Actu 28

11 juillet 2018

3ème édition du Festival Derrière les Fagots

Suite au succès des deux premières édition, le Festival Derrière les Fagots sera de retour cette année, les 1er et 2 septembre. Spectacles, théâtre, jeux, restauration et bal seront au rendez-vous pour les familles, qui se plaisent à se retrouver dans la commune de Saint-Ange-et-Torcay pour cette manifestation culturelle et festive. Tout comme les années précédentes, les représentations auront lieu dans deux lieux phares du village : « Le 5 côté jardin » et à La Bouquetière, ferme de Fanny et Romain Cassaigne, membres organisateurs de l’événement. Au programme, il y aura du théâtre, des contes, des animations foraines et une restauration sur place avec des produits locaux. Il est possible de réserver les billets auprès de La Bouquetière au 06 21 83 72 37. Retrouvez toutes les informations sur le site www.festivalderrierelesfagots.com ou sur Facebook : Festival de Torcay.

Charlyne Didelot

Cet article 3ème édition du Festival Derrière les Fagots est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Dreux, première ville d’Eure-et-Loir à signer l’Action cœur de ville

Lundi 9 juin, la ville de Dreux, l’État et leurs partenaires ont signé la convention fixant leur engagement dans le dispositif Action Cœur de Ville. L’objectif est de soutenir la ville dans le développement de son attractivité.

Les thématiques retenues par Dreux pour cette opération Action Cœur de Ville, menée par l’État, la région et plusieurs partenaires de l’habitat, sont : la réhabilitation et la restructuration de l’habitat en centre-ville pour une offre plus attractive en direction des jeunes et des familles, le développement économique et commercial équilibré, le développement de l’accessibilité, la mobilité et les connexions, la mise en valeur de l’espace public et du patrimoine et les accès aux équipements et services publics. « La ville de Dreux et l’agglomération ont lancé une opération très importante. En effet, comme beaucoup de villes de taille moyenne de France, on souffre de la désertification et aussi du manque d’attractivité. Un centre-ville qui meurt est un centre-ville qui ne se porte pas bien. Il était donc nécessaire, pour le conseil municipal, de se lancer dans un plan avec un certain nombre de projets. L’Action Cœur de Ville, lancée par le gouvernement, a pour intérêt de globaliser ces projets. Le problème des cœurs de villes n’est pas seulement un problème de commerce, il faut réhabiliter les logements et permettre aux propriétaires de modérer leurs loyers et trouver des solutions aux commerces vacants. C’est souvent à travers le cœur de la « ville centre » qu’on juge le territoire », expliquait Gérard Hamel, maire de Dreux et président de l’Agglomération. Dominique Dhenne, président du comité régional Action Logement, partenaire de l’opération, a, de son côté, insisté sur le rôle de son organisme pour financer et aider à la réhabilitation des logements en centre-ville. « 1,5 milliard d’euros seront investis sur les 222 villes de France relevant de l’opération Cœur de Ville dont 13 sont en région Centre-Val de Loire et trois en Eure-et-Loir (Chartres, Nogent-le-Rotrou et Dreux). De son côté Sophie Brocas, la préfète d’Eure-et-Loir, a fait preuve de pédagogie dans ce dossier : « lorsque l’on reproche au gouvernement de ne s’occuper que des grandes métropoles, l’opération Action Cœur de Ville prouve le contraire. Son rôle est de venir en aide aux villes moyennes pour les redynamiser. Dreux joue un rôle de centralité important pour son agglomération. Action Cœur de ville a pour rôle de coordonner les moyens de l’État, des partenaires et des collectivités pour accélérer les choses ». Elle a ensuite rappelé que le gouvernement mobilisera plus de 5 milliards d’euros dans ces projets au profit de 222 villes. Certains projets sont déjà en cours, comme la résidence Pierre-July, la requalification de du bâtiment de l’ancienne Caisse d’Épargne, l’hôtel Ibis dans le package du Pôle gare ou la restructuration du théâtre. Les partenaires d’Action Cœur de Ville sont nombreux : Caisse des dépôts et consignation, Action Logement, Agence Nationale de l’Habitat, Conseil Régional, Conseil départemental, OPH Habitat drouais, CCI, Chambre des métiers, Conseil d’architecture d’urbanisme et d’environnement, Société publique locale, Initiative Eure-et-Loir et Gédia. La convention engage la ville, l’État et leurs partenaires pour 6 ans avec la signature d’un avenant annuel pour faire le point.

