Actu 28

25 juin 2017

L’orgue de la Chapelle Royale en cours de relevage

L’orgue de la Chapelle Royale de Dreux est l’une des six cents œuvres réalisées par Aristide Cavallié-Coll, le plus grand facteur d’orgues du 19ème siècle. Pierre Maciet, facteur d’orgues, et Thierry Semenoux, technicien conseil auprès des monuments historiques, procèdent à son relevage.

« L’orgue de la Chapelle Royale de Dreux a été construit en 1844 dans un espace contraint. Il est fondamentalement sain car il a été réalisé avec des matériaux de premier choix. Des essences de bois de chêne et de sapin qui correspondent bien avec l’endroit », explique Thierry Semenoux. « Le relevage d’un orgue comprend plusieurs opérations. On dépose tout ou partie de la tuyauterie, le Cavaillé-Coll de Dreux compte 1155 tuyaux, le plus petit mesure 1cm de haut et le plus grand 5 mètres. Certains sont en étain pur, d’autres en plomb ou en étoffe (mélange de plomb et d’étain). On effectue un dépoussiérage de ces tuyaux et une révision du sommier, la pièce maîtresse de l’orgue, pour boucher d’éventuelles fuites. L’opération est suivie d’une révision de la mécanique par différents réglages. On corrige divers dysfonctionnements avant de remettre les tuyaux en place et vérifier leur harmonie sans la modifier. C’est toute la différence avec une entreprise de restauration de l’instrument. L’orgue sera ensuite accordé », explique Pierre Maciet, le facteur d’orgues. Le travail est minutieux et ne peut être confié qu’à un spécialiste. « Il faut dix ans pour former un facteur d’orgues et qu’il soit autonome. On doit pour cela obtenir deux bacs pro et une spécialisation en tuyauterie », explique Pierre Maciet dont l’entreprise, fondée en 1965 à Montainville dans les Yvelines, se transmet de père en fils. « C’est un métier extrêmement complexe, on travaille le bois, le plomb et la peau. Certains soufflets sont en peau d’agneau », poursuit le facteur d’orgue qui est en charge de l’entretien d’une centaine d’orgues. « Deux fois par an, on vient ré-accorder l’orgue, au changement de saisons et vérifier la petite mécanique », ajoute Pierre Maciet. « Cavaillé-Coll a construit 600 orgues de 1925 jusqu’à sa mort en 1985. On en trouve dans le monde entier, en Chine, en Amérique du sud ou en Angleterre. En Russie, un de ces grands orgues vient d’être remonté. Les Cavaillé-Coll père et fils étaient les premiers dotés d’une maîtrise remarquable », précise Thierry Semenoux. Les deux spécialistes, perchés à vingt-mètres au-dessus de la nef, ont reçu la visite d’Irène Jourd’heuil, conservateur des monuments historiques à la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles). « Les travaux qui doivent s’achever en octobre prochain coûtent 35.000 € TTC, financés à 40% par des subventions et 60% par la Fondation Saint-Louis », indique Thierry Petit, régisseur du domaine.
A.D.-P.

Cet article L’orgue de la Chapelle Royale en cours de relevage est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

« Les dernières news

Juin 2017
LMMJVSD
14