Actu 28

5 juillet 2017

RTV 95.7 Podcast : Music & News

Noémie Le Mesle, cadre de santé "suites de naissance" à la maternité de Dreux, parle de la prise en charge des patientes après l'accouchement.

S'abonner gratuitement

L’Opel Insignia et le Crossland X dévoilés sur un air de Samba

Il faisait très chaud, en cette soirée du 16 juin, dans les locaux de Dreux Automobiles. Mais la température est encore montée d’un cran quand les danseuses et danseurs brésiliens ont envahi la scène au son des Sambas. L’ambiance était festive, autour des stars de la soirée : l’Insignia et le Crossland X, les deux nouveautés de la gamme OPEL.

Chez Dreux Automobiles, on sait faire la fête et partager des moments de convivialité entre une équipe commerciale dynamique et une clientèle fidèle. « C’est une belle récompense de vous voir aussi nombreux ce soir », remarquait Christophe Stage, Directeur Général de la concession. Gilbert Berteaux, Président du Conseil de Surveillance du Groupe Berteaux, affichait le même enthousiasme. « En octobre 2015, nous étions rassemblés dans ce showroom pour le lancement de l’Opel Astra. Depuis, elle a été élue voiture de l’année 2016. Une belle réussite à l’image des très bons résultats commerciaux d’Opel en Europe en 2016 », constatait le directeur. Opel Dreux n’est pas en reste puisque la concession a enregistré 510 commandes l’an dernier. « Nous sommes la première concession de France sur le segment des concessions livrant entre 300 et 600 véhicules par an », révélait Christophe Stage. Il a profité de cette bonne nouvelle pour féliciter son équipe commerciale dirigée par Laurent Lerestif, nommé directeur commercial en février. « Laurent Lerestif est arrivé chez nous en 1998 en tant que vendeur secteur, puis vendeur showroom, puis chef de groupe et enfin chef des ventes », rappelait le directeur. Ce dernier a également rappelé l’implication de son « quatuor de choc » à l’après-vente, constitué de Daniel Couve, responsable SAV, Jacky Lauvernier, responsable carrosserie, Virgile Hibert, technicien expert, et Cassandre Douay, réceptionnaire Après-Vente.
Forte des bons résultats obtenus, la concession a décidé de poursuivre ses efforts en élargissant ses horaires d’accueil (à partir de 7h45 et 13h30 en semaine et ouverture toute la journée du samedi à Dreux et Houdan) et en adoptant une nouvelle organisation pour la réception de ses clients à l’Après-Vente.

C’est au son des musiques brésiliennes que furent dévoilés les deux nouveaux modèles d’Opel.
La nouvelle Insignia offre une gamme unique d’innovations de pointe et d’équipements premium. Elle est proposée en deux versions : la version break « Sports Tourer » et la version berline dénommée « Grand Sport » ; et en 3 finitions : Edition, Innovation ou Elite. L’INSIGNIA Edition est disponible dès 27 150 € en version essence 1.5 Turbo 140ch et dès 29 400 € en version diesel 1.6 ECOTEC 110ch.
Le nouveau Crossland X est un concentré de dynamisme, de sportivité, de modularité et de connectivité. Le cross-over d’OPEL offre 3 finitions différentes : Edition, Innovation ou Ultimate. Il est disponible dès 18 350 € en version essence 1.2 81ch et dès 21 150 € en version diesel 1.6 ECOTEC 99ch.
Les deux modèles sont disponibles dès maintenant à l’essai dans les concessions OPEL de Dreux et de Houdan.
A.D.-P.

Cet article L’Opel Insignia et le Crossland X dévoilés sur un air de Samba est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

RTV 95.7 Podcast : Music & News

Le Prince Jean d'Orléans s'exprime à l'occasion du retour du Portrait de Louis Philippe 1er devant la Charte, au Musée d'Art et d'Histoire de Dreux.

S'abonner gratuitement

RTV 95.7 Podcast : Music & News

Rémi Coutin, Procureur de la République, revient sur la signature du dispositif "Participation Citoyenne" à Dreux.

