Actu 28

10 janvier 2019

RTV 95.7 Podcast : Music & News

Jacques Lemare, vice-président de l'Agglo du Pays de Dreux en charge du Numérique et des Transports, présente l'application Pysae. Elle a reçu le Grand Trophée 2018 de l'Innovation Bus et Car.

S'abonner gratuitement

Tréon : pour Christian Berthelier, les finances publiques sont mal gérées

Le maire de Tréon présentait ses vœux, en ce premier week-end de janvier. L’occasion pour l’élu de rappeler combien il est difficile de gérer une commune rurale. « C’est une bagarre perpétuelle pour obtenir le paiement des subventions ».

Comme à son habitude, la municipalité de Tréon avait mis les petits plats dans les grands afin de fêter avec ses habitants la nouvelle année et l’Épiphanie. Cocktail apéritif, buffet froid et galette des rois étaient accompagnés par les musiques et les chansons de Ludovic Sixties et Muriel Larose. Ce premier rendez-vous convivial de 2019 avait lieu dans la salle des fêtes entièrement rénovée et inaugurée en 2018. Elle a coûté 1 million d’euros. Ce fut l’occasion pour le maire de rappeler combien il est difficile d’obtenir des subventions et surtout qu’elles soient versées. « Je ne comprends pas qu’il faut avoir fini de payer les entreprises pour toucher les subventions. Les finances publiques sont mal gérées. C’est clair et net ! L’Etat fait ce qu’il veut », assénait Christian Berthelier déplorant les difficultés croissantes rencontrées par les maires des communes rurales. 2 millions de travaux ont été réalisés en 2018 et pour 2019 deux millions ont été provisionnés. « Ils serviront à finir la place de la salle des fêtes (140.000 €), pour qu’elle soit en harmonie avec le reste du cœur du village. La rue du parc sera refaite à partir du feu tricolore. Des travaux seront réalisés sur la place située devant la boulangerie. L’église va subir un petit coup de neuf. On va aussi travailler sur l’éclairage public qui nous coûte 17.000 € par an ». Le recensement aura lieu en 2019 : « c’est très important pour nous », affirmait Christian Berthelier avant d’évoquer le problème des transports. « Nous, on n’a pas de transport. Il va falloir qu’on règle ça. Ce serait bien d’avoir un car le lundi et le vendredi pour aller et revenir au marché de Dreux. On doit pouvoir trouver des solutions qui ne coûtent pas trop cher », concluait le maire.

A.D.-P.

Cet article Tréon : pour Christian Berthelier, les finances publiques sont mal gérées est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Chérisy : le restaurant scolaire est en cours de construction

A l’occasion de la cérémonie des vœux, Michel Lethuillier, maire de Chérisy, entouré des membres de son conseil, a rappelé le grand projet de 2019. La construction du restaurant scolaire sera terminée en juin.

« En nous réunissant, nous allons mettre un peu de bonheur et de lumière dans cette période ternie par la morosité et l’inquiétude sur tout le territoire national. Les manifestations de ces dernières semaines sont, sans conteste, la preuve d’un grand désespoir et désespérance exprimant les difficultés rencontrées par de nombreux ménages. C’est le signe d’une France qui va mal. Ici à Chérisy, nous sommes à l’écoute », a souligné le maire du village dans son discours aux habitants. Michel Lethuillier a rappelé les travaux effectués en 2018. « Tous les projets de l’année ont été réalisés. La démolition de l’ancien atelier, devant l’espace Hugo, pour y construire le restaurant scolaire, le déploiement de la fibre optique avec plus de 200 foyers raccordés et la pose de trois nouvelles caméras, ce qui en fait 22 installées sur la commune. Sans oublier, la construction de l’atelier des employés municipaux pour un budget de 300.000 €, largement subventionnée. Sur une réserve foncière de 3.500 m2, nous allons étudier la possibilité de construire 5 à 6 logements pour maintenir notre population autour de 2.000 habitants. La petite salle communale a subi quelques travaux de réhabilitation », détaillait Michel Lethuillier. Le gros projet de 2019 concerne la construction du restaurant scolaire dont la première pierre a été posée il y a quelques semaines. « C’est une réalisation qui permettra d’accueillir les 200 enfants qui déjeunent à la cantine chaque midi. Ce projet est budgété à hauteur de 1M€, réalisé par le cabinet d’architecture Latour, dans lequel est inclus une vraie cuisine qui permettra de confectionner les plats sur place par un cuisinier, en valorisant les circuits courts. Le restaurant devrait être livré le 15 juin. Nous le testerons pendant les vacances avec les enfants du centre de loisirs pour qu’il puisse être opérationnel à la rentrée 2019. » Le restaurant scolaire est subventionné à 80%, dont 135.000 € par l’État, 89.900 € par la Région Centre-Val de Loire, 404.000 € par le département et 152.000 € par la CAF. le reste, 150.000 €, a été réalisé en autofinancement, le tout sur 2 hectares, en plein centre bourg, avec tous les services communaux. Le budget d’investissement en 2019 dégagera un excédent de 2 M€. « Nous devons maîtriser nos dépenses en maintenant les services. Malgré l’inflation de 1.9%, on a réduit les dépenses de 2,7%. Nous avons dégagé un autofinancement de 486.000 €, ajouté aux excédents antérieurs, cela nous donne un nouveau solde de 1,4 M€ pour faire tous les travaux prévus. Notre ratio d’endettement est de un an et un mois. Nous continuerons donc à investir. » Un événement culturel d’importance marquera l’année, il s’agit du festival du livre, qui aura lieu les 5 et 6 octobre 2019, avec une spécialisation sur les mangas.