Annie Duval-Petrix

Cet article Dreux, première ville d’Eure-et-Loir à signer l’Action cœur de ville est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Se servir de la marque pour susciter des vocations

Le Groupe Berteaux et BMW France signent un partenariat avec le lycée professionnel Gilbert-Courtois de Dreux. Une première pour tirer les jeunes vers le haut et les amener vers des métiers d’avenir en se servant de la marque pour susciter des vocations.

C’est l’idée de Gilbert Berteaux, fondateur du Groupe Berteaux, qui a embauché près de deux cent collaborateurs dont plusieurs élèves et stagiaires du lycée Courtois, mais aussi d’anciens élèves qui y font carrière. Ellen Cordier, proviseur du lycée Courtois, était venue en compagnie de José Concalves, responsable de la formation et de Yannick Foucard, son gestionnaire comptable, pour rencontrer Stéphane Emeraud, responsable des qualités techniques au centre de formation BMW, et Maud Patrigeon, coordinatrice administrative. La rencontre avait lieu dans la nouvelle concession BMW de Vernouillet en compagnie de Gilbert Berteaux. Un moment plein d’émotion puisque Stéphane Emeraud a débuté comme apprenti chez Gilbert Berteaux. « J’ai grandit grâce à ce monsieur », confiait-il en désignant son ancien patron très ému de cet hommage mais aussi très fier de pouvoir offrir un avenir à des jeunes dans la profession qu’il affectionne et défend passionnément. L’objectif de la rencontre est de mettre en place un partenariat entre le lycée professionnel, le Groupe Berteaux et BMW France. « Il faut montrer aux jeunes de beaux métiers, désormais on travaille dans l’excellence. On ne dit plus un mécanicien mais un technicien. On travaille avec des gants dans des ateliers clairs et spacieux qui n’ont plus rien à voir avec les garages d’autrefois noircis par le cambouis », rappelait Gilbert Berteaux. « C’est important de leur montrer que l’excellence c’est aussi pour eux ce n’est pas parce qu’ils sont à Dreux qu’il n’y ont pas droit. On le voit bien quand on fait le challenge BMW, un concours mis en place par BMW. Nous avons fini à la 7e place l’an dernier », indiquait Ellen Cordier qui avoue avoir du mal à remplir la section carrosserie. « Nous avons une vingtaine d’élèves en carrosserie et une soixantaine en maintenance de véhicules. Les jeunes ont plutôt des impressions négatives sur ces débouchés. Mais quand on leur parle de BMW ils ont des étoiles dans les yeux ». On a déjà des référentiels bien structurés. Il faut voir comment insérer des formations spécifiques à BMW et mettre en place une attestation spécifique à la marque. « Nous avons besoin de former des jeunes. Le réseau a besoin de 400 techniciens d’ici 2020 », indiquait Stéphane Emeraud. Le centre de formation BMW assure les formations post bac et post BTS, de nombreuses évolutions de carrières sont possibles. Mais pour l’heure on cherche à former et attirer les jeunes vers le haut dès le lycée. « Nous allons convaincre les responsables de BMW à Munich de céder à la demande de prêt de voitures et de pièces détachées pour que les jeunes puisent se familiariser dès l’apprentissage avec la marque tout comme les esthéticiennes travaillent avec des marques de laboratoires cosmétiques. Apporter un plus dans la formation avec, par exemple, un prêt de véhicule à la concession Berteaux avec le technicien qui va avec et une formation sur la mise en sécurité d’un véhicule hybride BMW soldée par un diplôme », proposaient les responsables. A l’heure des inscriptions et des décisions d’orientations professionnelles, il est bon d’aller à la découverte de nouveau débouchés et de nouvelles technologies.

A.D.-P.

