Actu 28

2 mars 2017

RTV 95.7 Podcast : Music & News

Dominique Marie, vice-président de l'Agglo du Pays de Dreux en charge de la collecte et du tri des déchets, parle des travaux de rénovation de la déchetterie du Boullay-Thierry.

S'abonner gratuitement

La journée des droits des femmes à Vernouillet

La célébration des journées des droits des femmes est désormais un incontournable de la programmation culturelle de la ville.
Depuis sa mise en place, il y a plus de 12 ans, cette action évolue dans sa structuration, toujours dans le but d’informer, de sensibiliser et de mobiliser tous les publics sur le statut et la place des femmes dans notre société.
La ville de Vernouillet cherche à toucher un public large (dès l’école primaire) afin de sensibiliser à ces questions mais surtout en faisant participer le public aux actions. Lors de la soirée de lancement, des enfants et des femmes d’horizons divers liront des textes devant le public à voix haute. Lors du colloque avec la projection du documentaire « Nos mères, nos daronnes », un débat avec le public permettra à chacun d’exprimer ses idées et de poser des questions à la réalisatrice. Tout au long de la semaine, le CIDFF est partenaire et prête à la ville une exposition sur les idées reçues créée par l’association « L’égalité c’est pas sorcier ».

Mercredi 8 mars – 14h30-15h45 :
Grand jeu dans les accueils de loisirs : découvrir la place des femmes dans la société autour du jeu de la Rivière.

Mercredi 8 mars – 15 h :
Jeu « femmes et citoyennes » animé par Marie Devaux, juriste au Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF)
Comment mieux connaître ses droits autour d’un jeu ludique et convivial.
Tout public – gratuit
Bibliothèque Jacques-Brel 2 chemin de Volhard

Mercredi 8 mars – 18h30 :
Lancement des Journées des Droits des Femmes
Lectures de textes et de poèmes par des jeunes et des adultes avec la participation de l’école de musique et de danse
Tout public – Entrée libre et gratuite
L’Agora –esplanade du 8 mai 1945-Maurice Legendre

Jeudi 9 mars – 20 h
Pièce de théâtre : Mon faux sapin par la Compagnie des 12 portes
En cette soirée de réveillon, c’est la bousculade chez les Dumont. Tous dissimulent des envies, des blessures, des déceptions, sans compter ses secrets. Suzanne, mère au foyer dévouée, travaille en secret comme secrétaire chez un garagiste. Elle n’a pas besoin d’argent mais elle a besoin de liberté. Parmi les autres femmes de la maison, d’autres rancœurs existent, mais chez les hommes aussi. Avec l’arrivée de l’oncle Daniel, c’est l’étincelle qui mettra le feu de poudre : chacun dira ses 4 vérités à l’autre…
Texte et mise en scène : Franck Arrondeau
Distribution : Magali Guillemet, Franck Arrondeau, Betty Gagnebien, Antonin Lopez, Elodie Taillandier, Bernard Lambrecq, Emmanuelle Gautier, Stéphane Gauluet, Viviane Maronese
Mathilde Ménelle
Tout public – gratuit
L’Agora –esplanade du 8 mai 1945-Maurice Legendre
Une séance destinée aux collégiens et lycéens aura lieu dans l’après-midi.

Vendredi 10 mars – 20 h
Soirée spéciale femmes
Repas dansant avec la DJ Aïcha
Repas confectionné par l’association les Deux Rives
Public à partir de 12 ans (réservé aux femmes)
Sur inscription au Point info service ou à la Passerelle – Tarifs : 4,70 €
L’Agora –esplanade du 8 mai 1945-Maurice Legendre

Samedi 11 mars – 17h30
Colloque « Et ta mère ? »
Avec la projection du documentaire « Nos mères, nos daronnes » et en présence de la réalisatrice Bouchera Azzouz, Fondatrice des Ateliers du Féminisme Populaire, suivie de deux interventions sur le thème : « les insultes faites aux mères » par Habib MIR Vice-Président de l’association les Deux rives et Thibault, chargé du projet de réseau immigration développement démocratie.
Organisé par l’association Les Deux Rives.
Tout public – entrée libre et gratuite
L’Agora –esplanade du 8 mai 1945-Maurice Legendre