S'abonner gratuitement

Frères d’armes… Enfants de la Liberté, un livre émouvant né dans la complicité

C’est dans les jardins de la sous-préfecture que se sont retrouvés les élèves du collège Pierre-et-Marie-Curie, leurs enseignants et les anciens combattants marocains de Dreux à l’occasion de la remise officielle d’un ouvrage réalisé en commun.

Mardi après-midi, Wassim Kamel, sous-préfet de la circonscription de Dreux avait ouvert grandes les portes des jardins de la sous-préfecture pour célébrer l’aboutissement de cette aventure qui lui tenait tant à cœur. La cérémonie se voulait solennelle, fraternelle et illuminée par les sourires des enfants et de leurs aînés marocains. Les retrouvailles se sont déroulés sous l’œil attendri et bienveillant de Kalid Afkir, consul général du royaume du Maroc, d’Ahmed Siraj, chargé de mission au conseil de la communauté marocaine à l’étranger, venu tout spécialement de Rabat pour l’occasion et de nombreux élus de Dreux et Vernouillet. « Ce livre, Frères d’armes…Enfants de la Liberté est l’aboutissement de deux années de travail, de rencontres entre les élèves du collège Pierre-et-Marie- Curie, de leurs enseignants et des anciens combattants résidents du foyer Adoma. Deux ans de partage des valeurs républicaines, d’échanges, de découvertes entre les jeunes des quartiers défavorisés et de ces hommes qui un jour ont quitté leurs familles et leurs pays pour défendre la France. L’histoire de ces soldats engagés pour la République est le fondement de la liberté de ces enfants », rappelait Wassim Kamel. « Ce projet souligne la singularité des relations entre la France et le Maroc par une mémoire et une histoire partagée. Un partenariat que la visite du président Emmanuel Macron a contribué à consolider avec sa Majesté le roi Mohamed VI. Nous devons nous acquitter d’un double devoir de reconnaissance et de valorisation des anciens combattants qui souvent restent dans l’oubli », expliquait Kalid Afkir « Ce projet continue à façonner l’Histoire en mettant les jeunes en phase avec la réalité. Je souhaite que l’on puisse travailler sur l’avenir du projet au Maroc avec un échange entre des collèges de Fès ou de Meknès », ajoutait le consul général. « Depuis deux ans, nous constatons la dérive d’une partie de la population, œuvrons pour notre ressemblance, il y a urgence à travailler à ce qui nous uni, nécessité de le faire au travers de la mémoire. Pour aller de l’avant, il faut aussi regarder derrière, l’Histoire est plurielle. Au mois d’août, nous referons ce travail avec les soldats américains. C’est un travail à refaire partout en France. Tout reste à faire », concluait Wassim Kamel avant de remettre à chacun des élèves et anciens combattants un exemplaire de ce beau livre d’Histoire et d’histoires, première pierre souhaitons-le d’un édifice monumental pour la reconnaissance et la paix.
A.D.-P.

Cet article Frères d’armes… Enfants de la Liberté, un livre émouvant né dans la complicité est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Quand la plage vient à vous !

<p>Vernouillet Plage du Jeudi 20 juillet au Dimanche 6 Août</p>

Actualités

La huitième saison du Labyrinthe du Thimerais est ouverte !

<p>Nouveau lieu, nouvelle enquête palpitante : la saison 2017 du Labyrinthe du Thimerais a été lancée mardi soir, à Saint-Maixme-Hauterive. De nombreux élus, dont Gérard Hamel, Président de l’Agglo du Pays de Dreux et Christelle Minard, Conseillère départementale, ont inauguré le nouveau site, idéal pour accueillir les aventuriers de cette nouvelle édition.</p>

Actualités

Dix mangas à découvrir à l'occasion de Japan Expo 2017

C'est le rendez-vous incontournable des amateurs de mangas. La Japan Expo ouvrira cette année encore ses portes au Parc des Expositions de Paris Nord-Villepinte, du 6 au 9 juillet. Parmi les milliers de titres qui seront proposés à la vente par les éditeurs phares du marché, Pop Up' vous recommande dix ouvrages qui méritent le plus grand intérêt. (Cette liste ne reprend pas les titres déjà défendus au cours de l'année écoulée, comme notre chouchou Levius / Est, mais également To Your Eternity, L'Enfant et le Maudit, Dragon Head ou encore Dead Dead Demon's Dededededestruction).

