Actu 28

1 mai 2017

LA VÉRITABLE HISTOIRE DU PREMIER MAI.

Le 1er mai était autrefois , en Europe, dédié à l'amour. Ce jour-là, il était coutumier de se coiffer d'une couronne de feuillages et de fleurs ou d'en offrir une à la personne aimée. En témoigne la célèbre enluminure ci-dessous. Elle illustre le mois…

DREUX PAR PIERLOUIM

On regarde quoi comme séries en mai ?

Ce qu'il y a de bien avec une météo pourrie, c'est qu'on a moins de scrupules à passer ses soirées vautré devant ses séries préférées. Donc, avant que les traditionnels apéros-terrasses ne reprennent, profitez-en bien. Ce mois de mai nous réserve de très très bonnes séances de bingewatching.

"American Gods", le 1er mai sur Amazon Prime Video

C’est le projet le plus fou et le plus attendu du printemps. Adapté de l’épais roman du Britannique Neil Gaiman, lui-même inspiré par la saga de comics Sandman, American Gods débarque enfin sur nos écrans (en France sur le service de streaming d’Amazon). L’histoire d’un homme, Shadow Moon (Ricky Whittle, bien connu des fans de la série Les 100) qui se fait embaucher à sa sortie de prison par Mr. Wednesday (Ian McShane, aperçu dans de nombreuses productions comme Deadwood ou Game of Thrones), un homme aussi étrange qu’inquiétant qui l'emmène en road-trip à travers les Etats-Unis.

Doté d’une esthétique très singulière, American Gods est une série fantastique qui interroge l’Amérique en mixant allègrement mythologie et philosophie. C’est ultraviolent (pluie d’hémoglobine annoncée), grossier et on y croise pêle-mêle une femme qui aspire ses amant(e)s pendant l’acte sexuel, un bison avec des yeux qui crachent des flammes et Gillian Anderson en sosie de Lucille Ball, l’interprète de I love Lucy. Bref, c’est foutraque, baroque, ça a le potentiel pour être un chef-d’œuvre, mais ça pourrait tout aussi bien être un nanar joliment empaqueté.

"Atlanta", le 5 mai sur OCS City

On vous en parlait déjà en septembre dernier, au moment de sa diffusion américaine. Huit mois et deux Golden Globes plus tard (pour la meilleure série et le meilleur acteur dans une série comique), Atlanta débarque enfin en France. Imaginée, réalisée et interprétée par le talentueux touche-à-tout Donald Glover (à la fois connu pour son rôle de Troy dans Community et par les amateurs de rap sous le pseudo de Childish Gambino), Atlanta est un petit bijou à classer dans la catégorie des "dramédies" autobiographiques.

Glover y incarne Earl, un jeune Afro-Américain en galère qui tente de s’en sortir en devenant le manager de son cousin Paper Boi, une star locale du rap qui commence à percer. Brillante et férocement drôle, Atlanta est une sorte d’anti Empire qui montre d'une tout autre manière ce que c'est d'être noir aujourd'hui aux Etats-Unis.

"I love Dick", le 12 mai sur Amazon Prime Video

Après l’acclamée Transparent, l'Américaine Jill Soloway revient avec l’adaptation du roman épistolaire éponyme de l’Américaine Chris Kraus. I love Dick, que l’on peut traduire par “J’aime Richard”, “J’aime ce connard” ou “J’aime la bite”, est une plongée sarcastique dans le petit milieu artistique américain.

On y suit Chris Kraus (incarnée par Kathryn Hahn, qui joue Raquel, la femme rabbin dans Transparent et qui ressemble de plus en plus à Juliette Lewis) qui débarque dans un bled du Texas pour y suivre son mari, pris en résidence artistique pour "penser l’Holocauste" sous l’égide d’un mentor, le bien-nommé Dick. Misogyne et prétentieux, l’homme devient pourtant immédiatement l’objet des fantasmes de Chris, qu’elle décide d’exprimer (en plus d'un retour de libido) en lui écrivant des lettres.

Sorte de Woody Allen dopé au Viagra, I love Dick est surtout un manifeste féministe (encore plus que ne l'est déjà Transparent) qui interroge sur notre rapport au désir. Si juste que l'on rit parfois très jaune, mais l'on se réjouit qu'une série d'une telle intelligence et d'une telle vitalité existe. D'ici la diffusion des dix épisodes de 26 minutes, vous devriez jeter un œil sur le site We will not be muzzled lancé à l'occasion, qui permet à chaque femme de rédiger une lettre au Dick de son choix. Cathartique à souhait.

"Downward Dog", le 17 mai sur ABC

Non, Downward Dog n’est pas une série sur le yoga (le "chien tête en bas" en VF est une célèbre posture qui compose la traditionnelle salutation au soleil). C’est une série sur une trentenaire néo-célibataire un peu grosse et pas très jolie (non, ne partez pas !) incarnée par Allison Tolman, que l’on connaît surtout pour son rôle génial d’officier de police dans la première saison de Fargo.

Vous l'aurez compris, l’originalité de Downward Dog n’est pas à chercher du côté de son scénario mais plutôt de sa forme narrative. Car la vie un peu pathétique de cette jeune femme nous est racontée par… son chien Martin. Un genre de mix entre le film d’animation Comme des bêtes et Bridget Jones en format 35 minutes. Aucune chaîne française ne l'a encore programmée, mais on parie que cela ne devrait pas tarder.

"Twin Peaks" saison 3, le 21 mai sur Showtime

FBI Special Agent Dale Cooper…25 years, 7 months, and 3 days later. #TwinPeaks #Showtime pic.twitter.com/cYDPfh1aoS

— Twin Peaks (@SHO_TwinPeaks) 13 janvier 2017


Les sériephiles de la première heure retiennent leur souffle depuis des mois. La suite tant attendue de Twin Peaks – dont les deux premières saisons ont été diffusées en France en 1991 – débarque enfin, entourée d’un caisson anti-atomique de mystères.

Pour résumer, c’est toujours David Lynch aux commandes de ces dix-huit épisodes qui verront renaître une trentaine de personnages et leurs interprètes, comme l’agent Dale Cooper (Kyle MacLachlan), Audrey Horne (Sherilyn Fenn), la femme à la bûche (Catherine E. Coulson), l’agent transgenre Denise Bryson (David Duchovny) et, évidemment, Laura Palmer (Sheryl Lee). Mais le casting des nouveaux venus s’annonce tout aussi excitant, avec la participation de Monica Bellucci, Naomi Watts, Laura Dern (actrice fétiche de Lynch aperçue récemment dans l’excellente Big Little Lies) ou encore Tim Roth.

Concernant l’intrigue, rien n’a filtré. Lynch a juste lâché que cette saison devrait être la dernière. Autre inconnue, si la plupart des pays ont déjà un diffuseur, on ne sait pas encore sur quelle plateforme ou chaîne cette saison 3 sera disponible en France.
Cela devrait se jouer entre Netflix (qui propose déjà les deux premières saisons), OCS (partenaire d’HBO qui rediffuse la saison dans plein d’autres pays) et peut-être Canal+.

Attention: pic.twitter.com/1eolEazp5y

— Twin Peaks (@TwinPeaksArchve) 24 avril 2017

"Le Bureau des légendes" saison 3, en mai sur Canal+

Malotru réussira-t-il à se tirer d'affaire ? 1er teaser mystérieux de la saison 3 bientôt sur CANAL+ </div>
<p class=Pop Up'