Actu 28

19 avril 2018

"Le Roi disait que j'étais diable" de Clara DUPONT-MONOD

Ce roman couvre la première partie de la vie d’Aliénor d'Aquitaine depuis son mariage avec Louis VII alors qu'elle n'a que 13 ans jusqu'à son "divorce" 15 ans plus tard. 

Basé sur de vrais faits historiques, Clara DUPONT-MONOD réinvente la vie d'Aliénor. Cette femme de caractère qui fut reine de France puis d'Angleterre. 

Aliénor est une femme qui me passionne depuis longtemps par son

Lucilius

Bilan et projets sur le Canton d’Anet

Depuis les élections de 2015, les conseillers départementaux, Évelyne Lefebvre et Francis Pecquenard, ont parfaitement trouvé leur cadence afin de travailler ensemble sur le Canton d’Anet.

En quelques chiffres, le Canton d’Anet c’est, 25 communes, 2 collèges, 442 kilomètres de voiries départementales, 2 maisons de retraite et un établissement pour personnes handicapées. A mi-mandat, plusieurs projets ont été réalisés et d’autres s’achèveront d’ici l’année prochaine. Au collège Mozart, de gros investissements ont été faits, à hauteur de 1,4 million d’euros pour des travaux de réaménagement des espaces extérieurs, la rénovation de la façade ou encore le changement de deux chaudières. Cette année, de nouveaux travaux sont prévus sur les sols souples, le système d’alarme anti-intrusion, les sanitaires et l’accessibilité, pour une somme de 1,15 million d’euros. Côté environnement et eau potable, un nouveau forage a été créé aux Christophes, à Sorel-Moussel. Il sera en service avant la fin du mandat et permettra une meilleure quantité et qualité de l’eau. Les forages de Mézières et de Fermaincourt seront donc fermés et un château d’eau sera construit sur la commune d’Abondant. 5 millions d’euros ont été investis sur la RD 933 depuis le début du mandat avec pour objectif d’améliorer et de sécuriser cet axe routier pratiqué par plus de 6000 véhicules par jour. De plus, une enveloppe de 600 000€ a permis d’entretenir la voirie départementale sur les 25 communes du Canton. « L’entretien de la voirie est un travail quotidien, nous réalisons des réunions trois à quatre fois par an avec les maires des communes » explique Francis Pecquenard. Les projets, quant à eux, sont nombreux pour cette deuxième partie de mandat. A commencer par le tant attendu Centre de secours d’Anet qui sera installé sur le site de l’ancienne usine TRB sur la route d’Oulins. Le coût du chantier est estimé à 1,4 million d’euros et commencera cet été. L’ouverture du 3ème Centre de secours d’Eure-et-Loir est programmé pour le Printemps 2019. Depuis quelques mois maintenant, les habitants du Canton ont pu constater que les travaux ont commencé dans l’ancien bâtiment de la Poste à Anet, face au château. Le projet de Centre de la Renaissance est en bonne voie et le Département participe à hauteur de 150 000€ sur les 560 000€ nécessaires à sa réalisation. Un nouvel équipement sportif est aussi très attendu, il verra le jour d’ici le Printemps 2019, dans l’ancien magasin Monsieur Bricolage de Saussay. L’objectif de ce nouvel espace étant de soulager les deux gymnases existants, celui d’Anet et de Bû. Le Syndicat Mixte du Canton d’Anet est propriétaire des lieux depuis décembre et actuellement le permis de construire est à l’instruction. Le but est de commencer les travaux avant l’été. Un dernier gros projet, pour la voirie, avec la création de la nouvelle voie de circulation entre Anet et Saussay. Ce chantier de 900 000€, mené par le Département, va débuter en mai pour se terminer, également, au Printemps de l’année prochaine.

Charlyne Didelot

Cet article Bilan et projets sur le Canton d’Anet est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

La programmation divertissante d’AZ Prod à l’Atelier à Spectacle

C’est officiel, l’Atelier à Spectacle à Vernouillet a fait appel à la société AZ Prod, pour mettre en place une programmation différente de celle qui est proposée actuellement.

Basée à Tours depuis dix ans, AZ Prod organise des concerts et des spectacles sur la Région Centre et Grand Ouest, avec l’objectif de créer un lien entre des lieux de spectacles locaux et des programmations internationales. « Cela fait quelques années que l’on travaille sur l’élargissement de nos activités et que l’on réfléchissait à ce partenariat pour développer le côté divertissement » explique Philippe Viard, directeur de l’Atelier à Spectacle. C’est chose faite aujourd’hui. La programmation commencera au mois d’octobre avec l’humoriste Malik Bentalha, qui s’est fait connaître grâce au Jamel Comedy Club. Il jouera sur la scène de l’Atelier, le samedi 18 octobre à 20h30, avec son second One Man Show « Encore ». « L’objectif, en apportant cette nouvelle programmation, est d’attirer un nouveau public » ajoute Philippe Viard. Le samedi 17 novembre à 20h30, le public découvrira « Le clan des divorcées », la pièce de théâtre qui a déjà attiré plus de trois millions de spectateurs. « Actuellement, il y a peu d’offre sur le genre de spectacle que l’on propose sur le territoire. On commence à Vernouillet avec une programmation variée pour tâter le terrain » explique Julien Lavergne, directeur de AZ Prod. Le samedi 8 décembre à 20h30, Patrick Sébastien foulera la scène de l’Atelier avec son dernier spectacle « Avant que j’oublie ! » accompagné de trois musiciens. « Si les salles sont pleines c’est que le spectacle a sa place » ajoute Julien Lavergne. Et c’est le cas pour l’humoriste Olivier De Benoist qui sera à Vernouillet, le samedi 15 décembre à 20h30, avec son One Man Show « 0/40 ans ». Une soirée de rires garantie pour terminer l’année ! 2019 débutera également dans l’humour avec Lucienne, des Vamps, et sa nièce Solange dans leur nouveau show « Vamp in the kitchen ». Lucienne et Solange transporteront le public de l’Atelier à Spectacle dans leur comédie dynamique et originale, le samedi 26 janvier à 20h30. Et pour conclure cette première programmation avec AZ Prod, le samedi 13 avril 2019, à 20h30, Ben et Arnaud Tsamere, un duo que vous avez certainement déjà vu dans l’émission du dimanche de Michel Drucker, joueront leur spectacle « Enfin sur scène ». La billetterie est ouverte sur le site de l’Atelier à Spectacle dans l’onglet « Divertissement » qui vous redirigera vers le site de AZ Prod. Les abonnés de l’Atelier à Spectacle bénéficieront de 5€ de réduction.

