Actu 28

1 juin 2017

RTV 95.7 Podcast : Music & News

Erika Heresmann, directrice de l'agence Pôle Emploi de Vernouillet, parle de la formation, à l'occasion de la journée "une formation pour un emploi" du jeudi 1er juin. Elle évoque les secteurs d'activités qui recrutent et explique comment une formation pe

S'abonner gratuitement

RTV 95.7 Podcast : Music & News

Claire-Elise Charton, conseillère à l'espace info-énergie, donne quelques astuces pour consommer moins d'eau et d'électricité chez soi et donc dépenser moins !

S'abonner gratuitement

Une exposition étonnante au domaine de Madame de Pompadour

<p>Le week-end du samedi 17 et dimanche 18 juin, le moulin de la Bellassière, ancien domaine de Madame de Pompadour, ouvrira ses portes au public de 14h30 à 19h00.</p>

Actualités

Séquence inédite de rares baleines à bec de Cuvier lors d'une expédition au Mexique

Séquence inédite de rares baleines à bec de Cuvier lors d'une expédition au Mexique

Le navire de recherche Martin Sheen de Sea Shepherd est retourné à l'île Guadalupe au Mexique afin de poursuivre son étude des baleines à bec de Cuvier et a tourné une séquence inédite de ces rares et insaisissables cétacés à l'aide d'un drone.

Au cours des deux semaines de l'expédition, le responsable scientifique Gustavo Cardenas Hinojosa et sa collaboratrice américaine Jenny Trickey ont déployé différents appareils acoustiques pour comparer leur efficacité. Les scientifiques reviendront et laisseront ces appareils plus longtemps.

Les instruments acoustiques enregistrent les clics d'écholocalisation, qui aident les scientifiques à estimer la répartition et le nombre de Cuviers à proximité de l'île. Certains de ces instruments sont identiques à ceux utilisés par Cardenas dans le nord du golfe de Californie pour estimer les tendances de la population de marsouins vaquita en voie de disparition.

L'île de Guadalupe est une réserve mexicaine réputée pour ses importantes congrégations de grands requins blancs entre août et décembre. En revanche, selon Cardenas, « ce que la plupart des gens ne savent pas, c'est qu'en plus du grand nombre de requins, nous pouvons également y trouver les baleines à bec de Cuvier si rarement observées »

Les baleines à bec de Cuvier sont considérées comme les mammifères plongeurs les plus extrêmes au monde, en raison de leur capacité à plonger pratiquement jusqu'à 3 000 mètres, soit à peu près la longueur de huit fois l'Empire State Building. Elles peuvent rester sous l'eau jusqu'à deux heures et n'ont besoin que de quelques minutes d'oxygène à la surface avant de replonger.

« Leurs exceptionnelles capacités de plongée les rendent difficiles à étudier par rapport à la plupart des baleines qui font surface toutes les 20 minutes environ », précise Jenny Trickey.

Prise de vue

Le 20 mai, le capitaine du Martin Sheen et pilote de drone Fanch Martin a enregistré les premières images de drone jamais tournées d'une baleine à bec de Cuvier accompagnée de son baleineau.

« J'ai filmé de nombreux cétacés dans le cadre de nos projets de recherche 2017 au Mexique », a déclaré le capitaine Martin.« Nous avons filmé la migration de baleines bleues et de nombreux rorquals communs dans le golfe de Californie mais ces baleines à bec ont été autrement plus difficiles à filmer. En raison du long délai à faire surface après chaque plongée et des quelques minutes où elles y restent, le drone était prêt en permanence. Il était lancé chaque fois qu'une baleine était aperçue ».

Plusieurs tentatives ont été nécessaires, mais le capitaine Martin a pu filmer une mère et son baleineau, ainsi que trois individus de cette espèce ultérieurement. Les scientifiques à bord du Sheen étaient enchantés par cette réussite.

« Les séquences du drone offrent une nouvelle vision de la vie de ces animaux et nous avons pu observer des comportements inconnus jusqu'à présent, comme par exemple la façon dont elles tournent souvent la tête pour se regarder mutuellement », a indiqué le Dr. Barbara Taylor, scientifique de la protection marine.

Une zone potentielle de reproduction des baleines

Cette expédition marque le retour de Sea Shepherd à l'île de Guadalupe avec des scientifiques. Le voilier y était l'an dernier avec un groupe dirigé par Cardenas, notamment Jenny Trickey de la Scripps Institution of Oceanography. Au cours de l'expédition du mois d'octobre 2016, ils ont signalé le taux d'observation de baleines à bec de Cuvier le plus élevé jamais enregistré.

