Actu 28

18 décembre 2017

RTV 95.7 Podcast : Music & News

Aurélien et Clément ont participé à une formation longue de la BGE ISMER pour créer leur entreprise de travaux paysagers. Ils expliquent ce qu'ils ont apprécié de cette formation.

S'abonner gratuitement

RTV 95.7 Podcast : Music & News

Stéphanie Houvet-Derveaux est socio-esthéticienne, elle a donné des conseils aux demandeurs d'emplois pour bien se présenter lors d'entretiens d'embauche. Elle est venue participer à un atelier D'CLIC emploi à Vernouillet.

S'abonner gratuitement

Le Musée d’Art et d’Histoire accessible à tous

La ville de Dreux a lancé son programme de mise en accessibilité des lieux publics aux personnes à mobilité réduite. Pour le moment, les modifications ont été effectuées à la mairie et au guichet unique en centre-ville.

Ce programme a commencé depuis deux ans et, actuellement, c’est au Musée d’Art et d’Histoire que les changements sont en cours. Julie Alexis, ingénieur sécurité et prévention à la ville de Dreux a réalisé une expertise complète des lieux publics de la ville, afin d’établir un agenda des travaux à effectuer en priorité. Cet agenda se déroule sur neuf années, en sachant que le service sécurité et prévention de la ville a un budget de 130 000€ par an. « Au fur et à mesure, tous les bâtiments publics de la ville seront accessibles aux personnes à mobilité réduite » ajoute Dominique Maisons, conseiller municipal en charge de la commande publique et des services techniques municipaux. Au niveau du Musée, ces changements rentrent dans les objectifs de la « loi handicap » et de la « loi musées de France », qui sont de pouvoir accueillir toutes personnes au sein du Musée, qu’elles soient malvoyantes, malentendantes ou à mobilité réduite. Concernant les personnes malentendantes, une boucle à induction magnétique est à disposition à l’accueil, elle permet aux personnes qui s’en servent d’entendre sans être gênées par les bruits ambiants. En cas d’urgence au sein du bâtiment, les alarmes ne sont pas que sonores, elles sont également visuelles. Pour les personnes malvoyantes, la sécurisation des escaliers du Musée est en cours, avec l’installation de clous podotactiles qui permettront aux personnes de sentir le relief avec leur canne lors de la montée ou descente des marches. Pour les personnes à mobilité réduite, une sonnette « besoin d’aide » a été mise en place à l’extérieur pour que le personnel du Musée puisse venir à leur rencontre. Depuis peu, le Musée est en possession d’un monte escalier appelé « chenillette », qui permet à toute personne en fauteuil roulant de monter et descendre en toute sécurité. Le personnel du Musée a d’ailleurs été formé à l’utilisation de cet équipement, qui existe déjà, par exemple, à La Chapelle Royale. Il est possible d’utiliser cette chenillette dès l’entrée du Musée, puisqu’une terrasse en bois a été construite, afin de mettre à niveau la rue à la première marche de l’entrée du bâtiment. De quoi faciliter, une fois encore, son accessibilité. Tous ces changements et achats réalisés pour le Musée ont coûté la somme de 17 000€. Parmi les autres lieux publics à équiper, il y aura le Beffroi qui aura, d’ici peu, à son tour, un monte escalier pour accéder à la salle basse et pour les étages, la mairie travaille sur un projet de visite en 3D à travers de grandes tablettes tactiles. Du côté du Palais des Sports, Julie Alexis précise qu’il y a beaucoup de modifications à réaliser et que celles-ci se feront sur les neuf années du programme.

Cet article Le Musée d’Art et d’Histoire accessible à tous est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Un élevage et des cultures bio près des captages d’eau potable

L’Agglomération du Pays de Dreux a fait l’acquisition de 37,3 hectares de terres à Vert-en-Drouais afin de promouvoir une agriculture respectueuse de l’environnement. Deux exploitations s’y sont installées. Les premières vaches sont arrivées le 16 novembre dernier.