Charlyne Didelot

Renseignements :
www.latelier-a-spectacle.com ou 02 37 42 60 18
www.az-prod.com ou 02 47 31 00 94

Cet article La programmation divertissante d’AZ Prod à l’Atelier à Spectacle est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

S Couverture Zinguerie : deux ans d’activité pour l’entreprise de Sany Benzaamia

Sany Benzaamia est un jeune entrepreneur qui a lancé son entreprise de couverture et zinguerie en avril 2016, installée sur la commune de Torcay.

C’est au CFA d’Evreux qu’il a appris le métier et obtenu son Certificat d’Aptitude Professionnel couvreur avec une mention complémentaire en zinguerie et le Brevet Professionnel couvreur. Pendant onze ans, Sany Benzaamia a travaillé dans l’entreprise de Denis Renaux à Châteauneuf-en-Thymerais. Après le décès de ce dernier, il décide de se lancer dans cette aventure et devenir son propre patron. En deux années d’existence, la clientèle du jeune patron ne cesse d’augmenter. « J’ai beaucoup de travail, ce qui me permet parfois de choisir mes chantiers » précise-t-il. Ce que préfère Sany Benzaamia, c’est travailler sur des toitures à rénover plutôt que des maisons neuves. Aujourd’hui, il propose ses services dans différents domaines, à savoir la couverture, la zinguerie ou encore le démoussage de toiture. « Ce que je préfère, c’est travailler le zinc, le plier, le souder, mais aussi la pose de l’ardoise. Cela demande beaucoup de technicité et du calcul » explique-t-il. Bientôt, le couvreur proposera un nouveau service, la réalisation de terrasse d’étanchéité sur les toits plats. Pour cela, il va très prochainement effectuer une formation avec un expert dans ce domaine et travaillera avec une entreprise allemande, précurseur dans ce type d’aménagement. Actuellement, Sany Benzaamia se déplace sur plusieurs départements, à savoir l’Eure-et-Loir, l’Eure, les Yvelines mais aussi l’Île-de-France. Son entreprise a rapidement bien démarré et aujourd’hui il a embauché un ouvrier pour pouvoir assurer tous ses chantiers. De même, il ne serait pas contre le fait de trouver, par la suite, un apprenti, très motivé, pour poursuivre le développement de son entreprise sur le territoire. « Je suis quelqu’un de minutieux et qui aime le travail bien fait » précise-t-il. Pour pouvoir pratiquer son métier, l’artisan est bien équipé, avec un camion benne, une mini-pelle et un télescopique. Côté fournisseur, c’est avec des entreprises de la région qu’il travaille. Sany Benzaamia a donc réalisé avec succès un premier rêve, celui de créer son entreprise, mais il a tout de même confié que son plus grand souhait serait de pouvoir, un jour, rénover le clocher d’une église.

Charlyne Didelot

S Couverture Zinguerie
25 rue de la Blaise – 28170 Torcay
Tel : 06 59 30 96 36 / 02 37 62 09 77
Mail : lscouverture28@gmail.com

Cet article S Couverture Zinguerie : deux ans d’activité pour l’entreprise de Sany Benzaamia est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Une sortie printanière au Salon Saveurs et Jardins

L’association, La Voix de Gambais, organise la troisième édition du salon Saveurs et Jardins, les 28 et 29 avril, à quelques kilomètres de Houdan, au château de Neuville à Gambais (78).

L’an passé, le salon a accueilli près de trois mille personnes malgré le temps incertain. Les organisateurs espèrent que le soleil sera au rendez-vous cette année, afin de profiter au maximum de l’ouverture exceptionnelle de l’Esplanade du château de Neuville, habituellement fermé au public en dehors des journées du patrimoine. Le salon ouvrira ses portes de 10h à 18h. Durant les deux jours, une soixantaine d’exposants sera présente, l’objectif étant de regrouper des producteurs locaux mais aussi régionaux. Pépiniéristes, horticulteurs, paysagistes, céramistes, créateurs de décorations extérieures en fer forgé ou de nichoirs, mais aussi producteurs dans le domaine alimentaire présenteront le fruit de leur travail. Des animations pour les enfants seront proposées en continu avec des ateliers de jardinage. Des nouveautés attendent les visiteurs, avec l’entreprise L’ARB’AUX 4 SABOTS, qui proposera samedi et dimanche, à 12h, une simulation de secours dans les arbres et, à 14h30, une démonstration de débardage à cheval. La Jardinerie Poullain et la serre aux papillons de La Queue-Lez-Yvelines seront également présents tout le week-end. Autre nouveauté, la présence de Françoise Pommet, conférencière notamment à la pépinière Poullain qui donnera une conférence, chaque après-midi, à 15h30, sur le thème jardin. La moitié des exposants est nouvelle et l’égalité entre les pôles Saveurs et Jardins est respectée. Afin que chacun puisse profiter de sa visite, le stand restauration revient avec sandwichs, plat chaud, boissons, vente de crêpes et barbes à papa. Les personnes qui souhaitent faire transporter leurs achats directement à leur voiture, sur le parking situé à proximité du château, pourront bénéficier du service brouette. L’entrée est à 2€ pour les plus de 18 ans et valable tout le week-end. Sur la page Facebook Salon Saveurs et Jardins, la présentation des exposants est mise à jour régulièrement et pour suivre les actions de l’association organisatrice, rendez-vous sur le site www.lavoixdegambais.org.