« J'ai étudié les Cuvier en de nombreux lieux, mais il s'agit de la plus grande densité de cette espèces que j'aie jamais observée », a commenté le Dr. Jay Barlow, expert en abondance et estimation des cétacés, qui a collaboré aux essais des appareils acoustiques.

Les observations d'une mère et de son baleineau indiquent également aux scientifiques que Guadalupe pourrait être une zone de reproduction de ces baleines. La découverte d'un aussi grand nombre de baleines à bec de Cuvier autour de l'île en octobre dernier puis en mai suggère aux scientifiques qu'il pourrait s'agir d'une population résidente ; une idée renforcée par plusieurs correspondances dans le catalogue de photos d'identification de l'espèce de cette île.

« Il s'agit de la première initiative d'étude des Cuviers à l'île de Guadalupe au cours du mois de mai », a indiqué Cardenas. « Nous avons compté 24 observations au cours de ce voyage, dont deux mères avec de très jeunes baleineaux, l'un d'entre eux étant né depuis que nous avons photographié la mère en octobre dernier. L'expédition a été couronnée de succès. Nous avons pu enregistrer des individus avec nos appareils acoustiques et la prochaine étape consiste à revenir pour les laisser dans l'eau pendant plus longtemps. Nous sommes passionnés par les perspectives de ce qui reste à découvrir ».

Baleine de Cuvier et son baleineauBaleine de Cuvier et son baleineau

Baleine de Cuvier et son baleineauBaleine de Cuvier et son baleineau

Baleine de Cuvier et son baleineauBaleine de Cuvier et son baleineau

Baleine de Cuvier adulteBaleine de Cuvier adulte

Baleines de Cuvier adulteBaleines de Cuvier adultes

Sea Shepherd News - Sea Shepherd FR

La Bourse à l’emploi des métiers du Sanitaire et du Social

<p>La Maison de l’Emploi des Entreprises du Drouais organise une Bourse à l’Emploi orientée vers les Métiers du secteur Sanitaire et du Social, le mardi 13 juin 2017 de 14h30 à 17h au lycée De Couasnon à Dreux.</p>

Actualités

La centrale d’achats day by day s’implante à Dreux

<p><em>La société My Retail Box qui exploite le réseau franchisé d’épicerie en vrac <strong>day by day</strong> s’implante à Dreux à partir de la mi-juillet. Elle a choisi le parc d’entreprises<a href="http://www.simplanter-a-dreux.fr/nos-offres-immobilieres-et-foncieres/le-parc-dentreprises-la-radio/" > </a> <img class="lienexterne" src="/extension/agglo_dreux/design/agglo_dreux/images/contenu/lien_externe01.gif" width="10" height="10" alt="" />de<a href="http://www.simplanter-a-dreux.fr/nos-offres-immobilieres-et-foncieres/le-parc-dentreprises-la-radio/" > La Radio</a> <img class="lienexterne" src="/extension/agglo_dreux/design/agglo_dreux/images/contenu/lien_externe01.gif" width="10" height="10" alt="" /> pour poursuivre son développement.</em></p>

Actualités

Vacances d'été

<p>Les vacances d'été approchent ! Vous souhaitez que vos enfants, de 3 à 17 ans, profitent des activités proposées par les accueils de loisirs de l’Agglo ? Alors n'oubliez pas de les inscrire, les mercredis 1 et 8 juin, de 16h à 18h30, dans les structures qui les accueilleront car le nombre de places est limité.</p>

Actualités

Guainville : Fête des jardins et de la peinture au vieux château

L’association des amis du vieux château de Guainville organise ce dimanche 4 juin, la fête des jardins et de la peinture.

De 10h à 18h, venez rencontrer plusieurs artistes, Marie-Madeleine Bourdin créatrice de la bande-dessinée « Titounet et Titounette », Mélissa Diolot avec ses bijoux et ses créations artisanales, Nadi.h.cas peintre et plasticienne, la peintre Marie-Hélène Quentin et l’écrivaine Valérie Valeix. Durant la journée il y aura des dédicaces et des démonstrations artistiques qui seront réalisées devant vous. Pour l’occasion, Nadi.h.cas vient finalement de Toulouse pour créer une Femme Fleur en 3D qui sera présentée ce jour là et colorée sur place. Vous découvrirez son univers autour de la Femme Fleur sous toute ses formes et également ses « Cadres Magiques » qui seront installés dans les jardins du château et dans lesquels vous pourrez vous faire prendre en photo. Les « Cadres Magiques » et la Femme Fleur resteront tout l’été au vieux château de Guainville, il est ouvert au public les samedis et dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h. Pour visiter le forteresse, le prix d’entrée est de 5€ pour les plus de 16 ans.

