Actu 28

12 juin 2017

RTV 95.7 Podcast : Music & News

Thierry Semenoux, technicien conseil pour les monuments historiques et Pierre Maciet, facteur d'orgue, parlent du relevage de l'orgue de la Chapelle Royale de Dreux, grande opération de nettoyage.

S'abonner gratuitement

Une reconstitution historique grandeur nature

Des soldats en uniformes américains, allemands, écossais, un campement militaire, une cérémonie de mariage, mais aussi un bal, des animations et une commémoration… Vert-en-Drouais revisitera l’époque de la guerre le temps d’un week-end.

Un week-end d’animations aux accents du passé. Vert-en-Drouais va revivre une petite portion de l’époque de la guerre. Une reconstitution historique qui se déroulera sur le pré communal le samedi 24 et dimanche 25 juin. « C’est un projet qui aboutit après deux ans de travail », explique Florence Dumon en charge de la commission culture avec Evelyne Delaplace, maire du village, Marie-Jeanne Villalon et Irène Guichard-Chaudat. « Il y a deux ans, Gilles Dumas de l’association Groupe Théâtral de Reconstitution Historique 40 (GTRH40), avait été séduit par notre pré communal. Un vaste terrain à la campagne propice à la représentation d’un beau spectacle », poursuit Florence Dumon. L’association GTR40 représentera les Allemands, Les soldats américains seront représentés par les membres de l’association 79th Memory Group présidée par Marc Husson, l’association Souvenir 51st HD Régiment représentera les écossais. Les festivités débuteront le samedi matin à 11 heures avec une bénédiction aux soldats suivie d’une cérémonie de mariage célébrée par un aumônier militaire. L’après-midi, début du spectacle à 14h30. Une reconstitution historique commentée avec effets sonores animés par une soixantaine de personnes en uniforme réalisé à partir d’événements locaux entre 1939 et 1945. Une famille du village et l’un de ses habitants agriculteurs feront partie de la distribution. Après le spectacle, des animations seront proposées et des baptêmes en Jeep et Dodge (participation 2€ par personne) sur un circuit dans les trois hameaux du village, Le Plessis-sur-Vert, Le Luat-sur-Vert et le centre bourg. A 18 heures, un concert sera donné par le Big Band du conservatoire classé de l’Agglomération du Pays de Dreux avec une vingtaine de musiciens dirigés par Ive Lambert. 20 heures, repas avec un menu normand concocté par Vincent du P’tit bar de Saint-Rémy-sur-Avre et soirée dansante aux sons des musiques de l’orchestre Horizon sur le thème des années 40. « Chacun peut venir habillé en costume d’époque », précisent les organisateurs. Le dimanche les animations et les baptêmes se poursuivront de 10 h à 15 heures. Une commémoration au monument aux morts aura lieu à 11 heures, place du Général de Gaulle avec la participation de l’Union Nationale des Anciens Parachutistes de Dreux. « Ce projet d’envergure n’aurait pu voir le jour sans l’investissement de la commission des fêtes : Béatrice Quéru pour les repas et Olivier Martha de la commission budget », explique Florence Dumon. Les reconstituants interviendront au Foyer rural en direction des écoliers de l’école Bertha Harjès de Vert-en-Drouais. Un rendez-vous avec l’histoire à ne pas manquer.
A.D.-P.

Reconstitution historique : renseignements : 02.37.82.91.01
Animations gratuites. Participations aux baptêmes 2€
Prix du repas 20 €. 15 € pour les enfants jusqu’à 12 ans.
Inscriptions et règlement jusqu’au 16 juin à la mairie de Vert-en-Drouais.
mairie-vert-endrouais@wanadoo.fr

Cet article Une reconstitution historique grandeur nature est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

RTV 95.7 Podcast : Music & News

Bernard Crabé, président de l'Office de Tourisme de l'Agglo du Pays de Dreux, donne le programme des visites Estivales.

S'abonner gratuitement

LE DÉPUTE DE DREUX EN BALLOTTAGE.

Le député Raymond BERENGER en 1936.J'ai retrouvé dans mes paperasses une profession de foi d'un député drouais pour les législatives de 1936.

Raymond Albert Ernest Bérenger est un homme politique français né le 3 avril 1886 à Dreux (Eure-et-Loir) où…

DREUX PAR PIERLOUIM

RTV 95.7 Podcast : Music & News

Pony Pony Run Run était en concert au Dinaetum d'Anet le 10 juin. Ils évoquent leurs sources d'inspiration, leurs voyages, leur découverte du Laos, et parlent de leur évolution depuis le titre " Hey You".

S'abonner gratuitement

VIDEO. "Wonder Woman", "Injustice 2" et "American Gods" sont dans "Pop Chrono" #9

Deux fois par mois, "Pop Chrono" vous propose de découvrir, en (presque) deux minutes, toute l'actualité pop culture de la semaine. Jeux vidéo, séries télé, films, manga, comics ou BD, il y en a pour tous les goûts et voici le sommaire de ce neuvième numéro.

Une femme formidable

On débute cette semaine avec une super-héroïne merveilleuse. Et ce n’est pas parce que Wonder Woman est capable de soulever des tanks ou de dézinguer l’armée allemande pendant la première guerre mondiale qu’on dit ça. Non, cette femme est extraordinaire car elle réussit deux exploits. Le premier : faire voler en éclats les stéréotypes liés aux films de super-héros. Pour la première fois, une super-héroïne est le personnage central et les hommes sont transformés en faire-valoir.

Deuxième exploit de taille : grâce à Wonder Woman, sorti le 7 juin au cinéma, DC Comics produit enfin une bonne adaptation ciné, après une série de grosses déceptions. Rythmé, drôle et efficace, ce Wonder Woman pâtit juste d’un méchant raté. Pas grave, le film reste une réussite et prouve aux studios comme Marvel que la femme est l’avenir du super-héros.

Une baston épique

Après un premier épisode plutôt réussi sorti en 2013, Injustice remet le couvert avec un second opus qui prend soin de travailler son contenu. Si ce jeu de baston, sorti le 18 mai sur consoles, propose toujours des affrontements entre 28 personnages issus de l’univers DC Comics, il offre désormais un mode histoire plus travaillé, avec environ 6 heures d’aventure au programme et deux fins alternatives. Sans oublier qu’il est possible d’améliorer son perso via des bonus gagnés dans les modes histoire et multi-univers.

Un bémol toutefois : malgré sa réalisation soignée, Injustice 2 reste un poil trop premier degré. Un manque de fun qui l’empêche de dépasser la saga Marvel vs Capcom, la référence dans le domaine.

Une série divine

Notre père qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié pour inspirer autant les auteurs d’American Gods. Car la nouvelle série de Bryan Fuller, à qui l’on doit le fascinant Hannibal, s’impose comme l’un des shows les plus divins de l’année.
Déjà, cette histoire de guerre secrète entre des dieux cachés au milieu des humains a de quoi nous titiller. Dans American Gods, diffusé depuis le 1er mai sur Amazon Prime Vidéo, les divinités anciennes tentent de résister aux nouveaux dieux que sont les médias ou internet.

Mais Bryan Fuller fait surtout des miracles en proposant une réalisation aussi magnifique que chiadée, quitte à se permettre de perdre, de temps à autre, le téléspectateur. Envoûtant, intriguant et parfois déstabilisant, cet American Gods est du pain bénit pour tout fan de séries exigeant. Amen.

Pop Up'

« Les dernières news

Juin 2017
LMMJVSD
14