Annie Duval-Petrix

Cet article Chérisy : le restaurant scolaire est en cours de construction est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Sécurité et cadre de vie sont de mise à Charpont

Charpont et Chérisy ont ouvert la liste des cérémonies des vœux 2019. Dominique De Vos, maire de Charpont, entouré de son conseil, annonçait les travaux prévus pour les deux années à venir.

Les travaux de 2018 ont été orientés vers la sécurité routière. « Un plateau surélevé à l’entrée du village, un radar pédagogique, le virage de la rue de la Libération refait ainsi que des trottoirs. Les abords du stade ont été sécurisés et les panneaux de signalisation remplacés. « Ces travaux, dont le montant s’élève à 28.683 € TTC, ont bénéficié de subvention du Fonds d’investissement du Conseil départemental, expliquait le maire, Dominique De Vos. Nous avons toujours le point noir du carrefour route de Marsauceux, à la sortie de Charpont. Nous espérons que cette demande, renouvelée chaque année depuis quatre ans, soit enfin entendue et les travaux de signalisation réalisés ». Malgré la qualité de ses comptes, dont la tenue a été évaluée à 20 sur 20, par le trésorier de Dreux, la commune dispose d’une faible capacité à investir. « C’est un point à surveiller », confiait le maire avant d’aborder les projets pour 2019. « Nous allons continuer à améliorer la qualité de vie de nos habitants et nous projetons de supprimer l’îlot du carrefour Sainte-Agnès-Vieux Moulin, rénover une partie des trottoirs des rues du Général de Gaulle et Saint-Hubert au virage de la Forgerie et la rue des Bouviers. Un aménagement de bordures est prévu, chemin des Grenouillères, ainsi que des aménagements d’écoulements d’eaux pluviales, route des Sablières et dans le lotissement des Colombiers. Des places de parking seront créées face à l’église, pour un budget de 73.000 € TTC. Les priorités seront définies à l’occasion du prochain conseil municipal du 14 janvier. Ces travaux devraient être réalisables grâce à la vente de la maison de madame Bey dont la commune a hérité et des subventions du conseil départemental ». Les écoles publiques de Marsauceux et Ouerre comptent 200 élèves et l’école privée Sainte-Agnès, une centaine. Outre les chantiers terminés, des travaux destinés aux personnes à mobilité réduite seront effectués dans les deux écoles publiques en 2019 et 2020. La commune compte 612 habitants au dernier recensement.

Annie Duval-Petrix

Cet article Sécurité et cadre de vie sont de mise à Charpont est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Que nous réserve 2019 ?

Après une année riche en évènements, découvrons ce que nous prépare 2019 pour d’ores et déjà booker quelques dates sur les agendas.

2018 aura été intense. Si elle se termine dans un climat social tendu, elle a cependant apporté beaucoup de joie et créé de bons souvenirs. A peine terminée qu’on relance déjà la roue pour un tour. L’heure est aux vœux et à la galette. Entre deux bouchées (attention à la fève), on peut profiter des soldes d’hiver, et ce jusqu’au 19 février. Le 21 janvier, c’est la Journée du Câlin (juste pour info !). Devant le Tournoi des 6 Nations, la dégustation des crêpes de la Chandeleur mettra moins à mal vos bonnes résolutions. Viendra ensuite le temps des amoureux; une ambiance romantique s’installera sur la mi-février et chez vos commerçants. Après avoir bichonné votre cher et tendre, il sera temps de prendre soin de votre maison, et cela tombe plutôt bien puisque début mars, on retrouve la Foire Expo de Dreux, ses bonnes idées et ses conseils professionnels. Pour ce qui est du jardin, les exposants des Naturalies sauront vous guider pour l’embellir de mille et une plantes. Il sera ainsi parfait pour accueillir les œufs en chocolat de Pâques. La Foire de Diane, à Anet, clôturera avril, avant de laisser la place à celle de l’Auto, prévue à Dreux en mai. Y trouverez-vous des idées cadeaux pour la Fête des Mères et des Pères ? Chemin faisant, nous serons déjà aux vacances d’été, toujours agrémentées de leur riche programme de festivités locales. Espérons que les footballeuses françaises seront, elles aussi, championnes du monde. La rentrée de septembre sera tout aussi effervescente que celle passée, nous menant tout droit vers les foires locales, celles de la Saint-Matthieu, de la Saint-Denis, en passant par le Salon de l’Habitat. A peine le temps de souffler, et le Black Friday, frénésie commerciale annonce le début des fêtes… Je ne sais pas vous, mais cela nous donne le tournis d’être déjà à Noël prochain ! Profitons plutôt de chaque jour, vivons pleinement cette année, et si vous n’avez pas envie de vous projeter si loin, ne vous inquiétez pas, nous serons là pour chaque événement, nous les annoncerons, les couvrirons et vous informerons au mieux. Bonne année.