Renseignements au 06 18 87 34 20 ou par mail à levieuxchateau28@orange.fr

Facebook : levieuxchateau28

Site internet : levieuxvhateau28.fr

Cet article Guainville : Fête des jardins et de la peinture au vieux château est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

Exposition Alfred Manessier et l’atelier Plasse Le Caisne au château de Maintenon

Au sein de l’église Saint-Nicolas, le château de Maintenon invite à découvrir l’exposition d’une rencontre jusqu'au 1er octobre 2017.

Les actualités d'Eurélien.fr

On regarde quoi comme séries en juin ?

"Pas de répit pour les braves spectateurs" pourrait être la baseline de ce mois de juin. Alors qu'on est déjà à fond dans The Leftovers, Twin Peaks, American Gods et Le Bureau des légendes, voici que de nouvelles séries tout aussi alléchantes pointent leur nez. Déso, mais il va falloir reporter les apéros terrasses.

"Missions" (à partir du 1er juin sur OCS City)

Longtemps raillée pour la qualité de ses productions, la France a montré depuis quelques années qu’elle pouvait rivaliser avec les Anglo-Saxons sur les séries d’espionnage (Le Bureau des légendes), les séries fantastiques (Les Revenants), politiques (Baron noir), les polars (Mafiosa) ou encore les comédies de bureau (Dix pour cent). Elle s’attaque désormais à un genre jusqu’ici oublié dans la fiction française, la science-fiction.

Missions raconte l’histoire d’une mission spatiale financée par un aventurier philanthrope, sorte de mix entre Richard Branson et Steve Jobs, dont l’objectif est d'implanter une colonie humaine sur Mars. Mais l’équipe de scientifiques et d’astronautes européens (encadrée par une psychiatre) en route se fait griller la primeur par des concurrents américains, portés disparus depuis qu'ils se sont posés sur la planète rouge. Cette inquiétante nouvelle va catalyser les tensions apparues entre les membres d’équipage tout au long des dix mois de voyage passés dans l’espace.

Mise bout à bout, cette première saison ressemble, dans sa durée au moins (dix épisodes de 22 minutes) à un film de genre typique. Mais la différence de budget avec un blockbuster ou une série américaine est telle que la comparaison s’arrête là. Le pari est osé et offre des débuts plaisants à regarder malgré un casting très inégal. Notez que Missions a été récompensé par le Prix de la découverte lors de la dernière édition du festival Séries Mania à Paris.

"I'm Dying Up Here" (à partir du 4 juin sur Showtime et du 6 juin sur Canal+ Séries)

Fort de son nouvel accord avec Showtime, c’est Canal+ (Séries) qui diffusera la nouvelle série de la chaîne américaine. I'm Dying Up Here est une plongée dans les années 1970, au milieu de comédiens de stand-up qui cherchent à percer par tous les moyens. Mais comment faire rire quand on est en galère ? Telle est la grande question à laquelle le show va tenter de répondre.

On est moyennement convaincus par les trailers qui rappellent un peu Roadies (également diffusé sur Showtime l'an passé). La série entendait lever le voile sur les hommes et les femmes qui œuvrent dans l’ombre des musiciens en tournée, mais a finalement été annulée à l’issue de la première saison. Élément rassurant, I’m Dying Up Here est produit par Jim Carrey. Du coup, on va jeter un œil.

"Crashing" (à partir du 19 juin sur Canal+ Séries)

Si vous avez découvert cet automne Phoebe Waller-Bridge, la “Lena Dunham britannique”, avec son excellente mini-série Fleabag (toujours visible sur Amazon Prime Video), jetez un œil sur Crashing, sa précédente création, que Canal+ Séries a la bonne idée de programmer. Même format (6x26 minutes) et même ton trash pour cet énième portrait de six trentenaires qui cohabitent, cette fois, dans un hôpital désaffecté. Ça parle principalement de sexe ("Tu adorerais mon vagin") et de deux meilleurs amis d'enfance qui n'osent pas s'avouer qu'ils sont amoureux l'un de l'autre. Un peu comme si Ross et Rachel avaient passé les dix saisons de Friends à prendre de la MDMA…

"Les Engagés" (à partir du 19 juin sur TV5 Monde)

Alors que la France est toujours en pleine "affaire Hanouna", TV5 Monde programme la diffusion d’une web-série autour du militantisme LGBT, du coming-out et de l’homophobie. Diffusés initialement sur la chaîne YouTube de Studio 4, la plateforme web de France Télévisions, les épisodes des Engagés (10x10 minutes) sont une jolie surprise.

