Actu 28

25 janvier 2017

Festival "Regard d'Ailleurs" 2017 : La Corée

Une très jolie exposition à la Chapelle de L'Hôtel Dieu à Dreux jusqu'au 26 mars !

Lee JEON LOK et sa série "Tree of life".

Lucilius

Happy new year !

Voici un échantillon des réponses qu'ont faites les CM2 à leurs homologues 6è du collège Camus.

Ecole Saint Martin

Fin du cycle escalade pour les CM2 de Mme BAUCHERON

Après 9 séances d’entraînement, de belles performances ontété réalisées.

Même les plus réticentes ont réussi à monter jusqu’enhaut !!!!

Un défi :  réussir à vaincre sa peur, le vertige.

Chacun a réussi à aller au-delà de ses craintes .

Ecole Saint Martin

RTV 95.7 Podcast : Music & News

Sandrine Dupuis, principale du collège Louis Armand de Dreux, parle de l'utilisation des tablettes numériques dans les classes.

S'abonner gratuitement

Festival international de la BD d'Angoulême 2017 : on a imaginé le futur palmarès

La 44e édition du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême (Charente) dévoilera le 28 janvier son palmarès. Chez Pop Up’, on a lu quasiment tous les albums sélectionnés (soixante-six tout de même, toutes sélections confondues) et fatalement, on a une petite idée de ce que serait pour nous le palmarès idéal. Un mélange de fantasme, de croisement de doigts et de Madame Irma plus tard, voici, comme l'an passé, nos prédictions pour quelques prix qui nous tiennent à cœur.

Fauve d’or – Prix du meilleur album

Récompense suprême, le Fauve d’or distingue le meilleur album publié en langue française l’année passée, sans distinction de genre, de style ou d’origine géographique. Il est décerné par un jury (présidé cette année par la Britannique Posy Simmons) parmi une sélection officielle de quarante-deux albums (soit deux de plus que l’an passé) réduite à une short list de dix titres, dévoilée le 9 janvier dernier.

Qui mérite de gagner ? Shangri-La de Mathieu Bablet (éd. Ankama)

2017_SO-37_300_CMJN

On ne va pas tourner autour du pot, oui, Shangri-La est notre album préféré de 2016. Fort logiquement, on aimerait qu'il reparte du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême avec le prix le plus prestigieux, le tant convoité Fauve d'or. Ce prix, attribué à un récit de science-fiction d'une maturité graphique rare, consacrerait enfin Mathieu Bablet, le jeune prodige de la BD française, à qui l'on prédit un superbe avenir.

Pas encore trentenaire et déjà auteur du remarqué Adrastée, Bablet signe avec Shangri-La un récit dystopique aux relents tristement familiers, porté par des planches si riches de minutie qu'elles en deviennent hypnotiques. Impossible de ne pas être totalement absorbé par cette vision futuriste de notre humanité en péril. Tout simplement sublime.

Qui pourrait gagner (mais on n'y croit pas trop) ? Patience de Daniel Clowes (éd. Cornélius)

2017_SO-28_300_CMJN

Artiste multi-récompensé dans son pays (cinq prix Eisner et neuf prix Harvey, entre autres au compteur), le génial Daniel Clowes n'a, étonnamment, jamais été primé à Angoulême. Dans son dernier album, Patience, l'auteur de Ghost World s'essaie à la science-fiction en nous plongeant dans un thriller trans-temporel prétexte au portrait en filigrane d'un homme brisé, rongé par la rancœur et le ressentiment. A 55 ans, Clowes livre son album le plus linéaire (accessible ?) porté par un dessin ultra coloré au trait délicieusement vintage.

Qui va gagner ? Shangri-La de Mathieu Bablet (éd. Ankama)

2017_SO-37_300_CMJN

Dans le souci d'objectivité qui nous anime, on a beau regarder intensément la liste des dix albums en lice pour le prix, on ne voit pas quel autre titre pourrait priver Mathieu Bablet du trophée. L'auteur sera par ailleurs présent à Angoulême et on présume déjà que la bataille pour obtenir une dédicace va être rude.

