Actu 28

15 janvier 2018

Préparez-vous à devenir « Super baby-sitter »

<p>Tu as entre 16 et 25 ans, tu habites dans l’Agglo et aimes les enfants ? Une mission de baby-sitting t’intéresse ? La garde d’enfants ne s’improvise pas, c’est pourquoi le Point Information Jeunesse de l’Agglo du Pays de Dreux organise des journées d’informations et de sensibilisation aux métiers qui sont au contact des enfants du 26 février au 2 mars à Anet et à Châteauneuf-en-Thymerais.</p>

Actualités

Belle réussite pour la tombola du Syndicat des Commerçants non sédentaires

Le Syndicat des Commerçants non sédentaires de la ville de Dreux a organisé sa première tombola au mois de décembre. Les gagnants ont pu récupérer leur lot, le samedi 6 janvier, au marché couvert, en centre-ville.

« Les trois marchés ont bien joué le jeu, le marché couvert, Le Moulec et Verdun. C’est une belle réussite pour le syndicat » annonce la présidente Stéphanie Elie, lors de la remise des lots. En effet, près de cinq mille personnes ont participé à la tombola et glissé leur bulletin dans les urnes installées sur les trois marchés durant le mois de décembre. Les commerçants non sédentaires ont su attirer les participants, avec cent vingt-trois lots à remporter, d’une valeur totale de 10 000€. « C’est un prêté pour un rendu avec les commerçants de la ville » explique Stéphanie Elie, « car beaucoup d’entre eux ont participé, en proposant des bons cadeaux dans leurs commerces, que ce soit pour des vêtements, des produits de beauté ou encore de la restauration ». Les plus gros lots étaient, eux, proposés par le magasin BUT avec deux robots cuiseurs multifonctions Cookéo. L’enseigne a également acheté un robot Thermomix pour le faire gagner lors de la tombola. Claire Laurenceau est l’une de celles qui a gagné un Cookéo, « Je travaille à l’hôpital de Dreux et après mes nuits de gardes je viens au marché couvert faire quelques courses. C’est la deuxième fois que je gagne à un jeu comme ça.» explique-t-elle, ravie. Bernadette Barthes, bonne cliente du marché couvert a, elle aussi, remporté un Cookéo : « Je n’avais pas vraiment l’intention de jouer, car quand je participe à ce genre de jeu, je ne gagne jamais » déclare-t-elle. Parmi les beaux lots, il y avait aussi un téléviseur et un vélo, proposés par le magasin de la rue Saint-Thibault et gagné par Maryvonne Norture qui raconte, « Je suis bien contente car je n’avais pas de vélo, je vais pouvoir en faire avec mon mari maintenant ». Tous les gagnants ont été prévenus par message et peuvent venir au marché couvert dès qu’ils le souhaitent pour retirer leur lot auprès de Stéphanie Elie, ravie de cette forte participation. « Pour le moment, nous n’avons pas de projets pour le début d’année, nous allons déjà voir comment gérer le budget 2018 avec malheureusement la baisse de commerçants non sédentaires, notre objectif est que tout le monde reste sur nos marchés » conclut-elle.

Cet article Belle réussite pour la tombola du Syndicat des Commerçants non sédentaires est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Une salle des fêtes et un City parc pour les Tréonnais

Christian Berthelier, maire de Tréon, avait invité les habitants de son village et de nombreux élus de l’Agglomération à l’occasion de la cérémonie des vœux, combinée avec l’inauguration officielle de la nouvelle salle des fêtes.