Dimanche 12 mars – 10 h
Petit-déjeuner – Projection du film d’animation Paï suivi d’un temps d’échange
Les habitants d’un village maori se réclament tous du même ancêtre : Paikea, le légendaire Whale rider, qui y débarqua mille ans plus tôt, juché sur le dos d’une baleine. A chaque génération un descendant mâle du chef reçoit ce titre qui fait de lui le gardien spirituel de sa communauté. A 12 ans, Paï, petite-fille du chef Koro, est une adolescente douée, sensible et volontaire. Depuis la mort de son frère, elle est aussi la seule à pouvoir assurer le rôle « viril » si prestigieux. Mais Koro refuse de voir en Paï son héritière…
Public familles (conseillé aux enfants à partir de 9 ans) – gratuit
Sur inscription au Point info service ou à la Passerelle
L’Agora –esplanade du 8 mai 1945-Maurice Legendre

Pendant toute la durée de l’opération, du 8 au 12 mars, une exposition « L’égalité, c’est pas sorcier » sera présentée au public. Cette exposition est prêtée par le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF). Elle a pour but d’aborder de s’attaquer aux idées reçues et aborde différents thèmes comme l’égalité professionnelle, la parité en politique, la prostitution, la liberté sexuelle.

Cet article La journée des droits des femmes à Vernouillet est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville

La Croix Rouge s’installe aux Oriels

L’unité de Dreux de la Croix Rouge Française a quitté ses locaux exigus de la rue Saint-Jean pour s’installer au premier étage de l’épicerie sociale des Oriels. Une nouvelle donne qui permet aux bénévoles d’accomplir au mieux leurs nombreuses missions.

Ils sont rassurants et représentent l’accueil, le secours, la confiance et la sécurité. Les membres, tous bénévoles, de la Croix Rouge sont reconnaissables à leurs uniformes : chasuble rouge, pantalon beige, ornés de bandes réfléchissantes. Début février, Éric Melou, le nouveau président de l’unité drouaise, et son équipe recevaient Gérard Hamel, maire de Dreux, Naïma M’Fadel Ntidam, adjointe au maire chargée de l’action sociale et Sophie Willemin, conseillère municipale responsable de l’épicerie sociale, dans leurs nouveaux locaux situés au premier étage de l’épicerie sociale des Oriels en présence de Jean-Claude Bouchereau, le président départemental de la Croix Rouge. Une grande salle sert de vestiaires « ce sont des vêtements offerts à l’association qui sont nettoyés et remis à neuf avant d’être redistribués aux familles nécessiteuses », explique Éric Melou. Une seconde pièce sert de salle de réunion et de formation. C’est le domaine de Marie, bénévole de longue date en charge de la formation. « Nous dispensons des formations de plusieurs niveaux au grand public mais aussi aux professionnels comme aux jeunes animateurs des centres de loisirs de la ville », indique Marie qui explique son engagement de bénévole : « ce n’est pas un métier, c’est une passion ».

Ces nouveaux locaux mis à disposition par la municipalité disposent d’un bureau destiné à l’accueil des bénéficiaires. Il ne reste qu’une chose pour que l’unité drouaise de la Croix Rouge puisse fonctionner normalement et confortablement, c’est le déménagement des véhicules, toujours stockés dans des conditions difficiles sans véritable point d’eau avec un accès délicat par temps pluvieux. « Nous y réfléchissons », assurait le maire. « L’arrivée de la Croix Rouge dans les locaux de l’épicerie sociale va permettre d’optimiser l’accompagnement des personnes que nous suivons. Avec le Relais Logement, des maraudes seront mises en place l’hiver prochain à destination des personnes sans domicile fixe. Nous allons aussi mettre en place un suivi personnalisé auprès des personnes isolées en cas de canicule pour l’été », explique Naïma M’Fadel Ntidam. « Le périmètre autour de l’épicerie sociale pourrait accueillir des jardins partagés en partenariat avec les Restos du cœur », annonçait Gérard Hamel. La Croix-Rouge fonctionne grâce aux revenus générés par les formations, les secours et les dons. « Ces revenus nous permettent d’investir dans le matériel nécessaire à nos missions et au financement de nos uniformes », confiait Ciryl Geuffroy, vice-président.
A.D.-P.

Cet article La Croix Rouge s’installe aux Oriels est apparu en premier sur M Ta Ville.

M Ta Ville