Manon Brousseau

Cet article Que nous réserve 2019 ? est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

L’Ostéoporose, une maladie silencieuse à surveiller

Le service de rhumatologie du centre hospitalier de Dreux développe une filière de soins pour les patients atteints de la maladie de l’ostéoporose ou qui sont susceptibles d’avoir une fragilité osseuse.

L’ostéoporose est considérée comme une maladie silencieuse qui provoque une fragilité osseuse et augmente le risque de fractures. Les plus fréquentes sont celles du poignet, des vertèbres et du col du fémur. Cependant, il est aujourd’hui possible de dépister et traiter cette maladie si elle est prise en charge à temps. C’est avec cette volonté que le docteur Cristina Enache, rhumatologue ; Stéphanie Paulus, infirmière d’éducation thérapeutique et Christelle Clairon, diététicienne, ont créé la filière dédiée à l’ostéoporose. Un groupe de cinq ou six personnes est reçu une fois par mois, à l’hôpital de jour, pour une matinée d’examens et de dialogue avec l’équipe médicale. Pendant cette rencontre, un bilan biologique est fait, une ostéodensitométrie, réalisée par le rhumatologue pour mesurer la densité osseuse. De même, une évaluation nutritionnelle par une diététicienne, un bilan éducatif partagé avec une infirmière d’éducation thérapeutique et une consultation sur la prévention des chutes sont prévus. Si une personne fait une chute de tout son poids et se casse le poignet, ce qui est l’exemple le plus fréquent, il faut alors vérifier qu’il n’y ait pas un risque d’ostéoporose. « On ne meurt pas de l’ostéoporose, mais beaucoup de personnes passent au travers et au fil des années cela peut poser de plus en plus de problèmes, en particulier pour l’autonomie des personnes âgées » explique Stéphanie Paulus. Il existe plusieurs facteurs de risques de cette maladie, comme le tabac, la carence en vitamine D ou en calcium, un indice de masse corporel faible ou encore des chutes à répétition. Aujourd’hui, 39 % des femmes de 65 ans sont touchées par cette maladie, entre 2,5 et 3,5 millions sont concernées en France et 377 000 fractures osseuses sont imputables à l’ostéoporose chaque année en France. Pour plus de renseignements, contacter la filière au 02 37 51 53 31.

Charlyne Didelot

Cet article L’Ostéoporose, une maladie silencieuse à surveiller est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

O Temps Modernes : un nouveau restaurant italien à Dreux

Alfredo Trignano, propriétaire du Caffé Dante, en centre-ville de Dreux depuis sept ans, a le plaisir de vous accueillir dans son nouvel établissement : O Temps Modernes.

C’est dans une ambiance totalement différente de celle du Caffé Dante, que l’on retrouve Alfredo Trignano au 22 rue des Livraindières, à Dreux. Une première découverte sur le parking, avec un distributeur de Bruschetta, accessible 24h/24 et 7jrs/7. Pour les novices en cuisine italienne, la bruschetta est une tartine de pain grillé, garnie de plusieurs aliments. Une fois la porte d’entrée passée, c’est un restaurant à la décoration entièrement industrielle que l’on découvre. Une belle hauteur sous plafond, un étage avec un espace cocooning, agencé de fauteuils et canapés, et une pièce principale pleine de trésors, tant culinaires que d’antiquité. Derrière le bar, de hautes étagères avec d’impressionnantes meules de parmesan, mais aussi de la charcuterie, du café, de l’huile d’olive et d’autres fromages italiens. « Nous avons voulu créer un concept différent, en ciblant davantage les produits » explique Alfredo Trignano. Non loin du bar, on peut découvrir la cuisine, avec une ouverture sur la salle. Un agencement qui tenait à cœur au restaurateur, n’ayant pu le réaliser dans son établissement du centre-ville. Une belle œuvre du graffeur Johann est à voir sur un des murs du restaurant, il s’agit du célèbre Charlie Chaplin assis sur ses rouages lors du film « Les Temps Modernes ». Un choix justifié étant donné l’ambiance des lieux, où l’on trouve toutes sortes d’objets chinés dans les brocantes par Alfredo, à Toulouse, Roubaix et au Bois l’Epicier à côté de Houdan. C’est dans ce décor qu’il est possible de déguster des bruschettas accompagnées de frites maison, mais aussi des pâtes fraîches, réalisées entièrement sur place, ainsi que des plats de viandes et poissons. Des planches apéritives sont proposées et quand les beaux jours seront de retour, il faudra venir découvrir les glaces faites maison. D’ici là, une terrasse aura pris place derrière le restaurant. O Temps Modernes est ouvert du mardi au samedi de 10h à 22h, le dimanche de 10h à 15h et de 19h à 22h et le lundi de 10h à 15h.

Charlyne Didelot

Cet article O Temps Modernes : un nouveau restaurant italien à Dreux est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Dreux s’est enrichie d’une Micro-Folie : la culture à portée de tous

Le 21 décembre 2018 restera une date importante dans l’histoire culturelle de la Ville de Dreux. Sophie Brocas, préfète d’Eure-et-Loir, inaugurait ce jour-là une Micro-Folie, installée dans la Maison Proximum Dunant-Kennedy.