Charlyne Didelot

Cet article Une sortie printanière au Salon Saveurs et Jardins est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

La Bouquetière : les chevreaux stars des portes ouvertes !

Le dimanche 15 avril ont eu lieu les portes ouvertes de La Bouquetière, à Saint-Ange et Torcay. Fanny et Romain Cassaigne ont eu le plaisir d’accueillir 650 visiteurs.

Aujourd’hui, qui dans l’Agglo du Pays de Dreux n’a pas entendu parler de l’élevage de chèvres Angora, installé dans la petite commune de Saint-Ange et Torcay ? Même quand on connaît, on y revient avec plaisir. A l’occasion de ces nouvelles portes-ouvertes, quatorze producteurs locaux étaient présents dont quelques nouveaux, comme les confitures d’Isabelle, les rillettes de Bruno Debray, des meubles fabriqués avec des palettes, les pâtes artisanales et biologiques « les Joviettes » ou encore les chips « Belsia ». Les jeux en bois ont rencontré un franc succès tant auprès du jeune public que de leurs parents. Cette année, dès l’entrée dans la ferme, un jeu de piste, à réaliser au fur et à mesure de la visite, était proposé. Une fois le jeu terminé et les questions validées, les visiteurs se sont vus accorder 5% de remise en boutique. Les amoureux de la laine Mohair pouvaient s’en procurer sous forme de pelotes mais aussi directement en pull, en écharpe, ou encore en chaussettes. Les chèvres de Fanny et Romain sont troisième, au niveau génétique, sur les cent éleveurs de chèvres Angora qui existent en France. Pour ceux qui le souhaitaient, il était possible de déjeuner dans la grange, en compagnie des chèvres et de leurs chevreaux. Huit petits sont nés entre le 17 et le 24 mars, autant dire que les enfants, tout comme les adultes, ont été attirés par ces petites boules de laine toutes blanches. Toutes les heures, pendant la journée d’ouverture, Romain a proposé une visite de l’élevage, avec de nombreuses explications sur les animaux mais aussi sur laproduction de la laine Mohair. Les chèvres, dont la laine pousse d’un millimètre par jour, sont tondues deux fois par an, en août et février. Entouré des chevreaux et plus particulièrement de Orage son « chouchou », Romain explique de quelle manière sont choisis les noms des nouveaux nés. Il doit y avoir un rapport avec le nom de la mère. Ainsi, Hideale a deux petits dans l’élevage : Must et Nickel. 2018, c’est l’année des « O » et tout le monde a pu participer aux choix des noms sur la page Facebook de La Bouquetière. Les chevreaux ne sont pas encore tous baptisés mais on retrouve déjà : Orage, Otelle, Ouragan, Optimiste, Ovni et Optimal. Une belle journée d’échanges et de découvertes pour les visiteurs.

Charlyne Didelot

Cet article La Bouquetière : les chevreaux stars des portes ouvertes ! est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Dreux : une patinoire et un palais des congrès

La question était en suspens depuis quelques mois. L’Usine à Loisirs, qui doit s’implanter sur l’ancien site de Delisle sur la RN 12, accueillera finalement une patinoire. Le parc des expositions, quant à lui, sera agrandi pour accueillir des manifestations d’envergure.

« Au départ, dans le projet qui concerne le terrain où se trouvaient les établissements Delisle en bordure de la RN 12, il était convenu, avec le promoteur, qu’un espace serait réservé à une opération destinée à la collectivité. Le promoteur se charge de l’investissement global mais un équipement, type patinoire, ne peut être porté que par une collectivité. En visitant l’Usine à loisirs de Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne), nous étions séduits par la patinoire et le palais des congrès. Nous avons hésité entre les deux mais les retours que nous avions sur les réseaux sociaux montraient une réelle déception des jeunes drouais face à l’abandon du projet de patinoire », expliquait le maire en présence de son adjoint chargé de l’urbanisme, Jean-Michel Poisson. Jeudi dernier, Gérard Hamel avait réuni sa majorité et la décision a été prise. « Nous avons tranché en faveur des deux équipements. Pour la patinoire, nous avons d’abord étudié la faisabilité financière. On aura la capacité de la réaliser sur 2018-2020, sachant que 2018 sera consacrée aux études pour financer la patinoire sans emprunter. Nous autofinancerons cette patinoire dont le coût est estimé entre 8 et 9 millions d’euros HT. Pour le fonctionnement, ce qui nous avait fait hésiter au départ c’est le déficit pour toute structure qui se mesure entre 300 000 et 400.000€ par an. Connaissant nos coûts de fonctionnement et notre capacité financière, en plus des 5 à 6 millions d’euros que l’on dégagera annuellement en excédent brut de fonctionnement, on se dit qu’il est possible de répondre favorablement à ce besoin de la jeunesse », assurait le maire. Pour plus de rentabilité, la patinoire sera construite aux normes nationales avec accueil des spectacles, des manifestations nationales et des grands galas de patinage artistique. Sa mise en service est prévue pour le deuxième semestre 2019. Les élus ont réfléchi à trois activités pour limiter le coût : « Le sport avec le hockey, la fédération Française de Hockey sur glace nous propose de nous accompagner techniquement pour la construction de la patinoire et pour la constitution d’un club. Plus culturel, le patinage artistique, nous aurons aussi un appui pour la création d’un club de patinage et l’organisation de galas. Enfin, le plus populaire, c’est le patinage loisirs. Outre le besoin de la jeunesse, que l’on veut satisfaire, le projet représente 30.000 m2 couverts et la création de 300 emplois et il va générer 300.000 € de taxes foncières supplémentaires ». Pour le deuxième projet du palais des congrès, la surprise est moins forte puisque Gérard Hamel procédera à l’agrandissement du parc des expositions de Dreux : « On va conforter la position du parc des expositions en l’amenant à 5 000 m2. La SEMCD va s’occuper de toutes les phases de réalisation de ce projet. On va agrandir le parking grâce au terrain de football à côté. Dès cette année, les études vont être engagées pour avancer dans ce dossier. Le coût prévisionnel de cette opération est de 1,5 à 2 millions d’euros. »

Annie Duval-Petrix

Cet article Dreux : une patinoire et un palais des congrès est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

La maison médicale des Bâtes accueille le premier médecin adjoint de France

Depuis le 17 janvier 2018, la maison pluridisciplinaire des Bâtes, à Dreux, accueille la première médecin adjointe de France. Un dispositif novateur qui permet d’enrichir l’offre médicale sur un territoire reconnu comme désert médical.