Fauve d’Angoulême – Prix spécial du jury

Comme le précise le règlement, le Prix spécial du jury récompense un ouvrage "sur lequel le jury a particulièrement souhaité attirer l’attention du public, pour ses qualités narratives, graphiques et/ou l’originalité de ses choix". Compte tenu de ces critères assez vagues, on part plutôt là-dessus :

Qui mérite de gagner ? Kobane calling de Zerocalcare (éd. Cambourakis)

2017_SO-18_300_CMJN

Star de la BD italienne quasi inconnue en France, Zerocalcare s'est résigné à quitter Rebibbia – son quartier de Rome devenu point d'ancrage de ses précédents récits autobiographiques – pour aller voir ce qu'il se passe aux confins de la Turquie, de la Syrie et de l'Irak. Fasciné par le Rojava (le Kurdistan syrien), une espèce de laboratoire de quelques kilomètres carrés où, encerclés par l'Etat islamique, des hommes et des femmes tentent de fonder une société basée sur des principes d’égalité et de démocratie, cet ancien militant d'extrême gauche relate ses voyages sous la forme d'un carnet graphique pédago, sincère et drôle.

Qui pourrait gagner (mais on n'y croit pas trop) ? Otto, l'homme réécrit de Marc-Antoine Mathieu (éd.Delcourt)

2017_SO-27_300_CMJN

Otto, l'homme réécrit fait partie de ces albums qu'affectionnent traditionnellement les jurés du festival d'Angoulême : pas forcément très accessible dans le fond et en rupture totale dans la forme. Parmi les 42 titres en compétition officielle cette année, le dernier album de Marc-Antoine Mathieu coche tous ces critères et pourrait bien se faire une place au palmarès. L'histoire d'Otto Spiegel, un artiste performeur en panne d'inspiration qui découvre à la mort de ses parents une malle contenant en détail les sept premières années de sa vie. Commence alors pour Otto une quête existentielle qui va mener à sa perte. Un questionnement vertigineux qui ne fera pas l'unanimité, mais ferait un Prix spécial assez (trop ?) classique.

Qui va gagner ? La légèreté de Catherine Meurisse (éd.Dargaud)

2017_SO-21_300_CMJN

Comment retrouver "la légèreté" après un épisode traumatique. Après l'attentat du 7 janvier 2015 à Charlie Hebdo qui a coûté la vie à ses collègues et amis, Catherine Meurisse a perdu le goût au dessin. Pour survivre et se retrouver, elle part s'installer à la Villa Médicis, à Rome, et entame une douloureuse reconstruction qu'elle nous raconte dans cet album. "Le 7 janvier m'a plongée dans un profond silence, et c'est le dessin qui m'a permis de retrouver la parole" confiait-elle à Télérama en mai dernier. Un chemin de croix salutaire pour l'auteure qui offre à ses lecteurs la possibilité de le vivre par procuration.

Fauve d’Angoulême – Prix de la série

Ce prix récompense "une œuvre développée sur au moins trois volumes". Si les possibilités étaient assez réduites l'an passé, la liste des œuvres répondant à ce critère s'est considérablement allongée pour cette édition et il est encore plus délicat de les départager.

Qui mérite de gagner ? Sunny, tome 6 de Taiyou Matsumoto (éd. Kana)

2017_SO-39_300_CMJN

Même s'il a considérablement évolué au cours des années, le style graphique de Taiyou Matsumoto reste le plus singulier parmi les mangakas actuels. A presque 50 ans, l'auteur des acclamés Amer Béton, Number 5, ou encore du Samouraï Bambou réalise avec Sunny sa série la plus aboutie et mature. Inspirés par l'histoire personnelle de l'auteur, les six tomes de Sunny nous racontent le quotidien d'une douzaine d'orphelins placés dans un foyer dans un Japon vintage. A la fois violent et touchant comme peuvent l'être les enfants, Sunny est le magnifique portrait d'un âge pas vraiment tendre, sans misérabilisme ou sensiblerie. Un vrai chef-d'œuvre.