Cet article Se servir de la marque pour susciter des vocations est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

3329 jeunes accompagnés par la Mission locale en 2017

La Mission locale se concentre sur l’orientation des jeunes en direction des offres de formation et d’emploi. Ses conseillers suivent le parcours des jeunes jusqu’à ce que les objectifs fixés soient atteints.

Les membres de la Mission locale s’étaient réunis le 28 juin au domaine de la Reposée, à l’occasion de leur assemblée générale, en présence de Wassim
Kamel, sous-préfet de l’arrondissement de Dreux. « Notre jeunesse rencontre des difficultés éducatives, des carences affectives, sociales, comportementales pour beaucoup d’entre eux, de plus, la situation économique et sociale, souvent préoccupante, de leur famille complique leur insertion professionnelle », rappelait Alain Gabrielli, président de la Mission locale. L’activité de l’année 2017 a été intense : 3329 jeunes ont été accompagnés, dont 1175 de Dreux et Vernouillet (55%), 765 jeunes ont été accueillis pour la première fois dont 436 de Dreux et Vernouillet (57%). Près de 20.000 entretiens individuels ont été réalisés, une augmentation de 25% dont 11.605 en faveur des jeunes des deux villes. 93 jeunes ont accédé à un contrat en alternance, une hausse de 28% dont 31 de Dreux et Vernouillet et près de 1465 contrats de travail ont été signés, soit une augmentation de 7% et dont 794 contrats sont en faveur des jeunes de Dreux et Vernouillet. 678 entrées en formation enregistrées, une hausse de 8% et 266 jeunes des deux villes ont bénéficié d’une entrée en formation. Des actions concrètes ont été menées. « Plusieurs opérations de recrutement ont été mises en place en partenariat avec la maison de l’emploi (M2ED) et Pôle emploi. 120 jeunes ont été accompagnés par nos parrains bénévoles. Nous avons mis en place la Garantie jeunes pour 210 d’entre eux. Grâce au financement de la politique de la ville et de l’Etat, Dreux et Vernouillet ont mis en lumière une vingtaine de jeunes dans les domaines de la musique, du chant, de la danse et de l’art graphique. Un séminaire interprofessionnel sur la thématique Comment redonner confiance à notre jeunesse a été organisé. Des résultats obtenus essentiellement grâce au soutien financier de l’Etat », détaillait le président avant de s’inquiéter d’un éventuel impact de la baisse de ses subventions. Une inquiétude balayée de la main par Wassim Kamel, qui constate « une heureuse amélioration de l’insertion sociale et professionnelle des jeunes accompagnés par la Mission locale. Son action, dans le cadre d’une situation socio-économique du bassin d’emploi qui s’améliore (le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A, a baissé en un an de 2,8 et de 4% pour les jeunes), a permis de faire bénéficier les jeunes inscrits de 1475 contrats de travail contre 1370 en 2016. Plus d’un jeune suivi sur deux a trouvé une solution d’emploi ou de formation. C’est pour cette raison que l’Etat, toutes subventions confondues, a assuré avec 1 046 539 €, soit près de 75% du budget global de la Mission locale. Un engagement étatique fort qui se poursuivra, tant il est important de donner à notre jeunesse les moyens de se construire un avenir à la hauteur de ses ambitions ». Mina Daoudi, directrice la Mission locale, a tenu à remercier son équipe de 23 salariés, pour le travail effectué, avant de dévoiler les orientations pour 2018 en matière d’offre de services, de partenariats et de pilotage des dispositifs publics d’insertion : « Nous allons reconduire l’action de parrainage pour 120 jeunes, participer activement à la lutte contre les violences faites aux femmes en partenariat avec le NID, le CIDFF 28 et la déléguée aux droits des femmes. Nous allons lutter contre le décrochage scolaire, participer au pacte seconde chance et reconduire l’action Ingeni Pop, promouvoir l’insertion par le sport et participer au projet du sous-préfet concernant l’élaboration d’un abécédaire de la laïcité en partenariat avec deux autres Missions locales du département. »

Annie Duval-Petrix

Cet article 3329 jeunes accompagnés par la Mission locale en 2017 est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

« Les dernières news

Juillet 2018
LMMJVSD
1
78
131415
172122
2425262829