Des prés d’herbe verte à perte de vue coincés entre la rivière Avre et les captages d’eau potable de Paris et de l’Agglomération du Pays de Dreux. Ce site, reconnu prioritaire lors du Grenelle de l’Environnement, abrite depuis quelques semaines un troupeau de jeunes bovins en élevage bio. « Après des débats qui n’ont pas été faciles, l’Agglo a fait un choix très politique qui a coûté 590.000€, subventionné à 70% par l’Agence de l’Eau Seine-Normandie, la Région Centre-Val de Loire et Eau de Paris. Une fois les terrains achetés, il fallait trouver le moyen de les valoriser. L’historique du projet remonte en 2008 lorsque la Chambre d’agriculture d’Eure-et-Loir a identifié la zone comme vulnérable. En 2012, une étude des sols identifie des zones de culture possible. En 2014, l’Agglomération réalise un premier achat foncier de 14,77 ha. En décembre 2014, un appel à candidature est lancé et en février 2015, deux porteurs de projets sont sélectionnés par un jury. Fin 2015, l’Agglomération réalise le second achat foncier de 22,53 ha. Début 2016, les baux sont signés, l’installation des porteurs de projets a pu commencer », détaille Alain Fillon, vice-président de l’Agglomération en charge de l’eau. Le premier projet mis sur les rails concerne six hectares attribués à Delphine Gastelais. « Une enfant de Vert-en-Drouais qui a commencé une activité de maraîchage bio. Elle vend ses produits directement à la ferme. Son activité se développe bien », précise Evelyne Delaplace, maire de Vert-en-Drouais. Les frères Julien et Tristan Lesniak ont opté pour un élevage de vaches de race Bretonne Pie-Noir qui bénéficie d’un plan de sauvegarde depuis 1976. « C’est une race qui possède une double aptitude viande et lait, parfaitement adaptée au secteur grâce à son petit gabarit et sa rusticité », expliquent les éleveurs. Spécialisés dans le foin, les frères Lesniak, installés à Chataincourt, ont saisi l’opportunité de se lancer dans l’élevage bio par goût. « Nous aimons les vaches depuis que nous sommes petits. Nous avons toujours rêvé d’avoir un troupeau », expliquent les deux frères tournés vers la qualité de leur production et les circuits courts. Les vaches seront élevées pour leur viande qui sera vendue via les AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne). Julien et Tristan Lesniak se sont engagés à respecter le cahier des charges de l’élevage biologique. Le troupeau compte aujourd’hui six animaux et à terme 14 vaches sont attendues. « Nous resterons dans le cadre d’un petit élevage, nous ne dépasserons pas les 30 têtes de bétail », indiquaient les éleveurs. Afin de leur aménager un espace confortable, les éleveurs ont construit un hangar où est stockée la paille. Les vaches peuvent s’y abriter. Pour préserver les berges de la rivière, le SIVA (Syndicat Intercommunal de la Vallée d’Avre) installe des clôtures et des abreuvoirs.

A.D.-P.

Cet article Un élevage et des cultures bio près des captages d’eau potable est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Le goûter des familles du CAJA Azalée sous le signe du cabaret

Le Centre d’Accueil de Jour (CAJA) et l’association Azalée (Alzheimer Accueil Écoute Entraide) organisaient la semaine dernière le traditionnel goûter des familles. Un moment de complicité placé sous le signe du cabaret. Comme chaque année, à l’approche des fêtes, l’équipe du CAJA organise un goûter destiné à réunir les personnes qui bénéficient régulièrement de l’accueil de jour. Un moment de convivialité partagé par une quinzaine de familles. « Le goûter est offert par l’association Azalée, les Lions Clubs et le conseil départemental », rappelait Chantal Evrard, présidente de l’association Azalée. La manifestation se déroulait dans l’une des salles des Eaux-Vives, dans l’enceinte de l’hôpital, en compagnie de Pascal Borget, membre du Lions Club Dreux Cité Royale et Jean-Pierre Le Feu, membre du Lions Club Dreux Doyen, le docteur Hervé Guérin, chef de pôle, et Charlotte Colin, psychomotricienne. « Nos effectifs sont stables, nous sommes en train de confectionner une plaquette qui sera diffusée auprès de tous les personnels de santé afin de mieux faire connaître notre existence et les services que nous pouvons apporter aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et à leurs familles », indiquait la présidente juste avant l’entrée en scène de Pascale Gamonale, dans des décors et des boas de plumes confectionnés à l’occasion des ateliers proposés dans le cadre des activités manuelles.