Qui pourrait gagner (mais on n'y croit pas trop) ? Saga, tome 6 de Brian K. Vaughn et Fiona Staples (éd. Urban Comics)

Expression@Datacenter@05_v6

En fait, ce n'est pas tant qu'on n'y croit pas trop, mais surtout qu'on n'y croit PLUS du tout. Malgré trois nominations successives dans la sélection officielle, les tomes de cette fantastique série sont, jusqu'alors, toujours repartis bredouilles. Un verdict incompréhensible, surtout lorsqu'on sait que Saga a été multi-récompensé aux Etats-Unis et en particulier aux Eisner awards, où elle a remporté trois années de suite le prix de la meilleure série. Alors oui, jurisprudence Leonardo DiCaprio oblige, on verrait bien cet incroyable space opera être enfin récompensé à Angoulême, histoire que le rendez-vous charentais ne passe pas, une nouvelle fois, pour un festival trop élitiste.

• Qui va gagner ? The Grocery, tome 4 d'Aurélien Ducoudray et Guillaume Singelin (éd. Ankama)

2017_SO-13_300_CMJN

Sombre et coloré, réaliste et cartoonesque, tout et son contraire peut être dit à propos de The Grocery, la série que l'on doit aux Français Aurélien Ducoudray (au scénario) et Guillaume Singelin (au dessin). L'histoire d'Elliott, un jeune garçon qui débarque à Baltimore lorsque son père reprend une épicerie de quartier ("grocery" en VO). Rapidement intégré aux bandes de corner boys locaux, le gentil Elliott va devenir un acteur incontournable du quartier de cette partie de la ville prise en étau entre le trafic de drogue, la crise des subprimes et les suprématistes blancs. Véritable hommage à la série de David Simon The Wire, The Grocery est une géniale chronique urbaine en cinq tomes (quatre plus un tome zéro) dont les personnages aux têtes de têtards et la colorisation délavée ont contribué à révéler un dessinateur incroyablement talentueux dont on peut également découvrir le travail dans quelques numéros de Doggybags (éd. Ankama).

Fauve d’Angoulême – Prix révélation

Ce prix distingue l’œuvre d’un auteur en début de parcours artistique. Pour ce prix, ce sont fréquemment de petites maisons d’édition qui sont récompensées.

Qui mérite de gagner ? Mauvaises filles d'Ancco (éd. Cornélius)

2017_SO-24_300_CMJN

A 16 ans, la jeune Jin-joo s'enfuit de chez elle et échoue dans un bar à hôtesses de Séoul. Un moindre mal pour la narratrice de Mauvaises Filles qui sert de "tambour du village" depuis qu'elle est petite, comme beaucoup de ses copines. Ancco, le pseudonyme de l'auteure de Mauvaises Filles, nous livre le portrait (très autobiographique) brutal et dérangeant de la Corée du Sud à la fin des années 90, quand le chômage et les suicides rongeaient tout entier le pays et la violence envers les femmes était toujours une tradition populaire. Un ouvrage en noir et blanc très en marge de la production habituelle de manhwa (la BD coréenne) qui résonne comme un acte politique fort pour la jeune trentenaire qui signe ici son deuxième album traduit en français.