1Si vous avez craqué pour "Chiisakobé" : "Tokyo Kaido"

Tokyokaido-couv-vol2.indd

Surfant sur le succès critique rencontré par Chiisakobé, la dernière saga en quatre tomes de Minetarô Mochizuki (et grande gagnante du prix de la série lors du dernier festival d'Angoulême), les éditions Le Lézard noir publient cette année Tokyo Kaido. Réalisée juste avant, cette série publiée au Japon en 2008 amorçait le virage graphique pris par l'auteur, désormais chantre d'un manga aux dessins ultra épurés, très proche de la ligne claire franco-belge. 

Dans Tokyo Kaido, Mochizuki nous entraîne dans les couloirs d'un institut spécialisé dans l'accueil de jeunes gens souffrants d'étranges pathologies. S'ils étaient en arrière-plan dans Chiisakobé, ce sont désormais les enfants qui sont au cœur du récit. Livrés aux bons soins d'un excentrique docteur, Hashi (qui dit tout haut ce qu'il pense), Mari (qui ne voit pas les êtres humains), Hideo (qui se prend pour un super-héros) et Hana (qui a des orgasmes incontrôlés à longueur de journée) attendent que l'on soigne leurs drôles de TOC pour pouvoir s'insérer dans la société. Troublant.

Tokyo Kaido, tome 2 de Minetarô Mochizuki, éd. Le Lézard noir, 236 p., environ 15 euros. Le troisième et dernier tome paraîtra le 21 septembre prochain.

2Si vous cherchez une histoire courte (mais triste) : "Our Summer Holiday"

ourSummerHolidays

A 11 ans, Natsuru est la star du football de son collège. Mais le coach de l'équipe tombe gravement malade et son remplaçant n'est pas tendre avec le jeune garçon. Au point que ce dernier décide de sécher le traditionnel camp d'entraînement estival et de s'installer chez Rio, une camarade de classe qui vit seule avec son petit frère. Pendant qu'ils attendent le retour du père, parti pêcher depuis des mois, les trois enfants vont organiser leur quotidien à l'abri des adultes.

Que le monde des adultes est sombre, vu à travers les yeux de ces enfants ! S'ils sont parfois cruels entre eux, c'est peut-être parce que la lâcheté et les mensonges des plus grands les y incitent. Our Summer Holiday est l'histoire d'une brève parenthèse enchantée. Mais la bulle créée par les trois enfants va finir par exploser et les confronter violemment à la dure réalité de la vie. Un one-shot bouleversant signé Kaori Ozaki, auteure du remarqué Immortal Rain.

Our Summer Holiday de Kaori Ozaki, éd. Delcourt Tonkam, 224 p. , environ 8 euros.

3Si vous adorez les polars haletants : "Museum"

9782811634872-001-T

Les tueurs en série sont la tarte à la crème des polars, mais ce n'est pas un problème tant ils continuent à nous fasciner. Dans Museum, le lieutenant Sawamura est confronté à des meurtres vraiment étranges. Mais quel est donc le point commun entre une femme dévorée par des chiens et un homme découpé en morceaux ? Un assassin qui a sciemment laissé un indice sur ses victimes, un drôle de message en forme de verdict que Sawamura va devoir décrypter. Mais le pauvre lieutenant n'est pas aidé car, au même moment, il découvre que sa femme et sa fille ont quitté le domicile conjugal et sont introuvables.

On l'avoue, ce premier tome pourtant épais de Museum est un véritable page turner qui nous a laissés pantelants. Formellement classique, surtout pour les amateurs du genre, ce thriller n'en est pas moins ultra efficace grâce à son découpage très cinématographique et ses scènes de crime ultra réalistes. C'est malin, bien mené et on attend la suite (à la rentrée) en trépignant d'impatience.

Museum - Killing in the Rain, tome 1 - édition grand format de Ryôsuke Tomoe, coll. Pika Graphic aux éd. Pika, 336 p., environ 16 euros. Le second et dernier tome paraîtra le 11 octobre prochain. Notez qu'il existe également une édition classique, en trois tomes.