« Un médecin adjoint est un médecin diplômé qui n’a pas encore soutenu sa thèse. Après avoir terminé leurs études, les médecins ont trois ans pour soutenir leur thèse. Pendant ce temps, la plupart des jeunes médecins font des remplacements dans des cabinets médicaux, maisons pluridisciplinaires ou hôpitaux mais n’ont pas toujours le temps de préparer leur thèse. Travailler quelques jours par semaine en tant que médecin adjoint leur permet de gagner leur vie, préparer leur thèse et découvrir la réalité d’un territoire pour éventuellement l’adopter et s’y installer », expliquait Olivier Marleix en visite à la maison pluridisciplinaires des Bâtes où est installée depuis le 17 janvier Zelda Sense. Formée en médecine générale, elle a fait ses études à la Faculté de médecine de Tours et a effectué ses stages dans les cabinets médicaux d’Eure-et-Loir. En compagnie de Sophie Brocas, préfète d’Eure-et-Loir, Wassim Kamel, sous-préfet de l’arrondissement de Dreux, Gérard Hamel, président de l’Agglomération du Pays de Dreux, et Denis Geleze représentant l’Agence Régionale de Santé, le docteur Benoît Janvier, médecin généraliste à l’origine de la maison médicale des Bâtes, a présenté le nouveau dispositif. « Le cabinet médical, créé en 1990, menaçait de fermer, avec l’aide conjointe de l’Agglomération, l’Agence Régionale de Santé et la préfecture d’Eure-et-Loir, nous avons trouvé en 2016 la solution de le transformer en maison médicale pluridisciplinaire. Elle accueille désormais une dizaine de praticiens. Nous accueillions régulièrement des jeunes médecins remplaçants qui étaient débordés et n’avaient pas le temps de préparer leur thèse. De là, est venue l’idée de médecin adjoint ». « Ce nouveau statut leur permet pendant trois ans de pratiquer tout en gagnant leur vie et préparer leur thèse. C’est leur mettre le pied à l’étrier tout en espérant les garder ensuite », indiquait Sophie Brocas qui insiste sur le fait que « la thèse est une formalité et qu’un médecin non thésé est vraiment un médecin contrairement aux idées reçues ». « Peu de jeunes souhaitent s’installer seuls. Ils préfèrent des structures comme celle-ci où l’on peut échanger et organiser des réunions pluridisciplinaires », rappelle le docteur Janvier. « Une autorisation conjointe de l’ARS et un arrêté de la préfecture d’Eure-et-Loir et du conseil de l’ordre des médecins a été donnée le 17 janvier 2018 pour l’installation d’un médecin adjoint. Le premier en France. Une initiative poussée au niveau national par les députés Olivier Marleix et Philippe Vigier. « Ce sont des dérogations sur trois mois renouvelables destinées aux médecins qui ont terminé leurs études, rappelle Olivier Marleix. Avec Philippe Vigier nous avons trouvé une disposition du code de la santé qui n’avait pas été appliquée depuis le retour de la guerre d’Algérie. » Marysol Tourraine, ministre de la santé de l’époque, a pris une disposition et Nicolas Quillet, qui était préfet d’Eure-et-Loir, un arrêté pour nous permettre d’accueillir le premier médecin adjoint de France ».

Annie Duval-Petrix

Cet article La maison médicale des Bâtes accueille le premier médecin adjoint de France est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Le capitaine Flavien Bregeon remplace le commandant Nicolas Gicquel

Le centre de secours principal de Dreux a changé de commandant. La passation de commandement s’est déroulée le vendredi 6 avril en présence de nombreux élus, soldats du feu professionnels et pompiers volontaires.

« Un commandant est un homme qui a besoin des autres. J’ai besoin de vous et je serai là quand vous aurez besoin de moi. » C’est en ces termes que le capitaine Flavien Bregeon a pris son poste de commandement du Centre de Secours Principal de Dreux en présence du commandant Fabien Lecuirot, chef du groupement, et du colonel Jean-François Gouy, directeur du SDIS28 (Service Départemental d’Incendies et de Secours). Emotions, passion et fierté étaient au rendez-vous de la cérémonie de passation de commandement entre le commandant Nicolas Gicquel, en poste à Dreux depuis six ans, et le capitaine Flavien Bregeon, arrivé de Vendée en 2011 au service prévision. « Mon objectif était de devenir chef de centre. Pour moi, c’est une vocation. J’ai été JSP (Jeune Sapeur-Pompier) à 16 ans, sapeur-pompier professionnel à 22 ans. Je cherchais un poste de commandement, on m’a proposé de venir à Dreux. J’ai accepté et j’ai bien fait, je me plais ici », expliquait le capitaine qui prend son poste de commandement à seulement 30 ans. Ce fut l’occasion pour lui de rendre hommage au commandant Nicolas Gicquel : « un homme proche de son personnel qui a su instaurer une relation de confiance et un investissement constant et sans faille. J’ai eu la chance qu’il me fasse confiance dans la gestion du CSP depuis le 15 décembre. Il peut compter sur moi pour valoriser et optimiser les valeurs du CSP Dreux. Je serai un chef de centre 24h/24 et 360 jours par an. Soyez sûrs que je me positionnerai toujours dans l’intérêt du service et au service des 110 personnes composant cette unité », indiquait Flavien Bregeon. « La vocation, c’est d’avoir pour métier sa passion, d’après Stendhal. Je peux affirmer avoir exercé ma vocation pendant ces six belles années passées à Dreux », déclarait le commandant Nicolas Gicquel désormais responsable de la formation des sapeurs-pompiers d’Eure-et-Loir. « Etre chef de centre c’est aussi, parfois, un sacerdoce et je me souviens de tous les bons moments et de certains difficiles, voire douloureux », rappelait le commandant avant d’insister sur les trois valeurs fondamentales du CSP de Deux. « La compétence, et ce n’est pas parce que je suis en plein dans la réforme de la formation qui traite de l’approche par les compétences, ensuite, la transmission et la bienveillance. Le principe de transmettre est dans l’ADN du CSP Dreux ainsi que la bienveillance, qui n’est pas un vain mot, entre collègues mais aussi auprès des victimes. J’ajoute également l’engagement qui prend tout son sens dans les missions au quotidien. Je pars serein, mon successeur, qui m’a secondé pendant six ans, connaît bien ce CSP ».