Qui pourrait gagner (mais on n'y croit pas trop) ? Le mari de mon frère de Gengoroh Tagame (éd. Akata)

2017_SO-22_300_CMJN

Plutôt connu pour ses illustrations publiées dans des magazines homo japonais, Gengoroh Tagame s'est lancé dans le manga familial destiné au grand public. Dans Le mari de mon frère, il aborde, sans aucun érotisme, l'homosexualité et les préjugés homophobes à travers les yeux de la petite Kana et de son papa Yaichi, dont le quotidien est bouleversé par l'arrivée du très occidental Mike, le mari du frère de Yaichi récemment décédé. C'est drôle et pédago et ce manga mériterait d'être lu dans toutes les écoles, n'en déplaise aux hystériques de la Manif pour tous.

Qui va gagner ? Histoires croûtes d'Antoine Marchalot (éd. Les Requins Marteaux)

2017_SO-15_300_CMJN

Retenu dans la short list pour le Fauve d'or, l'épais ouvrage d'Antoine Marchalot semble avoir tapé dans l'œil des jurés. Illustrateur très actif, ce jeune homme est moins connu des amateurs de bande dessinée et un prix de la révélation pourrait bien faire décoller une carrière débutée en 2014 avec Une vie de famille agréable. Dotées d'un humour absurde que l'auteur manie à merveille, ces huit Histoires croûtes (prépubliées dans la revue numérique Professeur Cyclope) sont aussi indéfinissables qu'éclectiques.

Fauve Polar SNCF

A Angoulême, c'est un jury de personnalités qui désignera parmi cette sélection Polar de cinq albums le vainqueur du prix, qui récompense un polar en bande dessinée, original ou adapté d’une œuvre littéraire.

Qui mérite de gagner ? Maggy Garrisson, tome 3 de Stéphane Oiry et Lewis Trondheim (éd. Dupuis)

2017_SPO-03_300_CMJN

Dernier tome d'un cycle qu'on espère voir renaître prochainement, Je ne voulais pas que ça finisse comme ça conclue brillamment un triptyque entamé en 2014. L'histoire d'une jeune Britannique un peu boulotte, un peu loseuse, qui va devenir l'assistante d'un détective privé minable et se fourrer dans de sacrées emmerdes. Sorte d'anti-Bridget Jones, Maggy Garrisson est la nouvelle héroïne des classes moyennes, désabusée, cynique mais surtout hyper démerde. Sur fond de polar pluvieux made in London, cette saga ultra efficace imaginée par Lewis Trondheim et mise en image par Stéphane Oiry a tout le potentiel pour faire de Maggy Garrisson la girl next door avec laquelle on aimerait partager des pintes au pub du coin.

Qui pourrait gagner (mais on n'y croit pas trop) ? Apache d'Alex W. Inker (éd. Sarbacane)

2017_SPO-01_300_CMJN

Pour sa première BD, Alex W. Inker, jeune illustrateur qui enseigne à l'université les liens entre la BD et le cinéma, nous livre un album que l'on imagine aisément terminer dans les salles obscures. Hommage aux films français des années 1950 dont Jean Gabin était le chantre, Apache ("voyou" en argot) est un polar à l'identité graphique forte et ultra lisible que l'on dévore d'une traite. Un huis clos aux relents de tabac froid et de crottin de cheval animé par trois personnalités aussi différentes qu'attachantes dont on prend un malin plaisir à observer les entourloupes. C'est beau, bourré d'expressions oubliées et d'un suspense aussi charmant que désuet.

Qui va gagner ? L’Eté diabolik d'Alexandre Clérisse et Thierry Smolderen (éd. Dargaud)

2017_SPO-02_300_CMJN

Il serait dommage d'oublier L'Eté diabolik, sorti au tout début de l'année 2016, mais dont l'action se déroule à l'été 1967. Le récit initiatique d'un adolescent qui lorgne vers le Bonjour Tristesse de Françoise Sagan et qui se mue progressivement en un polar d'espionnage très bondien. Un album aussi magnifique que le laissait présager sa couverture, avec ses dessins aux formes géométriques et ses couleurs vives empruntées à l'époque qu'il nous raconte. Fraîchement couronné par le prix de la BD Fnac 2017, L'Eté diabolik va bien au-delà de sa forme en interrogeant le lecteur sur les liens qui unissent deux personnes. Délicieusement troublant.