A.D.-P.

Cet article Le goûter des familles du CAJA Azalée sous le signe du cabaret est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Meubles Moreau : La fin d’une histoire mais le début d’une nouvelle aventure

Après quarante ans de carrière, il est temps pour Jean-François Moreau de se préparer à une retraite bien méritée. Le magasin fermera ses portes l’année prochaine, mais en attendant de belles promotions attendent les clients.

En octobre 1978, Jean-François Moreau commence son activité d’artisan ébéniste, dans la commune de Garnay. Passionné par le bois, la décoration et la relation avec les clients, il décide d’ouvrir son premier magasin en centre-ville de Dreux, rue Saint-Thibault en 1983. Cinq ans plus tard, c’est à Vernouillet Plein Sud que Jean-François Moreau acquiert le magasin que l’on connaît aujourd’hui. A cette époque, il ne fait que 300m² et comprend déjà l’atelier et le magasin. Premier agrandissement en 1990, la surface passe alors à 800m², puis le double en 1992, avec les 1600m² actuels. Dans cet important magasin, il est possible de trouver de la décoration, du mobilier de salon, des canapés, tables basses, fauteuils, mais aussi des cuisines, des tables de salles à manger et de quoi composer une chambre, avec des matelas de grande qualité et de nombreux dressings. Aujourd’hui, les murs du magasin sont vendus, mais Jean-François Moreau ne sait pas encore ce qui s’y installera par la suite. Pour le moment, il est surtout très occupé par la liquidation de tous les mobiliers que l’on peut trouver à l’intérieur du magasin. Une liquidation qui durera du 15 décembre 2017 au 14 février 2018, avec des promotions allant jusqu’à moins 70%. Les clients fidèles depuis plusieurs années, pour certains depuis presque quarante ans, ont pu bénéficier d’une remise supplémentaire une semaine auparavant. Le magasin de Plein Sud fermera donc définitivement ses portes le 31 mars 2018, mais Jean-François Moreau ne cessera pas tout à fait son activité. « J’ai déjà commencé une nouvelle activité qui me permet de me consacrer à ce que j’aime, c’est-à-dire la création, mais aussi l’architecture d’intérieur, l’agencement de cuisines, de salles de bains et de dressings » explique-t-il. Un travail qu’il réalise à son domicile et sur place, chez ses clients. Le poseur actuel de l’entreprise travaillera donc toujours avec Jean-François Moreau pour continuer cette activité, qui ne fera tout de même pas oublier ces nombreuses années au magasin. « Ça va être difficile, mais pour le moment je n’y pense pas trop. Je vais aussi avoir un peu plus de temps pour moi et pouvoir me relancer dans la fabrication de meubles » confie-t-il. Et puis même si Jean-François Moreau ferme son magasin, il est aujourd’hui fier de son fils Hugo Moreau qui suit les traces de son père dans un tout autre domaine, puisqu’il a ouvert Sensation Auditive, un centre d’audioprothésiste installé Place du Vieux Pré à Dreux et également à Anet dans la rue Diane de Poitiers. Le nom de la famille Moreau ne cessera donc pas d’exister dans le drouais.

Meubles Moreau

Centre Commercial Plein Sud

Rue de Nuisement

28500 Vernouillet

Tel : 0237468928

Mail : moreau.meubles@wanadoo.fr

Cet article Meubles Moreau : La fin d’une histoire mais le début d’une nouvelle aventure est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Magic Sushi installe son kiosque dans la galerie d’Hyper U

Les amateurs de sushis et de makis sont comblés, depuis quelques semaines, le spécialiste des sushis drouais, le restaurant Magic Sushi, a installé un kiosque dans la galerie de l’Hyper U de Vernouillet.

