Actu 28

20 novembre 2017

RTV 95.7 Podcast : Music & News

Jean Peyrot, photographe amateur, présente son exposition "Mémoires Drouaises". Elle est à voir jusqu'au 2 décembre dans une banque du centre-ville de Dreux, face au Guichet Unique.

S'abonner gratuitement

Echanges avec Guy Lorgeret, sur sa Pensée Nomade, à Montulé

Exposée à la Maison des Arts de Montulé depuis septembre 2017, la tribu de Guy Lorgeret, artiste breton né en 1957 à Dinard, attire un public nombreux. Plus de 2500 personnes ont découvert « La Pensée Nomade », ces sculptures de femmes qui invitent à la méditation et à la réflexion profonde.

Venues d’un autre temps, ces femmes, telles des totems, ont su piquer la curiosité des visiteurs qui voient en elles différentes interprétations : le voyage ou la sédentarisation, la quête ou l’abandon, la place des femmes dans la société, les hommes et les enfants n’étant pas représentés par l’artiste.

Guy Lorgeret fait voyager son art, il le veut nomade, ainsi avant que ne se termine son exposition éphémère à Montulé, il viendra à la rencontre de ceux qui ont été touchés par ses femmes aux couleurs argileuses, détentrices d’une spiritualité intemporelle, le vendredi 1er décembre 2017, de 15h à 18h.

Venez découvrir ou redécouvrir cette exposition et échanger avec son artiste.

Vendredi 1er décembre 2017, de 15h à 18h à la Maison des Arts de Montulé.

Cet article Echanges avec Guy Lorgeret, sur sa Pensée Nomade, à Montulé est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Les mains de fées de l’Atelier d’Effée

Fany Mallet et Marion Chaillou sont de véritables fées, elles ont le don de transformer papiers, laines, tissus, cartons et autres matériaux de recyclage en objets décoratifs du plus bel effet grâce à l’origami.

Au premier coup d’œil, on est charmé par une douce clarté diffusée par mille et un petits sujets accrochés sur des guirlandes. Des petits cubes aux couleurs chaudes, des lys agrémentés de tulles dans les tons bleutés, des tulipes et des plumes, mais aussi des petits sapins, des oiseaux en plein vol, c’est le royaume des fées, l’atelier de Fany Mallet et Marion Chaillou. Après un début de carrière dans la coiffure dans le monde artistique, et quelques années dans l’animation pour la création, les deux amies d’enfance ont eu envie de faire partager leur passion. Au printemps dernier, elles ont créé leur association l’Atelier d’Effée. « Nous proposons des ateliers pour les adultes, les adolescents et les enfants », explique Fany Mallet. Les ateliers d’origami (l’art du pliage du papier) permettent de réaliser de nombreux sujets : des objets de décoration, des guirlandes lumineuses avec du papier recyclé ou spécial origami. Les ateliers loisirs décoratifs sont destinés à la création d’objets, lampes, petits objets en bois, pièges à rêves, organiseurs etc. « Nous pouvons même relooker des meubles », confie Fany Mallet. Le champ d’action de l’Atelier d’Effée est vaste. Outre les ateliers proposés dans leurs locaux, les deux animatrices proposent de nombreuses possibilités. « On peut travailler sur la décoration à l’occasion d’un mariage, d’un anniversaire. Il est possible d’organiser un atelier à domicile pour une personne ou si elle le souhaite avec des amies. On peut aussi être le cadeau. On peut offrir un atelier, en cadeau, d’origami ou de décoration », indique Marion Chaillou. Les tarifs sont établis en fonction des demandes. « Nous demandons 5€ à l’heure pour les ateliers enfants dans nos locaux et 7€ pour les adolescents avec des matériaux de recyclage. Pour les ateliers de décoration, c’est une fourchette de 15 à 20 €, selon les matériaux utilisés ou sur devis pour des demandes plus précises », indique Fany Mallet. Pour l’heure, l’Atelier d’Effée s’organise autour des décorations de Noël. C’est le moment d’apprendre à confectionner de jolis sujets à suspendre dans le sapin, créer des guirlandes originales et réaliser de superbes emballages pour les cadeaux. L’Atelier d’Effée sera sur les marchés de Noël de Saint-Germain-sur-Avre, les 25 et 26 novembre et Damville les 16 et 17 décembre, deux rendez-vous à ne pas manquer.