4Si vous aimez les histoires d'amour compliquées : "Perfect World"

perfect-world-4

"Vous sentiriez-vous capable de vivre une histoire d'amour avec un handicapé ?" Lorsque Tsugumi retombe sur son amour d'enfance, elle découvre que ce dernier vit désormais en fauteuil roulant. Après Le Mari de mon frère, qui abordait avec beaucoup de pédagogie l'homosexualité, les éditions Akata nous proposent à nouveau un manga intelligent, qui aborde une problématique sociétale contemporaine. Dans Perfect World, Rie Aruga, une jeune mangaka inconnue en France, s'attaque à notre perception du handicap.

Un shôjo émouvant, qui aborde les aspects les plus méconnus (et intimes) du handicap et plus globalement les problèmes de communication dans le couple et les difficultés qui en découlent.

Perfect World, tome 4de Rie Aruga, éd. Akata, 168 p., environ 7 euros. Le tome 5 paraîtra le 13 juillet prochain.

5Si vous êtes en quête d'une héroïne possédée : "Le Couvent des damnées"

601 COUVENT DES DAMNEES T03[MAN].indd

Dans l'Allemagne du XVIe siècle alors en pleine inquisition, Ella est envoyée dans un couvent chargé de rééduquer "les filles de sorcières". Mais les prières et les coups sont inefficaces sur la jeune fille, déterminée à se venger d’Edelgard, la grande maîtresse de l’ordre du Claustrum, qui a envoyé sa mère adoptive sur le bûcher.

Première série de la mangaka Minoru Takeyoshi, Le Couvent des damnées est l'excellente surprise de cette année, tant chaque tome se révèle plus puissant que le précédent. Un thriller fantastique sur fond d'obscurantisme, qui cache une héroïne tellement consumée par la colère et aveuglée par la haine qu'il est difficile de s'y attacher. Une anti-héroïne parfaite, donc.

Le Couvent des damnées, tome 3 de Minoru Takeyoshi, éd. Glénat, trois tomes parus en France, 192 p., environ 7 euros. Le tome 4 paraîtra le 20 septembre prochain.

6Si les pervers vous fascinent : "Je voudrais être tué par une lycéenne"

jeVoudraisEtreTueParUneLycenneT1

Oui, vous avez bien lu. Je voudrais être tué par une lycéenne est l'histoire d'un homme qui fantasme depuis son plus jeune âge à l'idée de mourir sous les mains d'une étudiante. Obsédé par cette idée, Haruto choisit de devenir enseignant pour se faciliter la tâche. En poste dans un lycée, il rencontre alors Maho, 16 ans, sur laquelle il jette son dévolu. Toute sa vie va alors avoir pour seul but de parvenir à ses fins : être tué, par arme blanche ou sous les coups de la jeune femme, avant qu'elle ne termine sa scolarité.

Evidemment, c'est tordu à souhait, comme seuls les Japonais savent le faire. Avec pour thème central l'autassassinophilie, une perversion sexuelle répertoriée qui conduit un individu à être excité par le risque d'être tué, Je voudrais être tué par une lycéenne dérange. Sans sensationnalisme, Usamaru Furuya décrit le quotidien d'un homme malade, prisonnier de son désir morbide. Un thriller psychologique vraiment glaçant.

Je voudrais être tué par une lycéenne, tome 1 d'Usamaru Furuya, éd. Delcourt Tonkam, 240 p., environ 8 euros. Le second et dernier tome paraîtra le 18 octobre prochain.

7Si vous préférez l'amour à la guerre : "Dernière heure"

derniere-heure-1

Voilà maintenant cinq ans que le Japon est en guerre contre des extraterrestres, mais sur une petite île de l'archipel nippon, rien n'a changé. Jusqu'au jour où le proviseur du collège local vient annoncer que des élèves seront dorénavant choisis pour aller au front chaque vendredi. Bizarrement, la première élève choisie est une jeune réfugiée, déjà traumatisée par les combats. En se proposant pour la remplacer, Saku découvre qu'il est exempté, tout comme Miyako, son amie d'enfance. Et personne ne leur explique la raison.