Le sushi est un plat japonais composé d’un riz vinaigré, appelé shari, combiné avec un autre ingrédient, Neta, qui est habituellement du poisson cru ou des fruits de mer. C’est l’un des plats emblématiques de la cuisine japonaise. Le maki (makizushi), parfois appelé makimono, souvent simplement maki en Europe, est une spécialité culinaire japonaise. Il se présente sous forme d’un rouleau d’algues Nori séchées, entourant du riz, du poisson cru ou des légumes. « Ces deux spécialités culinaires sont confectionnées sur place par deux maîtres sushis formés par le chef maître sushi du restaurant Magic Sushi », explique Jian Zheng, patron de l’établissement, installé rue Parisis. Du saumon d’Ecosse, du thon, de la daurade, des produits frais et variés, des salades d’algues ou de choux, des perles de coco ou des litchis au sirop, les tentations sont nombreuses de s’offrir un repas sain et équilibré, façon nippone. Le kiosque réserve de nombreuses surprises gustatives : des bières japonaises, du saké, des boissons sans alcool à l’aloe, des bières au thé vert, des limonades mais aussi de la petite épicerie pour confectionner soi-même de délicieux sushis : wasabi, sauces soja, yuzu, pâte de sésame, le tout  accompagné, avec modération, de vin blanc japonais. Une belle découverte gustative à s’offrir avec un plateau à partir de 3€. Le kiosque est ouvert de 9 h à 19h45.

A.D.-P.

Cet article Magic Sushi installe son kiosque dans la galerie d’Hyper U est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

La Vesti’Boutique de la Croix Rouge à Houdan

Depuis 2015, la Croix Rouge a une antenne à Houdan : l’Unité Locale du Pays Houdanais. Les bénévoles qui la composent sont très actifs sur le Pays Houdanais mais aussi en Eure-et-Loir.

Voilà maintenant deux ans que cette unité est installée dans la ville de Houdan et dès son arrivée, elle a lancé la création d’un magasin, la Vesti’Boutique. « Nous proposons à la vente uniquement les vêtements de seconde main qui nous sont donnés, mais nous gardons essentiellement ceux qui sont en excellent état » explique Laurence Desvilettes, bénévole de la Croix Rouge. Tous les types de vêtements sont acceptés, pour les enfants comme pour les adultes, exceptés les sous-vêtements. Dans cette boutique, les prix défient toute concurrence, puisque le tarif le plus élevé est de 10€, pour un manteau par exemple. « Bien sûr les vêtements que nous ne mettons pas en vente ne sont pas jetés, nous les donnons aux friperies pour qu’ils soient réutilisés » précise Laurence Desvilettes. La Vesti’Boutique est ouverte aux bénéficiaires qui sont actuellement cent soixante-dix, mais pas seulement, c’est aussi accessible au public non bénéficiaire. « Nos caisses sont remplies par le public, nous arrivons à nous faire connaître petit à petit. Et l’argent que l’on récolte sert à nos actions sociales tout au long de l’année» ajoute Laurence Desvilettes. Les tarifs proposés en magasin sont automatiquement à moins 50% pour les bénéficiaires. De plus, ils ont la possibilité d’acheter un bon mensuel de 2€, qui permet d’obtenir 8€ d’achat par personne dans une même famille. La Croix Rouge propose également deux à trois braderies par an dans la boutique. « Notre objectif est d’aider les personnes à traverser une mauvaise passe » confie Laurence Desvilettes. La municipalité de Houdan soutient également ce projet, en mettant à disposition le local où se trouve la Vesti’Boutique, au 24 rue des Jeux de Billes. Dans celle-ci se trouve aussi un espace pour les jouets, les peluches et les livres, appréciés en cette fin d’année et également un coin brocante avec des bijoux fantaisies, du mobilier et de l’électroménager.

Horaires d’ouverture :

Lundi, mardi et mercredi de 14h à 17h

Vendredi de 10h à 12h et de 14h à 19h

Samedi de 10h à 12h

Mail :  eq.pays-houdanais@croix-rouge.fr

Tel : 01 78 82 58 43

Cet article La Vesti’Boutique de la Croix Rouge à Houdan est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Rencontres et partage à La Tannerie à Houdan

L’espace d’art contemporain, La Tannerie est une idée de plusieurs artistes, membres de l’association Regard Parole. Ce lieu d’art a été inauguré en avril 2010 dans la ville de Houdan.

