Actu 28

8 avril 2017

Le salon des vins et de la gourmandise offre de belles découvertes

Servir pour une bonne cause, les membres du Lions Club Dreux Doyen et leurs épouses œuvrent chaque année depuis six ans à la réalisation du salon des vins et de la gourmandise au profit de l’association Enfants Cancers et Santé.
Cette année encore le choix avait été judicieux. Alsace, Anjou, Beaujolais, Bourgogne, Bordeaux, Côtes du Rhône et du Roussillon, mais aussi Muscadet, Quincy, Calvados et Champagne ont ravis les visiteurs soucieux de découvrir de nouvelles saveurs. « Nous veillons à ne présenter qu’un seul vigneron par appellation », explique Jean Chaudat des Lorances, membre du Lions Club Dreux Doyen, ancien vigneron et cheville ouvrière de la manifestation. Les gourmandises offraient souvent un mariage parfait avec les crus proposés. Fromages de chèvres, escargots, foies gras, pâtisseries, salaisons, miel et safran pour la plupart produits du terroir ont séduit un public amateur de qualité. Bernard Dreux, un amoureux de Mécano, habitué des salons et expositions spécialisé dans ce jeu de construction, avait apporté un funiculaire avec ascenseur, une locomotive à vapeur et quelques jolis objets. Guidés par Jean-Pierre Le Feu, président du Lions Club Dreux Doyen, Gérard Hamel, maire de Dreux, président de l’Agglomération, Daniel Frard, maire de Vernouillet, et de nombreux élus ont parcourus les allées du salon à l’occasion d’une inauguration tout en convivialité. Les épouses des membres du Lions Club Dreux Doyen participent amplement à l’organisation de la manifestation à l’occasion du repas du samedi soir, toujours complet, avec ses cent-vingt convives. « Nos épouses confectionnent le repas avec les produits des exposants », indique Jean Chaudat des Lorances. « L’Agora de Vernouillet se prête parfaitement à notre manifestation. Nous y sommes accueillis gracieusement et la ville met tout en œuvre pour soutenir notre action en faveur de l’association Enfants Cancers et Santé », rappelait Jean-Pierre Le Feu. L’association, reconnue d’utilité publique depuis 2005, a pour mission de permettre aux équipes médicales de trouver des traitements là où il n’y en a pas encore et financer plus de projets de recherche pour améliorer les traitements existants. Un enfant sur 440 est atteint d’un cancer ou d’une leucémie, 20% ne survivent pas », rappellent les responsables. Le financement initial accordé par Enfants Cancers et Santé pour le personnel de recherche clinique a pu être pérennisé de façon institutionnelle dans le cadre du Plan Cancer. En s’engageant durablement aux côtés de la SFCE (Société Française de lutte contre les Cancers et les leucémies de l’Enfant et de l’adolescent), Enfants Cancers et Santé donne les moyens à la communauté scientifique de mener son travail de recherche contre les cancers et leucémies de l’enfant et de l’adolescent.
A.D.-P.

Cet article Le salon des vins et de la gourmandise offre de belles découvertes est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

La BD de la semaine : "Imbattable", le super-héros qui dynamite les codes (et les cases)

Quand vous avez lu le titre, un frisson d'horreur a parcouru votre échine. "Oh non, pas ENCORE une BD sur des mutants en slip moulant, avec des capes fluo et des masques ringards ! Je fais une overdose de ces âneries DC ou Marvel, je serai près à payer une fortune pour être téléporté(e) dans les années 80 quand cette débauche d'effets spéciaux et de scénarios débilitants n'existait pas". Souriez : Imbattable est pour vous.

Quand vous avez lu ces quelques lignes, un nouveau frisson d'horreur a parcouru votre échine : "Non, mais attends, c'est quoi cet ersatz de Superdupont ? Mis à part Fox-Boy, les super-héros sauce franco-belge sont des caricatures des vrais héros américains. C'est vraiment le signe qu'on n'a pas la culture de la série BD en France. La preuve, la BD qui se vend le mieux dans ce pays, c'est une resucée de Blake et Mortimer." Souriez : Imbattable est aussi pour vous. Et pas uniquement parce que, comme dans Deadpool, le héros a conscience d'être le héros d'une bande dessinée.

EXPRESSION@

De quoi ça parle ?

Imbattable affiche la couleur : "le seul véritable super-héros de bande dessinée", c'est lui. En effet, le super-pouvoir du personnage créé par Pascal Jousselin est de pouvoir passer d'une case à l'autre dans la page. Si ça va sans doute compliquer une éventuelle adaptation au cinéma (soyons fous !), le rendu sur les 44 pages de l'album est jubilatoire. Imbattable lance des tartes à la crème qui atterrissent sur le visage du maire véreux de la ville… installé dans sa voiture, deux strips plus bas. Il déjoue les plans maléfiques d'un savant fou qui élabore un virus tueur en sautant depuis son jardin, avec sa tondeuse à gazon, dans la case d'en-dessous, et dans le microscope du démoniaque scientifique.

Histoire de corser le tout, Imbattable doit affronter des ennemis qui disposent aussi de super-pouvoirs jouant avec les codes de la BD, dont le redoutable Plaisantin (sans doute le cousin germain du Joker) qui traverse les pages.

EXPRESSION@

Pourquoi on adore ?

Lire Imbattable est une expérience à part entière. On se surprend à essayer de voir à travers les pages pour guetter les apparitions du Plaisantin. On redouble de vigilance pour ne pas louper l'objet qu'Imbattable s'envoie dans le futur, deux strips plus loin, pour redresser une situation compromise. Si votre album a l'air déchiré page 29, c'est normal, c'est un coup du savant fou.

L'album de Pascal Jousselin s'inscrit dans le mouvement Oubapo (ouvroir potentiel de bande dessinée) qui joue avec les codes du neuvième art, petit frère de l'Oulipo qui sévit lui en littérature. Le roman La Disparition de Georges Pérec sans le moindre "e", c'est ça. La BD Cercle vicieux d'Etienne Lécroart, qui peut se lire aussi bien en commençant par le début que par la fin, en formant deux histoires différentes, c'est aussi ça. Cerise sur le gâteau, c'est un album véritablement tout public, que vous pouvez offrir officiellement au fiston pour mieux vous bidonner en cachette à la nuit tombée.

Autre bonne nouvelle, on ne devrait pas attendre cinq ans pour s'offrir le tome 2, Pascal Jousselin ayant déjà une vingtaine de pages en stock.

Une préview est visible sur le site.

Imbattable - Tome 1 : Justice et légumes frais, de Pascal Jousselin, éd. Dupuis, 48 p., environ 11 euros. 

Pop Up'