Le principe de la Micro-Folie porte sur la découverte du patrimoine et de la création artistique contemporaine. Elle réunit trois espaces : un musée numérique, un Fab Lab et un lieu d’échanges où sont proposés l’accès à la réalité virtuelle et bien d’autres événements ponctuels. Le projet Micro-Folie est actuellement en cours de déploiement dans une soixantaine de villes françaises et une dizaine à l’international. Il est initié par La Villette à Paris et s’inscrit dans le plan d’action Culture près de chez-vous, porté par le ministère de la culture, qui a projeté l’implantation de 200 lieux. Douze établissements nationaux sont parties prenantes dans ce projet : Centre Pompidou, Château de Versailles, Cité de la Musique-Philarmonique de Paris, Festival d’Avignon, Institut du Monde Arabe, Musée du Louvre, Musée national Picasso-Paris, Musée d’Orsay, Musée du Quai Branly-Jacques Chirac, Opéra de Paris, RMN-Grand Palais, Universcience en partenariat avec la fondation EDF et ARTE. C’est à l’initiative de Sophie Brocas, qui avait inauguré la première Micro-Folie à Sevran (93) en 2017, que la Ville de Dreux s’est positionnée pour accueillir la première Micro-Folie de la Région Centre-Val de Loire qui compte désormais une dizaine de projets en cours. Implantée au cœur des quartiers des Oriels, du Lièvre d’Or et de la Croix Tiénac, la Micro-Folie de Dreux (dans l’ancien centre culturel du Lièvre d’Or), a été réalisée grâce à une participation financière de 90% de l’Etat, soit 190.000 €, pour un coût total de 228.000 €. La Micro-Folie fonctionnera grâce à six personnes : deux emplois aidés et un temps partiel d’un professeur d’Arts Plastiques financés par l’Etat, et trois emplois à la charge de la Ville de Dreux. Le musée numérique propose des œuvres d’art sur écran géant, tablettes ou casques de réalité virtuelle. Peintures, sculptures, concerts ou ballets, l’endroit recèle plus de cinq cents trésors de douze grandes institutions nationales à découvrir en haute définition accompagnés d’informations ludiques et éducatives. Le public peut profiter d’une expérience inattendue, individuelle et collective. Le Fab Lab est un atelier équipé d’une imprimante 3D, d’un scanner 3D, d’une brodeuse numérique, d’une découpeuse CAMEO, d’une floqueuse, d’une caméra et de deux appareils photo numériques, avec autant de machines et de logiciels nécessaires à la création. Le Fab Lab fera le bonheur des designers, artistes, étudiants et bricoleurs ainsi que tous ceux qui souhaitent développer leur créativité. La Micro-Folie est un lieu d’échanges et de convivialité. Cafétéria et réalité virtuelle y sont proposées en libre accès ainsi que des événements ponctuels pour tous publics. « En dehors des habitants du quartier et de l’ensemble des Drouais, nous permettrons aux scolaires des établissements de l’agglomération de venir bénéficier des lieux », précisent d’une seule voix Wassim Kamel, sous-préfet de Dreux et Gérard Hamel, maire de Dreux. Enfin, en plus des collections nationales, les trésors locaux (Anet, Chapelle Royale…) seront numérisés et visibles par tous. Le lieu bénéficiera également de résidences d’artistes favorisant la création avec les habitants. « Ce sont les trésors du monde, de périodes et d’origines différentes qui vont être au centre d’un quartier. Je suis fière de le faire en premier à Dreux pour dire aux habitants qu’ils ont droit au meilleur et qu’ils sont capables du meilleur. On espère qu’avec cette Micro-Folie, on participe à l’éveil des sens, de l’émotion, de la curiosité et du plaisir de l’imagination. », a conclu la préfète d’Eure-et-Loir.

Annie Duval-Petrix

Renseignements : site internet et inscriptions sur :
www.dreux.com/micro-folie
Tel :02.37.38.87.51.

Cet article Dreux s’est enrichie d’une Micro-Folie : la culture à portée de tous est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Les soldes d’hiver ont commencé !

C’est parti pour les soldes d’hiver, qui ont commencé le mercredi 9 janvier et se termineront le mardi 19 février, dans la majorité des départements français.

Il y a toujours des exceptions, à savoir quelques départements de l’Est (Vosges, Meuse, Meurthe-et-Moselle, Moselle) qui ont commencé depuis le mercredi 2 janvier. Tout comme la Guyane et la Guadeloupe depuis le 5 janvier. Cette année est un peu particulière pour les commerçants. Ils attendent beaucoup des soldes d’hiver, avec l’espoir de compenser l’effet du mouvement social des gilets jaunes sur l’économie de certains. La Fédération du commerce et de la distribution et le Conseil national des centres commerciaux ont chiffré la perte à 2 milliards d’euros, entre le 17 novembre et le 18 décembre 2018. Pour ces premiers soldes de l’année, les commerçants sont tout de même rassurés qu’ils ne soient pas réduits comme il était prévu. La loi Pacte, votée en septembre 2018, prévoit des soldes plus concentrés dans le temps, passant de six à quatre semaines par période de soldes. Mais celle-ci ne sera mise en application qu’à partir des soldes d’hiver 2020. Un autre changement au sujet de la période dite de « soldes flottants », instaurée en 2009, où les commerçants pouvaient choisir une période autre que les soldes officiels pour faire les leurs. Cette loi a été supprimée en 2015, n’ayant pas fait preuve d’efficacité au niveau économique et également en créant la confusion pour les consommateurs. Avant le lancement des soldes d’hiver, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, a rappelé plusieurs points aux commerçants. Tout d’abord, durant la période de soldes, ils ne doivent pas réapprovisionner leurs magasins de nouveaux produits soldés. Ne pas gonfler artificiellement les rabais par une hausse des prix avant le lancement et le rabais doit être clairement indiqué sur l’étiquette. A savoir également, la mention « ni repris, ni échangé » n’est pas autorisée, par exemple si suite à l’achat d’une télévision celle-ci ne fonctionne une fois installée, il est possible de la ramener en magasin.