L’association Regard Parole a été créée en 1973, à Saint-Quentin-en-Yvelines, avec plusieurs artistes ayant pour objectif de promouvoir la culture et l’art. Sculpteurs, poètes, peintres, photographes, plasticiens, ils sont aujourd’hui vingt-six membres au sein de cette association. Hervé Petit, président de Regard Parole a découvert cet ancien bâtiment industriel devenu La Tannerie aujourd’hui, alors qu’il était à l’abandon. Après quelques recherches, il apprit que le lieu appartenait à la mairie. Le projet de l’association a tout de suite plu à la municipalité qui a rapidement commencé la rénovation du bâtiment. « Aujourd’hui, c’est devenu un lieu de patrimoine » raconte Hervé Petit. De l’extérieur, on ne soupçonne pas une telle bâtisse, mais à l’intérieur ce sont trois étages de 120m² qui s’ouvrent aux visiteurs. Un sous-sol grandiose qui est en fin de rénovation et qui accueillera sa première exposition en janvier 2018. La Tannerie propose de nombreuses expositions toute l’année, tous les deux mois de nouveaux artistes y prennent place et sont en général cinq ou six à se partager le lieu. « Notre association fonctionne en réseau, chacun des membres fait connaître La Tannerie et trouve des artistes pour y exposer. Seulement des professionnels, il y a ce qu’il faut pour les artistes amateurs » explique Hervé Petit. Les vernissages des expositions se déroulent le dimanche en fin de matinée dans une ambiance « brunch », un vrai moment de rencontre avec les artistes. « Le vernissage permet de partager, c’est un moment où chacun donne un peu de son temps » ajoute Hervé Petit. Il y a également des temps forts organisés pendant les expositions, avec des chants, de la musique, des chœurs d’hommes, mais aussi de la poésie. Les expositions collectives que l’on trouve à La Tannerie sont autour d’un même thème, comme celle à partir du 7 janvier 2018, où il sera possible de découvrir une exposition sur le thème de la liberté, qui réunit donc plusieurs artistes. « A travers nos expositions, on souhaite montrer un maximum de visions différentes » explique Hervé Petit. « Il n’y a pas de jugement entre nous, mais du respect pour le travail des uns et des autres » ajoute Constance Fulda, artiste plasticienne, membre de l’association. La Tannerie est également accessible aux enfants, il est possible, à la demande des enseignants, de programmer des moments spécifiques pour eux. « Les enfants sont toujours intéressés et ont toujours quelque chose à dire. Malheureusement, nous n’avons pas beaucoup de demandes des professeurs, mais nous sommes prêts à les accueillir » conclut Hervé Petit.

La Tannerie est ouverte :

vendredi de 14h30 à 19h

samedi et dimanche de 10h à 12h30 et de 14h30 à 19h

(fermeture en août) Entrée libre.

57 rue de Paris – 78500 Houdan

Tel : 01 30 88 12 60

Site :  HYPERLINK « http://www.regardparole.com/ »www.regardparole.com

Mail :  HYPERLINK « mailto:tannerieregardparole@gmail.com »tannerieregardparole@gmail.com

Cet article Rencontres et partage à La Tannerie à Houdan est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

L’orgue de la Chapelle Royale a retrouvé sa place

Il a retrouvé son ton d’origine, fort et chaleureux. L’orgue de la Chapelle Royale, conçu en 1845 par le célèbre facteur d’orgue Aristide Cavaillé-Coll, vient de subir un relevage. Un grand nettoyage réalisé par Pierre et Oscar Maciet.

Le silence est tout à coup rompu par une cascade de sons légers et espacés, puis la respiration se fait plus forte, l’air s’engouffre dans les tuyaux, les gosiers s’actionnent, la puissance du son retentit dans la chapelle. L’orgue a retrouvé toute sa puissance, avec, au clavier Jean d’Albi, organiste principal de la Chapelle Royale de Dreux. En présence du prince Jean d’Orléans, Jean-Louis Sureau, secrétaire général de la Fondation Saint-Louis, Thierry Petit, régisseur du domaine, et Irène Jourd’heuil, conservatrice des monuments historiques à la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles), l’organiste a fait ressortir le travail réalisé par Pierre Maciet et son fils Oscar, facteurs d’orgues installés à Montainville dans les Yvelines. « Nous avons procédé à un relevage. C’est un grand nettoyage qui consiste à démonter la plupart des 1.155 tuyaux en étain plomb ou étoffe (mélange de plomb et d’étain), à dépoussiérer, réviser la mécanique, réparer les gosiers et effectuer différents réglages avant de remettre en place et de vérifier l’harmonie », expliquait Pierre Maciet qui connaît parfaitement l’orgue de la Chapelle Royale pour avoir travaillé dessus dans ses jeunes années avec son père Adrien. C’est avec son fils Oscar qu’il veille désormais sur l’instrument drouais. « Aucuns travaux n’avaient été réalisés sur cet instrument depuis les années 80 », rappelait Thierry Semenoux, technicien conseil auprès des monuments historiques, qui a suivi avec intérêt ceux réalisés par le facteur d’orgue. « L’idéal serait d’organiser des concerts car, plus un orgue est utilisé, mieux il se porte », ajoutait le technicien. « Les travaux de relevage de l’orgue ont coûté 35.000€, financés par la Fondation Saint-Louis et l’Etat », indiquait Jean-Louis Sureau. L’orgue n’est pas le seul trésor que recèle la Chapelle Royale. Outre ses superbes gisants et vitraux, il existe dans la sacristie une collection d’habits liturgiques et de missels du XIXème siècle, brodés de fils d’or que Jean-Louis Sureau et Thierry Petit aimeraient sortir de leurs placards pour permettre au plus grand nombre de les admirer. Une idée d’exposition accueillie avec intérêt par Irène Jourd’heuil.

A.D.-P.

Cet article L’orgue de la Chapelle Royale a retrouvé sa place est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

7ème édition pour les Nocturnes !

Pour célébrer l’arrivée des fêtes de fin d’année, l’Office de Tourisme de l’Agglo du Pays de Dreux prépare une 7ème édition de leurs, maintenant, traditionnelles Nocturnes. Cette année, elles reviennent à Dreux et feront leur première à Saint-Lubin-des-Joncherets.

« Il y a déjà beaucoup de monde qui s’est inscrit » annonce Bernard Crabé, Vice-président de l’Agglo du Pays de Dreux en charge du tourisme. En effet, chaque année plus de deux cents personnes participent aux Nocturnes. Cette année, la première aura lieu à Dreux, le mardi 26 décembre, au départ de l’Office de Tourisme à 18h. Au programme, une déambulation dans le centre-ville, en passant par le Beffroi, la Place Métézeau, puis une montée vers la Chapelle Royale avant de redescendre en ville. Les participants seront équipés de lampions pour illuminer cette balade, en compagnie de Céline Daeron qui réalisera des sculptures sur ballons. Une fois arrivées à la Chapelle Royale, les familles seront accueillies par la conteuse Mylène Lanquest qui proposera des contes sur le thème de Noël, à l’intérieur de la Chapelle Royale. « C’est fantastique de pouvoir entrer dans la Chapelle Royale maintenant. Beaucoup de personnes reviennent chaque année, c’est pour cela que nous sommes attachés à trouver des animations différentes » explique Bernard Crabé. Ensuite, les participants effectueront la traditionnelle descente aux flambeaux, du chemin de ronde jusqu’à la Chapelle de l’Hôtel-Dieu, accompagnés de Mathieu Sanchez, installé sur ses échasses dans un costume d’ange. Vin chaud, chocolat chaud et viennoiseries attendront les promeneurs nocturnes à leur arrivée. « Les gens trouvent une ambiance dont ils ont besoin, on revient de plus en plus à des choses simples » raconte Bernard Crabé. Deux jours après, le jeudi 28 décembre, rendez-vous dans la cour du château de Saint-Lubin-des-Joncherets à 17h30. Munies de bâtons lumineux, les familles visiteront l’église et déambuleront dans la ville de Saint-Lubin-des-Joncherets avant de rejoindre la commune de Nonancourt et ses maisons du Moyen-Âge. La promenade nocturne aura lieu en compagnie de l’échassier Mathieu Sanchez et de la troupe des Flambateurs. Les participants se dirigeront ensuite vers l’Orangerie du château, où la pianiste Alexia Glass leur proposera un moment musical, accompagné de projections d’images qui évoqueront l’histoire du patrimoine de la commune. La Nocturne se terminera également autour d’un vin chaud, de chocolat chaud et de viennoiseries. « L’équipe de l’Office du Tourisme a rempli un grand vide qu’il y avait sur l’Agglomération » confie Thierry Petit, régisseur de la Chapelle Royale. Il est possible de réserver dès maintenant pour les deux nocturnes, mais aussi de le faire sur place le jour-même.

