Actu 28

28 juillet 2017

RTV 95.7 Podcast : Le Mag

Festival Derrière Les Fagots les 2 et 3 septembre à Saint-Ange-et-Torçay.

S'abonner gratuitement

Tous les voyants au vert sur le plan d’eau : les herbiers en font sa richesse

Tandis qu’un groupe de petits bateaux naviguent au beau milieu de l’étang quelques pécheurs tentent leur chance sur les rives du plan d’eau en compagnie d’un jeune enfant. Les activités vont bon train sur le plan d’eau. André Cochelin en profite pour faire le bilan de santé du plan d’eau.

« A la base, ce plan d’eau est un espace naturel sensible qui peut être utilisé par les pêcheurs et les navigateurs. Nous en sommes les gestionnaires. Ces derniers jours, des plaintes de pêcheurs et de navigateurs ont été entendues au sujet du développement de plantes aquatiques. L’Agglo du Pays de Dreux s’est engagée à effectuer un recensement des différentes espèces présentes sur le site », indique André Cochelin, maire de Sainte-Gemme-Moronval et membre du bureau de l’Agglomération délégué aux Plans d’eau et rivières. L’identification a été faite par Cindy Delalande, technicienne en zone humide au SERPE (Service Rivières et Plan d’Eau de l’Agglomération). L’identification des espèces a été réalisée avec La Flore vasculaire de Michel Provost et l’Atlas de la flore sauvage du département d’Eure-et-Loir. « Qu’on se rassure il ne s’agit pas d’algues, ce sont des herbiers, des herbes aquatiques naturelles endogènes au secteur. Elles ne sont ni urticantes ni allergènes mais un peu rêches au toucher », confirme André Cochelin. « Avec les fortes chaleurs de ces derniers jours on a vu une recrudescence de ces herbes. Il existe différentes manières de les traiter. Les produits chimiques sont interdits. Nous sommes subventionnés par le département parce qu’on traite d’une manière naturelle. Utiliser un prestataire pour faucarder coûte cher. Déverser des poissons Amours Blancs comme cela a déjà été fait il y a plusieurs années est désormais interdit car ils détruisent les plantes aquatiques qui oxygènent l’eau. La solution choisie est la récupération des herbes avec la barge. La Gallinule est une barge de 10 mètres de long qui a pour mission principale de nettoyer les herbiers du plan d’eau et d’effectuer des travaux sur les berges des îles situées à 500 mètres du rivage. Certes, il nous a fallu du temps pour la mettre en service mais elle fonctionne bien. Nous avons récolté 20 tonnes d’herbes aquatiques en à peine un mois. Ce travail va se poursuivre tout au long de l’été afin de maintenir une zone navigable. Nous sommes en train de roder un certain nombre de choses. L’an prochain, nous pourrons commencer beaucoup plus tôt. Concernant la mortalité des poissons pendant les fortes chaleurs, il y en a plus mais c’est un taux de mortalité normal », poursuit André Cochelin. « Pour éviter toutes les rumeurs, c’est à nous l’Agglo d’avoir une communication importante envers le public, les pêcheurs et les navigateurs. Nous ne devons rien faire qui puisse gêner les activités du Centre Nautique Drouais (CND) qui fait bien son travail et depuis de longues années », concluait André Cochelin qui s’engage avec Natacha Lemap, responsable du Service Plan d’Eau et Rivières de l’Agglo à faire réaliser des analyses de l’eau régulièrement.
A.D.-P.

Cet article Tous les voyants au vert sur le plan d’eau : les herbiers en font sa richesse est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

« Les dernières news

Juillet 2017
LMMJVSD
30