L’inauguration d’un tel équipement est toujours source d’émotion et de fierté pour un maire de petite commune rurale. C’est entouré d’Olivier Marleix, député, Gérard Hamel, président de l’Agglomération, Valentino Gambuto, conseiller régional, Christophe Le Dorven, conseiller départemental, et de nombreux élus que le maire de Tréon a coupé samedi matin le symbolique ruban tricolore avant de convier l’assemblée à visiter la nouvelle salle des fêtes du village et partager un après-midi convivial autour d’un buffet et en musique avec la chanteuse Muriel Larose. « C’est difficile, pour nous les ruraux, de mener à bien un projet si coûteux d’un million d’euros surtout quand les aides promises mettent longtemps à être versées.  Nous avons un trou de 300.000 € dans nos caisses mais ces aides finiront bien par arriver », indiquait Christian Berthelier. La salle des fêtes de Tréon, conçue par l’architecte Jean-François Guffroy, a été financée à hauteur de 145.400 € par la Région, 45.000 € par l’État (DETR), 40.000 € par le département (FDAIC), 131.800 € par l’État dans le cadre du dispositif d’énergie positive, et 440.935 € par la commune. Après deux ans de travaux, la nouvelle salle des fêtes a été réalisée sur les murs de l’ancienne salle, construite au cœur du village dans les années 50. Une façade ouverte sur l’extérieur,  une scène surbaissée accessible aux artistes handicapés, une vaste cuisine fonctionnelle et un chauffage central aux granulés de bois font de cet équipement un atout supplémentaire pour la commune qui vise les 1.800 habitants. La municipalité a réalisé d’autres travaux l’an passé : un City parc a été créé à côté du stade, à destination des jeunes du village, les écoles ont été dotées de tableaux interactifs et des travaux de voirie ont été réalisés. « Nous allons créer un parc pour les tout-petits, derrière la salle des fêtes, effectuer des travaux de rénovation dans les écoles, budgétisés à environ 130.000 €, et créer un local hors des écoles pour les centres de loisirs qui accueillent de 100 à 120 enfants pendant les vacances d’été », annonçait Christian Berthelier avant de remercier toutes les équipes municipales qui l’ont accompagné durant ces 34 ans de mandat.

A.D.-P.

Cet article Une salle des fêtes et un City parc pour les Tréonnais est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Le Rotary Club de Dreux offre une escargoline à La Coud’Ânes

L’association « La Coud’Ânes » a été créée en 2011, dans la petite commune de Louye (Eure). Elle tient d’ailleurs son nom du ruisseau qui traverse le village, la Coudanne.

Dominique Renoncourt Lainé, présidente et fondatrice de l’association, propose à travers celle-ci, des balades et randonnées d’environ une heure avec ses ânes, qui sont au nombre de six aujourd’hui. L’objectif étant de revaloriser l’image de l’âne et de le faire connaître au plus grand nombre, et notamment auprès des personnes handicapées. Pour cela, Dominique Renoncourt Lainé a souhaité s’équiper d’un chariot à trois roues, que l’on appelle une  escargoline. Cet appareil a été réalisé par l’entreprise Randoline, à Cahors, qui est la première a en confectionner en France. Pour le moment vingt-trois ont été vendus dans le pays. L’escargoline peut accueillir deux adultes ou trois enfants, elle est équipée d’appuis-tête, d’accoudoirs, de harnais, de freins et il est possible de détacher facilement l’animal de l’appareil en cas de problème. Actuellement, Dominique Renoncourt Lainé organise des balades pour plusieurs associations, comme ANAÏS (Association d’Action et d’Insertion Sociale), Brin de soleil qui propose des séjours adaptés pour les adultes en situation de handicap mental ou psychique, le Home Charlotte à Saint-Georges-Motel et le Souffle 9 qui accueille des jeunes de dix à vingt ans, victimes de troubles du comportement ou de la personnalité. Des balades sont aussi organisées dans le parc de la maison de retraite Le Bremien Notre-Dame à Illiers-l’Evêque. « Avec cette voiture d’attelage, toutes nos balades sont facilitées et bien plus sécurisées » explique la présidente de La Coud’Ânes qui souhaite s’ouvrir à toutes les associations pour personnes handicapées de l’Agglomération de Dreux, mais également au service psychiatrie du Centre Hospitalier de Dreux. Pour acquérir ce nouvel équipement, Dominique Renoncourt Lainé a pu compter sur le soutien du Rotary Club de Dreux, qui s’est chargé de payer entièrement l’escargoline, d’une valeur de 4700€. « Nous avons pu faire cet achat grâce aux fonds que nous avons récoltés à notre Grand Prix de Karting en juin dernier et également avec les subventions de la fondation Rotary » explique François Belin, président du Rotary Club de Dreux depuis le 1er juillet 2017. La Coud’Ânes propose aussi ses services lors des fêtes rurales ou de toutes autres manifestations organisées par les associations. Il est également possible d’adhérer à l’association en versant la somme de 10€ pour l’année et ainsi être informé des randonnées à thèmes qui sont organisées. Les balades et randonnées se font toutes sur rendez-vous, pour les enfants accompagnés de 3 à 12 ans au tarif de 12€, un groupe d’adultes de minimum cinq personnes pour 6€ et un groupe d’enfants accompagnés de minimum cinq enfants pour 6€.