Avec un ton toujours juste (mention spéciale aux acteurs Mehdi Meskar et Éric Pucheu), on suit les retrouvailles entre Hicham, un jeune Maghrébin qui a du mal à assumer son homosexualité, et Thibaut, un activiste gay qui milite au sein d’une association lyonnaise. Jusqu’à ce que le radicalisme de ce dernier pousse Hicham à trouver sa propre façon d’exprimer et d’accepter sa sexualité.

"GLOW" (le 23 juin sur Netflix)

Alerte hype. Coproduite par la bande derrière Orange is The New Black (et sa créatrice, Jenji Kohan, en tête), GLOW est la série à paillettes qu’on attendait sans le savoir. Les années 1980 (what else ?), les bodys en Lycra et… du catch féminin, bref, les ingrédients rêvés pour faire de GLOW une série culte.

Au centre d’un casting très majoritairement féminin, Alison Brie (Annie dans Community, la cruche Trudy de Mad Men et la voix de Diane dans BoJack Horseman), dans le rôle d’une actrice ratée et fauchée qui a l’opportunité de se reconvertir dans le catch féminin (GLOW, acronyme de Gorgeous Ladies Of Wrestling, les Sublimes dames du ring en VF) pour se faire enfin un nom. Complétée par une douzaine d’autres femmes de caractère en quête de reconnaissance – dont l’étonnante Betty Gilpin (Dr Carrie Roman dans Nurse Jackie) dans le rôle d’une ancienne actrice de soap –, cette équipe va s’entraîner sans relâche pour produire un show de catch aussi inédit qu’épique. On valide, uniquement après avoir vu le trailer.

"The Handmaid's Tale" (à partir du 27 juin sur OCS Max)

Diffusé en avril sur Hulu (le concurrent de Netflix, pas encore disponible en France), The Handmaid’s Tale a vite été récupéré par OCS, pour notre plus grand bonheur. Un titre bien connu des amateurs de films d’anticipation car ce roman de Margaret Atwood a déjà été adapté au cinéma par Volker Schlöndorff en 1990. Un petit bijou dystopique qui imagine les Etats-Unis confrontés à un problème de natalité à la suite d'une catastrophe écologique. Après l'instauration d'une dictature théocratique basée sur l'Ancien Testament, les femmes sont désormais classées en trois catégories. Les Epouses, qui tiennent le foyer, les Marthas, qui l’entretiennent, et les Servantes, chargées de perpétuer l'espèce, toutes reconnaissables par des uniformes de couleurs différentes.

Adapté cette fois sous la forme d’une mini-série, The Handmaid’s Tale affiche un casting alléchant avec Elisabeth Moss (Mad Men, Top of the Lake) dans le rôle-titre de la servante. Les fans de Poussey dans Orange Is the New Black se réjouiront de retrouver Samira Wiley, tandis que le couple auquel la servante a été affectée pour faire des enfants est incarné par Joseph Fiennes (Shakespeare In Love) et Yvonne Strahovski (Chuck, Dexter). Les meilleures dystopies sont celles qui nous semblent le plus réalistes et les dix épisodes de The Handmaid’s Tale sont indéniablement de cette trempe.

"Gypsy" (le 30 juin sur Netflix)

"Je ne m’immiscerai pas dans la vie de mes patients." C’est une psy qui cherche à nous rassurer en s’adressant à nous face caméra dans le premier trailer de Gypsy. Mais le glaçant visage de Naomi Watts (Mulholland Drive) transpire le contraire. Bienvenue dans la nouvelle série originale Netflix qui s’attaque cette fois au thriller psychosexuel, genre très à la mode dans les années 1990 (Basic Instinct, J.F. partagerait appartement, La Main sur le berceau, etc.) et tombé en désuétude depuis.

On nous promet une série "sombre et tordue" mais les deux premiers épisodes ont été réalisés par Sam Taylor-Johnson (50 nuances de Grey). Du coup, on flippe un peu, mais on est également hyper excités. Le propre d’un thriller psychologique réussi ?

Et sinon, du côté des séries qui reviennent, ça donne quoi ? La saison 2 de la mésestimée série musicale Crazy Ex-girlfriend débarque sur Teva le 4 juin. Le 8, c’est le retour des Peaky Blinders S3 sur Arte. Sur Canal+, on pourra découvrir la saison 6 de Homeland à compter du 8 juin. Les détenues d'Orange is the New Black reviennent pour une saison 5 sur Netflix le 9 juin et les robots plus vrais que nature de Real Humans S2 sur Série Club le 12. Notez également que Preacher revient pour une deuxième saison le 26 juin sur OCS Choc.

Pop Up'

« Les dernières news

Juin 2017
LMMJVSD
14