, c’est environ 40 000 clients par an, avec beaucoup d’habitués. C’est avec une très grande émotion que je quitte cet établissement dans lequel je me suis tant investi. Néanmoins, je suis très fier d’avoir créé un pub aussi réputé dans une petite ville comme Ezy-sur-Eure, alors que personne n’y croyait, et ému de voir que mon fils m’a suivi dans cette aventure, en devenant le chef de cuisine du « Black Bird » a déclaré Etienne Bodineau. Martine Rousset, vice-présidente de l’Agglo du Pays de Dreux et maire d’Ezy-sur-Eure à l’ouverture du Black Bird a rappelé l’aventure que constituait l’ouverture de ce pub avec les nombreuses contraintes qui ont jalonné le parcours de son propriétaire, avec la loi anti-tabac, les problèmes de voisinage… « Il a beaucoup investi pour que tout soit aux normes. Il a surtout beaucoup travaillé. Le pub, c’est son patron, un véritable chef d’orchestre. Ici, on mange très bien et on peut passer une très bonne soirée, en toute tranquillité. Grâce à lui, le Black Bird a une notoriété qui participe au rayonnement de notre vallée. Bravo ! » a lancé Martine Rousset, avant d’insister sur l’école de formation qu’a constitué le Black Bird, avec des jeunes talents comme Julien, Jordane et Guillaume, finalistes au niveau départemental et même national dans les concours de cuisine, de desserts ou d’apprentis serveurs. Pascal Lehongre, président du conseil départemental a également félicité Etienne Bodineau, « quelqu’un de généreux, dont la réussite tient uniquement à ses qualités et à son travail acharné ». C’est Robert Tahar, un restaurateur du secteur, qui va prendre la suite au « Black Bird, « en s’inscrivant dans la continuité de ce qu’a fait Etienne ». 

M TA VILLE

Black Bird Pub à Ezy-sur-Eure.

15, rue Maurice Elet.
Contact : 02 37 64 64 64.

Cet article Une page se tourne au Black Bird est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Saint-André-de-l’Eure : deux listes se présentent aux élections municipales

A la suite du décès de Serge Masson, maire, en février dernier, des élections municipales auront lieu dimanche 12 mai, et éventuellement dimanche 19 mai, dans l’hypothèse où la liste arrivée en tête n’obtiendrait pas 25 % du nombre des électeurs inscrits, si l’abstention est importante.

Franck Bernard, 2ème adjoint au maire, conduira la liste « Saint-André, terre de projets ». « Nous voulons continuer le programme pour lequel nous avons été élus » explique le candidat. Les autres priorités portent sur la qualité et le cadre de vie des habitants, « en maintenant inchangée la part communale dans les taux d’imposition locaux, en continuant de soutenir les associations locales et en réalisant de nouveaux équipements dont les habitants ont besoin ». Claire Loust, conseillère municipale d’opposition, conduira la liste baptisée « Les Andrésiens ». « C’est d’abord pour eux que je compte m’investir »
annonce la candidate, qui veut également « baisser et maîtriser les dépenses de la commune, Saint-André ayant les taux d’imposition qui figurent parmi les plus élevés du canton », renforcer et dynamiser le commerce de proximité et « impliquer des acteurs privés dans le développement économique de la commune ». La candidate veut également « renforcer la  sécurité  et combattre  les incivilités  et  la délinquance ».

M Ta Ville

Liste « Saint-André, terre de projets », conduite par Franck Bernard.

• Franck Bernard (agent de maîtrise sécurité incendie),
• Stéphanie Leroux (professeur des écoles),
• Martial Tanguy (commercial),
• Michelle Samson (responsable d’antenne insertion),
• Robert Schoirfer (retraité de la poste),
• Arlette Willaert (retraitée),
• Alain Roussel (retraité bâtiment),
• Jocelyne Formentin (retraitée),
• Alain Lorin (retraité bâtiment),
• Françoise Augereau (retraitée EDF),
• Patrick Guimpied (retraité, agent de maîtrise),
• Nathalie Doize (cadre pharmacie),
• Jean-Pierre Le Hénand (retraité fonction publique),
• Elodie Jordan-Asso (experte technique),
• Serge Gassiot (retraité pâtissier),
• Michèle Loiseau (retraitée fonction publique),
• Alain Chabaut (professeur d’EPS),
• Florence Chulmann (agent administratif),
• Cyrille Avice (chef de projet),
• Yvonne Dubos (retraitée),
• Jean-Marc Delbecque (retraité),
• Béatrice Chabaille (employée),
• Daniel Sergent (retraité fonction publique),
• Claire Laurent (enseignante),
• Cédric Charbonnier (employé),
• Janine Carel (retraitée Education Nationale),
• Daniel Vassard (retraité).