La Coud’Ânes

Sente des jardins
27650 Louye

Tel: 06 43 78 81 18

Mail: la.coudanes@orange.fr

Cet article Le Rotary Club de Dreux offre une escargoline à La Coud’Ânes est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Le Jumping de Dreux fait un don de 3.000 € à l’association Imagine for Margo.

Le Jumping de Dreux est l’une des manifestations phares de la Ville, plus de 4.000 cavaliers s’y étaient engagés en novembre dernier. Gaëlle et Daniel Marie, les organisateurs, ont souhaité faire un don de 3.000 € à l’association Imagine for Margo Enfants sans cancer.

Anne-Astrid Baudouin est un membre actif de l’association Imagine for Margo qui récolte des fonds, destinés à la recherche contre le cancer des enfants et des adolescents. « Mon fils s’appelait Anselin, il avait six ans lorsqu’il a disparu en août 2016, atteint d’un cancer. Quand Anselin a pu bénéficier d’un traitement expérimental, il était déjà trop tard. Aujourd’hui, je me bats pour que d’autres enfants puissent profiter d’essais thérapeutiques à temps », expliquait Anne-Astrid Baudouin qui milite depuis 2015 au sein de l’association Imagine for Margo. Présente sur de nombreuses manifestations comme la Fête du plan d’eau d’Ecluzelles-Mézières, le Jumping de Dreux et autres manifestations sportives, Anne-Astrid Baudouin s’avère être l’une de ces collectrices les plus efficaces. Elle a collecté plus de 150.000 € en trois ans pour Imagine for Margo et l’association a récolté plus de deux millions d’euros en 2016. C’est dans une des salles de la mairie en présence de Gérard Hamel, maire de Dreux, Jacques Lemare, conseiller municipal délégué au Parc des expositions, et Sébastien Leroux, conseiller délégué aux animations, que Gaëlle et Daniel Marie, de l’association Horse Together, organisateurs du Jumping National de Dreux, ont remis le chèque symbolique à la représentante d’Imagine for Margo. « Nous souhaitions cette année offrir une partie des recettes à une association qui agit en faveur des enfants », expliquait le couple, ajoutant que l’an prochain l’opération serait renouvelée mais au profit d’une autre association. Elles sont nombreuses à militer pour de bonnes causes.

A.D.-P.

Cet article Le Jumping de Dreux fait un don de 3.000 € à l’association Imagine for Margo. est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

L’Office du Tourisme prend son envol

Sous la houlette de Bernard Crabé, vice-président de l’Agglomération Drouaise en charge du tourisme, et de Stéphanie Landais, directrice de l’Office du Tourisme, les animations se sont multipliées pour séduire un public toujours plus nombreux.