Annie Duval-Petrix

Cet article Le capitaine Flavien Bregeon remplace le commandant Nicolas Gicquel est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

J-100 avant le passage du Tour de France à Dreux

Le jeudi 5 avril, la municipalité a réuni les agents et les élus de la ville, pour une photo spéciale J-100. Car oui, le 14 juillet prochain, la 105ème édition du Tour de France donnera un départ à Dreux.

C’est la huitième étape du Tour qui fera son départ fictif de la ville, le 14 juillet à 11h35. Mais les festivités commenceront quelques heures avant sur la place du Champ de Foire avec les animations de l’organisateur d’événements sportifs français Amaury Sport Organisation. De 8h à 11h30, ils prendront place et proposeront plusieurs activités, dont la déambulation de mascottes, la distribution de goodies, des animations musicales ou encore des acrobaties. Au même endroit, à 9h05 aura lieu le départ des cadets juniors qui effectueront les trente premiers kilomètres de l’étape, puis suivra la caravane publicitaire à 9h35. De 10h25 à 11h25, les coureurs seront présentés au public avant le départ fictif à 11h35 pour rejoindre 181 kilomètres plus loin, la ville d’Amiens. Les festivités ne s’arrêteront pas après le départ des coureurs, en effet la ville de Dreux a prévu plusieurs animations sur la journée sur la place Mésirard. Pour commencer, un écran géant sera installé pour que tout le monde puisse suivre en direct l’étape du Tour de France et à 16h, il y aura également la retransmission de la petite finale de la Coupe du Monde de Football. De 10h à 16h, un collectif de comédiens vous attendra devant leur vélo-bar pour de drôles d’échanges et pour vous informer sur le programme de la journée. De 10h à 20h, une borne à photos sera mise à disposition, les clichés seront partagés sur les réseaux sociaux et les quatre cents premiers pourront être imprimés, en souvenir de cette journée. Une animation un peu particulière sera aussi proposée, vous pourrez défier vos amis et votre famille à bord des vélos énergie. L’objectif est simple, il suffit de pédaler le plus vite possible pour faire s’illuminer la colonne face à soi. Ces vélos seront accessibles de 11h à 19h. Il y aura également un simulateur 5D, l’occasion de rentrer dans une réalité virtuelle et sportive. Vous aurez l’impression d’être sur votre vélo face au vent, mais peut-être que vous essayerez aussi le saut à ski ou encore le deltaplane. Cette expérience sera ouverte à tout public à partir de 10 ans et de 11h à 19h. Pour terminer avec les animations, le Slot Humain, où quatre concurrents seront sur un vélo et feront avancer les cyclistes d’un circuit en pédalant, ce sera de 11h à 19h. Du côté de la Maison Proximum Godeau, une exposition sur le Tour de France sera visible, avec pour thèmes, l’histoire du Tour ; Jacques Anquetil, cinq fois vainqueur du Tour de France, le vélo de 1880 à nos jours avec vingt vélos exposés et Henri Cornet et le Tour de France en Eure-et-Loir. Une exposition mise en place par Claude Maignan et visible le vendredi 13 juillet de 10h à 21h et le samedi 14 de 8h à 21h. Le 14 juillet à Dreux, c’est aussi le concert dont l’artiste est encore inconnu et le traditionnel feu d’artifice, qui sera tiré, cette année, de la Chapelle Royale.

Charlyne Didelot

Cet article J-100 avant le passage du Tour de France à Dreux est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Les écoliers retrouveront la semaine de quatre jours à la rentrée

Sébastien Leroux, conseiller municipal délégué aux affaires scolaires, l’a annoncé dès vendredi 13 avril, jour où il a reçu la confirmation de la direction des services de l’Éducation nationale. « C’est officiel depuis ce matin, le retour à la semaine de quatre jours pour les écoles de la ville de Dreux sera effectif à partir de la rentrée de septembre 2018 », indique Sébastien Leroux. Le conseil municipal de Dreux avait voté le souhait de retrouver le rythme scolaire de quatre jours le 22 février dernier. « Dès la rentrée de septembre, comme autrefois, les écoliers seront en congé le mercredi. Nous allons remettre en place les accueils de jours en centres de loisirs pour la journée du mercredi et en semaine. Les ateliers seront maintenus après l’école et nous allons travailler avec la réussite éducative pour le mercredi matin, détaille l’élu. Nous expliquerons aux parents comment s’inscrire et se réorganiser en temps voulu ».

A.D.-P.

Cet article Les écoliers retrouveront la semaine de quatre jours à la rentrée est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

M12 Events reprend les rênes du Moulin XII

Sébastien Watremez et ses cinq collaborateurs Nathalie, Amélie, Edouard, Jorje et Dulce, tous anciens employés de l’établissement, créent la société M12 Events pour pérenniser l’activité du Moulin XII. Un lieu magique chargé d’histoire.

