Actu 28

13 novembre 2017

Le mois du bien-être à l’AgglOcéane

<p>Alors que les températures se rafraichissent, le centre aquatique AgglOcéane vous propose de venir vous relaxer bien au chaud, dans son espace bien-être.</p><p>En novembre, l’équipe de l’AgglOcéane vous fait bénéficier d’une offre exceptionnelle : 1 mois offert sur l’abonnement liberté, avec un accès illimité aux espaces aquatique et océane du centre.</p>

Actualités

Lancement au Mexique, avec deux navires, de la nouvelle campagne de Sea Shepherd pour sauver la vaquita marina

Lancement au Mexique, avec deux navires, de la nouvelle campagne de Sea Shepherd pour sauver la vaquita marina

Le Farley Mowat et le John Paul DeJoria lancent l’Opération Milagro IV dans le golfe de Californie, en collaboration avec le gouvernement mexicain

Poursuivant son engagement inébranlable pour arrêter l’extinction imminente du marsouin menacé, Sea Shepherd regagne le golfe de Californie au Mexique pour l’Opération Milagro IV.

Milagro IV, campagne de défense de la vaquita, verra le retour du Farley Mowat de Sea Shepherd en service pour la troisième année consécutive dans le golfe de Californie – les seules eaux constituant l’habitat de ce mammifère farouche.

Nouveauté de cette campagne Milagro : le John Paul DeJoria s’ajoute au Farley. Le premier navire arrive des Caraïbes, où il participait à l’Opération Good Pirates of the Caribbean, mission humanitaire portant secours aux îles touchées par les ouragans Maria and Irma.

Pour Milagro IV, Sea Shepherd travaillera une fois de plus aux côtés du gouvernement mexicain pour parer à l’urgence de protéger la vaquita marina avant qu’il ne soit trop tard. Le Farley et le JPD défendront l’habitat du marsouin du Pacifique, enlevant les filets, patrouillant pour contrer les braconniers, relevant des éléments touchant au cétacé en danger et continuant à collecter des données destinées à être partagées avec la communauté scientifique. La campagne se poursuivra jusqu’en mai 2018.

La vaquita marina

Les taches sombres bien caractéristiques qui encerclent les yeux et les lèvres du marsouin du Pacifique lui ont valu le surnom de "panda des mers". Avec son 1,5 m de long environ, c’est aussi le plus petit cétacé du monde… et l’espèce la plus menacée. Les dernières statistiques font état d’un amenuisement de sa population, tombée sous la barre des 30 individus.

La population de la vaquita marina accuse un risque particulier de déclin, avec un taux de reproduction inférieur à celui des autres espèces de marsouins – naissance d’un seul petit tous les deux ans. Cette espèce a en outre une espérance de vie relativement courte, de 20 ans environ.

En dépit de ces vulnérabilités, la plus grande menace pour sa survie sont les filets maillants illégalement déployés par les pêcheurs d’une autre espèce elle-même en danger critique d’extinction : le totoaba. Les destins de ces deux animaux marins sont étroitement liés. Sa taille étant analogue à celle du totoaba, la vaquita marina se trouve piégée dans ces filets maillants, étouffe puis se noie. Pendant ce temps, on prélève la vessie natatoire du totoaba capturé, qui est transportée jusqu’en Chine et à Hong Kong, où elle est vendue au marché noir pour des dizaines de milliers de dollars en raison de supposées vertus médicinales.

Pourtant, malgré ces vulnérabilités, la plus grande menace pour la survie de la vaquita sont les pêcheurs de filets maillants illégaux mis à la pêche pour attraper une autre espèce menacée: la basse totoaba. Les destins de ces deux animaux marins sont entrelacés. De taille semblable à la totoaba, la vaquita se prend dans ces filets maillants, s'étouffe et se noie. Pendant ce temps, le totoaba capturé a sa vessie natatoire enlevée et transportée en Chine et à Hong Kong où elle vend pour des dizaines de milliers de dollars sur le marché noir pour des propriétés médicinales non fondées.

"Nous devrons porter un plus grand respect à la vie marine afin que ces deux espèces parviennent à survivre", a déclaré Jean Paul Geoffroy, directeur de la campagne. "L’avidité humaine et le manque de respect pour les océans sont responsables de la quasi-disparition de la vaquita. Son extinction représenterait la rupture d’un nouveau maillon de la chaîne écologique et un pas de plus vers notre propre extinction. Sea Shepherd n’abandonnera pas sa lutte pour sauver la vaquita marina et le totoaba."

Le capitaine Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd, a ajouté : "Sea Shepherd embarque à présent pour Milagro IV, notre quatrième année à cette dure tâche : mettre la vaquita marina menacée à l’abri de l’extinction. Sans la confiscation de centaines de filets et sans les interventions nocturnes de nos drones pour trouver les braconniers, la vaquita marina aurait déjà disparu. Certains disent qu’il s’agit d’une cause désespérée et que cette extinction est inéluctable. Ce n’est pas notre avis. Davantage de patrouilles, davantage d’interventions, en y ajoutant le courage et la passion de nos équipages de volontaires, peuvent bien l’emporter. Nous entendons prouver qu’ils ont tort à tous ceux qui disent qu’il s’agit d’une cause désespérée. C’est un défi que de sauver la vaquita marina de l’extinction, mais nous sommes prêts à le relever. Rendre possible l’impossible est ce que nous faisons depuis quarante ans."

Sea Shepherd News - Sea Shepherd FR

« Les dernières news

Novembre 2017
LMMJVSD
15
171819
22