Plus de 500 personnes ont participé à la septième édition de la balade nocturne organisée par l’Office du Tourisme le 26 décembre dernier à Dreux, contre 340 l’an dernier. Une déambulation dans les rues de la ville, une visite à la Chapelle Royale, exceptionnellement ouverte à cette occasion, des animations pour les enfants, un vin ou un chocolat chaud, quoi de plus féérique en cette période de fêtes ? Quelques jours avant les deux dernières animations de l’année, responsables et bénévoles de l’Office du Tourisme étaient réunis à l’Ar(t)senal pour une visite guidée de l’exposition de Rachid Khimoune autour d’un pot de l’amitié. « Les animations de l’Office du Tourisme sont énormément plébiscitées par le public pour la qualité des interventions, la diversité des sujets abordés, la convivialité qui s’en dégage et les moments de partage. Mais l’Office du Tourisme de l’Agglo du Pays de Dreux ne serait pas en mesure de proposer autant d’animations sans la précieuse collaboration de ses intervenants aux compétences si diversifiées », indiquait Bernard Crabé avant de remercier chaque participant pour le succès rencontré par les animations proposées cette année. « En 2017, vingt-huit animations ont été proposées, réparties sur 16 communes de l’agglomération. 840 personnes y ont participé sans compter les nocturnes à venir », expliquait Bernard Crabé. Avec une liste d’attente de près de 400 personnes pour les manifestations à venir, l’Office du Tourisme a décidé de doubler le nombre de ses propositions. Les visites estivales de juillet et août restent inchangées mais les visites mensuelles de février à juin et d’octobre à novembre passeront à deux rendez-vous par mois les 2e et 4e samedi du mois. Le programme de ces visites n’est pas encore finalisé mais on peut être sûr que le Beffroi, les moulins de Chérisy ou encore l’usine Eco-végétal de Broué en feront partie, tous comme des visites d’églises, des découvertes de communes de l’agglomération ou des balades nature. La région regorge de trésors qui ne manquent pas de combler un public toujours séduit par la richesse de ce patrimoine.

A.D.-P.

Office du Tourisme de l’Agglo du Pays de Dreux, 9, Cour de l’Hôtel Dieu, Tel : 02.37.46.01.73. www.ot-dreux.fr

Cet article L’Office du Tourisme prend son envol est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

L’incroyable destin musical d’Antoine Akkaoui

Voilà c’est décidé, Antoine Akkaoui, qui avait créé le magasin Music Gallery à Dreux en 1982, avant d’ouvrir  Art de vivre à Orgeval en 1988, puis un troisième magasin à Évreux à l’enseigne Music Gallery, prend sa retraite.

Cet homme, au destin si particulier, a décidé de prendre du bon temps pour s’occuper de sa famille et tout particulièrement de Flore, sa petite fille. « Je suis né au Liban. Au collège, chez les Pères Bénédictins, je jouais de la flûte traversière et du saxophone. J’étais très bon élève mais une année, pour raison de santé, j’ai dû redoubler ma classe. Je me suis retrouvé avec mon frère cadet qui lui était moins bon élève que moi.  C’était l’année de l’équivalent du bac. Très pieux, j’ai prié pour que mon frère soit reçu à l’examen. Il le fût mais pas moi », raconte le musicien. « Le Père Joseph, directeur de l’établissement, m’a proposé de ne pas redoubler mais de donner des cours de maths à la rentrée suivante. La coutume au Liban veut que le 24 décembre, élèves et professeurs se retrouvent pour jouer de la musique à l’occasion de la messe de minuit. Ce soir-là, une magnifique Jaguar s’est arrêtée devant l’église et les I Notturni, musiciens d’un orchestre très connu, me proposaient de partir en tournée avec eux pendant les vacances de Noël. Le Père Joseph m’a accordé des congés sans solde mais ma carrière de professeur de mathématiques s’est arrêtée là. Je suis parti en tournée au Danemark et j’ai fait un long chemin avec cet orchestre. Nous sommes toujours en contact et, en particulier, avec le guitariste et célèbre chef d’orchestre du Philharmonique de Londres, Vartan Melkorian. De retour à Beyrouth, nous donnions des galas dans des endroits très chics. J’y ai rencontré ma femme. Une française venue passer quelques jours de vacances avec un groupe de touristes. Nous nous sommes mariés et avons continué de voyager jusqu’au jour où un bébé s’annonçait. En 1978, retour en France, j’ai travaillé avec un orchestre de Rouen et son imprésario Bernard Hilda, auteur de la chanson La vie en rose. Nous avons fait de nombreux galas jusqu’au jour où le chef d’orchestre Barry Window m’a demandé de le rejoindre à Dortmund en Allemagne. Nous avons fait une tournée mondiale avec des orchestres prestigieux dans des endroits extraordinaires, pendant quatre ans. Mais un jour j’ai pris conscience que ce n’était pas facile pour mon épouse et surtout pour ma petite fille qui ne pouvait pas avoir d’amis. J’ai alors décidé de me fixer et de créer une affaire au plus proche de ma belle-famille, à Anet. J’ai ouvert mon premier magasin qui se trouvait à l’époque 2, rue des Gaults. (Tiens une adresse qu’on connaît !). Puis je l’ai transféré boulevard Louis-Terrier en 1987. Après toutes ces années passées proche de mes clients et des instruments de musique, l’âge venant j’ai fermé le magasin de Dreux, puis celui d’Orgeval et en février prochain Music Gallery d’Evreux. Je vais me consacrer à ma petite princesse que nous souhaitons voir tous les jours avec mon épouse tout en restant dans le Drouais », annonce le futur retraité.