A.D.-P.

L’Atelier d’Effée 5, rue de la Gare, 27320 Nonancourt.

Tel : 02.72.88.27.50. Horaires et jours des ateliers sur le site : latelier-deffee.fr ou sur Facebook.

Cet article Les mains de fées de l’Atelier d’Effée est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Pas de lingettes dans les toilettes

C’est un cri d’alarme lancé par l’Agglomération et les responsables de Suez qui sont contraints d’installer des dégrilleurs en amont de la station d’épuration pour recueillir ces déchets inappropriés qui bouchent les canalisations.

Il suffit d’aller visiter la station d’épuration de Dreux pour se rendre compte de la situation. A l’arrivée de la collecte des eaux usées, une première machine récolte les plus gros déchets jetés dans les toilettes : amas de lingettes, couches-culottes, serviettes périodiques, jouets miniatures, seringues, armes, cotons-tiges, cotons à démaquiller, serpillières… la liste est longue et non-exhaustive. « Les lingettes, dites biodégradables, ne le sont pas. Elles forment des amas qui finissent par bloquer les pompes de relevage des eaux usées. Cela occasionne de nombreuses interventions et des heures de travail », explique Pascal Provendier, responsable du secteur de Dreux pour le groupe Suez. « L’Agglomération du Pays de Dreux et le groupe Suez gèrent quotidiennement 319,4 Km de réseaux de collecte des eaux usées et 201,6 Km de réseaux des eaux pluviales. Depuis quelques années, les interventions sur les réseaux se multiplient. Lors du débouchage, la présence de lingettes est constatée en permanence. L’utilisation de ces lingettes a doublé en dix ans », constate Alain Fillon, vice-président de l’Agglomération en charge de l’eau et de l’assainissement. Pour pallier à ces désagréments, l’Agglomération installe des dégrilleurs en amont de la station. Deux sont installés à Vernouillet, un à Abondant, un quatrième a été installé en juillet dernier à Tréon. « Le dégrilleur est muni d’une grille qui bloque et récupère les lingettes et autres objets, un râteau les fait remonter à la surface avant de les éjecter. Elles sont ensuite compressées dans une poubelle qui est vidée chaque semaine. Les déchets, ainsi récupérés, sont envoyés à l’incinérateur de Mainvillers », explique Pascal Provendier. Faute de pouvoir agir sur le comportement des usagers, l’Agglo investit sur l’avenir en intervenant dans les écoles par le biais du programme Mikad’Eaux et poursuit ses installations. « A Tréon, le dégrilleur a coûté 29.000€. L’an prochain, nous avons prévu d’en installer un beaucoup plus grand en amont de la station d’épuration de Dreux », explique Alain Fillon qui comme Christian Berthellier, maire de Tréon, précise « le coût de ces installations est facturé à l’Agglomération qui doit le répercuter. L’assainissement est financé par le biais d’une redevance sur le prix du m3 d’eau traitée». L’Agglomération et le groupe Suez lancent une campagne de communication et d’information. Lingettes, protections périodiques, vêtements, cigarettes, emballages, préservatifs, détritus…. à la poubelle. Huiles de friture et de moteur, produits toxiques en déchetterie.

A.D.-P.

Cet article Pas de lingettes dans les toilettes est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

La boucherie Churchill reçoit une aide de la Région

La boutique est flambant neuve, les vitrines regorgent d’une belle viande de qualité, les chambres froides sont accessibles et opérationnelles. Mohamed Oudman et Mohamed Chater sont fiers de leur boucherie.