Charlyne Didelot

Cet article Les soldes d’hiver ont commencé ! est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Le festival Ecofilm est de retour

Le festival Ecofilm se tiendra à Vernouillet le 22 janvier, à 19h30 avec la projection du film Terres nucléaires, une histoire du plutonium, suivie d’un débat avec le réalisateur Kenichi Watanabe.

Le festival Ecofilm de Vernouillet propose une séance grand public, le 22 janvier, et des projections destinées aux seniors et aux scolaires. En 2018, Ecofilm a réuni 1702 personnes (scolaires inclus). La séance du 22 janvier abordera le sujet du plutonium. « Avec le plutonium, l’Homme a cru pouvoir maîtriser la matière… » confie le réalisateur Kenichi Watanabe qui s’est rendu dans trois lieux dominés par des sites nucléaires dans trois pays sur trois terres devenues interdites : La Hague en France, Hanford aux USA et Rokkasho au Japon. « Trois sites, trois visages, trois étapes dans l’espace et le temps. Mais curieusement des points communs existent entre eux : un paysage désolé de landes et de rochers, un climat dur pour l’Homme, une nature sauvage, un environnement austère et… d’immenses installations nucléaires destinées à la production de plutonium ». Nourri d’archives, ce documentaire retrace l’aventure du plutonium et de ses usages, en révèle les enjeux scientifiques, industriels et géopolitiques et s’interroge sur le passage du nucléaire militaire au nucléaire civil. Le réalisateur Kenichi Watanabe est né en 1951 au Japon. On lui doit La face cachée de Hiroshima (2011) documentaire de 90’’ (France 3) et Le monde après Fukushima (2012), un documentaire de 77’’ (Arte).

Un programme a été sélectionné pour les scolaires : Zoo, arche ou prison ? Un documentaire d’Adeline Bigorne réalisé en 2014 (France). Après cinq années de fermeture, deux ans et demi de travaux et un investissement de 167 millions d’euros, le parc zoologique de Vincennes ouvre de nouveau ses portes. Ce zoo « de nouvelle génération » met en avant le bien-être des animaux, une nouvelle pédagogie pour sensibiliser le public et un engagement en faveur des espèces menacées. Mais ces aménagements et ces programmes sont-ils efficaces ? L’intention de la réalisatrice est de lancer une réflexion sur les différentes problématiques abordées et de permettre à chacun de se faire sa propre opinion. Pour les élèves de primaire des écoles de Vernouillet et les élèves de l’IME Bois-du-Seigneur, des séances à l’Agora, du 21 au 25 janvier pour voir La tortue rouge, un film d’animation de Michael Dudok de Wit, réalisé en 2016 et dure 80 minutes (France-Belgique-Japon). À travers l’histoire d’un naufragé sur une île déserte tropicale peuplée de tortues, de crabes et d’oiseaux, La Tortue Rouge raconte les grandes étapes de la vie d’un être humain. (Pour les collèges de Nicolas Robert et Marcel Pagnol et le lycée Maurice Viollette).

Le documentaire Bien eau contraire, de François Loustalot, est réalisé en 2012 et dure 44 minutes (France). L’histoire d’un conflit paysan qui touche tout le vivant, d’un choix politique, d’un legs à nos enfants. « Qu’est-ce qu’ils croient les gens, qu’un agriculteur n’aime pas la terre ? » Lorsque chacun se bat pour vivre de son activité, le caractère commun de l’eau tend à s’effacer. Ensuite, Laisse la plage, un documentaire de Sandra Léon, réalisé en 2016 et dure 26 minutes (France). La chenille processionnaire du pin, un documentaire de Vincent Amouroux, réalisé en 2013 et dure 52 minutes (France). Le prédateur prédaté est une docu-fiction de Thiphaine Hertault Lacoste, réalisé en 2016 (France).

A.D-P.

Toutes les séances sont gratuites.
Renseignements tel : 02.37.62.80.79.

Cet article Le festival Ecofilm est de retour est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Ewigo Dreux fête son premier anniversaire !

L’agence automobile d’Anès Hisni fait partie du réseau n°1 en France, Ewigo. Leur objectif, permettre de vendre ou d’acheter une voiture d’occasion en toute sécurité et transparence.