Tout comme dans Dead Dead Demon's Dededededestruction d'Inio Asano, la guerre et les envahisseurs ne sont ici qu'un prétexte pour parler du quotidien. Dernière heure se consacre à ceux qui sont épargnés par les combats et dont le quotidien est partagé entre la routine et l'envie de se rendre utile. Une belle histoire que l'on doit à Yû, la dessinatrice du manga Les Enfants loups (éd. Kazé), qui signe ici sa première œuvre originale.

Dernière heure, tome 1 de Yû, coll. L aux éd. Akata, 194 p., environ 8 euros. Le tome 2 (sur les quatre prévus) paraîtra le 24 août.

8Si vous avez des goûts culinaires fantaisistes : "Gloutons & Dragons"

Gloutons-et-Dragon-Tome-1

On connaît la passion immodérée des Japonais pour la nourriture. Après s'être régalé cette année avec La Cantine de minuit (éd. Le Lézard noir), on jette notre dévolu sur Gloutons & Dragons, qui revisite le genre en se lançant dans un récit de "gastronomic fantasy". Le jeune chevalier Laïos et ses amis partent secourir une camarade coincée dans l'estomac d'un dragon. Mais leur parcours est semé de pièges diaboliques et de monstres atroces. Heureusement, ils croisent la route de Senshi, un nain gastronome qui va les aider dans leur survie en leur inculquant les rudiments de la cuisine en milieu hostile.

Vous l'aurez compris, Gloutons & Dragons joue la carte de l'absurde, sur fond de jeu de rôles à l'ancienne. On découvre avec beaucoup d'humour comment cuisiner les plantes mangeuses d'hommes et les basilics, ces drôle de chimères mi-poulet mi-serpent. Mais ce premier tome est également rempli de conseils nutritionnels moins absurdes. Bref, c'est léger, drôle et on se surprend même à avoir aussi faim que nos drôles d'aventuriers. Vous reprendrez bien un peu de soupe d'armure mouvante ?

Gloutons & Dragons, tome 1 de Ryoko Kui, éd. Casterman, 192 p., environ 8 euros. Le deuxième tome paraîtra le 23 août prochain.

9Si vous avez tendance à tout lui céder : "Sa Majesté le chat"

717uF-5Fm8L

Soyons lucides, cet ouvrage s'adresse aux propriétaires de chat. Dans Sa Majesté le chat, l'auteur raconte comment ses cinq chats sont peu à peu devenus les maîtres absolus de sa maison. Totalement autobiographique, ce mignon manga, tout en couleurs, est également parsemé de photos des fauves, les véritables héros de ces aventures quotidiennes.

On sourit souvent à l'évocation de ces scènes qui nous sont quotidiennes. L'auteur confesse d'ailleurs avoir consacré dix-huit ans de sa vie au bonheur de ses félins et chaque page de son récit nous le prouve. Le feel-good manga de l'année.

Sa Majesté le chat d'Akihiro Kimura, éd. Doki Doki, 144 p., environ 10 euros.

10Si les insectes ne vous révulsent pas : "Nuisible"

Couverture

Message de service : ce manga est fortement déconseillé aux entomophobes. Car dans Nuisible, les insectes sont partout. Alors que Tokyo baigne dans la chaleur moite de l'été, les fourmis se mettent à attaquer les animaux domestiques et des êtres humains sont retrouvés mort, le corps recouvert de piqûres. Tandis qu'un entomologiste est recruté par la police pour les aider à enquêter, une mystérieuse jeune fille à la beauté étourdissante débarque dans la classe du jeune Ryôchi.

Avec son ambiance ultra dark et son style graphique qui rappelle la célèbre série Mushishi (également aux éd. Kana), Nuisible s'avère être un très bon manga d'horreur. A condition de se laisser entraîner sans se débattre dans cet horrible cauchemar.

Nuisible, tome 2 de Masaya Hokazono (scénario) et Yu Satomi (dessin), éd. Kana, 208 p., environ 7 euros. Le troisième et dernier tome paraîtra le 25 août prochain.

Pop Up'

« Les dernières news

Juillet 2017
LMMJVSD
30