Le lieu est un écrin magnifique propice à la fête, aux évènements heureux mais aussi aux séminaires et autres manifestations commerciales. Dans un parc arboré de 12 hectares, situé à Sainte-Gemme-Moronval, le Moulin XII a fière allure. La vieille bâtisse ne manque pas de charme avec son moulin à eau juché sur le bord de la rivière, ses petits ponts de bois et ses allées verdoyantes et romantiques. Trois endroits différents sont proposés pour différentes manifestations. Le Moulin Saint-Denis pour les réceptions et séminaires compte trois salles : un bar, une salle de réception, une salle de jeux et une salle de restaurant. Le Moulin de Bécheret, réservé aux mariages et réceptions privées peut accueillir cent vingt personnes et Les Ecuries, un bâtiment tout récent, a une capacité d’accueil de cent soixante-dix convives. L’établissement compte quatre-vingt chambres. Avec ces atouts majeurs, l’équipe de Sébastien Watremez compte bien poursuivre l’histoire du Moulin XII après un épisode malheureux. Le 12 octobre dernier, la société qui gérait les lieux déposait le bilan. « Après une déconvenue avec le promoteur chargé de construire Les Ecuries, la société a été financièrement mise en difficulté et obligée de déposer le bilan », explique Sébastien Watremez. « Avec mes collègues, tous polyvalents, nous avons créé la nouvelle société M12 Events, le 8 janvier 2018, pour exploiter les locaux en louant les lieux à Dominique et Christelle Parisot, anciens gérants, et toujours propriétaires des murs. Nous nous chargeons de l’entretien intérieur et extérieur. Nous ne sommes pas un restaurant, pour les réceptions et les mariages, nous proposons un choix entre cinq traiteurs. Nous assurons le service », explique le responsable. Accompagnement et conseils mais aussi idées nouvelles. « Nous souhaitons faire du Moulin XII un lieu de fête et de sorties pour les habitants de la région, pas seulement réservé aux mariages et aux séminaires. Nous voulons en faire un lieu ouvert à tous avec des soirées à thème, des repas occasionnels et des dîners d’affaires. Nous sommes preneurs de toutes les bonnes idées. Nous avons changé la politique tarifaire pour rendre le lieu plus accessible », ajoute Sébastien Watremez. Rien ne se ferait sans soutien et solidarité alors pour remercier les partenaires et les fournisseurs et présenter leur nouveau concept, les membres de la société M12 Events avaient organisé une soirée de présentation, vendredi 6 avril. « C’est une bonne nouvelle. Nous sommes heureux de voir se poursuivre l’activité de ce très beau site », remarquait André Cochelin, maire de Sainte-Gemme-Moronval.

Annie Duval-Petrix

M12 Events,
1, chemin de l’église,
28500 Sainte-Gemme-Moronval.
Tel : 02.37.43.47.10.
contactm12events@gmail.com
www.lemoulin12.fr

Cet article M12 Events reprend les rênes du Moulin XII est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Monique Patriat reçoit les insignes de chevalier du Mérite Agricole

« Sans elle, nous n’aurions pas ce rendez-vous annuel avec la nature, la beauté des fleurs et le plaisir de jardiner. Sans elle, il manquerait une date sur l’agenda de la ville de Dreux », confie Gérard Hamel, maire de Dreux. Sans Monique Patriat, les Naturalies n’existeraient pas puisqu’elle les a inventées.

« Au nom du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, nous vous faisons, Monique Patriat, chevalier du Mérite Agricole ». Ces mots prononcés par Gérard Hamel, maire de Dreux, n’ont pas manqué d’embuer quelques regards au terme d’un long discours rappelant la genèse des Naturalies et la perspicacité d’une femme qui, à peine élue, s’est lancée il y a treize ans dans une si belle aventure. « Dès 2001, alors que je t’avais confiée la délégation parcs et jardins, tu as imaginé une fête des plantes. A force de réunions et de visites sur le terrain, le projet a mûri et la première édition des Naturalies de Dreux avait lieu les 8 et 9 avril 2006 », rappelait Gérard Hamel. Près de 6.000 passionnés de jardinage étaient alors venus découvrir les stands des dix-huit exposants réunis dans le parc de la Chapelle Royale. Un succès qui ne s’est jamais démenti puisque l’édition 2017 avait reçu 20.000 visiteurs et soixante-dix exposants triés sur le volet pour l’excellence de leurs produits. Des exposants venus des quatre coins de la France mais aussi de Belgique, de Suisse et d’Autriche. Présidente d’honneur des Naturalies, Monique Patriat travaille neuf mois de l’année pour préparer ce rendez-vous de passionnés. Avec sa discrétion et sa gentillesse, elle a su fédérer autour d’elle une équipe toute aussi passionnée qu’elle. « Avec Loïc Deroyer, à mes côtés depuis le début, et Claude Jonnier, qui se passionne lui aussi pour les espaces verts, nous sommes toute une équipe qui travaille à la préparation de cette fête des fleurs. Je ne pourrais rien faire seule. Préparer les Naturalies est un plaisir pour moi », confiait Monique Patriat. C’est sous l’œil attendri de ses amis, dans une émotion partagée par son mari, ses deux filles et ses petites filles que Monique Patriat a reçu les insignes de chevalier de l’ordre national du Mérite Agricole. L’une des cinq plus importantes décorations françaises après la légion d’honneur, la Médaille militaire, le Mérite national et les Palmes académiques.

Annie Duval-Petrix

Cet article Monique Patriat reçoit les insignes de chevalier du Mérite Agricole est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Une belle réussite pour les JEMA !

La douzième édition des Journées Européennes des Métiers d’Art a eu lieu du 3 au 8 avril. Pendant ces quelques jours, plusieurs artisans de l’Agglomération Drouaise ont ouvert les portes de leur atelier au public.