L’agence a ouvert ses portes le 2 janvier 2018, au 64 Avenue du Général Leclerc à Dreux. Après une année d’activité, les transactions automobiles d’Ewigo se portent bien, avec une trentaine de ventes de véhicules par mois. Anès Hisni s’est d’ailleurs démarqué dans son travail, en recevant le trophée du meilleur démarrage d’activité du réseau France, sur un peu plus de soixante-dix agences existantes. Le principe est donc simple, que vous soyez un particulier ou une entreprise, il est possible de contacter Ewigo pour la vente de votre véhicule d’occasion mais également pour un achat. Concernant la vente, l’agence prend en charge essentiellement des véhicules d’occasion de moins de dix ans, de moins de 120 000 kms avec un historique d’entretien limpide. Si votre véhicule rentre donc dans les critères, Ewigo se charge de tout, que ce soit l’estimation gratuite, la prise des photos en haute qualité, la mise en ligne sur internet grâce aux outils de diffusion, la gestion de l’administratif, la sécurisation du paiement et tout cela gratuitement, puisque la rémunération de l’agence se fait avec l’acquéreur. L’agence propose également des extensions de garanties jusqu’à 36 mois, des financements, une solution de reprise et un service carte grise avec réception en 48h.

Actuellement, le délai moyen de vente d’un véhicule est d’une quinzaine de jours, même si Anès Hisni est capable de vendre une Ferrari en seulement cinq jours. Et pendant cette période, le vendeur est toujours en possession de son véhicule. « En général les personnes qui vendent leur véhicule chez nous, achètent avec nous par la suite » précise Anès Hisni. Le réseau entre les agences fonctionne également, puisque près de 80% des ventes se font à distance, il est d’ailleurs possible de demander une livraison d’un véhicule, d’agence à agence sur toute la France. Pour Anès Hisni, il y a plusieurs raisons qui font que les gens ne s’occupent plus eux-même de la vente de leur véhicule. « Certains n’ont simplement pas le temps, d’autres ont peur de se faire avoir sur internet, si ce n’est déjà le cas et il y a aussi le problème des faux chèques de banque ». L’agence reste à votre disposition pour une estimation gratuite de votre véhicule.

« L’occasion de venir nous voir. »

EWIGO
64 Avenue du Général Leclerc
28100 Dreux
Tél : 02 37 15 20 60
Mail :dreux@ewigo.com
Site internet : www.ewigo.com

Du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h30.
Et le samedi sur rendez-vous.

Charlyne Didelot

Cet article Ewigo Dreux fête son premier anniversaire ! est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Entretiens de l’Excellence : la preuve par Dreux

Près de deux cent cinquante collégiens participent aux Entretiens de l’Excellence. Une occasion exceptionnelle de se faire un premier réseau d’appui pour un avenir professionnel plus serein.

C’est une action innovante et d’envergure destinée aux collégiens. Les entretiens de l’Excellence sont organisés le samedi 12 janvier au lycée Rotrou, de 9 à 13h. « Cette action a été créée, il y a 10 ans, via une association parisienne Les Entretiens de l’Excellence à partir du constat qu’il existait une inégalité de fait entre les élèves, concernant l’accès à l’information relative aux filières professionnelles de l’excellence. Elle a pour but de mettre en présence des professionnels de ces filières avec des collégiens. Jusqu’à aujourd’hui, ce type d’action n’avait lieu que dans des villes de plus de 100.000 habitants. C’est la première fois que nous sommes sur une zone de 45.000 habitants qui comprend Dreux, Vernouillet et Châteauneuf-en-Thymerais » », explique Wassim Kamel, sous-préfet de l’arrondissement de Dreux. Le lycée Rotrou est la plateforme partenariale d’accueil de cette opération à Dreux. Les proviseurs des lycées Rotrou et Branly, les principaux de collèges ainsi que des représentants de l’inspection académique ont participé à cette action. Dans les collèges participants (Marcel Pagnol, Nicolas Robert de Vernouillet ; Louis Armand, Taugourdeau et Pierre et Marie Curie de Dreux ; et La Pajotterie de Châteauneuf-en-Thymerais), les élèves ont été identifiés et les thématiques professionnelles arrêtées dans les domaines des cosmétiques, du médicament, des métiers du spectacle, du sport, de l’automobile, du design, de l’architecture, des nouvelles technologies, de la haute fonction publique mais aussi, les métiers des forces de sécurité, de la justice, de la santé et des animaux. Trente professionnels seront présents. Des locaux, comme Elika Gakou, Léa Troulard et Thierry Méranger pour les métiers du spectacle ; l’architecte Philippe Giroux ; le sous-préfet de Dreux et l’inspecteur d’académie pour la haute fonction publique ; Hélène Denéchère, Alexandre Paquier et Richard de Pauw pour les métiers des forces de sécurité ; Rémi Coutin pour la justice et les docteurs Pascal Papillon, Christian Simon et Emmanuelle Blanchard pour la santé. Il y aura aussi des professionnels d’autres horizons comme Agnès Brissiaud, directrice au sein du groupe LVMH, Yann Schneller, avocat au barreau de Paris, Erwan Kezzar, co-fondateur de Simplon.co (formation de programmeurs-entrepreneurs), Medhi Famibelle, ingénieur consultant senior chez Orange, Jean-Michel Djian, réalisateur- documentariste, Didier Le Bret, diplomate, ou le patron de Peugeot Europe Jérôme Gautier amenés par l’association Les Entretiens de l’Excellence. Mazarine Pingeot, écrivain et Léa Mysius, cinéaste, seront les marraines de l’évènement. Pour Wassim Kamel, ce rendez-vous n’est pas un salon de l’orientation mais un moment où l’on permet aux collégiens de découvrir que les métiers de l’excellence leur sont accessibles. « Il faut qu’ils puissent les envisager. C’est aussi l’occasion de leur donner du réseau. Après chaque atelier, chaque intervenant leur dit : voici mon numéro, voilà mon adresse mail et si un jour dans les années à venir vous avez une question, ou besoin d’un appui, vous pouvez m’appeler. Je vous guiderais. Grâce à mon expérience dans le mentorat, depuis 25 ans, je constate aujourd’hui que la compétence ne suffit plus, ni les diplômes et qu’il est nécessaire de disposer au plus tôt d’une bonne information et d’un réseau d’appui pour réussir tout parcours professionnel. Notre ambition, par cette action, est de sortir notre jeunesse qu’elle soit rurale ou urbaine de la « zone blanche ». Et de lui offrir un premier réseau pour appuyer son avenir professionnel », assure Wassim Kamel.