Fauve d'Agoulême - Prix du public Cultura

Ce prix est remis (sous ce nom et dans cette version) depuis 2013 à la suite d'un vote du public parmi des BD sélectionnées d'abord par le Festival puis parmi les ouvrages retenus par les libraires de l'enseigne Cultura. Cette année, ce sont douze albums qui ont été soumis au vote en ligne du public invité à désigner son préféré.

Qui mérite de gagner ? Les Ogres-dieux, tome 2 : Demi Sang de Hubert et Bertrand Gatignol (éd. Soleil)

DemiSang-C1C4_160502.indd

Après Petit, Hubert et Gatignol nous entraînent une fois encore dans leur fol univers médiéval. Un monde où les ogres sont des dieux et les hommes leurs esclaves dans une société où il faut en permanence manigancer pour survivre. Avec Demi Sang, le deuxième volet des aventures des Ogres-Dieux (que l'on peut dévorer sans avoir lu le premier), le duo transforme l'essai et impose cette saga que les éditions du Soleil n'hésitent pas à comparer à Game of Thrones. Il faut dire que cet univers dense imaginé par Hubert et somptueusement mis en dessin, tout en niveaux de gris, par Bertrand Gatignol, se révèle aussi passionnant et sans limites que la série télévisée. Vivement la suite !

Qui pourrait gagner (mais on n'y croit pas trop) ? L'Arabe du futur, tome 3 de Riad Sattoud (éd. Allary)

2017_SO-01_300_CMJN

En fait, on aimerait ne pas trop y croire. Pas qu'on n'aime pas Riad Sattouf - bien au contraire -, mais depuis que le premier tome de L'Arabe du futur a raflé le Fauve d'or en 2015, on retrouve le nouveau chaque année dans la sélection officielle. Déjà plébiscité par le public (la série est traduite en dix-sept langues et le dernier tome a été tiré en France à 220 000 exemplaires en 2016), L'Arabe du futur mériterait de s'éclipser un peu pour laisser la possibilité à d'autres très bons albums de bande dessinée de rencontrer un public aussi large. Sans rancune, Riad ?

Qui va gagner ? L’Homme qui tua Lucky Luke de Matthieu Bonhomme (éd. Dargaud)

2017_SO-16_300_CMJN

Hormis le tome 3 de L'Arabe du futur, L'Homme qui tua Lucky Luke est l'autre carton commercial de cette sélection 2016. Avec un tirage de 105 000 exemplaires, l'hommage de Matthieu Bonhomme à l'homme qui tire plus vite que son ombre (et surtout à son dessinateur Morris) est un vrai succès populaire amplement mérité. Il serait donc logique que le public appelé à voter pour son album préféré consacre cette histoire qui revisite avec beaucoup de clins d'œil et d'intelligence l'histoire du plus célèbre des cow-boys. Un exercice casse-gueule auquel s'est également frotté Guillaume Bouzard dont le Jolly Jumper ne répond plus sortira en plein festival.

Enfin, parmi nos autres coups de cœur qu'on aimerait voir primés (sans trop d'espoir), on citera également trois comics, Bitch Planet, tome 1 de Valentine De Landro et Kelly Sue DeConnick (éd. Glénat), Jupiter's Legacy de Frank Quitely et Mark Millar (éd. Panini Comics), Lazarus, tome 4 de Michael Lark et Greg Rucka (éd. Glénat) ainsi que le très drôle et juste recueil de l'Américaine Alison Bechdel, L'Essentiel des gouines à suivre (éd. Même pas mal). Tous ces prix (ainsi que le prix Jeunesse et le prix du Patrimoine) seront remis lors d'une cérémonie, samedi 28 janvier, à Angoulême.

Pop Up'

« Les dernières news

Janvier 2017
LMMJVSD
5