Actu 28

23 mars 2017

Le pôle social Pass’Ages Vauvettes inauguré

Il marque la fin de la réhabilitation du quartier des Vauvettes, initiée à Vernouillet en 2004. Le Pass’Ages est un espace transversal et intergénérationnel qui apporte des services complémentaires aux habitants.
En présence de Wassim Kamel, sous-préfet de l’arrondissement de Dreux, d’Olivier Froger, président de la Caisse d’Allocations Familiales d’Eure-et-Loir (CAF) et de nombreux élus, Daniel Frard, maire de Vernouillet, a inauguré le 9 mars dernier ce tout nouvel espace dédié à tous les publics. Opérationnel depuis janvier, le Pass’Ages Vauvettes regroupe trois espaces dédiés aux services publics. D’une surface de 600 m2 le Pass’Ages comprend une nouvelle épicerie sociale dotée d’une cuisine ouverte pour les ateliers et d’une salle adaptée aux échanges. Un multi-accueil de 18 places pour les enfants de 0 à 4 ans. « Cet espace fonctionne en accueil collectif régulier et occasionnel. A terme l’objectif est d’accueillir 90 enfants. Le multi-accueil est ouvert deux jours par semaine jusqu’en avril, de mai à août il ouvrira 4 jours par semaine et à partir de septembre il sera ouvert 5 jours par semaine. Les tarifs sont indexés sur les revenus des familles », indiquait le maire. Le Pass’Ages dispose d’un troisième espace mutualisé et d’un bureau médical réservé à la Protection Maternelle Infantile (PMI). « Le travail avec le service insertion D’Clic Emploi sera renforcé. Le service social espère à terme développer les échanges avec ses nombreux partenaires externes et internes », poursuivait Daniel Frard. 1,7 million d’euros ont été investis dans le pôle social Pass’Ages Vauvettes subventionné à hauteur de 175.550 € par l’Etat, 644.450 € par l’ANRU (Agence de Renouvellement Urbain) et 306.000 € par la CAF. 281.500 € ont été financés par la ville de Vernouillet. « Le renouvellement du contrat enfance-jeunesse entre la ville de Vernouillet et la CAF a permis de concrétiser de nouvelles actions en direction des enfants du territoire », expliquait Olivier Froger qui en plus des dépenses d’investissement accordera un montant de 100.000 € au multi-accueil pour ses dépenses de fonctionnement sur l’année 2017. « Ce bâtiment représente un passage entre les âges qui se concrétisera dans l’avenir par la construction juste en face, sur le terrain Louis une résidence Seniors », indiquait le maire. « L’Etat ne donne pas d’argent, il prélève mais reverse aussi pour que de tels projets sortent de terre. Soyez contents, votre argent a été investi ici de manière utile », soulignait Wassim Kamel.
A.D.-P.

Le Pass’Ages Vauvettes, 23, avenue François Mitterand à Vernouillet.

Cet article Le pôle social Pass’Ages Vauvettes inauguré est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

RTV 95.7 Podcast : Music & News

Philippe Viard, directeur de l'Atelier à Spectacle parle du Festival "Premiers Arrivés". De nombreux spectacles pour les enfants et adolescents jusqu'au 13 avril.

S'abonner gratuitement

RTV 95.7 Podcast : Music & News

Gérard Hamel, maire de Dreux et président de l'Agglo, s'exprime à l'occasion de l'inauguration de la nouvelle gare routière et fait le point sur les travaux qui restent à venir.

S'abonner gratuitement

Marie Baca est la nouvelle Miss Pays de Dreux

Elue parmi six candidates, Marie Baca, 18 ans, est étudiante au lycée Branly à Dreux. Elle a remporté son titre au terme d’une soirée glamour émaillée de chorégraphies et de défilés de prêt à porter. La nouvelle Miss était entourée de Flora Coquerel Miss France 2014 et Margaux Bourdin, dauphine de Miss France 2016.