Annie Duval-Petrix

Cet article Entretiens de l’Excellence : la preuve par Dreux est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

DAC Handball : Premier édition Challenge Michel Barbot

Après vingt-deux éditions du Challenge Marrane, mis en route avec le club d’Ivry, l’aventure a pris fin pour le club drouais. Pour mieux laisser place, cependant, au Challenge Michel Barbot, qui aura lieu le vendredi 18 janvier au Palais des Sports de Dreux.

Michel Barbot est aujourd’hui Président de la Ligue Centre-Val de Loire, mais il a également été en charge de la logistique de l’équipe de France masculine pendant plus de vingt ans, avec Daniel Costantini, puis Claude Onesta. Actif pendant plusieurs années au sein de la Fédération Française de Handball, Michel Barbot a aussi joué et entraîné au Dreux AC Handball, dont il est toujours licencié. Michel Barbot c’est un nom dans le monde du Handball, il mérite bien que ce nouveau Challenge porte son nom. Il sera présent lors de la soirée. Les portes du Palais des Sports ouvriront à partir de 17h30, le vendredi 18 janvier, pour accueillir toutes celles et ceux qui souhaitent assister aux deux matchs de la soirée. Le premier, à 18h30, sera un match de Championnat National 2 Masculin, que disputeront le Dreux A.C. Handball et le C.Chartres. Puis, à 20h30 aura lieu le match de Gala, qui se jouera entre l’équipe de Pontault Combault (LIDL Star Ligue) et celle de Chartres (Proligue). Cette soirée sera pour certains, l’occasion de découvrir ce sport, qui fait de plus en plus parler de lui. « Le Handball est le sport le plus titré en France, tant chez les femmes que les hommes » précise François Médiavila, Vice-Président du Dreux A.C. Handball. L’équipe de France féminine l’a d’ailleurs montré une nouvelle fois lors de leur victoire à l’Euro féminin 2018. Une victoire de plus pour la capitaine de l’équipe Siraba Dembélé, bien connue au Dreux A.C. Handball. Le club prévoit d’ailleurs d’organiser un nouveau tournoi en son honneur, dans l’année. A surveiller sur le site du club :« www.dreuxachandball.fr. En attendant, rendez-vous pour le Challenge Michel Barbot. « Cet événement est important pour la vie du club, ainsi nous persévérons dans notre ambition de promouvoir notre ville grâce au handball, aussi bien par le niveau des équipes que par le nombre de pratiquants » conclut le Président du club, Roland Signorini.

Charlyne Didelot

Cet article DAC Handball : Premier édition Challenge Michel Barbot est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Budget 2019 : Investissements et fort soutien aux associations

Patinoire, cœur de Ville et soutien aux associations sont des priorités pour la Ville de Dreux en 2019. Le budget communal a été approuvé à la majorité malgré quelques défections au sein de la majorité.

Le conseil municipal de Dreux a procédé, jeudi 20 décembre 2018, au vote de son budget primitif 2019. Malgré trois votes contre venant des élus de la majorité, le maire de Dreux, Gérard Hamel, a obtenu la validation de son avant-dernier budget du mandat. « C’est un bon budget », a confirmé le premier magistrat de la Ville. Hausse des subventions aux associations, lancement d’investissements autour de la future Usine à Loisirs et l’opération cœur de Ville constituent les principales caractéristiques de ce budget 2019.

Alors que les taux d’imposition de la Ville restent stables cette année, la municipalité mobilisera 75.062.526 € pour l’ensemble des dépenses de la cité dont 46.972.502 € pour le budget fonctionnement et 2.880.000 € pour le remboursement de la dette. Parmi les dépenses de fonctionnement, Dreux va consacrer 12,3 millions d’euros en 2019 pour les charges à caractère général et 22,7 millions d’euros aux charges du personnel. Les subventions aux associations grimperont de 10% et atteindront 3,9 millions d’euros. Pour équilibrer le budget de fonctionnement, Dreux compte collecter 27,1 millions d’euros d’impôts et 17,1 millions d’euros de dotations.