Tarif : 4€ – Gratuit pour les moins de 12 ans.

Office de Tourisme de l’Agglo du Pays de Dreux

9 cour de l’Hôtel-Dieu – 28100 Dreux

Tel : 02 37 46 01 73

Mail : contact@ot-dreux.fr

Site : www.ot-dreux.fr

Cet article 7ème édition pour les Nocturnes ! est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Dirty Dancing revient sur scène à Dreux

La comédie musicale culte DIRTY DANCING revient sur scène pour fêter les 30 ans du film !

Nouvelle mise en scène, nouveaux artistes, nouvelle version pour cette comédie musicale qui offre une scénographie plus théâtrale et qui restitue toute la magie du film culte !

L’Histoire Originale Sur Scène

Après un triomphe en 2015 avec plus de 500 000 spectateurs et 150 représentations à guichets fermés, le spectacle revient pour une grande tournée française.

Dirty Dancing, L’Histoire Originale sur Scène restitue toute la magie du film : les personnages, les dialogues, les scènes de danse sensuelles et bien sûr, la musique originale incluant l’incontournable « Time Of My Life »!

Réservez vite vos places…!

Parc des expositions de dreux

Samedi 23 décembre 2017 – 15H30 & 20H30

Locations : office de tourisme de dreux et points de vente habituels

Infos : Haracom 03 21 26 52 94

 M Ta Ville

Cet article Dirty Dancing revient sur scène à Dreux est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Opération Apex Harmony : Une tortue Caouanne, espèce menacée, dernière victime en date des filets anti-requins de Ballina

Opération Apex Harmony : Une tortue Caouanne, espèce menacée, dernière victime en date des filets anti-requins de Ballina

Lundi 18 décembre au matin, l’équipage de l’Opération Apex Harmony se trouvait en face de Lighthouse Beach à Ballina pour récolter des données, quand ils ont aperçu une tortue emmêlée dans un filet. Un examen rapproché a permis de déterminer qu’il s’agissait d’une tortue Caouanne vivante, en voie de disparition.

Tortue Caouanne, espèce menacée, prise dans un filet à requin à Ballina, Nouvelle-Galles du Sud
Tortue Caouanne, espèce menacée, prise dans un filet à requin à Ballina, Nouvelle-Galles du Sud

Le coordinateur du Queenland, Jonathan Clark a immédiatement contacté la Ministère des industries primaires de Nouvelle-Galles du Sud (NSW), mais le prestataire des SMART drumlines (filet d’alerte en temps réel de présence de requin) qui était dans les parages s’est rendu sur place et a aidé à libérer la tortue.

Allyson Jennings, responsable de l’Opération Apex Harmony en NSW a déclaré : "Une fois encore, les filets ont piégé sans distinction une tortue Caouanne, en voie de disparition, et sans la présence de notre équipage, elle serait probablement morte noyée. Est-ce cela que nous voulons montrer au monde ? Que nous tuons la vie marine pour procurer un pseudo sentiment de sécurité aux usagers de l’océan ? La saison de reproduction de cette espèce bat son plein, chaque individu compte."

M. Clark a ajouté : "Nos équipages ont découvert 7 animaux non ciblés dans les filets en 6 sorties cette semaine. Ces découvertes et les données du premier essai prouvent que ces filets sont un échec total pour la sécurité des usagers de la mer et tuent inutilement des animaux marins".

"Il est temps que le maire de Ballina, David Wright, et le gouvernement de Nouvelle-Galles du Sud se réveillent et admettent les conclusions du rapport du sénat fédéral, selon lesquelles ces filets sont inefficaces pour la sécurité dans l’océan et ternissent notre image de pays proche de la nature, ici et partout dans le monde", a demandé Mme Jennings.

Tortue Caouanne, espèce menacée, prise dans un filet à requin à Ballina, Nouvelle-Galles du Sud

Sea Shepherd News - Sea Shepherd FR

« Les dernières news

Décembre 2017
LMMJVSD
12
9
151617
19212224
2527293031