La soirée d’élection de Miss Pays de Dreux s’est déroulée vendredi 17 mars au Parc des Expositions. Défilé en maillot de bain, en robe de mariée, en tenues tendances proposées par les commerçants drouais, les jeunes filles se sont pliées au rituel et ont passé les épreuves avec succès. Les danseuses et les chorégraphies de Mathilde Libeau ont séduit le public, tout comme le tour de chant de Klem, très applaudi par ses fans. L’élection de Miss Pays de Dreux, initiée par Stéphanie Talata, et organisée par l’union des commerçants drouais, n’est pas chose facile. Parmi les membres du jury, Gérard Hamel, maire de Dreux, entouré de Flora Coquerel, Margaux Bourdin et Jean-Jacques Sabourin, président du comité Miss France du Centre et d’Auvergne, se sont longuement concertés et en accord avec le vote du public ont élu Marie Baca Miss Pays de Dreux 2017. La jeune fille habite Vacheresse-Les-Basses, près de Nogent-Le-Roi. Inscrite dans la section économie et sociale au lycée Branly, Marie Baca parle plusieurs langues et souhaite s’orienter vers une licence du langage l’an prochain. Sportive, la nouvelle Miss Pays de Dreux fait de la course à pied et du handball. Les candidates ont été gâtées, « Les commerçants participants à la manifestation leur ont offert de nombreux cadeaux », indiquait Claire Brunet, présidente de l’UCAD. « Miss Pays de Dreux 2017 et ses deux dauphines, Océane Guillot, 19 ans, et Angeline Baillon, 18 ans, ainsi qu’une troisième candidate Opale Renard, 18 ans, participeront à l’élection de Miss Eure-et-Loir le 3 juin prochain », indiquait Stéphanie Talata. Marie Baca représentera pendant une année les couleurs de l’agglomération drouaise.
A.D.-P.

Cet article Marie Baca est la nouvelle Miss Pays de Dreux est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

La nouvelle gare routière de Dreux inaugurée

<p>Mercredi soir, de nombreux élus, personnalités et partenaires avaient répondu à l’invitation de Gérard Hamel, Président de l’Agglo et maire de Dreux, en participant à l’inauguration de la nouvelle gare routière.</p>

Actualités

Sophie Brocas, première préfète d’Eure-et-Loir

La prise de fonction de Sophie Brocas, première femme préfète d’Eure-et-Loir, a eu lieu lundi 13 mars. Les cérémonies ont commencé par deux dépôts de gerbes à Chartres, un devant le monument aux morts de la Butte des Charbonniers et l’autre devant la stèle de Jean Moulin, avant de rencontrer les élus locaux à l’Hôtel de Ligneris.
Sophie Brocas est née à Bayonne, dans les Pyrénées-Atlantiques. Après avoir été journaliste, elle crée son entreprise de presse, effectue des reportages en tant que grand reporter dans des pays en crise, puis estime avoir appris son métier et souhaite embrasser une profession « avec une marge d’action plus concrète », explique la préfète. J’ai repris mes études à l’ENA (promotion Nelson Mandela). Pendant lesquelles j’ai eu l’occasion de faire un stage à Chartres avec le préfet Albert Daussin-Charpentier. « Cela m’a donné l’envie d’apprendre et de découvrir des choses, des territoires. C’est ce qui me plaît dans le corps préfectoral. J’ai poursuivi ma carrière en alternant des postes de territoires en Charente (2001), en Dordogne (2007) et des postes à Paris en tant que conseillère d’administration, service public, décentralisation au cabinet du Président de la République (2012) et préfète secrétaire générale de la préfecture de la région d’ Ile-de-France, préfecture de Paris avant d’être titularisée préfète (2016) et nommée en Eure-et-Loir ».
« L’idée que je me fais de mon rôle, c’est d’être le représentant du gouvernement et de mettre en œuvre ses priorités. J’expliquerai le point de vue de l’État. J’ai des responsabilités car il y a des lois et c’est à moi de veiller à ce qu’elles soient appliquées. Il y a des valeurs à respecter. Je considère qu’on est meilleur quand on est tous d’accord. Je chercherai des voies de passage pour surmonter les désaccords, c’est le rôle d’un préfet de rassembler des gens qui, parfois, n’arrivent pas à se parler. Faire mes propres investigations, aller sur le terrain à la rencontre des sous-préfets d’arrondissements avec les élus en leur demandant d’organiser des rendez-vous. On comprend mieux les choses sur le terrain que dans les dossiers. Nicolas Quillet m’a alertée par quelques fiches sur des dossiers prioritaires : la RN154, l’agriculture à cause des mauvaises récoltes 2016, le collège Jean Moulin et la construction de maisons sociales. » A la question du titre, Sophie Brocas répond « Ce sera madame la préfète. Il faut féminiser les titres pour montrer que l’on assure. Même si il y a moins de quinze préfète en France, il y a de plus en plus de femmes dans le corps préfectoral. C’est un métier initiatique, il y a un vivier de femmes sous-préfètes qui viendra alimenter le vivier des préfètes.»

A.D.-P.

Cet article Sophie Brocas, première préfète d’Eure-et-Loir est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville