Actu 28

17 juin 2017

La saison culturelle s’organise pendant la transformation du théâtre

Le théâtre de Dreux fait peau neuve. Les travaux de rénovation espérés depuis de nombreuses années commenceront en octobre. La saison prochaine culturelle de Dreux se déroulera hors de ses murs.

Il est temps de prendre des photographies et de regarder notre vieux théâtre avec un œil attentif. L’examen est sans appel, il y a un gros besoin de rénovation. Ce sera chose faite dans les mois à venir. Dès le mois d’octobre, les premiers coups de pelle viendront effacer à tout jamais les outrages du temps et redonner à l’édifice toute sa splendeur d’antan. Extérieur, intérieur, matériel, tout sera repensé et aménagé pour donner la priorité au confort du public et des artistes. « C’est le cabinet d’architectes Clé Millet qui a été retenu pour repenser et réorganiser le théâtre en véritable lieu d’échange », expliquait Christophe Le Dorven, conseiller départemental adjoint au maire chargé de la culture. L’entrée du théâtre de Dreux se fera par la rue Mérigot. Dans un esprit contemporain, les concepteurs ont imaginé une entrée vaste et adaptée aux personnes à mobilité réduite. On y trouvera la billetterie et une petite restauration. L’actuel foyer qui se trouvera au même niveau accueillera diverses manifestations et petits spectacles. Du même coté, un cube sera érigé, il abritera les salles de stockage de matériel, les cuisines et les sanitaires. Il pourrait par la suite accueillir des expositions. La salle du théâtre gardera son charme d’époque, elle retrouvera son décor d’origine avec des décors en stuc, un nouveau plafond et des fauteuils escamotables. « Les sièges seront disposés sur des rails, avec un gradinage plus important pour améliorer le confort des spectateurs. La salle disposera de 580 places, c’est cinquante de plus qu’actuellement », expliquait l’élu. La fosse d’orchestre existante mais camouflée sous le plancher sera réhabilitée. L’acoustique, l’éclairage, l’isolation thermique seront repensés et des loges seront aménagées pour un meilleur confort des comédiens. La façade actuelle donnant sur la place Mésirard retrouvera son aspect d’origine avec des briques rouges, un toit et des décors en stuc. Le montant total des travaux de rénovation du théâtre s’élève à 3,48 millions d’euros. « Nous avions prévu une enveloppe de 2,5 millions, mais cela ne suffisait pas », expliquait Christophe Le Dorven. « Nous avons déjà obtenu 800.000€ de subventions de l’Etat, mais nous n’avons pas encore les réponses à toutes les demandes que nous avons formulées », ajoutait l’élu. Le théâtre devrait rouvrir ses portes le 1er décembre 2018.

Le choix d’une saison culturelle allégée.

La saison culturelle 2017-2018 est comme de coutume élaborée en partenariat avec l’association Les Amis du théâtre qui ne programme cette année que quatre spectacles contre six habituellement. Les spectacles seront donnés dans différents lieux de la ville, mais aussi pour certains d’entre eux à l’Atelier à spectacle de Vernouillet ou à l’Agora. L’ouverture des abonnements aura lieu le samedi 26 août à la Maison Proximum Godeau de 9 heures à 16 heures. La saison débutera le samedi 30 septembre avec un des temps forts de la programmation : Les Journées Lyriques de Chartre et d’Eure-et-Loir à l’Atelier à spectacle suivis du Festival Carré d’As, de Don Quichotte, Madame Bovary, Mon Devos à moi, Le souper, le Festival Regards d’ailleurs, concert de Wallace Roney, Transformation d’un menuet de Mozart par l’ensemble Cairin, ou encore Electrophazz.

A.D.-P.

Cet article La saison culturelle s’organise pendant la transformation du théâtre est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Encore une histoire de mecs ...?

Salut toi… c' est sympa ta visite  :-)

T' as pas l' air d'aller… ah bien ..

C' est pour m' engueuler que t' es venu… ?

mais c' est que tu mordrais…?? :-(

Allez va petit… la vie t' apprendra que :dominer c' est bien mais aimer c' est beaucoup mieux…:-)

Je ne vous ai pas mis le son  mais entre deux c' était très chaud… !!

***

Pour ceux

Les carnets de Mathilde

La municipalité inaugure le groupe scolaire Bertha Harjès

L’école maternelle et l’école primaire de Vert-en-Drouais sont enfin réunies dans un même lieu : le groupe scolaire Bertha Harjès. Le projet d’un mandat réalisé par la volonté d’Evelyne Delaplace et de son conseil municipal.

Inauguration pluvieuse, inauguration heureuse. Elus, responsables de l’éducation nationale, architectes et responsables d’entreprises, enseignants et parents d’élèves étaient réunis en ce vendredi 2 juin pour couper le traditionnel ruban finalisant le projet de campagne de la nouvelle équipe municipale Ruralité dynamique élue en 2014. « Un projet attendu depuis des décennies », rappelait Evelyne Delaplace. Calé entre un écrin de verdure et la place de l’église, entièrement repensée et aménagée par souci d’esthétique et de sécurité pour tous : «  le groupe scolaire est l’œuvre d’une concertation entre les enfants, les enseignants et les personnels municipaux. Nous avons visé l’excellence éducative par l’amélioration du cadre de vie scolaire, du bien-être des enfants, des personnels et la fonctionnalité des espaces. Le groupe scolaire compte cinq classes, salles de motricité, de périscolaire et des espaces extérieurs. Une sixième classe est en attente d’effectifs, indiquait le maire. Nous avons voulu insuffler un dynamisme pour notre commune en pensant aux répercussions sur l’animation, l’immobilier, les ressources financières et humaines de Vert-en-Drouais. » Le montant total des travaux s’élève à 1 604 197,45 € subventionnés à 51%, soit 820 147 € par l’Etat, la Caisse d’Allocation Familiale, le Conseil Départemental et le Conseil Régional. Une grande détermination a été nécessaire pour mener à bien les phases d’études, de financement et de lancement des travaux en respectant un calendrier très serré. « La nouvelle école maternelle a ouvert ses portes le 2 septembre 2016 et l’école primaire, réhabilitée, a pu accueillir les élèves le 27 février 2017. La place du Général de Gaulle a été réaménagée (espaces verts, déplacement du monument aux morts, création de places de stationnement) pour faciliter la circulation en toute sécurité des petits et des grands », détaillait Evelyne Delaplace. Nicolas Moreau et Frédéric Giroux représentaient la société SAEDEL, maître d’ouvrage par délégation, ainsi que Yves-Marie Bohec et Guillaume Fillon, architectes, représentaient le cabinet Ostinato. « Une façade qui dialogue avec la place végétalisée, une connexion entre la place et la cour de l’école, anciennement le Chemin de l’école, l’édifice est accueillant et permet aux parents d’attendre les petits élèves à l’abri. Un espace végétalisé a été créé entre les baies vitrées de classes et le trottoir pour respecter une distance de confidentialité », expliquaient les architectes. « Ici nous sommes fiers d’être responsables de notre devenir et de nos vies qui passent en priorité par le chemin de l’école », concluait Evelyne Delaplace avant de convier l’assemblée au pot de l’amitié.
A.D.-P.

Cet article La municipalité inaugure le groupe scolaire Bertha Harjès est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

11ème Grand Prix de Karting du Rotary Club

La onzième édition du Grand Prix de Karting Inter Entreprises du Rotary Club de Dreux s’est déroulée le samedi 10 juin sur le circuit de karting de l’Ouest Parisien.

Vingt-huit équipes se sont formées pour participer à cette journée de karting, l’équipe des pompiers de Bû, de particuliers et beaucoup d’entreprises du drouais, cette année le Club a même dû en refuser quatre. « C’est une opération ludique et récréative, les entreprises participent pour 90% d’entre elles une année sur l’autre, ça permet aussi de fidéliser les salariés » explique Nicolas Lescuyer-Chavasse, membre du Rotary en charge de l’organisation de cette manifestation. Chaque année depuis onze ans, le président et le comité du Rotary Club choisissent une association à soutenir et pour cette onzième édition c’est l’association Coud’Ânes qui a été choisi. « Nous avons décidé de remettre les fonds récoltés aujourd’hui à cette association, pour leur permettre d’acheter une escargoline, une charrette à trois roues qu’ils utiliseront pour organiser des promenades pour des personnes, enfants et adultes, en situation de handicap » précise le président Gérard Saint-Tyrieix. Ces deux dernières années, le Rotary a reversé ces fonds à l’association Marie-Hélène avec 3000€ récoltés l’année dernière. « Nous devrions faire la même chose cette année pour Coud’Ânes » ajoute Nicolas Lescuyer-Chavasse. Les équipes, composées de quatre pilotes, ont pu prendre en main les karts dès 9h30 et effectuer les qualifications jusqu’à 12h30. Un repas était proposé le midi pour tous les participants et la course a commencé à 15h. Chaque pilote a couru deux fois quinze minutes sur le circuit avant la remise des coupes et des cadeaux à 18h. « Tout le monde est très content de cette journée » ajoute l’animateur du jour, Michel Guillot. Aujourd’hui trente-deux rothariens font partis du Rotary Club de Dreux, des responsables professionnels, un critère important pour intégrer le Club qui compte cinq nouveaux membres depuis l’année dernière. Pour clôturer cette année, les membres du Rotary partiront du 22 au 26 juin en Écosse, pour rendre visite au Rotary Club d’Abroath. Et à leur retour, le jeudi 29 juin aura lieu la passation de pouvoirs entre l’actuel président Gérard Saint-Tyrieix et le prochain, François Belin. Vous pouvez suivre l’actualité du Rotary Club sur leur site rotaryclubdreux.fr

C. Didelot

Cet article 11ème Grand Prix de Karting du Rotary Club est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

La BD de la semaine : "To Your Eternity", le manga qui parle philosophie avec poésie

Découverte avec A Silent Voice, son émouvante série parue en sept tomes, la Japonaise Yoshitoki Oima revient avec To Your Eternity, un étonnant récit de fantasy qui questionne avec beaucoup de poésie notre présence sur Terre.

Ça parle de quoi ?

Du voyage sur notre planète d’un être immortel capable de prendre n’importe quelle forme au rythme des chocs physiques ou psychologiques auxquels il est soumis. Lancé sur la Terre par un être mystérieux sous la forme d’une sphère, il se transforme d'abord en pierre, puis en mousse, avant de se matérialiser en loup et, enfin, en un jeune garçon qui part à la recherche de ses parents.

Rapidement, il est rejoint par March, une petite fille qui se prend d’affection pour cet être étrange qui lui sauve la vie et qu'elle baptise en retour Imm, et Paloma, la grande sœur de cœur de March. Cet attachant trio va poursuivre le voyage, au rythme des transformations d'Imm, qui va devoir s’adapter et apprendre par mimétisme les rudiments de la vie. Un récit de fantasy aussi déroutant qu’envoûtant.

PLANCHE_TYE_2_CHAP_1

Pourquoi on adore ?

A 28 ans, Yoshitoki Oima continue de se démarquer dans la horde des mangakas. Repérée il y a déjà dix ans par la prestigieuse maison d’édition Kodansha (Akira, Ghost In The ShellDragon Head, etc.), elle publie A Silent Voice (disponible en France aux éditions Ki-oon), un manga sur le harcèlement scolaire et le handicap qui rencontre un succès critique et commercial.

Avec To Your Eternity (Fumetsu no Anata e en VO), Yoshitoki Oima choisit comme sujet principal l’immortalité, un thème qui l’inspire depuis la lecture, lorsqu'elle était enfant, de son premier manga, 3×3 Eyes (éd. Pika). “J’avais le thème de l’immortalité en tête depuis l’école primaire. (…) Si l’histoire se poursuit, les personnages que j’ai créés à l’époque pourraient apparaître", confiait-elle récemment à ce sujet au Journal du Japon.

To_Your_Eternity_01_JKT.indd

Pour le jeune professeur de philosophie Antoine Bioulès, les premiers chapitres de To Your Eternity "posent le problème de la finitude et du mystère de la présence du monde". Plus profonde qu’un simple récit initiatique, l'histoire du devenir de cette sphère jetée sur Terre par un mystérieux créateur interroge "le rapport entre esprit et matière, culture et nature". Comment ingurgiter la nourriture lorsqu’on est un loup, lorsque l’on est un jeune humain ? Comment adapter son comportement lorsque l'on change de corps ?

Véritable récit sur la quête d’identité, To Your Eternity aborde des sujets graves et profonds comme la mort et la mémoire en laissant libre cours à l’imagination du lecteur. En mélangeant avec fluidité les dessins de personnages réalistes (le loup, le jeune garçon) avec d’autres plus enfantins et comiques (March), Yoshitoki Oima parvient à créer une alchimie parfaite entre la gravité de son propos et la légèreté des scènes autour de l'apprentissage de Imm.

Mention spéciale à March, notre coup de cœur et personnage le plus mignon rencontré dans un manga depuis longtemps (oui, encore plus chou que Momo dans March Comes In Like A Lion). Adorable, la petite fille de 5 ans est tellement expressive qu’elle vous fera passer du rire aux larmes en l'espace de quelques cases.

PLANCHE_TYE_2_CHAP_1

C’est pour vous si…

Vous vous demandez parfois "D’où viens-je ?" ou "Qui suis-je ?", ne cherchez plus et courez acheter les deux premiers tomes de To Your Eternity (et inscrivez-vous en parallèle à des cours du soir de philosophie pour satisfaire votre soif de savoir ou calmer vos névroses existentielles). Et si vous aimez les mangas atypiques (comme le récent titre paru aux éditions Komikku, L’Enfant et le Maudit), vous devriez succomber au charme troublant de cette histoire hors normes.

To Your Eternity, tomes 1 et 2, éd. Pika, environ 190 p. et 7 euros le tome. Le tome 3 paraîtra le 6 septembre. Toutes les reproductions de l'article sont © Yoshitoki Oima / Kodansha Ltd.

Pop Up'

« Les dernières news

Juin 2017
LMMJVSD
14