Actu 28

29 juillet 2017

Une deuxième édition pour le Festival Derrière les fagots

L’association « Derrière les fagots » de Saint-Ange et Torcay, se lance dans une deuxième édition du Festival, qui avait rencontré un beau succès l’année dernière avec près de six cent spectateurs sur les deux journées.

Le Festival Derrière les fagots est de retour, avec une programmation complètement renouvelée et deux spectacles en plus par rapport à l’année dernière. Cette année, le rendez-vous est fixé pour le samedi 2 et le dimanche 3 septembre, le public aura le choix parmi des représentations de théâtre, il y aura aussi de la musique, du cirque, des contes ou encore des marionnettes. Au total, sept spectacles différents dont la plupart seront joués les deux jours à des heures différentes pour que tout le monde puisse y assister. Deux lieux accueilleront les spectateurs, « Le 5 côté jardin », un lieu de création, de rencontre et de partages artistiques et à quelques mètres plus loin, « La Bouquetière » qui pour l’occasion aménagera sa grange. Ces deux salles pourront accueillir chacune cent-vingt personnes. « Gumbal reviendra pour animer le bal du samedi soir. C’est la seule chose identique à l’année dernière, ce groupe avait beaucoup plu, il y en aura pour tous les goûts au niveau musical » ajoute Fanny Cassaigne membre de l’association et propriétaire de « La Bouquetière ». Pour cet événement, une cinquantaine de bénévoles sont mobilisés et les collectivités alentours prêtent également du matériel à l’association. « Nous vivons grâce aux subventions et nous avons la chance que les artistes acceptent de venir pour peu de chose » précise Fanny Cassaigne. Pendant ces deux jours, une restauration à base de produits locaux sera également proposée à la ferme, avec des jeux en bois, un manège écologique réalisé par des membres de l’association, où quatre adultes doivent pédaler pour que le manège fonctionne. Il y aura aussi de la magie, un coin maquillage et des réalisations faites avec des ballons. La parade d’ouverture aura lieu le samedi 2 septembre à 11h dans les rues du village, avec des artistes professionnels mais aussi des habitants qui se prêteront au jeu. Les représentations ne s’arrêteront plus jusqu’au bal du soir à 21h30. À 20h sera joué « Le porteur d’histoire » une pièce de théâtre mise en scène et écrite par Alexis Michalik, qui a obtenu en 2014, le Molière du meilleur auteur et metteur en scène. Les festivités reprendront dès 11h le lendemain, pour se terminer avec le concert de clôture à 18h à « La Bouquetière » avec l’artiste Reno Bistan. Actuellement, une vingtaine de Pass ont été vendus, vous pouvez retrouver toute la programmation du week-end sur le site de l’association festivalderrierelesfagots.com ou sur Facebook (Festival de Torcay). Pour réserver, il suffit de contacter La Bouquetière, au 06 21 83 72 37.

Tarif 1 spectacle (uniquement sur place) : 10€
Pass 5 spectacles : 40€ / Réduit : 30€ / Enfants (3-14 ans) : 20€
Pass 1 jour : 30€ / Réduit : 20€ / Enfants (3-14 ans) : 15€
Pass week-end : 50€ / Réduit : 40€ / Enfants (3-14 ans) : 25€

Charlyne Didelot

Cet article Une deuxième édition pour le Festival Derrière les fagots est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

La BD de la semaine : "One, two, three, four, Ramones", quatre punks pour le prix d'un album

Il y a deux façons d'appréhender cet album. Soit on a grandi avec les Ramones dans les oreilles depuis sa plus tendre enfance, soit on n'a qu'une vague idée de qui sont ces gens portant perfecto, cheveux longs et esprits rebelles (c'est le cas de l'auteure de ces lignes) et ça n'empêche pas d'apprécier cet album dessiné en noir et blanc, mais haut en couleur.

mep_one_two.ramones_tel-1

Ça parle de quoi ?

Les auteurs choisissent de traiter l'histoire de ce groupe par le biais du parcours de Dee Dee Ramone, de loin le personnage le plus intéressant. Une enfance passée dans une base militaire allemande, entre un père violent et une mère alcoolique, les premiers shoots de morphine dans un hangar abandonné pas loin, le retour au bercail sans papa, mais avec maman et sa gueule de bois, le début de l'aventure avec le recrutement de musiciens plus calamiteux les uns que les autres, le succès (à l'étranger), l'indifférence (dans son pays), les relations toujours compliquées dans le groupe, surtout quand on la joue famille avec le même patronyme…

mep_one_two.ramones_tel-2

La saga d'un groupe qui décoiffe les coupes bien peignées des fans des Beatles. "On se rêvait en rock stars, on était affamés, prévient Dee Dee dans les premières pages. Londres, Tokyo, Buenos Aires, j’y ai cru… J’ai tout pris et la célébrité qui va avec. Mais rien ne peut durer. Reste juste le manque."

Pourquoi on adore ?

Avant le côté rock, Xavier Bétaucourt et Bruno Cadène nous content avant tout une histoire incroyable, avec un riff, pardon, un rythme échevelé. L'histoire d'imposteurs qui vont décrocher la gloire, l'argent mais pas le bonheur avec trois accords de guitare et des textes écrits par un parolier déserteur. Crayonnés et charbonneux, les dessins d'Eric Cartier, dessinateur venu de l'underground, remarqué avec le très rock – déjà – Route 78, accentuent ce côté nerveux. L'auteur s'est plongé dans l'expérience au point de littéralement se transformer en rock star. Jugez plutôt : voilà sa photo officielle… et ce à quoi il ressemble désormais. Qu'on soit fan ou bizuth, on dévorera aussi les notes de fin d'album, formidablement érudites et proprement incroyables.

mep_one_two.ramones_tel-3

C'est pour vous si…

Vous cherchez une histoire vraie qui ferait pâlir la fiction, si vous avez grandi en écoutant les Ramones, si vous êtes totalement passé à côté, si vous êtes mélomane, et même si vous avez renoncé à toute idée de jouer d'un instrument depuis une expérience traumatisante en compagnie d'une flûte à bec en sixème.

One, two, three, four, Ramones par Xavier Bétaucourt, Bruno Cadène et Eric Cartier, éd. Futuropolis, 96 p., environ 20 euros.

Pop Up'

« Les dernières news

Juillet 2017
LMMJVSD
30