Ouverte depuis cinq mois, la boucherie Churchill s’est intégrée dans un petit centre commercial créé autour d’un café, une agence immobilière, un cabinet d’assurance et une agence de cartes grises, le tout surmonté de quelques appartements. Le nouveau centre commercial est situé en sortie de ville, là où passe des milliers de voitures chaque jour. Un endroit stratégique choisi par Mohamed Oudman et Mohamed Chater pour y implanter leur commerce. Les deux bouchers connaissent bien la ville pour avoir travaillé dans plusieurs commerces de détail de viande. Forts de leur expérience professionnelle, l’idée d’investir dans leur propre établissement a fait son chemin. « Nous avons investi dans un local nu en parpaings. Nous avons tout installé. Le coût de l’opération s’élève à 120.000 € », explique Mohamed Oudman. L’affaire a pu se concrétiser avec une aide de la Région Centre-Val-de-Loire, grâce au dispositif Cap Création. « Nous accompagnons financièrement des projets de reprise ou de création commerciale, industrielle ou agricole. Nous soutenons le développement des commerces de centre-ville et de proximité. Tout ce qui conserve un lien dans un quartier ou un village contrairement aux grandes zones commerciales », expliquait Valentino Gambuto, conseiller régional en charge du développement économique venu signer la convention d’attribution avec les deux commerçants. « La région aide par le biais de subventions propres ou sur des avances remboursables et parfois les deux. Elle est soumise à certains critères dont la création d’emplois. Pour la boucherie Churchill, il s’agit d’une subvention de 19.000€ calculée sur la base de 45.000€ », explique Valentino Gambuto. « 50% de la subvention est versée en amont, le reste à la présentation des factures acquittées dans un délai de 24 mois. Le temps de mettre en place les emplois. Trois emplois sont prévus à la boucherie Churchill. « Deux sont en recrutement, mais si les affaires marchent bien nous embaucherons autant de personnel qu’il faudra », indiquait Mohamed Oudman. « Au mois d’octobre, la région a engagé 850.000€ pour ce type d’aides, en revanche nous sommes très regardants. Il ne faut pas que ce soit contre-productif. Proximité, création d’emplois et professionnalisme sont des critères incontournables pour l’attribution de ces aides », rappelait Valentino Gambuto.

A.D.-P.

Cet article La boucherie Churchill reçoit une aide de la Région est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Franck Capillery et Anny Duperey au Cercle Laïque le 26 novembre

Depuis 20 ans, Franck Capillery se mobilise pour l’AFM (Association Française contre les Myopathies) et pour le Téléthon. Cette année, son invitée est Anny Duperey. Ensemble, ils parleront de son livre Le rêve de ma mère mais aussi de la maladie et des progrès de la recherche.

Elle est l’une des comédiennes préférées des Français. Lui, jouit également d’une belle place au hit-parade des comédiens appréciés des téléspectateurs et amateurs de théâtre. Anny Duperey et Franck Capillery animeront, ensemble, ce dimanche après-midi destiné à récolter des fonds pour le Téléthon. Ils proposeront des lectures du dernier ouvrage de la comédienne Le rêve de ma mère, et les deux comédiens complices partiront, c’est sûr, vers des duos d’improvisation à la hauteur de leurs talents. « Nous parlerons aussi des avancées faites par la recherche : où en est-on face à la maladie ? Tout ce qui a été fait pour que nos enfants, atteints par des myopathies, vivent plus longtemps. Il y a des malades atteints de la myopathie de Duchêne qui sont âgés de plus de 50 ans », constate Franck Capillery qui abordera les progrès réalisés dans la conception des fauteuils électriques pour l’autonomie des enfants. « Un fauteuil coûte entre 10.000 € et 46.000 € financés par la mutuelle, la maison du handicap, le département et parfois des voisins, amis ou l’employeur des parents. L’AFM finance le reste, soit sous forme de prêt à 0%, soit par le biais d’une avance personnelle octroyée par la commission d’attribution de l’aide individuelle dont je fais partie». Cette commission finance aussi les centres pluridisciplinaires dans certains hôpitaux. « On a réussi cette prouesse de faire en sorte qu’en Corse, une petite centaine de malades n’ait plus à venir sur le continent pour consulter cardiologue, pneumologue, neurologue et médecin généraliste. Grâce aux subventions de l’AFM, les médecins se déplacent dans les services pluridisciplinaires des hôpitaux de Bastia et Ajaccio. Désormais, il y a des services pluridisciplinaires dans presque tous les hôpitaux », explique le comédien. L’AFM fêtera l’an prochain ses 60 ans, l’association compte de nombreux bénévoles qui se battent, chaque année, pour récolter des fonds pour financer la recherche et venir en aide aux malades et leurs familles. Depuis 20 ans, Franck Capillery s’engage et met sa popularité au service de la bonne cause et en souvenir de Jonathan, son fils atteint de myopathie, disparu trop tôt.