Ce fut le cas de Nathalie Chesneau, maître verrier vitrailliste à St Sauveur Marville, Jacques Lecomte, tourneur sur bois à Tréon, Camade, maître verrier vitrailliste à Saulnières et Lili la Pie, créateur de bijouterie fantaisiste à Garnay. Ils avaient organisé pour l’occasion un parcours entre leur quatre lieux de travail, les visiteurs devaient faire tamponner leur carte de passage dans au moins trois des ateliers et la déposer dans une des urnes. Ainsi, près de deux cents visiteurs sur les trois jours, ont découvert, et pour certains essayé les métiers d’art de ces artisans. Le vendredi 13 avril, c’est dans l’atelier de Lili la Pie qu’a eu lieu le tirage au sort. Delphine Gouin a remporté un vitrail à suspendre, Thierry Rodes le livre « L’enfant du vitrail », Odile Hecquart un objet en bois tourné et Catherine Cochet un bijou de Lili la Pie. Sur le même territoire, le Moulin de la Bellassière, à Crécy-Couvé, a également eu du succès avec un peu plus de cent-trente visiteurs, venus d’Eure-et-Loir, mais aussi des Yvelines et de Paris. Trois artistes étaient présentes, Delphine Bonnaillie, créatrice d’abat-jour et de réalisations haut-de-gamme en technique de couture, Hélène Charrier, décoratrice et peintre en décor et Esther Ségal, comédienne et photographe plasticienne. Pour l’occasion, Hélène Charrier et Delphine Bonnaillie ont réalisé la lampe « Pompadour », composée d’un abat jour de soie rose Pompadour et bleu de Sèvres et d’un pied de lampe peint en imitation faux marbre rehaussé de bleu. Si vous n’avez pas eu le temps de profiter des JEMA, vous pouvez retrouvé les artisans participants sur le site : www.journeesdesmetiersdart.fr

Charlyne Didelot

Cet article Une belle réussite pour les JEMA ! est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Luray : l’Espace Clairet inauguré en musique

Après cinq années de missions partagées et seize mois de travaux, c’est en ce samedi 7 avril qu’enfin le ruban tricolore a été coupé. L’Espace Clairet est inauguré. Le nouvel équipement communal, né sous le signe du partage, a séduit l’assemblée.

Située à la sortie du village près du terrain de football, la nouvelle structure communale s’intègre déjà au paysage. Construite en lisière de la commune et au milieu des champs, elle offre une vue imprenable sur la campagne luraysienne. « Le projet a fait l’unanimité des élus de l’ancien mandat mais aussi de l’équipe actuelle », indiquait Alain Fillon, maire de Luray. Initié en 2013, le projet a demandé réflexion, patience et persévérance pour enfin voir le jour avec l’approbation des élus mais aussi des luraysiens et des habitants de l’agglomération drouaise qui, au hasard des manifestations, pourront découvrir ce nouveau lieu. « La salle municipale actuelle a rendu bien des services depuis sa création dans les années 50, mais sa situation géographique au cœur du village génère des complications de stationnement et de nuisances sonores. La salle, devenue moins esthétique pour notre époque, manquait de fonctionnalité. Nous avions besoin d’un équipement mieux adapté à la taille de notre commune en particulier dans sa capacité à accueillir le public », poursuivait le maire. « L’Espace Clairet accueillera les activités et manifestations festives, familiales, ludiques, sportives mais avec une connotation culturelle et des activités en direction de la jeunesse plus appuyées », détaillait Alain Fillon avant d’énumérer les partenaires financiers. « L’Espace Clairet aura coûté 2M €HT, financés avec l’aide de l’État à hauteur de 10%, la Région Centre-Val-de-Loire à hauteur de 20%, le département pour 26% et la Caisse d’Allocation Familiale pour 0,5% auxquels, on ajoute la participation communale avec un autofinancement de 350.000€ et un emprunt de 700.000 €, réalisé au taux de 1%. « Un financement compatible avec la situation financière communale », concluait le maire. Moderne, fonctionnelle, lumineuse et spacieuse, la nouvelle salle s’est aussi dotée d’un aménagement scénique performant et des loges pour les artistes permettant, en fonction des possibilités, de compléter la programmation culturelle de l’agglomération. Wassim Kamel, sous-préfet de l’arrondissement de Dreux, Gérard Hamel, président de l’agglomération, Olivier Marleix, député, Chantal Deseyne, sénatrice, Valentino Gambuto, conseiller régional, Jacques Lemare et Sylvie Honneur, conseillers départementaux, ont salué le travail réalisé par le cabinet d’architecte Bridet et les nombreuses entreprises retenues pour le projet. La signature d’une clause d’insertion a permis de dégager près de 1200 heures de travail pour des personnes en difficulté d’insertion professionnelle. A l’issue de la cérémonie d’inauguration, accompagnée par le Big Band du conservatoire de musique et de danse de Dreux, les activités se sont poursuivies tout au long de la journée jusqu’au feu d’artifice final, tiré à la tombée de la nuit.

Annie Duval-Petrix

Cet article Luray : l’Espace Clairet inauguré en musique est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

La hausse de la taxe d’habitation validée

Le conseil communautaire, qui s’est réuni à Tremblay-les-Villages le 9 avril, a voté la hausse de 1 point de la taxe d’habitation, cela se traduit par une hausse de 10% sur la feuille d’impôts des contribuables.

« Il y a un enjeu dans ce mandat et il concerne l’attractivité et la compétitivité du territoire pour favoriser la création d’entreprises et de l’emploi. Cela se décline en quatre priorités : soutenir et accompagner le développement économique endogène et exogène, développer les transports collectifs et l’intermodalité, développer l’activité touristique et l’offre de loisirs et enfin apporter le très haut débit à tous les habitants », souligne Gérard Hamel, président de l’Agglo du Pays de Dreux, qui a passé en revue le budget complet de l’année 2018. Les dépenses de fonctionnement montent à 106 617 196 € alors que les dépenses d’investissement affichent 37 293 989 € : « Ainsi, le budget principal se monte à 49 616 016 € dont 25 169 968 € d’attribution de compensation reversée aux communes. J’espère qu’il n’y a pas d’ambiguïté car le reversement aux communes constitue un peu plus de la moitié de nos dépenses de fonctionnement. Je rappelle que le budget principal de fonctionnement regroupe les dépenses de la médiathèque, le conservatoire, les services techniques, l’enfance-jeunesse-famille-sport et l’aménagement du territoire. » Gérard Hamel a rappelé que le développement économique coûte un peu plus de 14 millions d’euros (13,19% du budget principal). Le centre de tri et le traitement des déchets coûtent plus de 23 millions d’euros (près de 22% du budget). La section transport, quant à elle, coûte près de 10 millions d’euros (9,26%). Les dépenses de fonctionnement de l’Atelier à spectacle sont de l’ordre de 1,4 million d’euros (1,32%) et l’Office de Tourisme 474 311 € (0,44%), le budget de l’assainissement collectif atteint 7 545 849 € (7,08%), l’eau dépasse les 206 000 € (0,19%) alors que celui de l’assainissement non collectif atteint 304 568 € (0,29%). Le président de l’agglomération drouaise a, ensuite, détaillé les dépenses d’investissement pour l’année 2018 : « Nous avons consacré plus de 12 millions de dépenses au développement économique (32,21%) sur un total de plus de 37 millions d’euros. Nous investissons ainsi pour dynamiser les ZAC de notre agglomération. Un élément concerne le budget intermodal., c’est celui du parc de stationnement qui entre pour 3,3 millions d’euros dans ce budget. Les investissements dans le centre de tri et le traitement des déchets dépassent les 3,74 millions d’euros (10,05%). Nous sommes en train de finir les investissements sur nos réseaux d’assainissement. Nous allons réaliser encore un investissement de plus de 9,6 millions d’euros sur 2018. » Pour financer les investissements et le fonctionnement de l’agglomération en 2018, Gérard Hamel a trouvé des recettes à hauteur de 15 898 523 € dans la fiscalité des ménages, le versement transport (5 950 000 €), la fiscalité économique devrait rapporter 15 763 078 €, la taxe de séjour (120 000 €) et la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (15 054 044 €). « La décision d’augmenter la taxe d’habitation d’un point produira une ressource de 1,2 millions d’euros dès 2018. Cette mesure a un faible impact pour le contribuable compte tenu des réformes en cours. » Cette mesure a été votée par 80% des élus communautaires.

Annie Duval-Petrix

Cet article La hausse de la taxe d’habitation validée est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Rythmes scolaires

Voici les nouveaux horaires qui s'appliqueront dès la rentrée de septembre 2018.



Ecole Saint Martin

Naturalies : la pluie n’empêche pas d’aller au jardin

Près de 16.000 visiteurs ont répondu à l’appel du printemps et de la nature donné chaque année, depuis 13 ans, par les jardiniers de la ville de Dreux.

Une petite bruine légère bonne pour les fleurs et les plantes arrosait le parc de la Chapelle Royale en ce samedi matin, premier jour des Naturalies de Dreux. Si un léger arrosage matinal est bon pour les plantes, les jardiniers semblent l’apprécier aussi car ils étaient forts nombreux à se presser devant l’entrée du parc une bonne demi-heure avant l’ouverture des portes. « Nous avons ouvert avec un quart d’heure d’avance, les gens attendaient devant les portes », expliquait Claude Jonnier, conseiller municipal en charge des Naturalies. « Le bilan de cette treizième édition est positif. Le dimanche nous avons reçu 9.000 visiteurs. Cela prouve que nous proposons quelque chose qui fonctionne », constate Loïc Deroyer, responsable des Naturalies aux Espaces verts de la ville. « Les rosiers anglais, les haies persistantes ont remporté un vif succès. On se rend compte que les gens reviennent au bio, à la permaculture. A notre stand, nous ne vendons rien, nous sommes là pour donner des conseils. Pendant trois heures non-stop, les gens sont venus nous voir pour découvrir les paillages et les différentes façons de faire du jardinage simple et écologique. Le stand de restauration lui aussi a connu un vif succès » résume Loïc Deroyer.

Les amoureux des fleurs récompensés

Le grand rendez-vous des Naturalies de Dreux ne serait pas complet sans la remise des récompenses aux lauréats du concours communal des maisons fleuries. Cette année, 85 foyers sont récompensés pour avoir contribué à rendre la ville et notre espace de vie plus agréable. La qualité du fleurissement et la propreté de l’environnement ont été pris en considération par le jury qui réunissait des élus de la ville, des professionnels et des passionnés de jardins. Après avoir été remerciés et félicités par Gérard Hamel, les lauréats ont reçu leurs diplômes, bons d’achat et compositions florales des mains de Claude Jonnier, conseiller délégué aux espaces verts aux Naturalies et au concours des maisons fleuries et de Loïc Deroyer, responsable des Naturalies et des jardiniers du service des espaces verts de la ville.
Annie Duval-Petrix

Le classement :

Première catégorie : Maison avec jardin visible de la rue.
1er José Silva.
2ème Marie-Thérèse Paüs.
3ème Gérard Poullin.

Deuxième catégorie : Maison avec décor floral installé sur la voie publique :
1ère Inès Ribeiro.
2ème Joëlle Lefebvre.
3ème Nicole Berthout.

Troisième catégorie : Maison avec balcon, terrasse, fenêtres et ou mur visible de la rue :
1ère Alija Avdulahi.
2ème Marie Hellard.
3ème Maria Rodrigues.

Quatrième catégorie : Immeubles collectifs publics ou privés avec balcon terrasse, fenêtres et/ou mur sans jardin visible de la rue :
1er Didier Fosse.
2ème Yvette Provendier.
3ème Mme Friebel.

Cinquième catégorie : hôtels, restaurants, bars ou tout autre commerce avec ou sans jardin, avec un fleurissement ou aménagement paysager associé à l’exploitation :
1er KFC.
2ème Courtepaille.
3ème Le Jardin des Druides.

Prix d’honneur de la ville de Dreux :
Restaurant Le Market Pub.

Cet article Naturalies : la pluie n’empêche pas d’aller au jardin est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

« Les dernières news

Avril 2018
LMMJVSD
3478
1011131415
1621
2425272829