Actu 28

28 novembre 2017

Bera de Bidassoa au Pays Basque

"Soyez assis avec toute la majesté inaltérable de la montagne. Laissez votre esprit s'élever, prendre son essor et planer dans le ciel." Sogyal RINPOCHÉ

Lucilius

RTV 95.7 Podcast : Music & News

Le sculpteur Rachid Khimoune présente son travail qu'il expose à l'Ar[t]senal de Dreux.

S'abonner gratuitement

Sea Shepherd rend publiques des images de chasse à la baleine censurées par le gouvernement australien

Sea Shepherd rend publiques des images de chasse à la baleine censurées par le gouvernement australien

Cela a pris cinq ans, mais Sea Shepherd Australie a finalement réussi à diffuser les images que le gouvernement australien ne souhaitait pas que ses propres citoyens découvrent, de peur de nuire aux relations entre l'Australie et le Japon.

"Le gouvernement australien censure ces images depuis des années," a déclaré Jeff Hansen, le directeur de Sea Shepherd Australie. "La principale raison fournie était que les images de cet horrible massacre étaient susceptibles de porter atteinte aux relations diplomatiques avec le Japon. Le gouvernement australien a choisi de se ranger du côté des braconniers plutôt que de défendre les baleines de l'océan Austral."

Sea Shepherd s'est associée à une initiative commune visant à exhorter le gouvernement australien à rendre publiques les images rares de chasse à la baleine filmées par les douanes australiennes au cours d'une mission dans l'Antarctique en 2008. "À travers la procédure relative à la liberté d'accès à l'information, nous avons collaboré avec le Bureau des défenseurs de l'environnement NSW et avec Humane Society International Australia, afin de veiller à ce que les citoyens puissent enfin découvrir les images tournées au cours de cette opération financée par des fonds publics," a indiqué Hansen.

Les baleiniers japonais sont accusés d'outrage à la Cour fédérale d'Australie et ont été condamnés à une amende d'un million de dollars australiens qu'ils refusent de payer. Ils ont également été condamnés par la Commission baleinière internationale (CBI), ainsi que par la Cour internationale de Justice (CIJ). Cette dernière a décrété que l'activité baleinière japonaise ne revêtait aucun caractère scientifique et était donc illégale. Le Japon provoque la CIJ, la CBI, ainsi que la Cour fédérale d'Australie.

"Ces images montrent la brutalité sanglante, la cruauté et le massacre insensé d'animaux tellement beaux, intelligents et majestueux. Ces baleines sont traquées, avant d'être frappées par un harpon explosif qui projette des éclats dans leur corps, tandis que des dents se déploient dans les chairs, empêchant ainsi la baleine de s'échapper. La baleine plonge pour essayer de prendre la fuite et retourner dans les profondeurs rejoindre sa famille, mais elle n'y parvient pas car les tueurs de baleines ré-enroulent le câble et remontent lentement la baleine vers la surface. Celle-ci, convulsée de douleur, fixe son tueur du regard, avant d'être abattue et finir par mourir enfin, après de longues minutes d'agonie dans une mer rougie par le sang," a déclaré Hansen.

"Sea Shepherd a lutté sans relâche contre la flotte baleinière japonaise, comblant ainsi les lacunes gouvernementales dans le travail que la majorité des Australiens souhaitent voir accompli. Le temps est venu pour le gouvernement australien d'honorer ses promesses pré-électorales et d'envoyer un navire afin de lutter contre les baleiniers japonais. Maintenant que la flotte baleinière occupe les zones d'abattage, la question est de savoir si le gouvernement australien représente plutôt la volonté de ses citoyens ou bien celle du Japon."

Sea Shepherd exhorte le gouvernement australien à faire tout ce qui est en son pouvoir pour mettre un terme à la chasse à la baleine, en ne se contentant pas d'envoyer un navire dans l'Antarctique, mais en traduisant également le Japon devant le Tribunal international du droit de la mer, devant lequel les activités du Japon peuvent être remises en cause dans la mesure où le Japon ne satisfait pas à ses obligations internationales visant à protéger durablement les baleines. "Le Tribunal dispose d'un système de règlement des différends obligatoire, auquel il est très difficile de déroger et le Japon ne pourra pas y faire grand chose," a conclu Hansen.

Chronologie résumée (en Anglais), présentant trois requêtes relatives à l’application de la loi sur la liberté d’accès à l'information (FOI) : https://www.seashepherd.org.au/news-and-commentary/news/australians-have-every-right-to-see-2008-customs-whaling-footage.html

Sea Shepherd News - Sea Shepherd FR

« Les dernières news

Novembre 2017
LMMJVSD
15
171819
22