Les investissements de la Ville en 2019 coûteront plus de 28 millions d’euros dont 1,145 million d’euros consacré à l’opération Cœur de Ville, lancée par le gouvernement l’année dernière : « Le projet Cœur de ville est une opération sur plusieurs années. Elle est aussi importante que le projet Pôle Gare. Elle consistera à soutenir le commerce en faisant venir des habitants », a précisé Gérard Hamel. Dans le cadre de sa politique en direction du secteur des sports et de la jeunesse, le maire a annoncé le lancement de la construction d’une patinoire, prévue au sein du projet de l’Usine à Loisirs, un club house cricket, un skatePark et une piste BMX. Le tout pour une somme de 8.596.200 €. « Je veux que nos jeunes trouvent à Dreux tout ce qu’il faut pour se distraire », assure Gérard Hamel. La ville va consacrer plus de 6,5 millions d’euros à l’aménagement urbain et environnemental de la cité. Dans cette enveloppe, l’aménagement du parc des Bâtes et le boulevard de l’Europe seront prioritaires. En 2018, la dette de Dreux s’est élevée à 31,5 millions d’euros. Pour la formation et l’enseignement, Dreux consacrera plus de 1,535 million d’euros pour la construction de nouvelles salles de classe à l’école Condorcet, l’isolation extérieure de l’école Daudet et des travaux à l’école Godeau. Le grand chantier du Théâtre absorbera une enveloppe supplémentaire de plus de 2,64 millions d’euros en 2019. « Grâce à notre excellente gestion, nous maîtrisons les frais de fonctionnement et nous réalisons 10% en excédent brut de notre budget », a souligné le maire de Dreux.

Annie Duval-Petrix

Cet article Budget 2019 : Investissements et fort soutien aux associations est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Dreux : division au sein de la majorité sur le budget 2019

La soirée du vote du budget de la Ville de Dreux, jeudi 20 décembre 2018, a été émaillée par des événements exceptionnels.

Pour la première fois, des conseillers de la majorité ont voté contre le budget de leur maire. Il s’agit de Florence Archambaudière-Le Parc, chargée des foires, marchés, du commerce et de l’artisanat. L’élue a rendu ses délégations au maire qui s’est dit ne pas être surpris par sa décision. Florence Archambaudière-Le Parc a voté contre le budget 2019 à cause du projet de l’Usine à Loisirs qui, selon elle, sera nuisible à l’activité du cœur de la cité durocasse. Contre le même projet, Stéphane Le Barbey, conseiller municipal de la majorité a souligné : « Je trouve le projet de l’Usine à Loisirs farfelu dans une ville qui a un taux de chômage des jeunes de 23%. » L’opposition de droite, comme de gauche, a voté contre le budget communal 2019. Tayeb Touazi, opposant et représentant de la liste Dreux, une vraie ambition, a déclaré : « Le centre-ville se meurt et la population se paupérise de plus en plus. » Le radical Christian Mager-Maury, quant à lui, a lancé que « la Ville a d’abord besoin de voirie et de trottoirs ». La décision la plus spectaculaire est l’abstention de Michaële de la Giroday, première adjointe au maire de Dreux, au sujet de la dernière délibération sur le fonds de soutien destiné initialement à la SEMCADD, chargée de gérer le site de la Radio. 2 millions d’euros étaient attribués par la Ville pour soutenir ce parc d’activités important pour l’agglomération mais le maire a proposé un amendement pour réorienter cette aide vers d’autres projets. Gérard Hamel a préféré redistribuer cette somme pour l’acquisition de l’immeuble de Pôle Emploi et la construction du parking silo sur le Pôle Gare ainsi que sur l’Odyssée en centre-ville. « Mon abstention ne signifie pas que je quitte le navire pour autant. » Ces événements imprévus, lors de ce vote, montrent les divisons qui traversent la majorité municipale drouaise en cette fin de mandat de Gérard Hamel.

Annie Duval-Petrix

Cet article Dreux : division au sein de la majorité sur le budget 2019 est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Les Folies rouges de Bernard Tschumi à l’Hôtel Dieu

Parallèlement à l’inauguration de la Micro-Folie de Dreux, la Ville et le Fonds régional d’art contemporain de la Région Centre-Val de Loire présentent une exposition sur le Parc de la Villette (1983-1992), et ses fameuses Folies rouges, devenues une des icones de l’architecture de la fin du 20e siècle et réalisées par l’architecte Bernard Tschumi. Son projet prévoyait une vaste concentration d’activités culturelles, pédagogiques, sportives et de loisirs sur un site de 55 hectares. Le parc compte 25 Folies, toutes conçues sur le principe de déclinaison d’un cube rouge. Bernard Tschumi est né à Lausanne en Suisse en 1944, il est le fils de l’architecte moderniste Jean Tschumi. Après des études à Paris et à l’école Polytechnique de Zürich, il se tourne vers l’enseignement à l’Architectural Association de Londres, puis à l’université de Princeton et à la Cooper Union. C’est avec l’aménagement du parc de la Villette qu’il s’affirmera comme l’un des bâtisseurs majeurs du déconstructivisme en France.

Annie Duval-Petrix

Expo Le Parc de la Villette à l’Hôtel-Dieu jusqu’au 10 février.

Cet article Les Folies rouges de Bernard Tschumi à l’Hôtel Dieu est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

« Les dernières news

Janvier 2019
LMMJVSD
12345
1920
222326