Liste « Les Andrésiens », conduite par Claire Loust.

• Claire Loust (commerçante),
• Xavier Ravanne (agriculteur),
• Sophie Méry (éducatrice),
• Alexandre Cudorge (professeur),
• Nicole Gerlitzer (secrétaire mairie),
• Franck Héron (manager commercial),
• Alexandra Ampe (opérateur),
• Michel Leroux (retraité),
• Catherine Perrin (responsable commerciale),
• Gilles Tardivel (agriculteur),
• Christelle Lapersonne (aide-soignante),
• Eric Tessier (facteur),
• Zeinabou Djinguiri (artisan),
• Marc Vassard (responsable projet),
• Christelle Hayotte (responsable des ventes),
• Florian Anière (photographe),
• Caroline Nez (responsable clientèle),
• Franck Maury (étudiant),
• Marie-Danielle Berchel (infirmière),
• Alain Mobailly (retraité),
• Sonia Damez (retraitée),
• Pascal Dumoutier (peintre en bâtiment) ,
• Virginie Lecarff (agent d’entretien),
• Ludovic Krauth (gérant d’entreprise),
• Olga Froissard (retraitée),
• Francis Le Bail (médecin),
• Evelyne Steczewski (retraitée).

Cet article Saint-André-de-l’Eure : deux listes se présentent aux élections municipales est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Bricoman oriente son offre commerciale vers les artisans

Bricoman Evreux vient d’organiser la 2ème édition de son forum professionnel. D’abord orientée vers le discount, la société a amorcé un virage à 180 degrés en direction des artisans, avec des produits qui leur sont spécialement dédiés.

Le forum a attiré plus de 200 personnes et 60 prestataires, qui ont pu proposer leurs services et produits, et échanger avec les clients dans une ambiance conviviale, qui s’est prolongée autour d’un barbecue. Des agences d’intérim, des compagnies d’assurance, des écoles de formation et des négociants en matériel, étaient présents pour parler des métiers du bâtiment et proposer des solutions aux invités. « Notre but est d’être les alliés des professionnels et nous avons travaillé pour avoir une gamme de produits et services qui puissent les satisfaire. Nous sommes présents pour servir les différents corps de métier et il faut qu’en venant chez nous, ils trouvent ce qu’ils cherchent » explique Ludovic Bernard, le directeur du magasin, qui évoque « un changement de stratégie commerciale qui met davantage en avant les marques professionnelles ». Bricoman Evreux veut fidéliser les professionnels du bâtiment en leur offrant un certain nombre d’avantages, une carte premium pro, des remises sur certaines marques, les livraisons sur leur chantier, les commandes avec un service Drive… « Les professionnels représentent 30 % de notre clientèle, alors qu’ils étaient inexistants il y a 5 ans. Nous savons qu’ils ont peu de temps et l’avantage de notre structure, c’est qu’ils peuvent tout trouver dans un seul endroit. Pour autant, les particuliers vont également bénéficier de notre montée en gamme, car ils auront de meilleurs produits, vendus à des prix attrayants » insiste Ludovic Bernard, ajoutant que le forum était organisé deux fois dans l’année, « pour permettre de voir nos avancées dans notre gamme ». 60 salariés travaillent sur le site et ils sont experts de leurs produits. Ils bénéficient d’une formation en interne, couplée avec celle des fournisseurs. « Certains sont d’anciens artisans ou responsables d’entreprise. Toutes les collaboratrices et tous les collaborateurs sont concernés car ils doivent savoir de quoi ils parlent et répondre rapidement à la demande des professionnels » ajoute Ludovic Bernard.

M Ta Ville

Bricoman Evreux
Carrefour de la Garenne de Melleville,
voie du Long Buisson. 27930 Guichainville.

Ouvert du lundi au samedi, de 7h à 19h30.

Contact : 02 32 23 51 53.

Cet article Bricoman oriente son offre commerciale vers les artisans est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

RTV 95.7 Podcast : La Chronique des Possibles

Les Saints de Glace

S'abonner gratuitement

« Les dernières news

Mai 2019
LMMJVSD
1345
678912
1314161819
212223242526
2728293031