A.D.-P.

Le dimanche 26 novembre au Cercle Laïque à 17 heures. Entrée gratuite, une boîte est mise à la disposition du public pour les dons.

Cet article Franck Capillery et Anny Duperey au Cercle Laïque le 26 novembre est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Top Chrono vers un esprit fashion

Virginie et Cédric Clément sont à leur compte depuis une dizaine d’années. Ils ont choisi de s’installer à Houdan en 2016 en créant leur boutique L’Esprit Fashion, puis une deuxième cette année, avec 78 Chrono.

Auparavant, le couple travaillait en région parisienne mais après dix ans de métier, ils décident de partir et c’est à Houdan qu’ils ont choisi d’ouvrir boutique. « Nous cherchions un nouveau cadre, une ambiance de village. Nous aimons beaucoup Houdan, le lien et l’accessibilité qui est possible avec la clientèle est agréable. Dès que nous sommes arrivés, on nous a mis à l’aise » raconte Virginie Clément. Ils ont alors ouvert leur premier magasin houdanais en avril 2016, L’Esprit Fashion, un lieu dédié aux femmes et il y a peu de temps, en septembre 2017, 78 Chrono a ouvert ses portes pour satisfaire la demande masculine. « Nous voulions créer deux univers différents et offrir un moment privilégié pour les femmes et les hommes » explique Cédric Clément. Dans leurs deux magasins, le couple reste fidèle à plusieurs marques, chez L’Esprit Fashion on trouve par exemple LPB Woman avec des vêtements, des chaussures ou encore de la maroquinerie. Il y aussi LTC (Le Temps des Cerises), Pipolaki, une marque qui saura se faire apprécier cet hiver avec leurs gants, bonnets et ponchos. L’Esprit Fashion propose aussi des bijoux, des ceintures, des étoles, ou encore des collants, mais surtout reste accessible au porte-monnaie de chacun. « Il en faut pour tout le monde, nous choisissons nos produits par rapport à un panier moyen de 40€-50€ et aujourd’hui les clients nous disent que nos prix sont vraiment corrects. Nous allons aussi régulièrement à Paris chercher nos articles, ce qui nous permet d’avoir des prix attractifs et surtout les mêmes que sur les sites internet des marques que nous proposons» explique Virginie Clément. Une nouvelle marque sera d’ailleurs proposée à partir de février 2018, il s’agit de Molly Bracken, qui s’intégrera parfaitement dans le style sportswear chic de la boutique. « Nous essayons de trouver des choses atypiques et de mélanger les marques, pour que tout le monde trouve son bonheur » ajoute Virginie Clément. Du côté des messieurs, 78 Chrono est dans la même tendance, avec des marques telles que Von Dutch, LTC Homme, Pipolaki, Aristow avec leurs polos et chemises, les caleçons français Waxx, les chaussures Lotto et Blackstone ou encore la marque Billybelt avec leurs ceintures, chaussettes et bagagerie. D’ici quelques temps, la boutique proposera également une gamme pour les plus jeunes (14-16 ans) à travers la marque LTC Homme. Vous pouvez retrouver les deux boutiques sur facebook ou simplement venir à la rencontre de Virginie et Cédric qui seront heureux de vous accueillir dans leurs univers.

L’Esprit Fashion – 56 rue de l’enclos – 78550 Houdan

Tel : 01 30 59 13 38

Heures d’ouverture :

Mardi, mercredi, vendredi et samedi de 10h à 19h Non stop le midi

Jeudi de 14h à 19h

Dimanche de 10h à 12h30

78 Chrono – 2 rue du Mont Roti – 78550 Houdan

Tel : 01 30 41 75 32

Heures d’ouverture :

Mardi et mercredi de 10h à 13h et de 15h à 19h

Jeudi de 14h30 à 19h

Vendredi et samedi de 10h à 19h Non stop le midi

Dimanche de 10h à 12h30

Cet article Top Chrono vers un esprit fashion est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Un Calendrier de l’Avent original

Du 1er au 24 décembre, pour les fêtes, l’UCAD (l’Union des Commerçants et Artisans de l’Agglomération Drouaise), vous propose un calendrier de l’avent original et inédit.