A.D.-P.

Cet article L’incroyable destin musical d’Antoine Akkaoui est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Le Festival se penche sur les dangers climatiques immédiats

La treizième édition du festival Ecofilm de Vernouillet poursuit son objectif d’éveil des consciences sur les questions liées à l’environnement et au développement durable.

Cette année, les organisateurs du festival Ecofilm de Vernouillet ouvrent leur festival engagé par la projection du film L’ère de lHomme, lundi 22 janvier, aux élèves de seconde du lycée Maurice Viollette. Le lendemain sera le tour du film Le Signal, les sentinelles du Climat pour le grand public. Un immeuble du bord de mer, construit en plein boom des Trente Glorieuses dans la petite station balnéaire de Soulac-sur-Mer, en Aquitaine, menace de s’effondrer, rongé par l’océan. À sa construction en 1967, deux cents mètres séparent l’immeuble de l’océan ; aujourd’hui il n’en reste plus que seize ! Sous le seuil des vingt mètres, les constructions sont menacées d’expulsion… Et en effet, le 24 janvier 2014, les copropriétaires du Signal apprennent par lettre recommandée qu’ils devront avoir quitté les lieux le 29 janvier 2014… Ce lieu, emblème d’une époque insouciante, avec ses 78 appartements, est le point de départ d’une réflexion sur les conséquences multiples du changement climatique. Aux quatre coins de la France, sur un récit de Julian Bugier, journaliste à France 2, des rencontres ont eu lieu avec des personnes qui subissent déjà les effets de l’augmentation globale des températures. À travers leurs témoignages, se dessine un constat : les Français sont d’ores-et-déjà exposés à des dangers immédiats. Que faire face à la multiplication des catastrophes naturelles ? Comment retrouver un meilleur équilibre avec la nature ?

La séance, tout public, est gratuite. Elle aura lieu le 23 janvier à l’Agora. Le documentaire de Pierre-François Glaymann date de 2015. La projection sera suivie d’un débat avec le réalisateur.

Le programme d’Ecofilm :

L’ère de lHomme.

Documentaire de Dimitri Grimblat, France, 2015, 72 minutes en couleur. Public : 2ndes lycée Maurice Viollette (lundi 22 janvier 2018 après-midi).

Terres nucléaires, une histoire du plutonium.

Documentaire de Kenichi Watanabe, France, 2015, 83 minutes en couleur. Public : Terminales lycée Maurice Viollette (mardi 23 janvier 2018 après-midi).

Éteins la lumière.

Documentaire de Marine Belmonte (IFFCAM), France, 2016, 12’15 en couleur. Public : 4e collège Nicolas Robert (jeudi 1er février 2018 matin) et maison de retraite (Épinal, le mercredi 24 janvier à 15 heures + Jardins d’Automne, le mercredi 31 janvier à 16 heures)

Abeilles, le maillon fort.

Documentaire d’Alexis Coudray (IFFCAM), France, 2016, 13’30 en couleur. Public : 6e collège Nicolas Robert (jeudi 1er février 2018, après-midi) + éco-délégués du collège Marcel Pagnol (lundi 29 janvier 11h15) + Maison de retraite.

Le poisson qui se mordait la queue.

Documentaire de Victor Jullien, France, 2017, 23 minutes en couleur. Public : 5e collège Nicolas Robert (lundi 29 janvier 2018 journée).

L’éveil de la permaculture.

Documentaire d’Adrien Bellay, France, 2016, 82 minutes en couleur. Public : 3e collège Nicolas Robert (vendredi 2 février 2018 journée).

Avril et le monde truqué.

Film d’animation de Franck Ekinci et Christian Desmares, France, 2015, 101 minutes, en couleur, d’après l’œuvre de Jacques Tardi. Public : classes écoles élémentaires, à L’Agora.

Le festival Ecofilm de Vernouillet se déroulera du 22 janvier au 2 février avec des séances scolaires et une séance tout public, mardi 23 janvier à 19 h 30 à l’Agora.

Renseignements au 02 37 62 80 79

Cet article Le Festival se penche sur les dangers climatiques immédiats est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Claude Jonnier honoré par les sapeurs-pompiers

Le vendredi 2 décembre, à l’occasion des cérémonies de la Sainte-Barbe, patronne des sapeurs-pompiers, Claude Jonnier, conseiller municipal délégué aux espaces verts, aux relations avec les sapeurs-pompiers et aux commissions de sécurité, a reçu la médaille de reconnaissance avec la rosette de l’Union départementale des sapeurs-pompiers d’Eure-et-Loir pour services exceptionnels récompensant son investissement auprès des soldats du feu.

La cérémonie s’est déroulée au centre de secours de Dreux en présence de Jean-François Gouy, directeur départemental des services d’incendie et de secours, du commandant Fabien Lecuirot, chef du groupement Nord, et de nombreux élus. La médaille a été remise par le lieutenant Daniel Suzanne vice-président de l’Union départementale. « J’ai été très surpris quand le commandant a annoncé la remise d’une médaille à titre bénévole, pas à un pompier mais à un caporal d’honneur. Nous sommes deux à avoir été promus à ce grade, il y a une dizaine d’années : Paul Vilain, président de l’association des Brûlés de France, et moi », explique Claude Jonnier très ému par cette distinction. La collaboration entre Claude Jonnier et les sapeurs-pompiers, qu’il considère comme sa famille d’adoption, remonte à de nombreuses années. « Quand j’étais gérant de la SDBV (Société Drouaise de Bétail et de Viande), on prêtait les camions frigorifiques pour les fêtes du 14 juillet, puis il y eu quelques accidents frappants sur la RN12 et toutes les cérémonies de la Sainte-Barbe auxquelles j’assiste régulièrement. Depuis mon élection en 1995, dès mon premier mandant avec Gérard Hamel, j’ai pris la commission relation avec les sapeurs-pompiers. Je suis actuellement président du SICSPAD, le Syndicat Intercommunal des Sapeurs-pompiers de l’Agglomération Drouaise, qui regroupe 9 communes, ce qui me permet de siéger au conseil d’administration du SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours). J’assiste chaque année à la journée des sapeurs-pompiers qui se déroule au mois de juin et aux réunions de l’Union départementale dont j’ai reçu une médaille en remerciement. J’ai toujours plaisir à rendre une petite visite amicale à la caserne », indique Claude Jonnier. Une présence et une écoute appréciée par les soldats du feu. « Claude Jonnier est l’élu au contact du centre de secours principal de Dreux. Nous le remercions pour son investissement », confirme le commandant Fabien Lecuirot. Le capitaine Flavien Bregeon est le nouveau chef du centre de secours principal de Dreux.

A.D.-P.

Cet article Claude Jonnier honoré par les sapeurs-pompiers est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Le chœur des parachutistes de Dreux recherche des chanteurs

Si vous êtes amateur de chant choral, un chœur d’hommes, installé dans le Drouais, est à la recherche de talents. La section 281 de Dreux de l’Union Nationale des Parachutistes « Lieutenant Antoine de La Batie » a créé, il y a quelques années, un chœur d’hommes appelé « Chœur d’hommes régional UNP Centre ». Depuis trois ans, ce chœur, dirigé par Gérard Eiselé, ancien musicien de l’Armée de l’Air, s’est étoffé avec d’anciens parachutistes de Chartres, Orléans (Loiret) et Blois (Loir-et-Cher). « Son répertoire est composé de chants des différents régiments parachutistes mais aussi de chants religieux souvent adaptés sur des mélodies paras », confie son président Gérard Palais. Le 30 septembre dernier, à l’occasion de la Saint Michel, fête nationale des parachutistes, à Paris avant un défilé sur les Champs Elysées et le fleurissement de la tombe du Soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe, le chœur a fait une impression remarquable et remarquée en chantant la messe traditionnelle en la cathédrale Saint-Louis des Invalides. « Devant ce succès qui pourrait conduire à des prestations extérieures et à la sortie d’un CD, notre section lance un appel pour recruter de nouveaux chanteurs. Une ambiance très chaleureuse est assurée aux nouveaux venus. »

Informations : Pour tous renseignements, prendre contact avec le président Gérard Palais.