Sur 24 cases, comme il est de coutume, ici, les gourmandises chocolatées laissent place à des offres et remises exceptionnelles chez vos commerçants participants de l’agglomération drouaise.

Ces calendriers seront en vente chez les enseignes adhérentes à l’UCAD et dans les écoles de l’Agglomération, au prix de 2 €.

Couplés à une tombola, qui promet de beaux cadeaux, c’est une belle initiative que l’UCAD met en place pour les fêtes de fin d’année et pour les clients, une occasion en or d’aider le Père Noël à remplir sa hotte.

Tentez-votre chance à la tombola et profitez des cadeaux que vous offrent vos commerçants.

Cet article Un Calendrier de l’Avent original est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Une nouvelle vie pour l’auberge de Gilles

C’est un beau projet qui est en cours dans la commune de Gilles, située tout au nord du département. L’Auberge gilloise comme elle était appelée autrefois n’est pas laissée à l’abandon.

Le bar et le restaurant de l’auberge ont fermé leurs portes en juillet 2012. Cette fermeture aurait pu sonner la fin de tout commerce à Gilles, mais ce n’était pas le souhait du maire, Michel Malhappe, pour sa commune. Après plusieurs concertations avec le conseil municipal et les propriétaires du bâtiment, la municipalité a racheté l’ensemble du site en juillet 2016 pour la somme de 144 000€. Ont commencé alors d’importants travaux, puisque tout était à refaire. Plusieurs conseillers municipaux et habitants de la commune ont donc apporté leur aide pour démolir ce qu’ils pouvaient et ainsi faire économiser 38 000€ au village. Le chantier bat son plein en ce moment même dans la maison de 200m² qui accueillera début 2018 un bar, un restaurant, un relais postal, une épicerie, de préférence, proposant des produits locaux, une salle, pour les associations par exemple, qui pourra accueillir des ordinateurs accessible aux habitants et visiteurs, ainsi que deux gîtes à l’étage. « Notre objectif, c’est que le commerce fonctionne et soit un lieu de rencontre et de convivialité. Nous ne recherchons pas une source de profit pour la commune. Nous sommes à peu près sûrs de retomber sur nos pieds au plan patrimonial avec cet investissement et la situation financière saine de notre village nous a permis de mettre en place ce projet » explique Michel Malhappe. La municipalité a tout de même effectué un emprunt de 300 000€ sur vingt ans et a obtenu de nombreuses subventions pour les travaux, à savoir 364 000€ au total, venant de l’État, du Département, de la Région, de l’enveloppe parlementaire d’Olivier Marleix et de la Dotation d’Équipement des Territoires Ruraux. Dans ces bonnes conditions, la municipalité envisage de proposer un loyer plus que raisonnable pour les futurs gérants (égal aux intérêts du prêt), sachant que tous les bénéfices de l’auberge reviendront aux gérants et que les deux gîtes seront meublés par la municipalité. Pour cette nouvelle auberge, la commune a également obtenu le label cyclotourisme, avec la possibilité pour les cyclistes de nettoyer leur linge et de se restaurer sur place, ainsi que le label handicap qui assure l’accessibilité de l’établissement aux personnes handicapées. Aujourd’hui, il ne reste que quelques semaines de travaux avant d’ouvrir, à nouveau, l’auberge au public, la mairie recherche donc activement de nouveaux gérants. « L’idéal serait qu’un couple se lance dans cette belle aventure » conclut Michel Malhappe. Si vous êtes intéressés, contactez directement la mairie de Gilles au 02 37 64 08 16 ou par mail à mairiedegilles@gmail.com

Cet article Une nouvelle vie pour l’auberge de Gilles est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

« Les dernières news

Novembre 2017
LMMJVSD
15
171819
22