Portable : 06-08-95-17-22, e-mail : gpalais@orange.fr

A.D.-P.

Cet article Le chœur des parachutistes de Dreux recherche des chanteurs est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Le projet de rénovation du théâtre : une priorité budgétaire en 2018

Dans un contexte budgétaire marqué par la baisse des dotations de l’Etat, Dreux présente un budget 2018 conforme aux orientations municipales sans augmentation d’impôts.

Gérard Hamel, maire de Dreux, et ses deux conseillers délégués aux finances, Chérif Derbali, et au personnel, Alain Gabrielli, ont présenté, jeudi 21 décembre, leur budget de l’année 2018. « Ce n’est pas un budget extraordinaire car nous avons subi la baisse des dotations de l’Etat mais c’est un bon budget car nous avons pu maîtriser les dépenses et ne pas augmenter, depuis 1991, les impôts locaux. Ce budget nous permettra, malgré tout, de poursuivre nos investissements pour améliorer l’attractivité de la Ville puisque nous sommes parvenus à dégager des excédents de l’ordre de 8 à 10% ».

Ainsi le budget global de l’année 2018 se monte à près de 60 millions d’euros (59 426 880 €) partagés entre un peu plus de 43,8 millions d’euros pour le fonctionnement et près de 15,6 millions d’euros pour l’investissement. Après les gros efforts consentis par la municipalité, ses dernières années, au profit du chantier du pôle gare qui ne coûtera plus que 834.000 €, cette année, le principal investissement portera sur la rénovation du théâtre de Dreux pour un montant de 3,1 millions d’euros. Par ailleurs, les dépenses de fonctionnement baisseront de 1,5 million d’euros en 2018. « Il faut noter que l’aide en matière de politique de la Ville va baisser de 900.000 € cette année. Les dépenses du personnel représentent 50,7% des dépenses de fonctionnement à hauteur de 22,2 millions d’euros. Les subventions aux associations restent stables par rapport à l’année dernière », constate Gérard Hamel.  En outre, la Ville versera une subvention d’équipement à l’office public Habitat Drouais de 738.223€ et l’annuité de la dette municipale est de l’ordre de 4 millions d’euros sur un endettement total de 31 millions d’euros.

Gérard Hamel a abordé, par ailleurs, les nouvelles mesures concernant le stationnement urbain, principalement en cœur de ville. Une étude est en cours de réalisation par un cabinet spécialisé dont les conclusions seront connues à la fin de ce premier trimestre 2018. L’ensemble des parcmètres de la ville vont être progressivement remplacés pour se mettre en conformité avec les nouvelles normes en vigueur en matière de stationnement qui est dépénalisé depuis le 1er janvier. Ce sont désormais les villes qui doivent fixer le montant du droit d’occupation du domaine public. Le tarif sera décidé prochainement en commission. Le maire de Dreux envisage une refonte totale du stationnement à Dreux « de façon à ne pas tuer le commerce du centre-ville. Il ne faut pas pénaliser les consommateurs sinon ils ne viendront plus du tout. Il faut un système de stationnement intelligent qui bénéficie à tout le monde. » Gérard Hamel tient à maintenir les 2 heures gratuites dans les parkings souterrains malgré les observations de la chambre régionale des comptes qui estime que les tarifs de la ville sont trop bas. « La Ville verse une subvention d’équilibre de 460.000 € dans le budget des parkings. »

A.D.-P.

Cet article Le projet de rénovation du théâtre : une priorité budgétaire en 2018 est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

« Les dernières news

Janvier 2018
LMMJVSD
4
13
1819
262728